GARE de GRENOBLE (gare principale) (SNCF)
 
 
SITUATION / SITUATION / LAGE / SITUAZIONE / SITUACION / USITUOWANY :
- Région Auvergne-Rhône-Alpes, ancienne Région Rhône-Alpes, Capitale des Alpes françaises et de l’ancienne Province du Dauphiné, Département de l’Isère (38), au confluant de l’Isère et du Drac, en France.
- Gare assez proche (à 20 minutes à pied) du Centre ville / City / Zentrum / Centro Città / Centro Ciudad / Centrum miasta / Centraal gemeende.
- Gare située au PK 130,538 de la ligne de Lyon-Perrache à Marseille-Saint-Charles (ligne des Alpes) et à l’origine de la ligne de Grenoble à Montmélian.
- Il existe une seconde gare d’agglomération, celle de «Grenoble-Universités-Gières» qui est située à proximité du campus universitaire sur la commune de Gières. Des gares de banlieue existent sur les communes de Saint-Egrève (au nord), d’Echirolles (au sud), et de Pont de Claix (au sud).
- Ville de Grenoble / City of Grenoble / Grenobler Stadt, avait 160.215 habitants / Inhabitants / Einwohnern / Abitanti / Habitantes / Mieszkaniec, (Grenoblois) intra muros en 2013 et son agglomération (Métropole) comptait 450.000 habitants / Inhabitants / Einwohnern / Abitanti / Habitantes / Mieszkaniec.
- La région urbaine (RUG) compte 550.000 habitants / Inhabitants / Einwohnern / Abitanti / Habitantes / Mieszkaniec.
- La ville de Grenoble est jumelée avec les villes européennes d’Essen (DE), d’Oxford (UK), d’Innsbruck (AT), de Catania/Catane (IT), de Kaunas (Lituanie), etc.
- Altitude de la gare / Sea level / Seehöhe / Altitudine / Altitud / Wysokosci : 214 mètres / m ü.M.
- La ville de Grenoble vous souhaite la bienvenue / The town of Grenoble send welcome to you / Grenobler Stadtische willkommen für Sie zu gehen / Benvenuti in della Città di Grenoble / Grenoble bienvenido / Grenoble zaprasza.
 

 
 

 
ACCES / ACCESS / ZUGANG / ACCESSO / ACCESO / DOSTEP :
Par transports collectifs / by publics transports / mit öffentliche Verkehrsmittel / per delli trasporti pubblici / por el transportes público / przez publicznej dworce :
- Trains SNCF / French National Railways / Französische national Bahnen / Treni SNCF / Trenes SNCF / Pociag SNCF : Oui / Yes / Ja / Si / Si / Tak.
- TGV / French High Speed Trains / Französische ICE / TGV Alta velocità Treni / TGV Alta Velocidad Francia / Pociag TGV : Oui / Yes / Ja / Si / Si / Tak.
- Trains IC-EC / IC-EC Trains / IC-EC Züge / Treni IC-EC / Trenes IC-EC / Pociag IC-EC : Oui / Yes / Ja / Si / Si / Tak.
- Trains privés / privates trains / Privät Züge / Treni privati / Trenes / Pociag : Oui / Yes / Ja / Si / Si / Tak.
- Regio TER / Regio trains / Regio Züge / Treno Trasporto Regionale TTR / Regio tren / Pociagi regionalne : Oui / Yes / Ja / Si / Si / Tak, ceux de la Région Rhône-Alpes.
- RER / … / S-Bahn / … / … : Oui / Yes / Ja / Si / Si / Tak, ligne Rives – Voiron – Moirans – Voreppe – Grenoble – Echirolles – Grenoble-Universités-Gières.
- Métro / Tube / U-Bahn / Metropolitana / Metropolitan / Metro : Non / No / Nein / No / No / Niè.
- Tramways / Streetcars / Strassenbahn / Tramvie / Tranvia / Tramwaj : Oui / Yes / Ja / Si / Si / Tak, plusieurs lignes dont les lignes A et B desservant la gare, voir « tramways ».
- Trolleybus / Trolleys / Obus / Filobus / Trolles / Trollejbuz : Non / No / Nein / No / No / Niè.
- Funiculaire / Funicular / Seilbahn / Funicolare / Funicular / Linowa : Oui / Yes / Ja / Si / Si / Tak, celui de Saint-Hilaire du Touvet à 30 km de Grenoble et accessible depuis la gare par cars Transisère.
- Bateaux / Boats / Shiffen / Batelli / Barcos / Statek : Non / No / Nein / No / No / Niè.
- Bus / Bus / Autobus / Autobus / Autobus / Autobus : Oui / Yes / Ja / Si / Si / Tak, ceux de la SEMITAG (dont les lignes n° 34 et 35) et de Transisère (dont la ligne n° 6020).
- Cars, autocars / Corriera / Autokar : Oui / Yes / Ja / Si / Si / Tak, dont ceux de Transisère et des VFD avec gare routière à proximité à gauche en sortant de la gare.
- Taxis / Tassi : Oui / Yes / Ja / Si / Si / Tak, Taxis grenoblois (24h/24), tel. 04 76 54 42 54.

Par cycles / By cycles / Mit Rad / Per cicli / Por el ciclos / Przez kolarski :

- Plusieurs parc à vélo de grande capacité autour de la gare, et vélo station (location et réparation).
- Tous les trains TER et RER desservant cette gare transportent les vélos.

Par route / By road / Mit Strasse / Per la strada / Por el carretera / Przez droga :

Suivre / Follow / Folgen / Seguire / Seguir / Isc :
le fléchage routier «Gare SNCF», deux accès possibles, côté centre-ville et côté « Europole ».
Plusieurs parcs à voitures / parking, tous payants côté centre-ville et côté « Europole ».
 

 
HEURES D'OUVERTURE AU PUBLIC / WORKING HOURS / ARBEITZEIT / ORARIO DI LAVORO / HORAS DE APERTURA / GODZINY OTWARTE :
Billets délivrés aux guichets (sous réserve de modifications) / Tickets Office / Fahrkartenschalter / Biglietterie / Billete ventanilla / Kasa biletowa :
- Ouvert du lundi au samedi de 6h45 à 19h30, les dimanches et fêtes de 9h00 à 19h30.
- Open to Mondays to Saturdays 6.45 a.m. – 7.30 p.m., Sundays and Public Holidays 9.00 a.m. – 7.30 p.m.
- Geöffnet von Mo. bis Sa. 06.45 bis 19.30 Uhr, Sonn- und Ferientags 09.00 bis 19.30 Uhr.
- Aperto lunedi - sabato : dalle 6.45 alle 19.30, domeneca e giorni festivi generali dalle 9.00 alle 19.30.
- Abierto lunes - sábado : del 6.45 a 19.30, domingo y días de fiesta general del 9.00 a 19.30.
- Czinne od ponniedzialku do piatku w sobota od 06:45 do 19:30, niedziele i swieta do 09:00 w 19:30.
- Automates / Automates (self-service machines) / Automaten / Biglietterie automatiche / Autómatas / PLC.

Agence de Voyage (sous réserve de modifications) / Travel Agency / Reisebüro / Ufficio Viaggo / Officina Viage / Biuro podrozy :
- Ouvert du lundi au vendredi de 9h00 – 17h30, et le samedi de 9h00 à 16h00, fermé le dimanche et les jours fériés.
- Open to Mondays to Fridays 9.00 a.m. - 5.30 p.m. and Saturdays 9.00 a.m. – 4.00 p.m. (Sundays and Public Holidays are closed).
- Geöffnet von Mo bis Fr von 09.00 bis 17.30, Samstag von 09.00 bis 16.00 Uhr. Sonn- und Ferientag geschlossen.
- Aperto lunedi – venerdi : dalle 9.00 alle 17.30 e sabato dalle 9.00 alle 16.00 (chiuso domeneca e giorni festivi generali).
- Abierto lunes – viernes : del 9.00 a 17.30 y sábado del 9.00 a 16.00 (cerrado domingo y días de fiesta general).
- Czinne od ponniedzialku do piatku w godzinach od 09:00 do 17:30, sobota od 09:00 do 16:00 (zamkniete w niedziele i swieta).

Change (sous réserve de modifications) / Exchange / Wechsel / Cambio / Troca / Kantor :

- Oui, mais pas dans la gare et horaires non communiqués.
- Yes, but no in the station and times no communicate.
- Ja, sondern nicht im Bahnhof und Stunden nicht mitteilen.
- Si, ma non alla stazione e orario non confermare.
- Sí, pero no en la estación y los horarios comunicados.
- Tak, ale nie na stacji, a nie przekazane harmonogramow.

Office du Tourisme / Tourist Office / Verkehrsbüro / Ufficio dello Turismo / Oficina de Turismo / Informator Turystyczny :

- Oui, mais pas dans la gare. En ville, à la « Maison du Tourisme » de 8h30 à 18h00, sauf dimanche et fêtes (Accès possible par tramways, lignes A et B, station « Maison du Tourisme ») / No in Station, yes in City in Tourist Office / Nicht im Bahnhof, ya in Stadtzentrum im dir Tourismushaus / Non alla stazione, si in Centro Città in Ufficio Turistico.
Les jours ouvrables (fermé le dimanche et les jours fériés) / Week and Saturday (Sunday and Public Holiday are closed) / Woche und Samstag (Sonn- und Ferientag geschlossen) / Lunedi – sabato (chiuso domeneca e giorni festivi generali) / lunes – sábado (cerrado domingo y días de fiesta general) / do piatku w sobota (zamkniete w niedziele i swieta).
de 9h00 à 19h00 / 9.00a.m - 19h00 p.m. / 09.00 Uhr – 19.00 Uhr / dalle 9.00 alle 19.00 / del 9.00 a 19.00 / od 09:00 do 19:00.
 

 
CORRESPONDANCES / CONNECTION / ANSCHLUSS / COINCIDENZA / COMBINACION / PRZESIADKA :
* En direction de Lyon-Saint-Exupéry, Paris-G.L. (par TGV).
- Nombreuses correspondances dans les différentes gare de Paris.
* En direction de Voiron, La Tour du Pin, Bourgoin, La Verpillère, Lyon-Part-Dieu.
- Correspondance en gare de Lyon-Part-Dieu pour Besançon-Franche-Comté-TGV, Belfort-Montbéliard-TGV, Colmar, Strasbourg-Ville (par TGV).
- Correspondance en gare de Lyon-Part-Dieu pour Besançon-Franche-Comté-TGV, Belfort-Montbéliard-TGV, Mulhouse-Ville, Freiburg-im-Breisgau-Hbf/Fribourg-en-Brisgau-Ple (par TGV).
- Correspondance en gare de Lyon-Part-Dieu, Paris-Massy-TGV, Nantes (par TGV direct).
- Correspondance en gare de Lyon-Part-Dieu pour Lille-Europe, Bruxelles-Midi/Brussel-Zuid/Brussels (changement de train), Antwerpen-CS/Anvers-Centrale, Amsterdam-CS (par Thalys).
- Correspondance en gare de Lyon-Part-Dieu pour Lille-Europe (changement de train), Calais-Frethun, London-Saint-Pancras/Londres-Saint-Pancras (par Eurostar).
- Correspondance en gare de Lyon-Part-Dieu pour Avignon-TGV, Nîmes, Montpellier-Saint-Roch, Béziers, Narbonne, Perpignan, Figueras/Figuères, Barcelona/Barcelone (par TGV-AVE).
- Correspondance en gare de Lyon-Part-Dieu pour Avignon-TGV, Marseille-Saint-Charles, Toulon, Saint-Raphaël, Cannes, Nice-Ville. (par TGV).
- Correspondance en gare de Lyon-Part-Dieu pour Saint-Germain-au-Mont-d’Or, Villeneuve-sur-Saône, Belleville-sur-Saône, Mâcon-Ville, Tournus, Chalon-sur-Saône, Chagny, Beaune, Dijon-Ville.
- Correspondance en gare de Lyon-Part-Dieu pour Mâcon-Ville, Chalon-sur-Saône, Beaune, Dijon-Ville (changement de train), Culmont-Chalindrey, Toul, Metz-Ville.
- Correspondance en gare de Lyon-Part-Dieu pour Meximieux, Ambérieu, Bourg-en-Bresse, Lons-le-Saunier, Besançon-Viotte, Montbéliard, Belfort.
- Correspondance en gare de Lyon-Part-Dieu pour Bourg-en-Bresse, Lons-le-Saunier, Besançon-Viotte (changement de train), Le Valdahon, Morteau, Le Loche, La-Chaux-de-Fonds.
- Correspondance en gare de Lyon-Part-Dieu pour Meximieux, Ambérieu, Bourg-en-Bresse, La Cluse, Oyonnax.
- Correspondance en gare de Lyon-Part-Dieu pour Tarare, Roanne, Lapalisse, Saint-Germain-des-Fossés, Vichy, Riom, Clermont-Ferrand (changement de train), Thiers.
- Correspondance en gare de Lyon-Part-Dieu pour Tarare, Roanne, Lapalisse, Saint-Germain-des-Fossés, Vichy, Riom, Clermont-Ferrand (changement de train), Nîmes (via le Cévenol).
- Correspondance en gare de Lyon-Part-Dieu pour Givors, Rive-de-Gier, Saint-Chamond, Saint-Etienne-Châteaucreux, Firminy.
- Correspondance en gare de Lyon-Part-Dieu pour Tarare, Roanne, Bourges.
* En direction de Voreppe, Moirans, Voiron, Réaumont, Rives, Le-Grand-Lemps, Châbons, Virieu, Saint-André-le-Gaz, La Tour du Pin, Cessieu, Bourgoin, L’Isle-d’Abeau, La Verpillère, Saint-Quentin-Fallavier, Saint-Priest, Vénissieux, Lyon-Jean-Macé, Lyon-Perrache.
- Correspondance en gare de Saint-André-le-Gaz pour Saint-Béron, Pont-de-Beauvoisin, Chambéry.
- Correspondance en gare de Vénissieux avec la ligne D du métro de Lyon à destination de Gorge-de-Loup.
* En direction de Voreppe, Moirans, Voiron, Réaumont, Rives.
* En direction de Saint-Egrève, Moirans, Tullins, Vinay, Saint-Marcellin, Romans - Bourg de Péage, Valence-TGV, Valence-Ville.
- Correspondance en gare de Moirans pour Voiron, Réaumont, Rives.
- Correspondance en gare de Valence-TGV pour Lille-Europe, Bruxelles-Midi/Brussel-Zuid/Brussels (changement de train), Antwerpen-CS/Anvers-Centrale, Amsterdam-CS (par Thalys).
- Correspondance en gare de Valence-TGV pour Avignon-TGV, Aix-en-Provence TGV, Marseille-Saint-Charles, Toulon, Cannes, Nice-Ville.
- Correspondance en gare de Valence-TGV pour Nîmes, Montpellier-Saint-Roch, Béziers, Narbonne, Carcassonne, Toulouse-Matabiau, Bordeaux-Saint-Jean.
- Correspondance en gare de Valence-TGV pour Nîmes, Montpellier-Saint-Roch, Béziers, Narbonne, Perpignan, Figueras, Gironna/Gérone, Barcelona/Barcelone, Zaragoza/Saragosse, Madrid (par TGV-AVE).
- Correspondance en gare de Valence-Ville pour Montélimar, Pierrelatte, Bollène, Orange, Avignon-Centre, Tarascon, Arles, Miramas, Marseille-Saint-Charles.
* En direction de Pont-de-Claix, Jarrie, Vif, Monestier-de-Clermont, Clelles-Mens, Lus-la-Croix-Haute, Aspres-sur-Buech, Veynes-Dévoluy, Gap, Embrun, L’Argentière-les-Ecrins, Briançon.
- Correspondance en gare de Veynes-Dévoluy pour Laragne, Sisteron, Saint-Auban, Manosque, Aix-en-Provence, Gardanne, Marseille-Saint-Charles.
* En direction d’Echirolles, Grenoble-Universités-Gières, Lancey, Brignoud, Goncelin, Pontcharra-sur-Bréda, Montmélian, Chambéry, Aix-les-Bains, Rumilly, Annecy.
- Correspondance en gare de Chambéry pour Montmélian, Saint-Jean-de-Maurienne, Modane, Bardonecchia/Bardonnèche, Oulx, Torino/Turin, Vercelli, Novara, Milano/Milan/Mailand (par TGV-TAV).
- Correspondance en gare de Chambéry pour Montmélian, Saint-Jean-de-Maurienne, Modane, Bardonecchia/Bardonnèche, Oulx (changement de train), Bussoleno, Avigliano, Torino/Turin.
- Correspondance en gare de Chambéry pour Montmélian, Saint-Jean-de-Maurienne, Modane, Bardonecchia/Bardonnèche, Oulx (changement de train), Bussoleno (changement de train), Susa/Suse.
- Correspondance en gare de Chambéry pour Montmélian, Saint-Jean-de-Maurienne, Modane, Bardonecchia/Bardonnèche, Oulx, Torino/Turin (changement de train), Asti, Alessandria/Alexandrie, Piacenza/Plaisance, Parma/Parme, Reggio d’Emilia, Modena/Modène, Bologna/Bologne, Firenze/Florence, Roma/Rome (changement de train), Napoli/Naples, Salerno, Reggio di Calabria, Messina, Catania/Catane, Siracusa.
- Correspondance en gare de Chambéry pour Montmélian, Saint-Jean-de-Maurienne, Modane, Bardonecchia/Bardonnèche, Oulx, Torino/Turin (changement de train), Asti, Alessandria/Alexandrie, Piacenza/Plaisance, Parma/Parme, Reggio d’Emilia, Modena/Modène, Bologna/Bologne, Imola, Faenza, Forli, Cesena, Rimini, Ancona/Ancône, Bari.
- Correspondance en gare de Chambéry pour Montmélian, Saint-Jean-de-Maurienne, Modane, Bardonecchia/Bardonnèche, Oulx, Torino/Turin (changement de train), Limone, Coni/Cuneo, Breil-sur-Roya, Sospel, Nice-Ville.
- Correspondance en gare de Montmélian ou de Chambéry pour Saint-Pierre-d’Albigny, Saint-Jean-de-Maurienne, Saint-Michel-Valloire, Modane.
- Correspondance en gare de Montmélian ou de Chambéry pour Saint-Pierre-d’Albigny, Albertville, Moutiers, Aime-La-Plagne, Landry, Bourg-Saint-Maurice.
- Correspondance en gare de Chambéry pour Viviers-du-Lac, Aix-les-Bains, Vions, Chanaz, Culoz, Ambérieu.
- Correspondance en gare de Chambéry pour Lépin-le-Lac, Saint-Béron, Saint-André-le-Gaz.
- Correspondance en gare d’Annecy pour La-Roche-sur-Foron, Bonneville, Cluses, Sallanches-Combloux, Saint-Gervais (changement de train) Chamonix, Monroc-Le-Planet, Vallorcine, Le-Châtelard-Frontière, Martigny.
- Correspondance en gare d’Annecy pour La-Roche-sur-Foron (changement de train), Annemasse, Genève-Eaux-Vives (service par autocars des TPG d’Annemasse à Genève-Cornavin jusqu’en décembre 2019, suite aux travaux du CEVA).
- Correspondance en gare d’Annecy pour Pringy, La-Roche-sur-Foron, Annemasse, Machilly, Thonon-les-Bains, Evian-les-Bains (train direct Annecy – Evian-les-Bains les vendredis soir en période universitaire).
* En direction de Grenoble-Universités-Gières, Chambéry, Aix-les-Bains, Bellegarde-sur-Valserine, Genève/Genf/Genivra (gare de Genève Cornavin).
- Correspondance en gare de Bellegarde-sur-Valserine pour Saint-Julien-en-Genevois, Bossey-Veyrier, Annemasse, Machilly, Bons-en-Chablais, Perrignier, Thonon-les-Bains, Evian-les-Bains.
- Correspondance en gare de Bellegarde-sur-Valserine pour Pougny-Chancy, La Plaine, Zimeysa, Cointrin, Genève-Cornavin (par RER genevois).
- Correspondance en gare de Genève-Cornavin pour Lausanne, Montreux, Sion, Visp/Viège, Brig/Brigue/Briga, Domodossola, Milano-Centrale/Milan-Centrale/Mailand, Brescia, Verona/Vérone, Vicenza/Vicence, Padova/Padoue, V.Mestre, Venezia/Venise.
- Correspondance en gare de Genève-Cornavin pour Lausanne, Fribourg/Freiburg (FR), Bern/Berne/Berna, Zürich-HB (changement de train), Sargans, Bregenz, Lindau, Kempten-Hbf, Buchloe, München-Hbf/Munich-Ple.
- Correspondance en gare de Genève-Cornavin pour Lausanne/Losanna, Bern/Berne/Berna, Zürich-HB (changement de train), Sargans, Bregenz, Landeck, Innsbruck-Hbf, Salzburg-Hbf, Linz-Hbf, St.Pölten, Wien-West/Vienne-Ouest (changement de train), Budapesti/Budapest.
- Correspondance en gare de Genève-Cornavin pour Lausanne/Losanna, Bern/Berne/Berna, Zürich-HB (changement de train), Schaffhausen/Schaffhouse, Tübingen, Stuttgart-Hbf.
- Correspondance en gare de Genève-Cornavin pour Nyon, Yverdon, Neuchâtel/Neuenburg (NE), Biel/Bienne, Basel-SBB/Bâle-CFF/Basilea-FFS (changement de train), Mulhouse-Ville, Colmar, Strasbourg-Ville.
- Correspondance en gare de Genève-Cornavin pour Nyon, Yverdon, Neuchâtel/Neuenburg (NE), Biel/Bienne, Basel-SBB/Bâle-CFF/Basilea-FFS (changement de train), Freiburg-(Breisgau)-Hbf/Fribourg-(Brisgau)-Ple, Offenburg (changement de train), Kehl, Strasbourg-Ville.
- Correspondance en gare de Genève-Cornavin pour Nyon, Yverdon, Neuchâtel/Neuenburg (NE), Biel/Bienne, Basel-SBB/Bâle-CFF/Basilea-FFS (changement de train), Freiburg-(Breisgau)-Hbf/Fribourg-(Brisgau)-Ple, Offenburg, Baden-Baden, Karlsruhe-Hbf/Carlsruhe-Ple, Mannheim-Hbf, Frankfurt-(Main)-Hbf/Francfort-(Main)-Ple.
- Correspondance en gare de Genève-Cornavin pour Nyon, Morges, Lausanne/Losanna, Vevey, Montreux, Aigle, Villeneuve.
- Correspondance en gare de Genève-Cornavin pour Nyon, Gland, Morges, Renens, Prilly-Malley, Lausanne/Losanna.
- Correspondance en gare de Genève-Cornavin pour Genève-Sécheron, Chambésy, Les Tuileries, Genthod-Bellevue, Creux-de-Genthod, Versoix, Pont-Céard, Mies, Tannay, Coppet.
- Correspondance en gare de Genève-Cornavin pour Lancy-Pont-Rouge.
* En direction de nombreuses autres destinations.
 

 
 

 
PARTICULARITES / CHARACTERISTICS / BESONDERHEIT / PARTICOLARITA / PARTICULARIDAD / SZCZEGOLNY :
- Buffet + plusieurs commerces dans le hall et à proximité de la gare + locations de voitures ou de vélos.
- Office du Tourisme / Tourist Information / Tourismus Zentrum / Ufficio Turistico / Oficina de Turismo / Centrum informacji Turystycznej.
- Cathédrale Notre Dame avec ciborium et baptistère / Cathedral / Dom / Duomo, cattedrale / Catedral / Katedral.
- Crypte Saint Laurent, Collégiale Saint André (avec tombeau de Bayard) / Churches / Kirchen / Chiese / Iglesias / Kociol.
- Eglise Saint Bruno, Eglise du Sacré-Cœur, Eglise Saint-Joseph, Eglise moderne circulaire Saint-Jean / Churches / Kirchen / Chiese / Iglesias / Kociol.
- Temples, église réformée / Temples / Kirche / ... / … .
- Mosquée / Mosque / Moschee / moschea / mezquita / meczet.
- Synagogue / Synagogue / Synagoge / Sinagoga / Sinagoga / Syn.
- Hôtel de Ville / City Hall / Rathaus / Palazzo di Città, Municipio / Ayuntamiento / Ratusz.
- Palais des Congrès / Congress Hall / Kongresshaus / Palazzio di Congrese / Palacio de Congreso / Palac w Kongress.
- Palais des Expositions / Exhibitions Hall / Messehaus / Palazzio di ... / Palacio de … / Palac w narazac.
- Zone piétonne / Pedestrian zone / Fussgangerzone / Zona pedestriale / Zona Peatonal / Strefa pieszych.
- Place Grenette, place Victor-Hugo, place Notre-Dame, place Sainte-Claire, place de Verdun, place de Metz, Place aux Herbes, etc. / places / Platzen / Piazzi / Plazas / Plac.
- Fontaine Lavalette sur la place Grenette, fontaine des 3 ordres (Clergé, Noblesse, Tiers-Etat) sur la place Notre-Dame / fountains / Brunnen / Fontane / Fuentes / Fontanna.
- Parc Paul Mistral, jardin de ville, jardin des dauphins / Park Paul Mistral, city garden, Dauphins garden / Paul Mistral Park, Stadt Garten, Dauphinen Garten / Giardini / jardin, parque / park.
- Téléphérique de la Bastille avec superbe panorama sur la ville / Cable car of Bastille with panorama of the city / Bastiller Schwebahn mit Grenobler Städtische Panorama.
- Ponts sur l’Isère et le Drac / bridges on the Isere and Drac / Brücken am Isere- und Drac / Ponte / Puentes / Most.
- Médiathèque / Media library / Mediathek / Biblioteca / Biblioteca.
- Théâtre, Maison de la Culture MC2 / Theatre, MC2 / Theater, Kulturhaus MC2 / Teatro / Teatro / Teatr.
- Musée National, Musée d’Art moderne, Musée Dauphinois, Musée des sciences naturelles / Museum / Museum / Musei / Muzeum.
- 4 Universités / 4 Universities / 4 Universitäten / Università / Universidad / Universitet.
- Auberge de Jeunesse / Youth hostel / Jugend Herberge / Ostello della gioventù / alberge de juventud / Schronisko mlodziezowe.
- Gastronomie : spécialités régionales / Specialities / Spezialitäten / Specialiti, piatti tipici della regione / platos típicos de la zona / Specjalnosci.
- Spécialités culinaires : noix de Grenoble, gâteau et bonbons aux noix de Grenoble, liqueur de Chartreuse (à base de plantes), gratin dauphinois (à base de pommes de terre).
- Critérium du « Dauphiné Libéré » (course cycliste professionnelle en juin de chaque année).
- Hommes célèbres : Jean-François Champollion, Beyle Stendhal, Jacques de Vaucanson, etc.
- Ville ayant des liens d’immigrations très forts (quartier Saint-Laurent) avec la commune de Corato (en Italie) / Città di Corato (in Italia).
- « Grenoble », ville point de départ des plus belles excursions / « Grenoble », city point of departure for some of the best excursions / « Grenoble », Stadt Ausgangpunkt für herrliche Ausflüge / « Grenoble », città punto di partenza delle piu belle escursione / « Grenoble », ciutad punto de partida de las mas bellas excursiones / « Grenoble », miasto wyjazd do co piekna wycieczka.
- « Grenoble », la belle ville et grande capitale du Dauphiné et des Alpes françaises / « Grenoble », the beautiful city and big capital of the Dauphine and a prestigious Alpine French region / « Grenoble », die schöheit Stadt und Groslandeshauptstadt von Dauphine und phantastischen französischen Alpen / « Grenoble », la bella Cità e grando capoluogo del Delfinato ei franceze Alpi / « Grenoble », ciutad bella, las grandes capital de Delfinado e de prestigiosa francès region Alpina / « Grenoble », piekny miasto i stolica do Dauphine i francuski Alpejc.
 

 
ACTUALITES / NEWS / NEUHEIT INFORMATIONEN / NOVITA / NOTICIAS / WIADOMOCI :
- ATTENTION, des lignes peuvent être fermées ou des ralentissements créés, pour causes de travaux. Se renseigner dans les gares.
- ATTENTION, jusqu’en décembre 2019, fermeture complète de la ligne d’Annemasse à Genève-Eaux-Vives par suite de construction de la liaison directe Cornavin – Eaux-Vives - Annemasse (CEVA). Services de substitution par autobus des TPG d’Annemasse à Genève-Cornavin. Se renseigner dans les gares.
- ATTENTION, pour vous rendre à Marseille, vous avez deux itinéraires possible, soit via Valence et Avignon, soit via Veynes-Dévoluy, avec à Veynes-Dévoluy des correspondances desservant Laragne, Sisteron, Saint-Auban, Manosque, Aix-en-Provence et Gardanne.
- ATTENTION, la desserte de la gare de Saint-Egrève n’est assurée que par les trains de la ligne de Chambéry à Valence, tandis que la desserte de la gare de Voreppe n’est assurée que par les trains des lignes de Gières à Rives et de Gières à Saint-André-le-Gaz.
- ATTENTION, trains directs pour Echirolles et Grenoble-Universités-Gières, cette dernière desservant directement le Domaine Universitaire. En gare de Grenoble-Universités-Gières, correspondances avec les tramways de la ligne B (quotidien sauf 1er mai), les bus de la ligne 700 pour Le Pinet d’Uriage (TG) et les cars de « Transisère » avec la ligne 6070 pour Meylan, Montbonnot et Bernin(VFD).
- ATTENTION, au départ des deux gares de Grenoble, la gare centrale de Genève-Cornavin, est accessible par des trains directs et permet des correspondances quotidiennes avec des trains quotidiens directs sur Milano/Milan/Mailand, Verona/Vérone, Venezia-SL/Venise-SL et par changement à Zürich-HB sur l’Allemagne avec desserte de Stuttgart (toutes les 2 heures), München/Munich, ou de l’Autriche avec Innsbruck, Salzburg, Linz et Wien/Vienne.
- Nouvelles offres tarifaires et touristiques. Nouveau tarifs (carte régionale « OùRA » et locale « TagOtrain »).
- L’AEDTF vous informe : Déplacez-vous en train! / The AEDTF say to you : use the train ! / Die AEDTF informiert : fährt Bahn !
 

 
ASTUCES, COMBINES ET AIDES POUR LES VOYAGEURS / ASTUTENESS, TRICKS AND AID TO PASSENGERS / VERSCHLAGENHEIT, KNIFFE, UND HILFE FUR DEN REISEND / ASTUZIA, COMBINI E SCALTREZZA PER DELLO VIAGGIO / ASTUCIA, COMBINA Y AYUDA POR EL VIAJEROS / PRZEBIEGLOSC, KOMBINACJA I POMOC DO PODROZNIK :
- ATTENTION, des lignes peuvent être fermées ou des ralentissements créés, pour causes de travaux. Se renseigner dans les gares.
- Attention, surveillez vos bagages et effets personnels.
- Attention, peu de personnes parlent les langues étrangères. Cependant on trouve assez facilement des personnes parlant l’anglais et quelques unes parlant l’italien.
- Pensez à comparer itinéraires, longueur de trajets et prix. Utilisez les abonnements annuels, mensuels ou hebdomadaires.
- ATTENTION, depuis l’Est de l’agglomération grenobloise, certaines relations sont plus accessibles via la gare de « Grenoble-Universités-Gières » (à Gières) dont celles pour la Savoie, l’Italie et la Suisse. Cela est valable en particulier pour accéder aux villes de Pontcharra, Montmélian, Chambéry, Aix les Bains, Bellegarde, Genève et Aix-les-Bains, Rumilly, Annecy, etc... Idem dans le sens du retour où en descendant en gare de Grenoble-Universités-Gières le tramway de la ligne B vous permet d’arriver au centre de Grenoble alors que le train arrive seulement en gare centrale de Grenoble. La ligne de tramway B relie directement depuis Gières le Domaine Universitaire de Grenoble, le Centre Hospitalier Régional Universitaire, puis le centre ville de Grenoble par l’Ile Verte, la place Docteur Girard, le Musée, la place Notre Dame, la place Sainte Claire et la Maison du Tourisme. Une rame toutes les 3 minutes en heures de pointe, 5 à 7 minutes en heures creuses (7 à 12 minutes les dimanches et fêtes, et toutes les 20 minutes après 20 heures) de 5h00 (de 4h46 au départ de Gières en semaine) à 01h00 tous les jours sauf le 1er mai (fête du travail).
- Pour vous rendre en Italie, vous avez plusieurs possibilités. Si vous allez au Nord du pays l’itinéraire le plus direct est de passer via Genève/Genf/Genivra où des trains diurnes relient directement (ou par changement à Visp/Viège) Genève/Genf/Genivra à Milano-Centrale/Milan/Mailand via Brig/Brigue et Domodossola (par le tunnel du Simplon). Si vous allez au Sud du pays l’itinéraire le plus direct est de passer via Chambéry et Modane avec des TGV diurnes directs de Chambéry à Torino/Turin où vous aurez des correspondances pour le Sud de l’Italie. Il n’y a plus de desserte de nuit pour l’Italie que se soit via Genève ou via Modane.
- ATTENTION, pour vous rendre dans le Chablais pour Annemasse, Machilly, Thonon-les-Bains et Evian-les-Bains, il existe deux possibilité, la 1ère en transitant via Annecy et La-Roche-sur-Foron (train direct Annecy – Evian-les-Bains les vendredis soir), la 2ème via Bellegarde avec les trains Grenoble – Genève puis à Bellegarde avec les trains Bellegarde – Annemasse – Evian-les-Bains ou à Genève avec les bus de la ligne 61 (Genève-Cornavin – Annemasse toutes les 15 mn).
- ATTENTION, pour les gares de Genève-Aéroport (qui dessert aussi Palexpo) ou de Genève-Sécheron, demander au guichet un billet international.
- Attention, les trains TGV, TGV-Europe, Lyria, Thalys, Eurostar, ICE et Téoz sont à réservation obligatoire et à supplément.
- Attention, les trains type Thalys ou Eurostar ne prennent pas en compte certaines réductions de la SNCF dont les abonnements fréquence.
- Les suppléments pour l’utilisation des trains ICE de la DB (En Allemagne) sont valables toute la journée quelque soit le nombre de trains ICE utilisés.
- Attention, beaucoup de lignes à grande vitesse (parcourues par des TGV, ICE, AVE) sont bordées de murs antibruit de plus de 4 mètres de hauteurs qui empêchent toute visibilité des voyageurs effectuant du tourisme.
- Tout ne passe pas Lignes Nouvelles à Grande Vitesse (LNGV) / NeuBauStrecke (NBS), pensez aussi aux lignes transversales comme celles de la ligne de Lyon à Bordeaux-Saint-Jean via Montbrison, Guéret et Limoges-Bénédictins, de Lyon à Nantes via Bourges et Tours, de Lyon à Strasbourg via Besançon-Viotte et Belfort, et aux lignes touristiques comme celles de Saint-Gervais à Martigny via Chamonix et Vallorcine, de la ligne des Alpes entre Grenoble, Veynes-Dévoluy, Gap et Briançon et Grenoble, Veynes-Dévoluy, Laragne, Sisteron, Saint-Auban, Manosque, Aix-en-Provence, Gardanne, Marseille-Saint-Charles.
- Pour München/Munich, Stuttgart, Innsbruck ou Wien/Vienne, prendre les trains IC des CFF, depuis Genève-Cornavin, jusqu’à Zürich-HB, puis trains directs de Zürich-HB à München-Hbf/Munich, de Zürich-HB à Stuttgart et de Zürich-HB à Wien-West/Vienne-Ouest via Innsbruck-Hbf, Linz-Hbf et Salzburg-Hbf.
- Pensez à comparer itinéraires, longueur de trajets et prix. Utiliser les abonnements journaliers, mensuels, semestriels ou annuels ainsi que les offres touristiques régionales. Carte intermodale « OùRA » sur l’agglomération grenobloise.
- Il existe une ligne régionale touristique très intéressante au départ de Grenoble, celle dite de la ligne des Alpes, de Grenoble à Veynes via Clelles et le col de Lus-la-Croix-Haute (utilisable pour vous rendre sur Gap et Briançon, mais aussi par correspondance à Veynes-Dévoluy pour Laragne, Sisteron, Saint-Auban, Manosque, Aix-en-Provence, Gardanne, Marseille-Saint-Charles).
- Attention, en cas de perturbations sur le réseau ferroviaire français, pensez aux possibilités offertes par la ligne des Alpes (Marseille et le Sud de la France) mais aussi via la Suisse et/ou l’Allemagne. Par exemple, si vous devez vous rendre dans la région Alsace, vous pouvez passer via Genève et Basel/Bâle, puis soit via Freiburg-im-Breisgau/Fribourg-en-Brisgau, Offenburg et Kehl (correspondance bus CTS de Strasbourg) pour Strasbourg (ou train), soit directement via Mulhouse-Ville.
- N’oubliez pas de visiter et d’utiliser les lignes touristiques ferroviaires régionales comme le Chemin de fer de La Mure ou le funiculaire de Saint Hilaire du Touvet (en Isère), le tramway du Mont Blanc (TMB) ou le chemin de fer du Montenvers (en Haute Savoie) ou encore le chemin de fer du Vivarais (en Ardèche). En Suisse voisine, il existe de très nombreux chemins de fer touristiques notamment autour du lac Léman, avec le Nyon – Saint-Cergue au départ de Nyon, le Bière – Apple – Morges au départ de Morges, le Lausanne – Echallens – Bercher (LEB) au départ de Lausanne, le Martigny – Orcières (TMR) et Martigny – Châtelard – Chamonix (TMR), ainsi que les différentes lignes du MOB à Vevey et Montreux, et des TPC à Aigle. Ces voyages peuvent tous se faire dans la journée au départ de Grenoble.
- Pensez à réserver vos places sur les trains grandes lignes, surtout en période d’été ou de pointes de sports d’hiver. La réservation est obligatoire sur les TGV et les trains Téoz.
 

 
SECOURS, URGENCES / RESCUE, EMERGENCY / HILFE, NOTTRUF / AIUTO, EMERGENZA / SOCCORO, URGENTE / POMOC, NAGLOSC :
- Police, Gendarmerie / Police / Polizei, Gendarmerie / Polizia, Carabinieri / Policia, Guardia Civil / Policja, Zendarmeria : Tel : 112 et 17.
- Pompiers, Incendie / Firemen, Fire / Feuerwehr, Feuer / Pompiri, fuoco / Bomberos, fuego / Strazak, Pozar : Tel : 112 et 18.
- Médecin, Ambulance / Doctor, Ambulance / Artz, Krankenwagen / Medico, Ambulanza / Medico, Ambulancia / Lekarz, Ambulans : Tel 112 et 15.
- En France (Im Frankreich) : SOS Victimes, en cas d’agression, disparition, vol, viol, accident, déraillement, vous pouvez utilisez le téléphone par n° vert (Green number, Nr. Grün) gratuit (Free use for you / Gratis für Sie) pour les aides aux victimes, en composant le 08.842.846.37.
 

 
CURIOSITES FERROVIAIRES / RAILWAYS CURIOSITIES / SEHENWÜRDDIGKEITEN EISENBAHNEN / CURIOSITA FERROVIARIA / CURIOSIDADES FERROCARRILES / CIEKAWOSC KOLEJOWY :
- Matériels ferroviaires variés à traction électrique et thermique / electric’s and diesel’s engines / Electro- und Diesel Lokomotiven und Triebwagen / Locomotive Elettrice e Diesel.
- Trains Express Régionaux de type TER / regional trains / Regional Züge / Treno Trasporto Regionale (TTR) / Trenes regionales / Pociagi regionalne.
- Lignes de tramways / Lines of tramcars / Strassenbahnlinien / Linee Tranviaria / Lineas de Tramvias / Tramwaje.
- Train touristique du Chemin de fer de La Mure à proximité, consulter : www.trainlamure.com
- Funiculaire de Saint-Hilaire du Touvet dans la région grenobloise, consulter : www.funiculaire.fr
- Circulation de trains de pèlerinage pour le Sanctuaire de Notre Dame de La Salette (voir Grenoble-La Salette), près de Corps (Isère).
- dépôt relais à ciel ouvert avec fosses d’entretien et postes d’alimentation de gasoil.
- Plusieurs associations ferroviaires : Association Européenne pour le Développement du Transport Ferroviaire (AEDTF), Association Rail Dauphiné Savoie Léman (ARDSL), Association pour le Développement des Transports en Commun (ADTC), Association pour la promotion de la ligne Grenoble-Veynes (AGV) et Association des Modélistes Ferroviaires de Grenoble (AMFG).
 

 
 

 
HISTORIQUE / HISTORICAL / HISTORISCH / STORICO / HISTORICO / HISTORYCZNY :
- Le 07/05/1853, signature de la convention avec l’Etat donnant la concession pour 99 ans pour la réalisation de la ligne ferroviaire de Saint-Rambert-d’Albon à Grenoble, à un groupe financier présidé par le Duc de Valmy.
- En avril 1854, création de la Compagnie du Chemin de fer de Saint-Rambert-d’Albon à Grenoble, dont le Conseil d’Administration était présidé par le Duc de Valmy.
- Le 05/11/1856, mise en service de la ligne ferroviaire de 56 km entre Saint-Rambert-d’Albon (avec dépôt central des locomotives) et Rives (avec annexe traction avec retonde en demi-lune et plaque tournante).
- Le 10/07/1857, mise en service de la section de ligne de 33 km entre Rives à Pique-Pierre (près de Saint-Martin-le-Vinoux, en Isère), la rivière Isère faisant encore obstacle pour rejoindre la ville de Grenoble.
- Le 05/12/1857, suite à la parution d’un décret, la Compagnie du Chemin de fer de Saint-Rambert-d’Albon à Grenoble devient la Compagnie des chemins de fer du Dauphiné.
- Le 01/07/1858, mise en service du pont ferroviaire de Pique-Pierre sur la rivière Isère et permettant de rejoindre en 3 km la ville de Grenoble.
- En 1858, construction de la première gare principale de la ville de Grenoble et d’un premier dépôt prévu pour 13 locomotives à vapeur du type Engerth , par la Compagnie du Dauphiné.
- Le 01/07/1858, mise en service de la ligne de 37 km entre Lyon et Bourgoin, par la Compagnie du PLM.
- Le 22/07/1858 un traité signé permettra au PLM de prendre possession affective de la Compagnie du Dauphiné en 1863.
- En 1860, le nouveau dépôt PLM de Grenoble qui vient d’être créé, reçoit du dépôt d’Ambérieu (Ain) des locomotives du type 140 B du PLM.
- Le 02/01/1861, mise en service de la ligne de 7 km entre Rives et Le Grand-Lemps, par la Compagnie du PLM.
- Le 22/08/1861, mise en service de la ligne de 22 km entre Bourgoin et Saint-André-le-Gaz, par la Compagnie du PLM.
- Le 14/06/1862, mise en service de la ligne de 16 km entre Saint-André-le-Gaz et Chabons, par la Compagnie du PLM.
- En 1863, le PLM prend possession affective de la Compagnie du Dauphiné, suite à l’application d’un traité signé le 22/07/1858.
- Le 09/05/1864, mise en service de la ligne de 78 km entre Valence et Moirans, par la Compagnie du PLM.
- Le 15/09/1864, mise en service de la ligne de 50 km entre Grenoble et Montmélian, par la Compagnie du PLM.
- En 1870, le dépôt de Grenoble compte 32 locomotives à vapeur dont des 030, 140 B, Bourbonnais, Engerth, puis 4A du PLM.
- En 1875, le PLM décide la construction d’une seconde rotonde, avec coupole, pour 48 locomotives à vapeur pour le dépôt de Grenoble.
- Le 11/12/1876, mise en service de la ligne de 19 km entre Grenoble-Bif. et Vif, par la Compagnie du PLM.
- Le 29/07/1878, ouverture complète de la ligne entre Grenoble et Gap, par la Compagnie du PLM.
- En 1890, retrait des locomotives à vapeur 4A du PLM du dépôt PLM de Grenoble.
- Le 03/11/1892, mise en service de la double voie entre Aspres sur Buëch et Veynes-en-Dévoluy.
- En 1894, inauguration du tramway à vapeur Grenoble - Gières – Uriage - Vizille.
- En 1896, l’indicateur PLM indiquait plusieurs trains à vapeur Paris-GL – Grenoble via Chambéry avec arrêts en gare de Gières – Uriage. Un dépliant « Tarentaise » du PLM indiquait même un voyage circulaire Annecy – Ugine – Albertville – Montmélian – Gières Uriage – Grenoble – Voiron – Saint André le Gaz – Lépin le lac – Chambéry – Aix les Bains – Grésy – Albens – Rumilly – Lovagny – Annecy, avec un billet valable 15 jours. Ce même dépliant indiquait que le PLM offrait une réduction pour l’achat d’un billet aller-retour pour l’exposition nationale suisse qui avait lieu à Genève (sous l’égide d’Adrien LACHENAL, alors Président de la Confédération Helvétique et Conseiller fédéral du Canton de Genève).
- Le 07/10/1896, dépôt des statuts de la Société Grenobloise des Tramways Electriques (SGTE).
- Le 17/04/1897, mise en service de la 1ère ligne A de tramways électriques, à voie métrique, de Grenoble par la SGTE.
- Le 18/08/1897, deux locomotives à vapeur, une « 4000 » et une « 022 Engerth » assure la double traction d’un train de voyageurs sur la ligne des Alpes entre Grenoble et Veynes-Dévoluy.
- En 1902, électrification des lignes de tramways des VFD.
- En 1914, circulation du train omnibus n° 1830 Marseille-Saint-Charles – Veynes-Dévoluy – Grenoble, tracté par une locomotive à vapeur, par la Compagnie du PLM.
- En 1920, création du dépôt de Vénissieux dont les locomotives à vapeur venaient, entre autres, à Grenoble.
- Le 04/06/1920, constitution en régie départementale des Voies ferrées du Dauphiné (VFD).
- En 1921, le dépôt de Grenoble reçoit dans ses effectifs des locomotives à vapeur 140 C du PLM, pour service sur Grenoble – Lyon, Grenoble – Veynes et Chambéry – Grenoble – Valence.
- En 1922, les nouvelles locomotives à vapeur 231 D du dépôt de Lyon-Mouche assurent des trains rapides sur Lyon – Grenoble.
- En 1924, l’atelier de levage et la prise d’eau du dépôt de Grenoble reçoivent la force motrice électrique.
- En 1925, les 3 nouvelles locomotives à vapeur 4 BM du dépôt de Grenoble assurent la manœuvre des trains à Grenoble et à La Buisserate.
- En 1926, l’ancien portique de 10 tonnes est remplacé par un autre de 15 tonnes au dépôt de Grenoble.
- En 1927/1928 (service d’hiver), on note la circulation du train Express quotidien n° 2503 (1ère, 2ème et 3ème classes) Lyon-Perrache (10h00) – Grenoble (12h31/13h02) – Veynes-Dévoluy (16h27/17h00) – Marseille-Saint-Charles (22h30) et du train Express quotidien n° 2504 (1ère, 2ème et 3ème classes) Marseille-Saint-Charles (7h00) – Veynes-Dévoluy (12h13/12h43) – Grenoble (15h41/16h15) – Lyon-Perrache (19h00), par le PLM.
- En 1927/1928 (service d’hiver), on note, entre autres, la circulation du train omnibus quotidien n° 2529 (1ère, 2ème et 3ème classes) Lyon-Perrache (5h15), Grenoble (9h17) et du train Express quotidien n° 2505 (1ère, 2ème et 3ème classes) Lyon-Perrache (17h05), Grenoble (19h50) ce dernier relevant la correspondance du Rapide n° 25 Paris-G-L. (8h20) – Lyon-Perrache (16h01), par le PLM.
- En 1927/1928 (service d’hiver), on note, entre autres, la circulation du train Express n° 2643/44 Culoz (9h50) – Chambéry (10h00/10h22) – Grenoble (11h30/12h30) – Valence (14h00) et du train omnibus 2673/74 Chambéry (12h28) – Gières (14h04) - Grenoble (14h14/14h32) – Valence (17h16), par le PLM.
- En 1927/1928 (service d’hiver), on note la circulation des trains (1ère, 2ème et 3ème classes) omnibus quotidiens n° 2623, 2625 et 2629 Saint-Rambert-d’Albon (départs respectivement à 7h32, 12h02 et 20h35) – Rives (arrivées respectivement à 9h11, 13h52 et 22h14), ainsi que des trains (1ère, 2ème et 3ème classes) omnibus quotidiens n° 2622, 1626 et 2630 Rives (départs respectivement à 5h08, 13h12 et 19h58) – Saint-Rambert-d’Albon (arrivées respectivement à 6h40, 15h10 et 21h43). On note également mais uniquement dans ce sens la circulation du train MV/3ème classe n° 6306 Rives (14h00) – Saint-Rambert-d’Albon (17h55), par le PLM.
- Le 01/04/1927, on note la circulation du train Express 2641/42 Grenoble (06h55) – Genève (13h05), via Pontcharra (07h34), Montmélian (07h44/07h47), Chambéry (08h02/08h50), Aix-les-Bains (09h07/09h25), Culoz (09h48) et donnant correspondance sur le train n° 665 (Lyon 7h10) à Culoz (10h03) et Bellegarde (10h45).
- En 1928, le dépôt de Grenoble reçoit dans ses effectifs 13 locomotives à vapeur type 140 L pour services sur Veynes, Valence et Lyon.
- En 1928, le dépôt de Grenoble perd de ses effectifs ses locomotives à vapeur 140 C du PLM, revendues au PLM Algérien.
- En janvier 1929, publication du 1er numéro du « Bulletin du PLM », revue bimestrielle destinée au personnel.
- En 1932, le dépôt de Grenoble est doté de l’éclairage électrique.
- En 1932, les nouvelles locomotives à vapeur 242 CT du dépôt de Grenoble assurent des trains sur Grenoble – Chambéry, tandis que les nouvelles locomotives à vapeur 242 DT du dépôt de Grenoble assurent des trains sur Grenoble - Veynes.
- En 1933, réception des 2 premières Michelines ZZR 1 et 2 au du dépôt de Grenoble.
- En 1933, reprise du Voiron – Saint-Béron (VSB) par les VFD.
- Le 01/09/1933, 1ère circulation d’un autorail Renault VH du dépôt de Lyon-Vaise sur la ligne Lyon-Perrache – Grenoble, par le PLM.
- En 1934, le dépôt de Grenoble compte toujours dans ses effectifs 13 locomotives à vapeur type 140 L pour services sur Veynes, Valence et Lyon.
- En 1934, le dépôt de Lyon-Vaise recevait dans ses effectifs 7 autorails Renault-VH pour circulation sur Lyon-Perrache – Grenoble.
- En 1934, commande par le PLM des autorails Decauville de la série ZZP n° 1 à 9 surnommés « Nez de cochon » en livrée bleue et grise du PLM pour circulation en Dauphiné et en Savoie, mais aussi sur la voie Dauphine entre Grenoble et Lyon. Ces autorails, affectés en 1936 au Centre autorails de Grenoble, étaient équipés de deux moteurs Diesel Saurer de 300 CV chacun et arboraient une livrée bleue et grise. Les capots furent supprimés lors de leur transformation avec cabines avancées en 1952 et 1953 par la SNCF qui leur appliqua la livrée autorail classique en rouge et crème et qui les numérota en série XAPDP 52001 à 52009 en 1962 et leur appliqua la livrée autorail classique en rouge et crème. L’autorail X 52103, de la seconde sous-série, restauré par les Ateliers d’Oullins en livrée rouge et crème, représente cette série à la Cité du Train de Mulhouse car ce fut les premiers autorails diesel à transmission électrique.
- Le 15/05/1935, renforcement des services autorails entre Lyon-Perrache et Grenoble avec 19 navettes essentiellement assurées par des autorails Renault VH du dépôt de Lyon-Vaise.
- Le 01/07/1935, création du centre autorails du dépôt de Grenoble, et les 2 Michelines ZZR 1 et 2 sont affectées à la ligne des Alpes entre Grenoble et Veynes, par le PLM.
- Le 01/07/1935, création d’une relation estivale Grenoble – Digne (Nice) par ligne des Alpes entre Grenoble et Veynes, assurée par les Michelines ZZR 1 et 2 du PLM.
- Le 20/09/1935, transfert des 2 premières Michelines ZZR 1 et 2 du centre autorails du dépôt de Grenoble au dépôt de Besançon.
- En 1935, démolition de la coupole de la seconde rotonde du dépôt de Grenoble, et construction d’un avant sur le pourtour intérieur.
- Le 01/08/1936, création par l’Etat français du billet annuel de congés payés offrant 30% de réduction.
- De 1936 à 1938, le dépôt de Grenoble reçoit dans ses effectifs 9 autorails Decauville DC 2001 à 2009 à capots d’extrémité et surnommés « nez de cochon » (futurs X 52000) qui circulent sur l’étoile ferroviaire de Grenoble.
- En été 1936, la relation estivale Grenoble – Digne (Nice) par ligne des Alpes entre Grenoble et Veynes, est assurée par les autorails Decauville de la série ZZP 1 à 9 du PLM.
- En 1937, le dépôt de Grenoble reçoit dans ses effectifs 4 autorails fourgons Berliet de la série BE ZZDM 101 à 104 en provenance du dépôt de Lyon-Vaise et qui circulent entre Grenoble et Lyon.
- En 1937, le dépôt de Grenoble reçoit dans ses effectifs 2 autorails Berliet de la série BE 3001 à 3014 qui circulent entre Grenoble et Lyon.
- Le 01/08/1937, le dépôt de Grenoble compte dans ses effectifs 4 autorails-fourgons Berliet de la série BE ZZDM 101 à 104, 2 autorails Berliet de la série BE 3001 à 3014 de 250 CV, 7 autorails Decauville ZZ P 1 à 7 (les 8 et 9 n’étant pas encore réceptionnés). Les autorails ZZP 1à 9, en livrée bleue et crème du PLM, possèdent des capots d’extrémité d’où leur surnom de « Nez de cochon ».
- En 1937, des autorails Decauville et des autorails Berliet stationnent sous la rotonde demi-lune type G du dépôt de Grenoble.
- Le 31/08/1937, parution du décret-loi instituant la création de la SNCF.
- Le 01/01/1938, la Compagnie du PLM cède la place à la SNCF.
- En 1938, le dépôt de Grenoble compte dans ses effectifs 10 locomotives à vapeur type 140 L pour services sur Veynes, Valence et Lyon.
- En 1938, réception des autorails Decauville ZZ P 8 et 9 au Centre Autorails de Grenoble.
- En 1938, création d’un train aller-retour quotidien Lyon-Perrache – Grenoble – Veynes-Dévoluy – Marseille-Saint-Charles (et retour) en rame tractée par une locomotive à vapeur type Mikado de la série 141 C du dépôt de Vénissieux ou de Grenoble.
- En septembre 1938, le nouvel autorail Renault ADX2 effectue des essais sur le début de la ligne des Alpes de Grenoble à Monestier-de-Clermont.
- En hiver 1938, on note la circulation des Rapides nocturnes 29/30 Paris-GL – Grenoble et SM/MS Genève – Ventimiglia/Vintimille et les Express de jour Paris-GL – Grenoble (en 9h40 de durée de trajet), Le Croisic – Grenoble via Lyon, et le GM/MG Genève – Marseille-Saint-Charles.
- En 1939, le dépôt de Grenoble avait, entre autres, des locomotives à vapeur de type 141C, 141 D, 141 E et 140 B pour tracter des trains sur les lignes de l’étoile de Grenoble sur Chambéry, Lyon, Valence et Veynes.
- En janvier 1939, le nouvel autorail Renault AEK effectue des essais sur le début de la ligne des Alpes de Grenoble à Monestier-de-Clermont.
- En juin 1939, deux autorails ABJ 3 effectuent en jumelage des essais sur le début de la ligne des Alpes de Grenoble à Monestier-de-Clermont.
- En septembre 1939, fin la relation estivale Grenoble – Digne (Nice) par ligne des Alpes entre Grenoble et Veynes, est assurée par les autorails Decauville de la série X 2000 de la SNCF (ex- ZZP 1 à 9 du PLM).
- Le 01/07/1939, la ligne de Saint-Rambert-d’Albon à Rives est classée ligne coordonnée par la SNCF.
- En 1941, le dépôt de Grenoble reçoit du dépôt d’Ambérieu (Ain) des locomotives du type 140 B du PLM en lieu et place des 141 F.
- Le 01/08/1942, le roulement des locomotives à vapeur (type Mikado) 141 C (dont la 141 C 220) du dépôt de Grenoble indiquait des tournées sur Chambéry, La Buisseratte, Lyon, Rives, Saint-André-le-Gaz, Valence, Vif et Voiron.
- En 1942, les locomotives à vapeur (type Mikado) 141 E (ex-141 C modifiées) du dépôt de Grenoble assurent des trains sur Lyon – Grenoble, Valence – Grenoble – Chambéry – Genève et sur Grenoble - Veynes.
- En mars 1943, la ligne de Lyon à Grenoble a été desservie pour la première fois par une locomotive à vapeur (type Mikado) 141P du dépôt de Vénissieux.
- Au printemps 1943, le dépôt de Grenoble a reçu la mutation de 2 locomotives à vapeur (type Mikado) 141P n° 3 et 9, en provenance du dépôt de Vénissieux.
- En 1943, un autorail Berliet équipé d’un gazogène effectue des essais sur la ligne Lyon à Grenoble.
- Le 01/01/1944, le dépôt de Grenoble compte 81 locomotives à vapeur dont 20 locs 141 C, D et F (dont la 141 F 66), 8 locs 141 P, 39 locs 140 B, 1 loc 4 A, 2 locs 3B, 6 locs 3M, 3 locs 4BM, et 1 loc 3 AT.
- Le 31/01/1944, le dépôt de Grenoble a reçu la mutation de nouvelles locomotives à vapeur (type Mikado) 141P n° 1, 2, 5, 6, 7, 8, 10 et 11, en provenance du dépôt de Vénissieux.
- Le 15/05/1944, le dépôt de Grenoble a reçu la mutation de nouvelles locomotives à vapeur (type Mikado) 141P n° 12, 13, 14 et 15, en provenance du dépôt de Vénissieux. Toutes les locomotives 141 P n° 1 à 15 sont désormais affectées au dépôt grenoblois.
- Le 26/05/1944, la locomotive 141 P n° 9 est détruite lors du bombardement du dépôt de Chambéry où elle était en stationnement. Elle sera rapatriée à Grenoble et garée en RD près du Passage à niveau du Cours Berriat.
- En 1944, le dépôt de Grenoble reçoit dans ses effectifs la locomotive à vapeur 140 L 67 pour services sur Grenoble – Montmélian voire Chambéry.
- En juillet 1944, la locomotive à vapeur 140 L 67 du dépôt de Grenoble est détruite lors d’un sabotage près de la gare de Pontcharra-sur-Bréda.
- En 1945, le dépôt de Grenoble réceptionne la 2ème série d’autorails Decauville de la série XDC 2101 à 2110, de la SNCF.
- Le 01/07/1945, le dépôt de Grenoble compte 100 locomotives à vapeur dont 21 locs 141 C, D et F, 15 locs 141 P, 39 locs 140 B, 10 loc 140 F et 140 L, 1 loc 4A, 2 locs 3B, 6 locs 030TB, 2 locs 040TA, 3 locs 040TB et 1 loc 3 AT.
- Le 01/08/1945, des locomotives à vapeur (type Mikado) 141 P du dépôt de Grenoble ont effectué des roulements sur Chambéry, Lyon-Perrache, Valence-Ville et Avignon-Centre. Des locomotives 141 P grenobloises tracteront régulièrement à partir de cette date les trains Alpes-Pyrénées (AP/PA) Saint-Gervais – Hendaye et retour, soit entre Chambéry et Avignon, soit entre Grenoble et Avignon.
- Le 21/09/1945, à 20h30, l’autorail Decauville XDC 2107 assurant le TA 1568 Valence-Ville (19h35) – Romans (circulant à 20 km/h) fait un nez à nez avec le train marchandises-Voyageurs MV 9701 Romans – Valence (circulant à 55 km/h) s’étant engagé à tord en franchissant le carré fermé du PK 15,840 sur la voie unique temporaire (remplaçant la partie détruite par fait de guerre) sur le viaduc de la Vernaison (au niveau des arches en pierres côté Romans). L’explosion des pétards de sécurité ne permit pas, malgré le renversement de la vapeur par le mécanicien de la locomotive, l’arrêt avant les 219 mètres où était l’aiguille de dédoublement côté Valence située au PK 16.059. La locomotive à vapeur (type Mikado) ex-PLM prit de face l’autorail Decauville qui prit feu. Lors du choc, le fourgon en bois placé derrière la locomotive à vapeur se retourna sur le tender et fut broyé par un wagon chargé de 80 tonnes de charbon placé derrière lui. La collision fit 35 morts parmi les passagers qui avaient pris place dans le fourgon en bois et une centaine de blessés parmi les voyageurs des deux trains. Le mécanicien de la locomotive à vapeur fut rendu responsable de la collision et l’enquête prouva qu’il avait volontairement détruit le dispositif enregistreur « Flamand » de sa locomotive car il a été dument établi que sa destruction n’avait en aucun cas pu être due à la collision. L’XDC 2107 grenoblois sera réformé et démoli.
- En 1945 et en 1946, des trains spéciaux de la Croix-Rouge amenaient des anciens prisonniers, mais aussi des vivres. Un grand nombre de ces trains assuraient des relations régulières depuis Saint-Maurice (en Valais, en Suisse) à Avignon (en Provence, en France) via Saint-Gingolph, Annemasse, Annecy, Montmélian, Gières-Uriage, Grenoble, Valence, Portes les Valence. Ces trains étaient tractées par des locomotives à vapeur de type Decapod de la série C 5/6 des Chemins de Fer Fédéraux suisses (CFF) provenant principalement du dépôt de Saint-Maurice. Ces locomotives ont également été louées par les chemins de fer français pour assurer d’autres trains, dans l’attente de reconstituer un parc de locomotives suffisants après les nombreuses destructions dues à la guerre.
- Le 26/05/1946, la 141 P 6, du dépôt de Grenoble qui avait été victime en 1944 du bombardement du dépôt de Chambéry où elle était en stationnement et qui avait été rapatriée à Grenoble (RD), a finalement été jugée irréparable, mise en attente d’amortissement (AA), puis fut radiée ultérieurement.
- En été 1946, reprise de la relation estivale Grenoble – Digne (Nice) par ligne des Alpes entre Grenoble et Veynes, est assurée par les autorails Decauville de la série ZZP 1 à 9 et XDC 2100.
- En 06/09/1946, le dépôt de Grenoble reçoit sa 1ère locomotive à vapeur (type Mikado) 141 R, la n° 717, quasiment neuve puisque restée seulement 2 semaines au dépôt Ambérieu.
- En 16/09/1946, le dépôt de Grenoble reçoit sa 2ème locomotive à vapeur (type Mikado) 141 R, la n° 729, également quasiment neuve puisque restée aussi seulement 2 semaines au dépôt Ambérieu.
- Fin septembre 1946, le dépôt de Grenoble a reçu, en plus des locomotives à vapeur 141R 717 et 729, les 141 R n° 730, 732, 742, 744, 755, 756, 758, 880, 881, 903, 904, 906, 909, 921, 923, 925 et 928 toutes neuves. De plus, il reçoit en provenance d’Ambérieu les 141 R 731, 740, 741 et 743. Les 141 R grenobloises sont utilisées tracter des trains de voyageurs, messageries et marchandises sur les lignes de Grenoble à Chambéry, à Lyon et à Valence, mais aussi jusqu’à Portes-triage.
- Le 28/09/1946, à Montmaur, l’autorail XDC 2009, assurant le TA 1863 Veynes-Dévoluy – Briançon, fait une collision frontale (nez à nez) avec le train MV 9724 Briançon – Veynes-Dévoluy, tracté par une locomotive à vapeur 242 DT. Le mécanicien de l’autorail avait interprété un signal de manœuvre pour un signal de départ et était parti prématurément de Veynes sans attendre l’arrivée du train en sens inverse. On déplore 9 morts, 12 blessés graves, 20 blessés légers. L’XDC 2009 grenoblois sera réformé et démoli.
- En 10/1946, le dépôt de Grenoble a reçu les locomotives à vapeur (type Mikado) 141R n° 742, 744, 755, 925 et 928 toutes neuves.
- Le 01/11/1946, des locomotives à vapeur (type Mikado) 141 P du dépôt de Grenoble ont effectué des roulements sur Chambéry, Valence, Lyon et Vénissieux.
- En 11/1946, le dépôt de Grenoble a reçu les locomotives à vapeur (type Mikado) 141R n° 756, 921 et 923 toutes neuves.
- En décembre 1946, 10 locomotives à vapeur (type Mikado) 141 P du dépôt de Grenoble sont mutées à celui de Dole, à savoir les 141 P 1, 2, 4, 5, 7, 10, 11, 12, 13 et 15.
- Le 31/12/1946, le dépôt de Grenoble avait reçu 21 locomotives à vapeur (type Mikado) 141R à charbon.
- En février 1947, les 3 dernières de locomotives à vapeur (type Mikado) 141 P du dépôt de Grenoble sont mutées à celui de Dole, à savoir les 141 P 3, 8 et 14.
- En 1947, l’autorail XDC 2107 grenoblois est accidenté près de Romans, il sera radié puis démoli.
- En juillet 1947, l’autorail prototype X 7029 effectue des essais sur la ligne des Alpes de Grenoble à Veynes-Dévoluy.
- Le 24/09/1947, le dépôt de Grenoble reçoit dans ses effectifs la locomotive à vapeur (type Mikado, de SLM) 141 C 2 en provenance du dépôt d’Ambérieu pour réparation.
- En novembre 1947, l’autorail prototype X 7029 effectue à nouveau des essais sur la ligne des Alpes de Grenoble à Veynes-Dévoluy.
- En février 1948, l’autorail prototype X 7029, rebaptisé X 5010, effectue à nouveau des essais sur la ligne des Alpes de Grenoble à Veynes-Dévoluy.
- Le 15/07/1948, le dépôt de Grenoble voit sa dotation de 141 R fuel augmenter et certaines de ses 141 R charbon converties au fuel.
- En 1949, une locomotive à vapeur (type Mikado) 141 D tracte de Veynes-Dévoluy à Grenoble, le train Direct 1832 Marseille-Saint-Charles – Lyon-Perrache.
- Le 07/05/1949, le dépôt de Grenoble a toujours dans ses effectifs la locomotive à vapeur SLM de 141 C 2.
- Le 07/06/1949, le dépôt de Grenoble prête la locomotive à vapeur (type Mikado, de SLM) 141 C 2 au dépôt d’Annemasse.
- Le 19/06/1949, le dépôt d’Annemasse retourne la locomotive à vapeur (type Mikado, de SLM) 141 C 2 au dépôt de Grenoble.
- En 1948, tous les services voyageurs en tramways des VFD sont supprimés et remplacés par des autocars « Chausson », sauf un aller et retour les dimanches après midi entre Grenoble et Uriage via Gières.
- Le 01/04/1949, le dépôt de Grenoble avait dans ses effectifs 27 locomotives à vapeur (type Mikado) 141 R au fuel, à savoir les 141 R les n° 717, 721, 725, 727, 728, 729, 730, 731, 732, 740, 741, 742, 743, 744, 755, 756, 758, 880, 881, 903, 904, 906, 909, 921, 923, 925 et 928.
- En mai 1950, le dépôt de Grenoble avait son premier aller-retour avec locomotive à vapeur de type 141R fuel sur Grenoble - Veynes-Dévoluy.
- Le 01/07/1950, le dépôt de Grenoble compte 74 locomotives à vapeur dont 21 locs 141R, 30 locs 141 C, D et E, 14 locs 140 E, 5 locs 030 TB et 4 locs 040 TB.
- Le 08/12/1950, le dépôt de Grenoble prête à nouveau la locomotive à vapeur (type Mikado, de SLM) 141 C 2 au dépôt d’Annemasse.
- Le 28/01/1951, le dépôt d’Annemasse retourne la locomotive à vapeur (type Mikado, de SLM) 141 C 2 au dépôt de Grenoble.
- En février 1951, le nouvel autorail « U 300 » Picasso X 3801 effectue des essais sur la ligne des Alpes de Grenoble à Veynes-Dévoluy.
- En juin 1951, le nouvel autorail Decauville « U 600 » X 2401 effectue des essais sur la ligne des Alpes de Grenoble à Veynes-Dévoluy.
- Le 01/01/1952, le dépôt de Grenoble avait reçu 20 locomotives à vapeur de type 141R au fuel.
- Le 01/01/1952, le dépôt de Grenoble avait aussi dans ses effectifs 4 locomotives à vapeur (type Mikado) 141 C, à savoir les 141 C 19, 141 C 75, 141 C 141 et 141 C 246, 4 locomotives à vapeur de type 141 D, à savoir les 141 D 57, 141 D 67, 141 D 189 et 141 D 230, 18 locomotives à vapeur de type 141 E, à savoir les 141 E 2, 141 E 12, 141 E 81, 141 E 89, 141 E 145, 141 E 223, 141 E 234, 141 E 236, 141 E 243, 141 E 262, 141 E 264, 141 E 284, 141 E 356, 141 E 360, 141 E 431, 141 E 490, 141 E 573 et 141 E 680.
- Le 01/07/1952, le dépôt de Grenoble compte 62 locomotives à vapeur dont 20 locs 141R, 25 locs 141 E, 7 locs 140 E, 4 locs 030 TB, 4 locs 040 TB, 2 locs 040 TX et 1 loc 230 A.
- Le 31/08/1952, dernier jour de circulation des anciens tramways électriques de Grenoble (sur le Cours Berriat), par la SGTE.
- En hiver 1952, le dépôt de Grenoble cédait 8 locomotives à vapeur (type Mikado) 141 R au fuel au dépôt de Vénissieux pour la traction de trains sur la ligne de Lyon à Grenoble. Le dépôt de Grenoble reçoit en compensation 9 locomotives à vapeur (type Mikado, de SLM) 141 E portant la dotation des machines de ce type à 27 unités.
- Le 08/12/1952, le dépôt de Grenoble cède la locomotive à vapeur SLM (type Mikado) 141 C 2 au dépôt de Chambéry.
- En 1952 et 1953, transformation des autorails Decauville ZZP 1 à 9. Les capots d’extrémités qui leur avaient valu le surnom de « Nez de cochon » furent supprimés lors de leur transformation avec cabines avancées par la SNCF et qui leur appliqua la livrée autorail classique en rouge et crème.
- En janvier 1953, un autorails XDC 2000, à nez de cochon et en livrée rouge et crème, assure un omnibus Veynes-Dévoluy - Grenoble.
- En février 1953, un autorail X 52100 du dépôt de Grenoble, en livrée rouge et crème, tractant une voiture « boite à tonnerre », en livrée verte, assurent un omnibus Bourg-Saint-Maurice – Chambéry.
- Le 15/06/1953, la relation estivale Grenoble –Digne (Nice) par ligne des Alpes via Grenoble et Veynes-Dévoluy, est amorcée à Genève et est assurée par les autorails Decauville de la série XDC 2000 et XDC 2100 de la SNCF.
- Du 15/06/1953 au 30/09/1953, circulation de la relation estivale Genève – Grenoble – Veynes – Digne (Nice) assurée par les autorails Decauville de la série XDC 2000 et XDC 2100 de la SNCF.
- Le 02/09/1953, l’autorail XDC 2103 (futur XABDP X 52103) assure une relation Digne – Veynes – Grenoble – Genève par la ligne des Alpes.
- Le 01/01/1954, le dépôt de Grenoble compte dans ses effectifs 11 locomotives à vapeur (type Mikado) 141 R fuel et 27 locomotives à vapeur de type 141 E (à charbon) dont 9 garées bon état.
- Le 28/01/1954, le Centre Autorails de Grenoble réceptionne dans ses effectifs 2 autorails de type X 2400 en provenance du dépôt de Lyon-Vaise, à savoir les X 2417 et X 2427.
- En 1954, mise en place des service des premiers autorails de type X 2700 « Rames à Grand Parcours » (RGP-2) en livrée verte de la SNCF sur la relation de Genève à Cerbère via Chambéry, (Montmélian), Grenoble, Valence, Avignon, Montpellier, Narbonne.
- En 1954, la locomotive à vapeur 140 D 440 tracte un train de marchandises Grenoble – Veynes-en-Dévoluy.
- Le 01/06/1954, le Centre Autorails de Grenoble avait dans ses effectifs 6 autorails de type X 2400 dont les X 2410, X 2414, X 2417, X 2527, X 2445 et X 2459, tous en provenance du dépôt de Lyon-Vaise.
- Du 18/06/1954 au 19/09/1954, la relation estivale Genève – Grenoble – Digne (Nice) par ligne des Alpes entre Genève, Grenoble et Veynes, est assurée par les autorails Decauville de la série X 2400 du dépôt de Grenoble ou par des XDC 2000 et XDC 2100 (futurs X 52000 et X 52100) du dépôt de Grenoble.
- En 1955, la locomotive à vapeur (type Mikado) 141 E 446 (ex-PLM) tracte un train Grenoble – Veynes-en-Dévoluy.
- Le 01/10/1955, création de la relation GC/CG « Le Catalan » Genève – Chambéry – Grenoble – Avignon – Port-Bou, assurée en autorails de type RGP-2 quadricaisses de la série X 2700 + XR 7700 (en livrée verte et crème).
- En 1956, le Centre Autorails de Grenoble renvoi progressivement au dépôt de Lyon-Vaise 5 autorails de type X 2400, à savoir les X 2410, X 2414, X 2527, X 2445 et X 2459.
- Le 03/06/1956, suppression de la 3ème classe dans la plupart des pays européens dont l’Allemagne, la France, l’Italie et la Suisse, par la DB, la SNCF, les FS et les CFF.
- Le 22/07/1956, à l’Aigle à Grenoble, l’Express 1837 Lyon-Perrache – Marseille-Saint-Charles, via Grenoble et Veynes-Dévoluy, tracté par une locomotive à vapeur 141 E et composé d’une rame de voitures « 3 pattes » métallisées Sud-Est ex-PLM, fait bi-voies sur l’aiguille des lignes de Veynes et de l’ancienne ligne de Chambéry. La locomotive, son tender, le fourgon et la 1ère voiture filent en direction de Veynes alors que les 8 voitures du reste de la rame part vers Montmélian. Cet accident qui fit 3 morts et de nombreux blessés, entraîna le remplacement de ce type d’aiguillage sur tout le réseau français.
- En août 1956, l’autorail Decauville XAPDP 52009 manœuvre en gare de Grenoble.
- En septembre 1956, la locomotive à vapeur Pacific 231 G 51 (ex-PLM) tracte de Lyon à Grenoble le train 1837 Lyon-Perrache – Marseille-Saint-Charles via Grenoble et Veynes-Dévoluy, composé d’une rame de voitures « 3 pattes » ex-PLM modernisée.
- Le 26/09/1956, le dépôt de Grenoble reçoit dans ses effectifs des locomotives à vapeur de type 141 R fuel en provenance du dépôt d’Annemasse.
- Le 26/09/1956, le Centre Autorails de Grenoble renvoi au dépôt de Lyon-Vaise son dernier autorail de type X 2400, à savoir l’X 2417.
- Le 01/01/1957, le dépôt de Grenoble compte dans ses effectifs 23 locomotives à vapeur de type 141 R, à savoir les 141 R 701, 723, 724, 728, 730, 732, 740, 743, 755, 788, 790, 810, 814, 816, 897, 904, 905, 909, 911, 921, 928, 937 et 939.
- En février 1957, le nouvel autorail Carel & Fouché « Budd » X 2051 (avec caisse Inox) effectue des essais sur la ligne des Alpes de Grenoble à Veynes-Dévoluy.
- Le 28/05/1957, le Centre autorails de Carmaux (Tarn) réceptionne l’autorail X 2801, le 1er autorail de la série X 2800 de la SNCF.
- Le 02/06/1957, création des premiers trains luxueux et rapides européens de type Trans Europ Express (TEE).
- En juillet 1957, le dépôt de Grenoble cède au dépôt d’Ambérieu les locomotives à vapeur 141 R fuel n° 814 et 816.
- Le 01/01/1958, le dépôt de Grenoble avait 20 locomotives à vapeur de type 141R au fuel, les n° 724, 725, 728, 730, 732, 733, 740, 770, 775, 790, 810, 813, 881, 897, 909, 911, 914, 921, 928 et 936.
- Le 21/06/1958, le dépôt de Lyon-Vaise réceptionne l’autorail X 2818, son 1er autorail de la série X 2800 de la SNCF.
- Le 31/05/1958, le dépôt de Chambéry envoie la locomotive à vapeur SLM (type Mikado) 141 C 2, devenue 141 F 2 au dépôt de Grenoble pour VPF.
- En juillet 1958, un autorail X 2800, en livrée rouge et crème, avec deux remorques XR 7500 assure le TA 1864 Briançon – Veynes-Dévoluy – Grenoble.
- Le 15/081958, le dépôt de Grenoble renvoie la locomotive à vapeur SLM (type Mikado) 141 F 2 au dépôt de Chambéry.
- En 1958, le trajet Paris – Grenoble s’effectue en 5h37 contre 9h40 en 1938.
- En 1958, la locomotive 141 D 189 quitte la gare de Grenoble en direction de Chambéry.
- En 1958, un autorail Decauville XDC 2000, en livrée rouge et crème à toit crème, tractant 2 remorques XR en livrée rouge et crème à toit rouge, assure une relation omnibus Valence-Ville - Grenoble.
- Le 18/10/1958, le dépôt de Grenoble reçoit du dépôt d’Ambérieu la locomotive à vapeur 141 R 760 fuel.
- Le 21/10/1958, le dépôt de Grenoble reçoit du dépôt d’Ambérieu la locomotive à vapeur 141 R 816 fuel.
- Le 22/10/1958, le dépôt de Grenoble reçoit du dépôt d’Ambérieu la locomotive à vapeur 141 R 814 fuel.
- Durant l’été 1958, travaux de mise à voie unique et dépose de la double voie par la SNCF sur de la section de ligne Moirans – Saint Marcellin – Saint-Paul-lès-Romans suite au manque d’acier en France à l’époque et afin de renouveler d’autres voies prioritaires sur les lignes de la vallée du Rhône.
- Le 01/03/1959, le dépôt de Grenoble se vit à nouveau doté des locomotives à vapeur (type Mikado) 141R charbon (au détriment exclusif des 141 F de Chambéry) pour la traction de trains entre Chambéry et Bourg-Saint-Maurice, de Chambéry à Valence de Grenoble à Portes-triage, ainsi que les dessertes locales de La Buisserate à Saint-Georges-de-Commiers, et sur Domène, Pont de Claix, Jarrie-Vizille ou Rives. La 1ère machine reçue fut la 141 R 16 en provenance de Dôle. A partir de cette époque une double traction de 141 R à charbon prenait régulièrement en charge la traction des trains GR et RG Genève-Riviera (Ventimiglia/Vintimille) et Riviera (Ventimiglia/Vintimille)-Genève.
- Le 06/04/1959, l’autorail panoramique X 4201 effectue une marche d’essais de Villeneuve-Saint-Georges à Grenoble via Lyon-Brotteaux et Moirans.
- Le 31/05/1959, le train GC/CG « Le Catalan » assurant la liaison Genève – Cerbère via Chambéry et Grenoble (864,7 km) assuré avec un couplage de RGP-2 + RGP-1 (en livrée verte et crème) de la SNCF.
- Le 31/05/1959, les autorails panoramiques X 4205 et X 4206 assurent pour la 1ère fois la relation « Alpazur » Genève – Grenoble – Veynes-Dévoluy – Digne (et retour).
- En été 1959, un autorail XDC 2000 + 3 remorques XR 7500 assurent un omnibus Grenoble – Chambéry et franchissent le passage à niveau du Cours Jean Jaurès à Grenoble.
- En août 1959, un autorail Decauville XDC 2100, en livrée rouge et crème à toit crème, tractant 3 remorques XR 7500 en livrée rouge et crème à toit crème, assure une relation omnibus Lyon-Perrache - Grenoble.
- Le 01/01/1960, le dépôt de Grenoble avait dans ses effectifs 40 locomotives à vapeur (type Mikado) 141 R dont 21 à charbon et 19 au fuel, 9 locomotives à vapeur de type 141 E, à savoir les 141 E 55, 141 E 192, 141 E 290, 141 E 413, 141 E 490, 141 E 539, 141 E 573 141 E 616, et 141 E 653, 4 locomotives à vapeur de type 141 F, à savoir les 141 F 157, 141 F 262, 141 F 274 et 141 F 369.
- Au printemps 1960, le dépôt de Grenoble avait supprimé de son parc les locomotives à vapeur (type Mikado) 141 E et 141 F.
- En 1960, le dépôt de Grenoble accueillait la nouvelle locomotive diesel 040 DG-502, en livrée d’origine bleue à bandes orangées, pour des essais sur l’étoile de Grenoble, dont Grenoble – Veynes.
- Le 29/05/1960, le train GC/CG « Le Catalan » assurant la liaison Genève – Cerbère via Chambéry et Grenoble (864,7 km) assuré uniquement par des RGP-1 (en livrée verte et crème) de la SNCF, le couplage avec les RGP-2 de moindre puissance posant des problèmes de traction.
- Du 30/06/1960 au 01/10/1960, les autorails panoramiques X 4200 de Marseille assurent pour la relation « Alpazur » Genève – Grenoble – Digne (et retour Express 708) ainsi que des relations Marseille – Grenoble via Veynes (et retour).
- En été 1960, le train Direct 1837/1832 Lyon-Perrache – Marseille-Saint-Charles via Grenoble et Veynes-Dévoluy (et retour) est tracté pour la 1ère fois par des locomotives à vapeur de la série 141 R, de Lyon-Perrache à Veynes. La rame est composée de 9 voitures « 3 pattes » métallisées Sud-Est ex-PLM.
- Le 02/12/1960, en gare de Saint-Egrève près de Grenoble, un convoi de marchandises Grenoble-La Buisseratte – Lyon-Guillotière tracté par une locomotive à vapeur de type 141 R fut engagé sur une mauvaise voie suite à une erreur d’aiguillage. Au lieu de rester sur les voies principales, le train s’engagea alors sur une voie de garage, défonça le butoir et dérailla. On déplora 2 morts sur la locomotive, le mécanicien Derozier et le chauffeur Mondon ayant été broyés dans la cabine de conduite par le tender poussé par le poids des wagons du convoi.
- En décembre 1960, une double traction d’autorails Decauville XDC 2000 + XDC 2100, en livrée rouge et crème, assure la relation Lyon-Perrache – Grenoble – Veynes-Dévoluy - Digne sous le soleil dans un décors enneigé. Il est suivi d’un autorail X 2400, en livrée rouge et crème, tractant une XR 7500 assurant une relation Grenoble – Veynes.
- En janvier 1961, un autorail de type RGP 2 bicaisses (série X 2700), en livrée verte et crème, affrétée par les Etablissements « Berliet-Automonin » de Grenoble, assure une relation Grenoble - Vénissieux (et retour) pour emmener sa clientèle visiter les usines Berliet (bus, cars et camions) de Vénissieux.
- En mars 1961, une composition d’autorail X 2400 + XR 7500 + XDC 2100, en livrée rouge et crème, assure la relation 1839 Grenoble – Veynes où elle sera rattachée au TA 1920/21 venant de Briançon pour Marseille.
- En avril 1961, la locomotive à vapeur au fuel (type Mikado) 141 R 1108 tracte de Veynes-Dévoluy à Lyon-Perrache l’Express 1832 Marseille-Saint-Charles – Lyon-Perrache via Veynes-Dévoluy et Grenoble, composé de 11 voitures « 3 pattes » métallisées Sud-Est.
- Le 18/04/1961, la locomotive diesel-électrique 040 DG 502 (future BB 66902) du dépôt de Portes-lès-Valence vient au dépôt de Grenoble pour effectuer des essais sur la ligne des Alpes de Grenoble à Veynes-Dévoluy.
- Le 28/06/1961, le Direct 1612/11 Valence-Ville (12h30) – Grenoble – Chambéry – Aix-les Bains (14h33) est assurée avec un autorail X 4200 panoramique + autorail X 2400 + 2 remorques unifiées XR 7500. Au retour, le Direct 1614/13 Aix-les-Bains (15h20) – Chambéry – Grenoble – Valence-Ville (17h30), est assurée avec un autorail X 4200 panoramique + 2 remorques unifiées XR 7500 + autorail X 2400, tandis que la relation Express 704/03 « Alpazur » Genève (11h00) – Digne (16h44) est assurée par un autorail X 4200 panoramique en solo + une voiture unifiée XR 7300 ajoutée à Grenoble (+ renfort éventuel avec une voiture unifiée et un autorail Decauville XDC 2000 ou XDC 2100 de Genève à Grenoble). La relation Express 1834 Marseille-Saint-Charles (17h30) – Grenoble (22h43) des dimanches et fêtes est assurée par un autorail X 4200 panoramique + 1 remorque unifiée XR 8100 (de bout en bout) + une remorque unifiée XR 7800 + un autorail X 3800 de Marseille-Saint-Charles à Veynes-Dévoluy.
- Le 01/07/1961, le dépôt de Grenoble compte 54 locomotives à vapeur 141R dont 22 au fuel et 4 locomotives de manœuvre 040 TC à savoir les n° 4, 61, 65 et 90.
- En été 1961, deux RGP2 encadrant 2 remorques XR, en livrée vert et crème, assurent le train CG « Le Catalan » Cerbère – Genève via Grenoble.
- En décembre 1961, le dépôt de Lyon-Vaise engage des autorails de la série X 2800 sur la ligne de Lyon à Grenoble.
- Le 01/01/1962, renumérotation du parc moteur de la SNCF. Les autorails Decauville du Centre Autorails de Grenoble sont réimmatriculés X 52001 à X 52009 pour les ZZP 1 à 9, et X 52101 à X 2106, X 52108 et X 52110 pour les XDC 2001 à 2006, 2008 et 2010.
- Le 01/01/1962, le dépôt de Grenoble comptait dans ses effectifs 52 locomotives à vapeur de type 141R dont 34 locomotives à vapeur de type 141R charbon, à savoir les 141 R 16, 101, 122, 129, 182, 197, 211, 221, 232, 245, 249, 265, 266, 286, 291, 294, 297, 373, 381, 392, 399, 409, 419, 459, 463, 520, 530, 531, 554, 593, 631, 662, 670 et 691, ainsi que des 141 R au fuel, à savoir les 141 R 724, 728, 730, 732, 733, 740, 775, 790, 810, 813, 881, 906, 909, 914, 921, 925, 928 et 936.
- En juin 1962, la locomotive diesel-électrique BB 66039 (ex 040 DG 39 déjà renumérotée), en livrée bleue avec lisérés jaune jonquille, tracte le train de fret 9806/5 de Valence à Grenoble.
- En été 1962, l’autorail Decauville X 52102, fraichement repeint en livrée d’origine et avec son nouveau marquage, et la locomotive diesel-électrique BB 66071, en livrée d’origine bleue avec liserés jaunes, stationnent côte à côte sur les voies du poste d’alimentation de sable pour freinage à l’entrée de la rotonde G en demi-lune.
- En été et automne 1962, le dépôt de Grenoble envoie les 141 R 129, 266, 409 et 631 pour garage en bon état (GBE) à Chambéry.
- En août 1962, la SNCF loua aux CFF la locomotive à vapeur à charbon 141 R 399 du dépôt de Grenoble, pour des essais en charge d’un pont entre Oerlikon et Wallisellen le 27/08/1962. L’acheminement de Grenoble à Zürich s’effectua via Genève où elle fut tractée par la locomotive électrique Ae 3/6 II n° 10407 des CFF jusqu’à Zürich.
- Du 03/06/1962 au 14/12/1962, la locomotive à vapeur 141 R 266 reste inutilisée.
- Du 18/09/1962 au 12/12/1962, la locomotive à vapeur 141 R 129 reste inutilisée.
- Le 01/01/1963, le dépôt de Grenoble comptait dans ses effectifs 50 locomotives à vapeur de type 141R dont 25 à charbon, à savoir les n° 16, 101, 129, 182, 211, 232, 245, 249, 265, 266, 286, 291, 392, 399, 409, 419, 457, 459, 520, 530, 531, 593, 631, 662 et 691, et 25 au fuel, à savoir les 141 R n° 724, 728, 729, 730, 732, 733, 740, 775, 790, 810, 813, 815, 818, 881, 906, 909, 914, 921, 925, 928, 936, 975, 983, 1009 et 1077.
- Du 08/01/1963 au 27/02/1963, les locomotives à vapeur 141 R 182 et 266 restent inutilisées.
- En 1963, le dépôt de Chambéry recevait ses premières dotations de locomotives diesel-électriques de type BB 67000 et A1A-A1A 68000 pour la traction des trains principalement sur l’étoile de Grenoble et la Tarentaise. La locomotive BB 67002 assure son 1er train commercial avec le rapide 630 Bourg-Saint-Maurice – Paris-GL de Bourg-Saint-Maurice à Lyon-Perrache.
- En 1963 débutèrent les travaux de l’estacade ferroviaire de Grenoble. Pendant la construction de l’estacade, une déviation a voie unique fut construite avenue Joseph Rey empruntée pour la première fois le 05/02/1963 à 11h22 par une rame RGP verte (X 2700 + XR) assurant la relation Genève - Port-Bou, baptisée le « Catalan ». Passant alors au pied des immeubles de cette rue, les doubles tractions de 141 R tractant les trains lourds comme le Ventimiglia/Vintimille – Genève (démarrant de la gare de Grenoble) étaient particulièrement redoutées des riverains qui voyaient leur immeuble trembler et envelopper d’un nuage d’escarbilles et de fumée. Les premières locomotives à circuler sur l’estacade furent celles des trains de travaux pour la pose des voies qui étaient tractés soit par des 040 TC soit par des 141 R.
- En mars 1963, une composition d’autorail X 2400 + 3 XR 7500 + X 52000, en livrée rouge et crème, assure la relation TA Grenoble – Lyon-Perrache.
- Le 14/03/1963, lors d’une manœuvre en gare de Voiron, une rame de 16 wagons de marchandises d’un train parti à la dérive en direction de Grenoble. Dans l’urgence de la situation, une locomotive à vapeur (type Mikado) 141 R manœuvrant en gare de Moirans fut utilisée comme butoir pour stopper le convoi en dérive. La collision fut très violente, les wagons percutèrent à la vitesse de 140 km/h la 141 R et s’enchevêtrèrent les un dans les autres formant un gigantesque et spectaculaire tas de ferraille de 20 mètres de haut, mais sans faire de victime, ni endommager la bâtiment voyageurs (BV) de la gare.
- En mai 1963, la nouvelle locomotive diesel-électrique A1A-A1A 68001 a effectué une marche d’essais sur la ligne des Alpes entre Grenoble et Veynes-Dévoluy.
- Début juin 1963, le dépôt de Grenoble reçoit dans ses effectifs 12 locomotives à vapeur 141 R fuel en provenance de Vénissieux.
- En juin 1963, la nouvelle locomotive diesel-électrique BB 67001, en livrée bleue et blanche avec fenêtres d’angles, a effectué une marche d’essais sur la ligne des Alpes entre Grenoble et Veynes-Dévoluy.
- Le 22/07/1963, la locomotive diesel-électrique BB 67001, en livrée bleue et blanche avec fenêtres d’angles, assurait une marche d’essais entre Lyon-Perrache, Lyon-Guillotière et Grenoble, avec une rame composée de deux voitures de mesures et 11 voitures-voyageurs « 3 pattes » métallisées Sud-Est ex-PLM.
- Le 23/07/1963, la locomotive diesel-électrique BB 67001, en livrée bleue et blanche avec fenêtres d’angles, était au dépôt de Grenoble et a effectué une marche d’essais entre Grenoble et Veynes en Dévoluy, via Monestier-de-Clermont.
- Le 25/07/1963, la locomotive diesel-électrique BB 67001, en livrée bleue et blanche avec fenêtres d’angles, assurait une nouvelle marche d’essais entre Grenoble et Gap, avec une rame composée de deux voitures de mesures et 11 voitures-voyageurs « 3 pattes » métallisées Sud-Est ex-PLM.
- En été 1963, un autorail bimoteurs Decauville X 52100 tractant deux remorques XR Decauville, tous en livrée rouge et crème à toit crème, assure le TA n° 1649 de fin de matinée Grenoble – Chambéry.
- En été 1963, l’autorail bimoteurs X 2452 tractant deux remorques XR Decauville, tous en livrée rouge et crème à toit crème, assure un TA Grenoble – Chambéry.
- Le 30/08/1963, une locomotive à vapeur (type Mikado) 141 R à charbon du dépôt de Grenoble tracte un train de marchandises Chambéry – Grenoble, composé de wagons UFR (chargés de remorques rail-route).
- Le 10/09/1963, circulation d’un autorail panoramique de la série (Reihe) X 4200 entre Genève et Grenoble.
- En novembre 1963, la locomotive diesel-électrique BB 67011, en livrée d’origine bleue et blanche avec fenêtres d’angles, franchit le Cours Berriat sur le tablier métallique provisoire de 63 tonnes fabriqué à Saint-Dizier, pendant la construction de l’estacade et du passage inférieur du Cours Berriat.
- Le 01/01/1964, le dépôt de Grenoble comptait dans ses effectifs 34 locomotives à vapeur (type Mikado) 141R dont 17 à charbon et 17 au fuel.
- Le 31/03/1964, le dépôt de Grenoble reçoit dans ses effectifs la locomotive à vapeur de manœuvre 040 TC 27 en provenance du dépôt d’Alès.
- Le 14/04/1964, la locomotive diesel-électrique BB 69001 du dépôt de Chalindrey était au dépôt de Grenoble et effectué une marche d’essais entre Grenoble et Veynes-Dévoluy.
- En mai 1964, la locomotive diesel-électrique BB 67011, en livrée d’origine bleue et blanche avec fenêtres d’angles, tracte le train direct 1822 Grenoble – Lyon-Perrache, avec une tranche de voiture pour Paris-GL.
- En mai 1964, la SNCF tenait un stand avec de nombreuses maquettes « Arma » (dont une RGP1 bicaisses verte et crème, un X 4200 et une 2D2 9100) à la foire de Printemps au Palais des Expositions du parc Paul Mistral.
- Le 31/05/1964, mise en service du train rapide de 1ère classe avec supplément GM « le Rhodanien » Genève (17h26) – Marseille-Saint-Charles (22h45) via Bellegarde (17h53), Culoz (18h18), Aix-les-Bains (18h37), Chambéry (18h49), Grenoble (19h30), Romans – Bourg-de-Péage (20h19), Valence-Ville (20h34) et Avignon-Centre (21h37), avec en sens inverse le rapide de 1ère classe avec supplément MG « le Rhodanien » Marseille-Saint-Charles (08h00) – Genève (13h15) via Avignon-Centre (09h05), Valence-Ville (10h09), Romans – Bourg-de-Péage (10h22), Grenoble (11h12),Chambéry (11h52), Aix-les-Bains (12h04), Culoz (12h25) et Bellegarde (12h47), assuré par des rames automotrices diesel-électriques ex-TEE de type RGP 1, rouge et crème, en bi, tri, quadri, pentacaisses (parfois 6 en période de pointe).
- Le 31/05/1964, on note le train GC/CG le « Catalan » assurant la liaison Genève – Cerbère via Chambéry et Grenoble (864,7 km) assuré avec des RGP-1 quadricaisses ex-TEE de 1ère classe de la SNCF.
- Le 31/05/1964, des autorails de la série X 2800 du dépôt de Marseille-Blancarde assurent désormais les relations Marseille-Saint-Charles – Grenoble via Veynes-Veynes-Dévoluy.
- Le 11/06/1964, le dépôt de Grenoble reçoit dans ses effectifs la locomotive à vapeur de manœuvre 040 TC 61 en provenance du dépôt de Marseille-Blancarde et transfert au dépôt d’Annemasse 6 locomotives à vapeur 141 R fuel, à savoir les 141 R 730, 775, 921, 928, 1009 et 1077.
- Le 30/06/1964, la locomotive à vapeur 141 R 963 (au fuel) du dépôt de Grenoble est radiée des effectifs.
- En juillet 1964, la locomotive à vapeur 141 R 129 (à charbon, du dépôt de Grenoble, mais ex-Dôle et ex-Ambérieu), tracte de Lyon-Perrache à Grenoble un Express Paris-GL – Grenoble, composé de 6 voitures dont une mixte-fourgon.
- Le 15/09/1964, l’autorail panoramique X 4210 tractant la remorque XR 7921, tous deux en livrée rouge et crème, assure la relation Alpazur Genève – Grenoble – Digne.
- Le 15/10/1964, à 13h05, 1ère circulation en provenance de Veynes d’un X 2800, en livrée rouge et crème, en solo sur l’estacade longue de 897 mètres de la SNCF supprimant 4 passages à niveau (Berriat, Chorrier, Jaurès et Aigle) au cœur de Grenoble.
- Le 18/11/1964, circulation d’une RGP-1 rouge ex-TEE (série X 2770) quadricaisses assurant le train Genève – Marseille-Saint-Charles, baptisé le « Rhodanien », et d’une RGP-1 verte assurant le train Genève – Port Bou, baptisé le « Catalan ».
- Le 18/11/1964, mise en service des voies pour Chambéry de l’estacade SNCF à 11h00 avec le passage d’une RGP-1 rouge ex-TEE bicaisses assurant le train Genève – Marseille-Saint-Charles baptisé le « Rhodanien ».
- De 1964 à 1965, destruction de la grande rotonde couverte circulaire de 30 voies de l’ancien dépôt de Grenoble de l’avenue Pierre Sémard.
- Vers les années 1964/1965, l’autorail Decauville XABDP 52104 est gravement endommagé en gare de Tullins-Fures.
- Le 02/01/1965, dernière circulation des trolleybus Vetra VBR (aptes à 80 km/h) sur la ligne suburbaine Marseille-Saint-Charles – Aix-en-Provence (crée en 1948), suite à leur remplacement par des autocars. Trois de ces trolleybus VBR du réseau de Marseille furent revendu au réseau SGTE de Grenoble où ils reprirent du service.
- En février 1965, une double traction de locomotives à vapeur (type Mikado) 141 R tracte de Lyon-Perrache à Grenoble un lourd train supplémentaire de voyageurs Paris-GL – Grenoble.
- Le 03/03/1965, une RPG-1 en livrée verte assurait une relation Lyon-Perrache – Grenoble, tandis que le même jour un autorail X 4200 tractant 3 remorques Decauville XR 7500 entrait en gare de Grenoble en assurant une relation Valence-Ville – Grenoble et la locomotive diesel-électrique BB 63077 effectuait des manœuvres le long du quai militaire.
- Du printemps au 12/06/1965, le dépôt de Grenoble cède, en deux étapes, 14 locomotives à vapeur (type Mikado) 141 R fuel, la dernière étant la 141 R 1116 le 12 juin.
- Le 03/04/1965, la locomotive diesel-électrique A1A-A1A 68503, en livrée bleue et blanche avec fenêtres d’angles, du dépôt de Chalindrey était au dépôt de Grenoble et a effectué une marche d’essais sur la ligne des Alpes entre Grenoble et Veynes-Dévoluy. Le convoi d’essais était composé de la A1A-A1A 68503, de 2 voitures d’expériences, de la BB 67016 et d’une rame de 7 voitures à voyageurs vides.
- Le 30/05/1965, la relation directe SB/BS Lyon-Perrache – Clermont-Ferrand – Ussel – Brive-la-Gaillarde – Bordeaux-Saint-Jean (et retour), assuré par les autorails bicaisses RGP-2 de la série X 2700 + XR 7700 (en livrée verte et crème) du dépôt de Lyon-Vaise, est amorcé à Grenoble, couvre désormais 758 km et devient la relation Bordeaux – Isère et Isère – Bordeaux BI / IB.
- Le 01/07/1965, le dépôt de Grenoble compte 16 locomotives à vapeur à charbon (type Mikado) 141R et les 3 locomotives de manœuvre 040 TC 4, 040 TC 27 et 040 TC 65.
- Le 03/04/1965, la locomotive diesel-électrique BB 67026, en livrée bleue et blanche avec fenêtres d’angles, tracte l’omnibus de soirée Grenoble – Gap, composé d’un fourgon OCEM 30 ex-PLM et de 5 voitures « Romilly ».
- Le 29/09/1965, le dépôt de Grenoble met en attente d’amortissement (AA) la locomotive à vapeur de manœuvre 040 TC 27 qui sera démolie à Culoz le 11/05/1967.
- Le 24/10/1965, la démolition de la grande rotonde complète et circulaire du dépôt de Grenoble est en cours.
- En 1965, une locomotive à vapeur de type 040 TC manœuvre au Passage à Niveau (PN) de la rue Arago, situé au Nord de la gare de Grenoble.
- En 1965, début des travaux de la déviation de la voie ferrée de Grenoble à Montmélian, dans la partie sud de la ville (remplaçant sept passages à niveau en pleine ville, via la Capuche et la maison de la Culture).
- Le 01/01/1966, le dépôt de Grenoble compte 8 locomotives à vapeur à charbon (type Mikado) 141R, à savoir les 141 R 20, 129, 232, 234, 241, 373, 611 et 662 ainsi que les 2 locomotives de manœuvre 040 TC 4 et 040 TC 65.
- En 1966, début des travaux de la construction de la nouvelle gare de Grenoble.
- En 1966, la locomotive à vapeur 040 TC 65 manœuvre au Centre Autorails de Grenoble.
- Le 10/03/1966, le dépôt de Grenoble met en attente d’amortissement la locomotive à vapeur de manœuvre 040 TC 61 qui sera démolie le 07/04/1967.
- Le 10/03/1966, la locomotive diesel-électrique BB 63076 manœuvrait en gare de Grenoble.
- Le 13/04/1968, la locomotive diesel-électrique de type A1A-A1A 68048, en livrée d’origine, tracte le train 1822 au départ de Grenoble.
- Le 29/04/1966, pose du 10.000ème km de voie en longs rails soudés sur la ligne de Grenoble à Montmélian.
- Le 24/06/1966, l’autorail diesel-électrique XABDP 52103, en livrée rouge et crème à toit crème du dépôt de Grenoble, assure en solo le TA 692 Chambéry – Modane. Cet autorail est aujourd’hui préservé comme matériel historique.
- En été 1966, le train Direct 1837/1832 Lyon-Perrache – Marseille-Saint-Charles via Grenoble et Veynes-Dévoluy (et retour) est tracté pour la dernière saison estivale par des locomotives à vapeur au fuel (type Mikado) de la série 141 R, de Lyon-Perrache à Veynes-Dévoluy.
- En été 1966, la locomotive diesel-électrique de type A1A-A1A 68047, en livrée d’origine, tracte de Grenoble à Lyon le train Direct n° 1822 Grenoble – Paris-GL, composé d’un fourgon à trois essieux métallisé Sud-Est, d’une voiture A3B5 ex-PLM métallisée 36, une voiture buffet B3r ex-transatlantique, une B4D OCEM type RA, une A8 DEV 53, suivies d’OCEM type RA et FL.
- En été 1966, un couplage de 2 autorails Decauville XABDP 52000, tous deux en livrée rouge et crème à toit crème, sort du Centre Autorails de Grenoble.
- Le 08/09/1966, l’autorail RGP2 (dit « Lézard vert ») bicaisses avec voiture pilote en tête, assurant la relation IB (Isère-Bordeaux) Grenoble – Bordeaux-Saint-Jean, déraille à l’entrée de la gare de Bourgoin-Jallieu suite à une collision avec un poids-lourd sur un passage à niveau (PN) resté ouvert et percute une rame de wagons de marchandises à l’arrêt. On déplore 2 morts et 4 blessés.
- Le 29/09/1966, la locomotive diesel-électrique CC 70002, en livrée bleue à bandes blanches, du dépôt de Chalindrey effectuait des essais sur la ligne des Alpes de Grenoble à Veynes-Dévoluy et fut hébergée sur une voie extérieure de la rotonde du dépôt principal de Grenoble, car cette locomotive était trop longue pour être manœuvrée sur la plaque tournante.
- Le 14/11/1966, pose des premières voies du contournement ferroviaire sud de Grenoble.
- En décembre 1966, l’automotrice diesel RGP1 rouge (tricaisses X 2734 + XR 7716 + X 2723) présidentielle du Général Charles De Gaulle conduite de Lyon-Perrache à Grenoble par le mécanicien grenoblois René AUROY, achemine le ministre soviétique des affaires étrangères, Monsieur Andreï Kossyguine, en gare de Grenoble pour une visite du Commissariat à l’Energie Atomique (CEA) de cette ville.
- Le 01/01/1967, le dépôt de Grenoble compte toujours ses 8 locomotives à vapeur (type Mikado) 141 R charbon, à savoir les 141 R 20, 129, 232, 234, 241, 373, 611 et 662 ainsi que les 2 locomotives de manœuvre 040 TC 4 et 040 TC 65.
- Le 05/01/1967, la locomotive diesel-électrique A1A-A1A 68068 assurait un train de Grenoble à Chambéry.
- Le 29/01/1967, l’autorail bicaisses (EAD) X 4506 quitte la gare de Grenoble pour celle de Lyon-Perrache.
- Le 31/01/1967, la locomotive à vapeur fuel (type Mikado) 141 R 764 tracte un train Lyon-Guillotière – Grenoble-Marchandises.
- Le 10/02/1967, la locomotive à vapeur fuel (type Mikado) 141 R 1152 tracte un train Lyon-Guillotière – Grenoble-Marchandises.
- Le 15/03/1967, la locomotive à vapeur fuel (type Mikado) 141 R 836 tracte un train Lyon-Guillotière – Grenoble-Marchandises.
- Le 17/03/1967, la locomotive à vapeur fuel (type Mikado) 141 R 1111 tracte en début d’après-midi un train Lyon-Guillotière – Grenoble-Marchandises.
- Le 21/03/1967, la locomotive à vapeur fuel (type Mikado) 141 R 532 tracte en début d’après-midi un train Lyon-Guillotière – Grenoble-Marchandises.
- En mars 1967, la locomotive diesel-électrique BB 67020, en livrée d’origine, tracte l’express Valence-Ville - Grenoble – Aix-les-Bains, avec une rame de 9 voitures voyageurs « 3 pattes » métalliques Sud-Est ex-PLM. En quittant la gare de Grenoble, elle longe l’ancien tri postal en briques rouges non encore démoli.
- Le 14/04/1967, le dépôt de Grenoble transfert 3 de ses 8 locomotives à vapeur à charbon (type Mikado) 141 R au dépôt de Vénissieux, à savoir les 141 R 20, 234 et 611, les 5 autres étant utilisées en tête des trains de travaux à Grenoble (dont la déviation de la ligne de Grenoble à Montmélian), mais aussi pour la traction de quelques trains RO sporadiques sur Lyon, Chambéry et Portes-lès-Valence.
- Du printemps au 12/06/1965, le dépôt de Grenoble cède, en deux étapes ; 14 locomotives à vapeur (type Mikado) 141 R fuel, la dernière étant la 141 R 1116 le 12 juin.
- En avril 1967, une rame bicaisses RGP2, en livrée verte et crème avec remorque en tête, assure la relation IB (Isère – Bordeaux) Grenoble – Bordeaux-Saint-Jean via Lyon-Perrache.
- Le 28/05/1967, création d’un train de voitures directes Grenoble – Torino/Turin rattaché à Chambéry au train Lyon – Torino/Turin – Venezia/Venise.
- En juin 1967, déraillement de la rue Pierre Sémard à Grenoble. Un soir, un convoi de wagons marchandises tracté par la locomotive diesel-électrique BB 63091, en livrée verte à bandes jaunes, quittait le triage de La Buisseratte (Saint-Martin-le-Vinoux) et se dirigeait vers Grenoble lorsqu’eut lieu une rupture du système de freinage de la locomotive (non équipée du dispositif de vigilance). Le convoi prit de la vitesse et fonçait à vive allure sur le train de voyageurs Grenoble – Paris-GL en instance de départ. L’aiguilleur du poste d’aiguillage de la rue Arago eu la présence d’esprit de l’aiguiller sur une voie de débord de la gare des marchandises près du dépôt des locomotives. Le train défonça le butoir, traversa la rue Pierre Sémard et atterrit dans un bâtiment inoccupé. Le mécanicien eut le reflexe de sauter de la locomotive avant son déraillement. La pluie fit prendre le ciment des wagons-silos éventrés et il fallut utiliser les marteaux-piqueurs. La grue de relevage de 45 tonnes du dépôt d’Ambérieu bascula et il fallut faire venir une seconde grue de relevage plus puissante, la grue Cockerill GV 582 de 85 tonnes du dépôt de Villeneuve-Saint-Georges. Il fallut plusieurs semaines pour tout dégager. Aucune victime n’a été à déplorer.
- Le 21/06/1967, la locomotive diesel-électrique CC 70002, en livrée bleue à bandes blanches, du dépôt de Chalindrey était hébergée au Centre autorails du dépôt de Grenoble pour de nouveaux essais entre Grenoble et Veynes-Dévoluy.
- Le 29/06/1967, une rame automotrice diesel-électrique quadricaisses RGP1 ex-TEE rouge (série X 2770) assure le train « Le Rhodanien », Genève – Grenoble – Avignon-Centre – Marseille-Saint-Charles.
- Le 28/07/1967, la locomotive diesel-électrique A1A-A1A 68027, en livrée bleue et blanche, a tracté un train omnibus composé de voitures « Bruhat » entre Grenoble et Valence.
- En été 1967, une locomotive diesel-électrique de la série BB 66000 est affectée à la traction des omnibus Grenoble – Saint-André-le-Gaz via Moirans, avec une rame de 9 voitures voyageurs « 3 pattes » métallisées Sud-Est ex-PLM à 3 essieux.
- En été 1967, le train Direct 1837/1832 Lyon-Perrache – Marseille-Saint-Charles via Grenoble et Veynes-Dévoluy (et retour) est tracté pour la 1ère fois de Lyon à Veynes par des locomotives diesel-électriques de la série A1A-A1A 68000 ou BB 67000 du dépôt de Chambéry, de Grenoble à Veynes.
- En été 1967, un autorail bimoteurs X 2400 et un autorail panoramique X 4200 encadrant deux remorques XR Decauville, tous en livrée rouge et crème et à toit crème (toit gris pour l’X 4200 placé en queue) assurent le train Direct temporaire d’été TA n° 704/703 Genève – Digne via Grenoble.
- En été 1967, fermeture de la ligne de Rives à Saint-Rambert-d’Albon entre Beaucroissant et Izeaux, obligeant les convois pour Grenoble à faire le tour complet via Beaurepaire, Valence-Ville, Romans, Saint-Marcellin et Moirans.
- Le 17/10/1967, mise en service du nouveau PRS de Grenoble (côté Nord) doté d’un PCO.
- Le 28/10/1967, inauguration et mise en service du contournement sud de 8 km de Grenoble vers Chambéry avec l’autorail panoramique X 4204 de la SNCF, le premier train de sens pair à circuler fut le « Catalan » en RGP1 ex-TEE (série X 2770) quadricaisses et celui de sens impair fut le « Rhodanien » en RGP1 ex-TEE bicaisses.
- Fin 1967, achèvement des travaux de la construction de la nouvelle gare centrale de Grenoble et de la gare provisoire de Grenoble-Olympique. Cette dernière, située près d’Alpexpo à Eybens, eut son bâtiment à voyageurs emporté et détruit par une tornade et reconstruit en un temps record pour être prêt pour l’ouverture des Jeux Olympiques.
- Le 17/11/1967, mise en service de la nouvelle gare centrale de Grenoble.
- Le 17/11/1967, arrivée à 07h58 en gare de Grenoble d’un train spécial allemand composé d’une rame de voitures de la DB.
- En décembre 1967, une rame automotrice diesel-électrique quadricaisses RGP1 (ex-TEE), en livrée rouge et crème TEE, assurent le train CG « Le Catalan » Cerbère – Genève via Avignon et Grenoble.
- Le 10/12/1967, à 11h10, le trolleybus Vetra VBRh n° 649, en livrée rouge et crème, de la SGTE s’enlise dans le chantier de la place de la gare de Grenoble. Il est dépanné par un camion grue Dodge des Sapeurs-Pompiers de Grenoble.
- Le 15/12/1967, arrivée à 08h55 en gare de Grenoble d’une double traction de locomotives diesel-électriques A1A-A1A 68000 tractant un train spécial italien composé d’une rame de 19 voitures des FS. Ce train assurait une marche d’essais en vue des futurs Jeux Olympiques de Grenoble.
- L’année 1967 verra la fin des service régulier en traction vapeur sur l’étoile de Grenoble, à l’exception de la ligne Lyon – Grenoble où elle subsista avec les dernières 141 R grenobloises utilisées pour les chantiers de voies des Jeux Olympiques d’hiver de 1968 et les 141 R de Vénissieux jusqu’au 10/01/1973.
- En décembre 1967, le dépôt de Grenoble compte encore dans ses effectifs 5 locomotives à vapeur (type Mikado) 141 R n° 129, 232, 241, 373 et 662.
- Le 16/12/1967, la gare de Grenoble recevait sur le quai n° 1 le « Canteuropa Express », train composé de voitures CIWL (dont des voitures-lits et voitures-restaurants) venant de Paris (11 et 12/12), Lyon (le 13/12) et de Genève (le 14/12). Ce train parcoure l’Europe pendant 20 jours avec une troupe d’artistes dont les chanteurs Gigliola Cinquetti, Rita Pavone et Boby Solo. Ce train parti d‘Italie, est passé par l‘Autriche, la Tchécoslovaquie, l‘Allemagne, la Suisse, la France, la Belgique, la Hollande, le Danemark. Après avoir quitté Grenoble, ce train continue sa route vers Toulon (le 17/12) et Nice-Ville (le 18/12) pour retourner en Italie.
- Au 01/01/68, le dépôt de Grenoble perdait en quelques jours 4 de ses 5 dernières locomotives à vapeur (type Mikado) 141 R dont il était titulaire pour les céder au dépôt de Nevers. L’avant dernière locomotive à vapeur à quitter le dépôt grenoblois fut la 141 R 129 qui a gagné Nevers par ses propres moyens mais où elle fut radiée dès son arrivée.
- En janvier 1968, la locomotive à vapeur Mikado 141 R 1231 sort de la plaque tournante de la rotonde du dépôt de Grenoble.
- Le 24/01/68, le dépôt de Grenoble perdait de ses effectifs sa dernière locomotive à vapeur avec la 141 R 232 qui rejoignit Nevers par ses propres moyens. Désormais seules les 141 R fuel de Vénissieux et Annemasse desservent épisodiquement Grenoble, les engins thermiques du dépôt de Chambéry prenant le relais sur l’ensemble de l’étoile grenobloise.
- Le 23/01/1968, inauguration de la nouvelle gare centrale de Grenoble, par Messieurs Jean CHAMANT, Ministre des Transports, et André SEGALAT, Président du Conseil d’administration de la SNCF.
- Le 23/01/1968, à bord d’un autorail (type EAD dit « Caravelle ») de la série X 4500 pavoisé, Messieurs Jean CHAMANT, Ministre des Transports, et André SEGALAT, Président du Conseil d’administration de la SNCF, sont allés inaugurer la gare olympique de Grenoble.
- Le 03/02/1968, la locomotive diesel-électrique BB 67301, en livrée bleue et blanche, tracte de Chambéry à Grenoble le train Dortmund-Hbf – Grenoble (11h41) via Strasbourg-Ville et Dijon-Ville, composé de 9 voitures de la DB en livrées bleue ou verte. Ce train repart en sens inverse de Grenoble à 18h00.
- Du 06 au 18/02/1968, Xe Jeux Olympiques d’hiver de Grenoble, inaugurés par le Général Charles de Gaulle (Président de la République Française). Durant cette période, les principaux trains spéciaux sur cette gare avaient pour provenance ou origine Genève, Lyon et Paris. Les rames étaient stationnées au triage marchandises de La Buisseratte, neutralisé pour la circonstance. La desserte de nombreux trains spéciaux étaient assurée par des locomotives diesel-électriques reçues en renfort dont huit A1A-A1A 68500 (dont la 68503, 68516 et 68525) du dépôt de Chalindrey, huit A1A-A1A 68000 de Caen et cinq BB 67000 du dépôt de Clermont-Ferrand.
- Du 06 au 18/02/1968, on note la circulation de nombreux trains spéciaux ou supplémentaires comme des trains Strasbourg-Ville – Grenoble via Nancy-Ville et Dijon-Ville, des trains Frankfurt-Hbf (Main)/Francfort-Ple (Main) – Grenoble via Mannheim-Hbf, Kehl, Strasbourg-Ville, Dijon-Ville et Chambéry, des trains Genève – Grenoble-Olympique, Valence-Ville – Grenoble-Olympique, des trains Bourg-Saint-Maurice – Grenoble-Olympique, des trains (London/Londres) Calais-Maritime – Grenoble via Paris-Nord, des trains Paris-GL – Grenoble-Olympique, etc. Durant cette même période la circulation d’une longue rame spéciale de la DB entre Dortmund-Hbf et Grenoble (11h41) via Essen-Hbf – Düsseldorf-Hbf, Köln-Hbf/Cologne-Ple, Bonn-Hbf, Mainz-Hbf/Mayence-Ple, Mannheim-Hbf, Kehl-Hbf, Strasbourg-Ville, Dijon-Ville et Chambéry (voir clichés période des J.O. insérées dans ces pages). Devant sa grande longueur (de 15 à 18 voitures, ce train était manœuvré à son arrivée à Grenoble pour être scindé en deux afin que toutes les voitures soient à quai.
- Du 06 au 18/02/1968, une relation rapide est mise en place pour les JO de Grenoble entre Nice-Gare-du-Sud (7h00) et Grenoble (13h03) avec retour Grenoble (17h55) et Nice-Gare-du-Sud (23h55) avec changement à Digne.
- Le 07/02/1968, plusieurs locomotives diesel-électriques A1A-A1A 68000 et 68500 (dont la 68048) stationnent au triage de La Buisseratte.
- En février 1968, les locomotives diesel-électriques A1A-A1A 68001, 68515, 68525, BB 67304 et BB 67306 stationnent côte à côte sur les voies du triage de Grenoble – La Buisseratte.
- En février 1968, une rame automotrice diesel-électrique à 5 caisses (X+XR+X+XR+X), en livrée rouge et crème ex-TEE, assure le train MG « Le Rhodanien » Marseille-Saint-Charles – Genève via Grenoble et Chambéry. Elle dessert la gare provisoire de Grenoble-Olympique à Eybens.
- Le 10/02/1968, la locomotive diesel-électrique BB 67301, en livrée bleue et blanche, tracte de Chambéry à Grenoble le train Dortmund-Hbf – Grenoble (11h41) via Strasbourg-Ville et Dijon-Ville, composé de 9 voitures de la DB en livrées bleue ou verte. Ce train repart en sens inverse de Grenoble à 18h00.
- Le 17/02/1968, une UM2 des locomotives diesel-électriques A1A-A1A 68001 et 68027, toutes deux en livrée bleue et blanche, tracte le train de voitures de la DB en provenance de Dortmund-Hbf entre les gares de Chambéry et de Grenoble (11h41).
- Le 18/02/1968, à 13h00, cinq hôtesses (dont Mlle HAYDAR) du Comité d’Organisation des Jeux Olympiques de Grenoble posent en gare de Grenoble devant la locomotive diesel-électrique A1A-A1A 68048 pour William LACHENAL à la demande du Bulletin des CFF.
- En mars 1968, deux RGP1 encadrant 2 remorques XR, en livrée rouge ex-TEE, assurent le train CG « Le Catalan » Cerbère – Genève via Grenoble.
- Le 23/03/1968, une locomotive diesel-électrique de type BB 67300, en livrée bleue et blanche, tracte de Chambéry à Grenoble le train Dortmund-Hbf – Grenoble (11h41) via Strasbourg-Ville et Dijon-Ville, composé de voitures de la DB en livrées bleue ou verte. Ce train repart en sens inverse de Grenoble à 18h00.
- Le 05/04/1968, de nombreux trains supplémentaires desservent la gare de Grenoble pour le début des vacances scolaires.
- Le 06/04/1968, la locomotive diesel-électrique de type A1A-A1A 68007 tracte de Chambéry à Grenoble le train Dortmund-Hbf – Grenoble (11h41) via Strasbourg-Ville et Dijon-Ville, composé de voitures de la DB en livrées bleue ou verte. Ce train repart en sens inverse de Grenoble à 18h00.
- Le 12/04/1968, la locomotive diesel-électrique CC 72002, du dépôt de Rennes et en livrée bleue à bandes blanches, arrive à Grenoble. Hébergée au centre autorails du dépôt de Grenoble, elle a effectué les jours suivants des essais sur la ligne de Grenoble à Veynes-Dévoluy et à Gap.
- Le 16/04/1968, la locomotive diesel-électrique CC 72002 est toujours à Grenoble.
- Le 17/04/1968, de nombreux trains supplémentaires desservent la gare de Grenoble pour la fin des vacances scolaires dont un Grenoble (11h40) – Paris-GL.
- En été 1968, le train Direct 1837/1832 Lyon-Perrache – Marseille-Saint-Charles via Grenoble et Veynes-Dévoluy (et retour) est tracté par des locomotives diesel-électriques de la série BB 67300 du dépôt de Vénissieux, de Lyon à Veynes-Dévoluy.
- Le 17/11/1968, le dépôt de Vénissieux met en service sa 1ère locomotive diesel-électrique de type CC 72000, à savoir la CC 72009.
- En novembre 1968, la locomotive diesel-électrique CC 72009, du dépôt de Vénissieux et en livrée d’origine, tracte le rapide 49/1815 Lyon-Perrache – Grenoble, pour la formation des agents de conduite du dépôt de Vénissieux à la conduite des CC 72000.
- En novembre 1968, la locomotive diesel-électrique CC 72009, en livrée d’origine, tracte de bout en bout le train n° 1815 Lyon-Perrache – Grenoble.
- Le 30/11/1968, la locomotive diesel-électrique CC 72009, en livrée bleue et blanche avec fenêtres d’angles, tracte de Lyon à Grenoble le train Paris-GL – Grenoble (15h27).
- En 1968, des locomotives diesel-électriques de type A1A-A1A 68000 ont tracté à plusieurs reprises un train omnibus composé de voitures « 3 pattes » métallisées ex-PLM entre Chambéry et Grenoble et retour. On note, entre autres, les 68001, 68007, 68023, 68027, 68047, 68068, 68073.
- En janvier 1969, la locomotive à vapeur au fuel (type Mikado) 141 R 1104, avec étrave chasse-neige, du dépôt de Vénissieux, tracte de Lyon-Perrache à Grenoble, un train de voyageurs omnibus Lyon-Perrache – Grenoble, composé de voitures « 3 pattes » métallisées Sud-Est (ex-PLM) B6z, A3B4tz, A7yfi et B4Dtm, toutes à 3 essieux.
- En février 1969, le turbotrain TGS expérimental X 2061, en livrée rouge et grise, quitte la gare de Lyon-Perrache pour des essais en ligne sur Grenoble.
- Le 20/02/1969, les locomotives diesel-électriques A1A-A1A 68068 et BB 66123, toutes deux en livrée d’origine, étaient attelées ensemble en gare de Grenoble.
- Le 22/02/1969, la locomotive diesel-électrique CC 72013, en livrée d’origine et à fenêtres d’angles, tracte de Lyon-Perrache à Grenoble le train Paris-GL – Grenoble puis est remisée au dépôt principal de Grenoble.
- Le 31/05/1969, dernier jour de circulation du train GC/CG le « Catalan » assurant la liaison dans le sens Genève – Cerbère via Chambéry et Grenoble (864,7 km) assuré avec des RGP rouge de 1ère classe de la SNCF. La composition de ce train variant de 4, 5, 6, 7 à 8 caisses.
- Le 31/05/1969, le « Catalan - Talgo » dans le sens Barcelona-França/Barcelone – Genève via Grenoble était tracté par la locomotive diesel-hydraulique espagnole 3001T « Virgen de Lourdes » de la RENFE, en livrée inox à bande rouge pour prendre son nouveau service au départ de Genève le lendemain.
- Le 01/06/1969, création du train international de type Trans Europ Express (TEE) avec du matériel moteur et tracté espagnol de type « Talgo » à écartement variable des essieux, baptisé TEE 70/71 « Catalan-Talgo » Genève/Genf (10h40) – Barcelona-França/Barcelone (20h30) via Grenoble (12h51), et retour TEE 72/73 « Catalan-Talgo » Barcelona-França/Barcelone (09h45) – Genève/Genf (19h38) via Grenoble (17h28), avec des locomotives diesel-hydrauliques Krauss-Maffei (type BB) T 3001 à T 3005 de la RENFE et rames tractée de type Talgo III. E, en livrée Inox avec bande latérale rouge de la RENFE.
- Le 01/06/1969, on note la circulation du train TEE 70/71 « Catalan-Talgo » Genève/Genf (10h40) – Barcelona-França/Barcelone (20h30) via Bellegarde (11h08), Culoz (11h32), Aix-les-Bains (11h54), Chambéry (12h08/12h09), Grenoble (12h51), Valence-Ville (13h59), Avignon-Centre (15h01/15h03), Nîmes (15h31), Montpellier-Saint-Roch (15h59), Béziers (16h42), Narbonne (16h54/16h58), Perpignan (17h32), Cerbère (18h01), Port-Bou (18h23) et Gerona/Gérone (19h13, avec en sens inverse le TEE 72/73 « Catalan-Talgo » Barcelona-França/Barcelone (09h45) – Genève/Genf (19h38) via Gerona/Gérone (11h02), Port-Bou (11h52), Cerbère (12h14), Perpignan (12h42), Narbonne (13h16), Béziers (13h33), Montpellier-Saint-Roch (14h14), Nîmes (14h45), Avignon-Centre (15h14/15h16), Valence-Ville (16h21), Grenoble (17h28), Chambéry (18h08/18h09), Aix-les-Bains (18h22), Culoz (18h45) et Bellegarde (19h09).
- Le 14/06/1969, le turbotrain TGS expérimental X 2061 (d’une puissance de 1380 kW), en livrée gris métallisé et rouge, a circulé sur la ligne de Lyon à Grenoble et fut remisé au Centre Autorails du dépôt de Grenoble.
- En juin 1969, la locomotive diesel-électrique BB 66297, en livrée d’origine, stationnait au dépôt de Grenoble.
- En juin 1969, la locomotive diesel-électrique CC 72013, en livrée bleue et blanche, avec plaques reliefs et macaron rouge d’extrémité, tracte de Lyon-Perrache à Grenoble d’un train Paris-GL – Grenoble, puis alla stationner au dépôt de Grenoble.
- Le 29/06/1969, la locomotive diesel-électrique CC 72070, en livrée bleue et blanche, avec plaques reliefs et macaron rouge d’extrémité, tracte de Culoz à Valence, un train Corail Genève – Valence-Ville via Chambéry et Grenoble.
- En été 1969, le train Direct 1837/1832 Lyon-Perrache – Marseille-Saint-Charles via Grenoble et Veynes-Dévoluy (et retour) est tracté par des locomotives diesel-électriques de la série BB 67000 du dépôt de Vénissieux, de Lyon-Perrache à Veynes-Dévoluy.
- Le 01/07/1969, le dépôt de Lyon-Vaise réceptionne l’autorail de 1ère classe X 2913 (en livrée rouge et crème) pour assurer des relations entre Lyon et Grenoble.
- Le 06/07/1969, arrivée en gare de Grenoble d’un train de pèlerinage Stuttgart-Hbf – Grenoble (La Salette) tracté par la locomotive diesel-électrique A1A-A1A 68007 et composé d’une rame de voitures DB en livrée bleue ou verte.
- En juillet 1969, la locomotive diesel-électrique BB 66053 stationnait au dépôt de Grenoble.
- En août 1969, la locomotive diesel-électrique CC 72013, en livrée bleue et blanche, avec plaques reliefs et macaron rouge d’extrémité, tracte de bout en bout le train n° 1822 Lyon-Perrache – Grenoble, composé d’un fourgon D2d, et de 7 voitures à voyageurs de type divers, tous en livrée verte.
- Le 29/10/1969, le train 70/71 TEE« Catalan-Talgo » circule entre Genève et Barcelona-França/Barcelone via Grenoble (857 km) et est assuré en rame articulée Talgo espagnole tractée par la locomotive diesel-hydraulique 3005 T « Virgen de la Bien Aparecida » de la RENFE, en livrée Inox et rouge.
- Le 20/12/1969, on note ce samedi l’arrivée de 4 trains voyageurs supplémentaires (de 12 à 16 voitures) venant de Paris-GL en gare de Grenoble.
- Le 21/12/1969, on note ce dimanche l’arrivée de 6 trains de voyageurs supplémentaires (de 12 à 16 voitures) venant de Paris-GL en gare de Grenoble.
- Le 22/12/1969, on note ce lundi l’arrivée de 7 trains de voyageurs supplémentaires (de 12 à 16 voitures) venant de Paris-GL en gare de Grenoble.
- Le 02/01/1970, on note ce vendredi le départ de 5 trains de voyageurs supplémentaires (de 12 à 16 voitures) à destination de Paris-GL en gare de Grenoble.
- Le 03/01/1970, on note ce samedi le départ de 8 trains de voyageurs supplémentaires (de 12 à 16 voitures) à destination de Paris-GL en gare de Grenoble.
- Le 04/01/1970, on note ce dimanche le départ de 9 trains de voyageurs supplémentaires (de 12 à 16 voitures) à destination de Paris-GL en gare de Grenoble, avec départ de Grenoble respectivement à 20h58, 21h46, 21h50, 22h05 et 23h17.
- En été 1970, le train Direct 1837/1832 Lyon-Perrache – Marseille-Saint-Charles via Grenoble et Veynes-Dévoluy (et retour) est tracté par des locomotives diesel-électriques de la série CC 72000 du dépôt de Vénissieux, de Lyon à Veynes.
- Le 03/08/1970, la locomotive diesel-électrique A1A-A1A 68073, du dépôt de Chambéry tracte de Veynes à Lyon le train n° 1832 Marseille-Saint-Charles – Lyon-Perrache via Grenoble et Veynes-Dévoluy (15h33), composé d’un fourgon métallisé à 3 essieux ex-PLM, et d’une rame homogène de 6 voitures « Romilly ».
- En 08/1970, essais de la rame ETG n° X-4806/4706 entre Grenoble, Veynes-Dévoluy et Marseille-Saint-Charles, via la ligne des Alpes.
- En 1970, le grenoblois Louis Néel, nouveau prix Nobel de physique, arrive par le train en gare de Grenoble.
- Le 26/09/1970, pour célébrer avec faste son cinquantenaire de la Société d’appareillages électriques « Merlin-Gerin » de Grenoble, l’amicale des anciens de l’établissement a emmené 2.800 personnes (dîtes les « Mergers ») à un grand banquet sur les bords du lac Léman à Lausanne. A cet effet, elle a affrété 3 trains spéciaux composés de 13 voitures B9 pour chacun des trains A et B et 12 voitures B10 pour le train C, au départ de Grenoble (train A à 7h14, train B à 7h27 et train C à 7h50) et une UM2 d’autorails bicaisses (type EAD) de la série (Reihe) X 4500 (avec l’XR 8333 en tête) au départ de Saint-Vallier-sur-Rhône pour acheminer ses membres à Lausanne (arrivée à 10h39). Les rames remorquées ont été tractées par des locomotives diesel-électriques de type A1A-A1A 68000 de la SNCF (la 68047 pour le train A, la 68073 pour le train B et la 68023 pour le train C) du dépôt de Chambéry puis par des locomotives électriques CC 7100 de Culoz (rebroussement) à Genève, puis à partir de Genève par l’automotrice électrique RBe 4/4 n° 1422 pour le train A et des locomotives électriques Re 4/4 II pour les trains B et C (avec arrivée à Lausanne, train A à 11h01, train B à 11h30 et train C à 11h50). Les rames C et D furent garée à Lausanne, la rame A à Saint-Maurice et la rame B à Villeneuve. Les deux autorails circulèrent en UM2 par leurs propres moyens jusqu’à Lausanne (où ils furent garés sur les voies extérieurs du dépôt, de même pour le retour en terre dauphinoise. Au retour, les départs se firent à Lausanne pour les trains A, B, C et D respectivement à 19h20, 19h37, 19h55 et 20h10. Les arrivées à Grenoble pour les trains A, B et C se firent respectivement à 23h 17, 23h32 et 23h47, et à Saint-Vallier-sur-Rhône aux 1ères heures du lendemain matin.
- Le 17/12/1970, suite à de trop nombreuses pannes, dernier jour de circulation des locomotives diesel-hydrauliques Krauss-Maffei (type BB) T 3001 à T 3005 de la RENFE, en livrée rouge et Inox, pour la traction de Genève à Cerbère du TEE 70/71 (et 72/73 au retour) « Catalan-Talgo » Genève – Barcelona-França/Barcelone via Grenoble, Avignon-Centre, Montpellier-Saint-Roch, Narbonne, Cerbère et Figueras/Figuères.
- Le 18/12/1970, 1er jour de circulation des locomotives diesel-électriques BB 67400 de la SNCF, du dépôt de Nîmes, en livrée bleue et blanche et dotées de tampons hydrauliques spéciaux, pour la traction de Genève à Cerbère du TEE 70/71 (et 72/73 au retour) « Catalan-Talgo » Genève – Barcelona-França/Barcelone via Grenoble, Avignon-Centre, Montpellier-Saint-Roch, Narbonne, Cerbère et Figueras/Figuères.
- Le 18/12/1970, des autorails de la série X 2800 du dépôt de Lyon-Vaise assurent des relations Grenoble – Valence-Ville (et retour) en remplacement des autorails Decauville X 52000/52100 du Centre Autorails de Grenoble, le dépôt de Grenoble ayant refusé l’affectation des X 2800.
- Le 28/12/1970, suite à d’importantes chutes de neige la nuit précédente, la voie impaire de la vallée du Rhône fut interrompue entre Lyon et Valence. Dès lors 13 trains rapides furent détournés via Grenoble, à savoir les trains n° 19, 921, 153, SMY, 421, SM, YM, 63, 1901, 61, FR, 17 et SR. Ce jour-là, on a donc pu voir en gare de Grenoble des trains célèbres comme le Flandres-Riviera » et le « Phocéen » et le chasse-neige rotatif CNS du dépôt de Chambéry poussé par une locomotive diesel-électrique de la série BB 67000 fut engagé dans la vallée du Rhône via le Sillon Alpin.
- Le 11/01/1971, on note la circulation du train « le Rhodanien » Genève – Grenoble (19h29) – Marseille-Saint-Charles assuré en rame RGP1 ex-TEE, en livrée rouge et crème TEE.
- Du 27/02/1971 au 03/03/1971, création d’un train quotidien de Genève (Cornavin) à Grenoble-Olympique à l’occasion du 14e Salon International des sports d’hiver de Grenoble (SIG). Cette desserte était assurée par un autorail bi-caisse ex-TEE rouge de type RGP-1 (série X 2770) de la SNCF et transitait par Gières. Une correspondance par bus spécial (un SC 10 Saviem) de la SGTE assurait la liaison avec le Palais des expositions Alpexpo.
- Le 10/04/1971, on note l’arrivée en gare de Grenoble à 06h00 d’un train spécial Vacances 2000 Paris-GL – Grenoble, tracté par la locomotive diesel-électrique BB 67300 et composé de 5 voitures dont une voiture Pullman en livrée bleue et crème, trois voitures Bc10 (une en livrée verte et argent, les deux autres en livrée verte, et une voiture-lits CIWL en livrée bleue.
- Le 04/05/1971, passage avec arrêt en gare de Grenoble de trois trains spéciaux des CFF, composés de voitures Apm51 et Bpm51, toutes en livrée verte, et désignés par les couleurs rouge, violet et blanc partis respectivement de Sierre/Siders/Sierra, Sion et Genève/Genf/Genivra et transportant des pèlerins suisses à Lourdes, via Genève, Grenoble (repas au buffet de cette gare), Valence-Ville, Avignon-Centre, Montpellier-Saint-Roch et Toulouse-Matabiau.
- Le 10/05/1971, passage et arrêt à Grenoble de 3 trains spéciaux des CFF, composés de voitures Apm51 et Bpm51, toutes en livrée verte, et désignés par les couleurs rouge, violet et blanc à destination respectivement de Sierre/Siders/Sierra, Sion et Genève/Genf/Genivra et transportant des pèlerins suisses revenant Lourdes.
- Le 15/05/1971, exposition ferroviaire en gare de Grenoble avec présentation du turbotrain expérimental TGS XBSD 2061, en livrée rouge et grise, de la locomotive diesel-électrique CC 72504, en livrée bleue et blanche avec plaques reliefs et macarons rouges d’extrémités, d’une voiture Inox TEE « Mistral » à couloir latéral d’une voiture-lits type P de la CIWL, d’un fourgon DD porte autos et d’une série de 13 wagons divers de marchandises.
- Le 20/05/1971, l’autorail XABDP X 52103 stationne au Centre Autorails de Grenoble.
- Le 22/05/1971, dernière circulation de la relation directe IB/BI Grenoble – Lyon-Perrache – Clermont-Ferrand – Ussel – Brive-la-Gaillarde – Bordeaux-Saint-Jean (et retour), assuré par les autorails bicaisses RGP-2 de la série X 2700 + XR 7700 (en livrée verte et crème) du dépôt de Lyon-Vaise.
- Le 23/05/1971, nouvelle numérotation des trains de voyageurs et de fret à la SNCF.
- Le 22/05/1971, dernière circulation du train de 1ère classe GM/MG « le Rhodanien » Genève – Marseille-Saint-Charles via Grenoble en RGP 1 ex-TEE (série X 2770), il est remplacé par un train EC en rame Corail dès le lendemain, le nom de « Le Rhodanien » étant repris par un TEE Paris-GL – Marseille-Saint-Charles.
- Le 23/05/1971, nouvelle numérotation des trains de voyageurs à la SNCF, avec par exemple le TA 1827 Lyon-Perrache – Grenoble devenant le train 5707 assuré en 3 éléments de RGP1, en livrée verte et crème.
- Le 23/05/1971, à l’horaire d’été, création du train bi-tranche 5015 Paris-GL – Lyon-Perrache – Avignon-Centre/Grenoble acheminé par le train 5719 de Lyon-Perrache à Grenoble.
- Le 23/05/1971, mise en service d’une relation par autorail de 1ère classe de type RGP1 ex-TEE (série X 2770) Lyon-Perrache (16h13) – Grenoble (17h36) et Grenoble (18h07) – Lyon-Perrache (19h26) relevant et donnant correspondance à Lyon-Perrache aux TEE 13 et 10 pour Paris-GL.
- Le 23/05/1971, à l’horaire d’été, 8 allers-retours par trains relient Grenoble à Genève.
- Le 23/05/1971, des autorails de la série X 2800 du dépôt de Marseille-Blancarde assurent les TA 5727-5728 Marseille-Saint-Charles – Grenoble via Veynes.
- Du 23/05/1971 au 25/09/71, on note le circulation du train TEE 70/71 « Catalan-Talgo » Genève (10h40) – Barcelona-França/Barcelone (20h30), via Bellegarde (11h08/11h09), Culoz (11h34/11h42), Aix-les-Bains (11h58/11h59), Chambéry (12h12/12h13), Grenoble (12h52/12h53), Valence-Ville (13h56/13h57), Avignon-Centre (14h59/15h10), Nîmes (15h29/15h30), Montpellier-Saint-Roch (15h57/15h58), Béziers (16h38/16h39), Narbonne (16h55/16h57), Perpignan (17h31/17h32), Cerbère (18h01/18h03) et Port-Bou (18h25/18h27) avec en sens inverse le TEE 72/73 « Catalan-Talgo » Barcelona-França/Barcelone (09h45) – Genève (19h38) via Port-Bou, Cerbère (12h12/12h14), Perpignan (12h41/12h42), Narbonne (13h14/13h16), Béziers (13h32/13h33), Montpellier-Saint-Roch (14h11/14h12), Nîmes (14h40/14h41), Avignon-Centre (15h08/15h10), Valence-Ville (16h20/16h21), Grenoble (17h27/17h28), Chambéry (18h07/18h08), Aix-les-Bains (18h19/18h20), Culoz (18h37/18h44) et Bellegarde (19h07/19h08).
- Du 23/05/1971 au 25/09/71, on note le circulation du train Express 5698/99 (ex-RG) Ventimiglia/Vintimille (19h32) – Genève (08h10) via Menton (19h42/19h45), Monaco – Monte-Carlo (19h54/19h57), Beaulieu-sur-Mer (20h07), Nice-Ville (20h15/20h30), Cagnes-sur-Mer (20h41), Antibes (20h48/20h51), Cannes (21h05/21h09), Saint-Raphaël-Valescure (21h31/21h34), Les Arcs (21h54/21h56), Toulon (22h33/22h39), Marseille-Saint-Charles (23h28/23h56), Arles (00h45), Avignon-Centre (01h07/01h16), Valence-Ville (03h05/03h21), Romans – Bourg-de-Péage (03h23), Saint-Marcellin (03h54), Moirans (04h18/04h19), Grenoble (04h36/04h41), Pontcharra (05h17), Montmélian (05h27/05h28), Chambéry (05h41/06h00), Aix-les-Bains (06h12/06h13), Culoz (06h54/07h00), Seyssel-Corbonod (07h14) et Bellegarde (07h29h/07h39).
- Du 23/05/1971 au 25/09/71, on note le circulation du train Express 8563/62 Grenoble (07h43) – Genève (10h20) via Pontcharra (08h26), Montmélian (08h33/08h34), Chambéry (08h44/08h46), Aix-les-Bains (08h57/08h59), Culoz (09h15/09h25) et Bellegarde (09h49/09h51).
- Du 23/05/1971 au 25/09/71, on note le circulation du train Corail Rapide 5692/93 Genève (17h10) – Marseille-Saint-Charles (22h49) via Bellegarde (17h39/17h40), Culoz (18h03/18h09), Aix-les-Bains (18h26/18h27), Chambéry (18h40/18h41), Grenoble (19h22/19h23), Romans – Bourg-de-Péage (20h13), Valence-Ville (20h27/20h39), Avignon-Centre (21h40) et Arles.
- Du 23/05/1971 au 25/09/71, on note le circulation du train Express 8586/87 Genève (17h51) – Grenoble (20h40) via Bellegarde (18h18/18h21), Culoz (18h52/18h58), Aix-les-Bains (19h21/19h22), Chambéry (19h33/19h37), Montmélian (19h49/19h50) et Pontcharra (19h59).
- Du 23/05/1971 au 25/09/71, on note le circulation du train Express 5696/97 (ex-GR) Genève (22h16) – Ventimiglia/Vintimille (10h06) via Bellegarde (22h45/23h30), Culoz (23h28/23h34), Aix-les-Bains (23h52/00h06), Chambéry (00h19h/00h33), Montmélian (00h48/00h49), Pontcharra (00h56/00h57), Grenoble (01h29/00h36), Moirans (01h51/01h52), Saint-Marcellin (02h22/02h23), Romans – Bourg-de-Péage (02h45/00h46), Valence-Ville (03h05/03h21), Avignon-Centre (04h34/04h43), Arles (05h05), Marseille-Saint-Charles (05h38/06h13), Bandol (06h50), Toulon (07h00/07h04), Carnoules (07h26), Les Arcs (07h47/07h48), Saint-Raphaël-Valescure (08h05/08h07), Cannes (08h30/08h35), Antibes (08h47/08h49), Nice-Ville (09h07/09h22) Beaulieu-sur-Mer (09h33), Monaco – Monte-Carlo (09h41/09h45) et Menton (09h54/09h56).
- Le 02/06/1971, on note la circulation du train Grenoble (05h42) – Chambéry (06h49).
- En juin 1971, la locomotive diesel-électrique CC 72013, en livrée bleue et blanche avec plaques reliefs et macarons d’extrémités rouges, effectuait la traction Grenoble à Lyon-Perrache d’un train Grenoble – Paris-GL composé d’une rame de voitures à voyageurs dont une voiture DEV Inox B10 en tête.
- Le 27/06/1971, l’autorail Grenoble (08h41) – Saint-Georges-de-Commiers (09h30) – Veynes donne ce jour-là correspondance à Saint-Georges-de-Commiers à une circulation spéciale du train touristique de La Mure organisée par l’AMFG.
- Le 27/06/1971, la locomotive à vapeur 141 R 1257 tracte un long train de wagons marchandises de Grenoble-La-Buisseratte à Lyon-Guillotière avec en tête un wagon plats (chargé de conteneurs) à 2 essieux, un wagon STEF à 2 essieux, un wagon STVA porte-autos à 2 essieux, un wagon Gefco porte-autos à 2 essieux, trois wagons plats (chargés et bâchés), 5 wagons couverts (de types divers) à 2 essieux, un wagon silo à 2 essieux, etc.
- Le 29/06/1971, la locomotive à vapeur au fuel (type Mikado) 141 R 1257 tracte un long train de wagons couverts à 2 essieux de Grenoble-La-Buisseratte à Lyon-Guillotière.
- Le 03/07/1971, on note la circulation du train Grenoble (06h00) – Genève via Culoz.
- Le 07/07/1971, une double traction des locomotives à vapeur au fuel (type Mikado) 141 R 1104 et 1245 tracte un long train de wagons marchandises de Lyon-Guillotière à Grenoble-La-Buisseratte.
- Le 17/07/1971, la locomotive à vapeur 141 R 1257 tracte un train de wagons marchandises de Grenoble-La-Buisseratte à Lyon-Guillotière.
- En été 1971, le train Direct 1837/1832 Lyon-Perrache – Marseille-Saint-Charles via Grenoble et Veynes-Dévoluy (et retour) est tracté par des locomotives diesel-électriques de la série CC 72000 du dépôt de Vénissieux, de Lyon à Veynes.
- Le 09/08/1971, une locomotive diesel-électrique CC 72000, en livrée bleue et blanche avec plaques reliefs et macarons d’extrémités rouges, tracte de Veynes à Lyon le train Marseille-Saint-Charles – Veynes – Grenoble (17h50) – Lyon-Perrache.
- En août 1971, l’autorail XAD 2898, en livrée vert et crème à bandes blanches du dépôt de Lyon-Vaise, tractant une remorque unifiée XR, en livrée rouge et crème à toit rouge, assure une relation Genève – Grenoble.
- En août 1971, l’autorail XABD 2888, en livrée rouge et crème à toit crème, avec une remorque XR, en livrée rouge et crème à toit rouge, stationne en gare de Grenoble.
- Le 22/08/1971, l’autorail Grenoble (08h41) – Saint-Georges-de-Commiers (09h30) – Veynes-Dévoluy donne ce jour-là correspondance à Saint-Georges-de-Commiers à une circulation spéciale du train touristique de La Mure organisée par l’AMFG.
- Le 10/09/1971, la locomotive diesel-électrique BB 67483 de la SNCF, en livrée d’origine bleue et blanche, tracte de Genève à Valence le train TEE « Catalan-Talgo » Genève/Genf (10h40) – Barcelona-França/Barcelone (20h30) via Bellegarde (11h08/11h09), Culoz (11h34/11h42), Aix-les-Bains (11h58/11h59), Chambéry (12h12/12/13), Grenoble (12h52/12h53), Valence-Ville (13h56/13h57), Avignon-Centre (14h59/15h01), Nîmes (15h29), Montpellier (15h55/15h57), Narbonne (16h55/16h57), Perpignan (17h31), Cerbère (18h01), Port-Bou (18h25/18h27), composé d’une rame Talgo III de la RENFE, en livrée Inox à bande latérale rouge.
- Le 26/09/1971, le TEE le « Catalan-Talgo » Barcelona-França/Barcelone – Genève donne correspondance en gare de Grenoble au train Grenoble – Torino/Turin rattaché à Chambéry au train Lyon – Torino/Turin – Venezia/Venise.
- Le 05/10/1971, arrivée par le rail au chantier transconteneurs de la gare de Grenoble de 18 containeurs de 40 pieds de la « Holiday on Ice » transportés par 3 tracteurs jusqu’au Palais des Sports de Grenoble.
- Le 29/10/1971, validation par la direction de la SGTE de la 1ère étude sur un réseau de tramways modernes à Grenoble, étude à laquelle a participé William LACHENAL et dont il est l’initiateur.
- Le 30/10/1971, on note la circulation du train Grenoble (07h43) – Genève.
- Le 06/11/1971, on note la circulation du train Grenoble (07h43) – Genève.
- Le 08/11/1971, déclaration au Journal Officiel de la création de l’Association des Modélistes Ferroviaires de Grenoble (AMFG).
- Le 15/11/1971, présentation officielle par la direction de la SGTE de la 1ère étude sur un réseau de tramways modernes à Grenoble.
- Le 19/11/1971, on note la circulation du train Paris-GL – Grenoble (23h50).
- Le 29/11/1971, on note la circulation d’un train d’essais tracté par la locomotive diesel-électrique CC 72066, en livrée bleue et blanche, passant en gare de Grenoble à 16h33.
- Le 16/12/1971, la locomotive à vapeur à charbon (type Mikado) 141 R 129 (ex-dépôt de Grenoble) était toujours garée froide (avec ses plaques d’immatriculation et GBE) sur les voies extérieures de la rotonde du dépôt de Nevers.
- Le 22/12/1971, circulation de plusieurs trains supplémentaires en gare de Grenoble dont des Paris-GL – Grenoble pour les sports d’hiver.
- En décembre 1971, circulation du train vapeur régulier avec la 141R 835 tractant le TM 65758 sur Grenoble – Lyon-Guillotière.
- Le 27/12/1971, on note la circulation du train Riviera – Genève (RG) Ventimiglia/Vintimille – Marseille-Saint-Charles – Grenoble (04h41) – Genève (07h25). William LACHENAL l’utilise ce jour-là pour se rendre à München-Hbf/Munich-Ple via Zürich-HB et Bregenz pour y effectuer un reportage pour l’hebdomadaire La Vie du Rail sur la préparation des Jeux Olympiques d’été de Munich 1972.
- Le 01/01/1972, en France, l’Etat crée les Schémas Régionaux de Transports (SRT).
- En février 1972, mise en service en gare de Grenoble de deux wagons spéciaux pour le déchargements des voitures des trains autos-couchettes Paris – Grenoble et Grenoble – Paris le long de l’ancien quai militaire, et de deux armoires de préchauffage électrique des trains sur le quai n° 2.
- Le 11/02/1972, réunion préparatoire en gare de Grenoble des Journées ferroviaires de Grenoble de mai 1972 avec des représentants des associations FFMF (Mr. MUNIER, Président), AMFL (Mr. DAVID, Président) et AMFG (Messieurs TERRIER et LACHENAL, Président et Vice-Président) et Monsieur DEVAUX, Chef de gare principal de Grenoble.
- Le 26/02/1972, à l’occasion du Salon International des Sports d’Hiver de Grenoble (SIG 72) on note l’arrivée en gare de Grenoble à 06h00 d’un train spécial Vacances 2000 Paris-GL – Grenoble via Lyon, tracté par la locomotive diesel-électrique BB 67502, en livrée bleue et blanche, et composé de 5 voitures dont une voiture Pullman en livrée bleue et crème, trois voitures Bc10 (une en livrée verte et argent, les deux autres en livrée verte, et une voiture-lits CIWL en livrée bleue. Le même jour, on note l’arrivée en gare de Grenoble à 07h42 d’un train supplémentaire en provenance de Bruxelles/Brussel/Brussels via Lyon.
- Le 26/02/1972, pour la desserte du SIG 72, une rame bicaisses RGP1 ex-TEE, en livrée rouge et crème TEE, assure deux navettes Grenoble-Ville (9h20 et 14h30) – Grenoble-Alpexpo (09h25 et 14h35) avec correspondances bus avec un SC 10 SAVIEM de la SGTE.
- En avril 1972, l’autorail Decauville XABDP 52101, en livrée rouge et crème à toit rouge, tractant 3 remorques XR en même livrée, assure une relation omnibus Grenoble – Chambéry.
- Le 27/04/1972, l’autorail Decauville XABDP 52008, en livrée rouge et crème à toit rouge, tractant 2 remorques XR en même livrée, assure une relation Grenoble – Lyon-Perrache.
- Du 06 au 15/05/1972, organisation par l’Association des Modélistes Ferroviaires de Grenoble (AMFG) des Journées Ferroviaires de Grenoble avec 350 m2 d’exposition à Alpexpo à Grenoble, avec organisation du congrès annuel de la FFMF. L’UIC, la SNCF, la DB et les CFF participent à l’événement par le prêt d’affiches et de maquettes. L’hebdomadaire « La Vie du Rail » y est également présent.
- Le 13/05/1972, la locomotive à vapeur Mikado 141 R 1187 du dépôt de Vénissieux tracte un train spécial Lyon-Perrache – Grenoble-Alpexpo, train co-organisé par l’Association des Modélistes Ferroviaires Lyonnais (AMFL) et l’Association des Modélistes Ferroviaires de Grenoble (AMFG).
- Le 13/05/1972, la SNCF organise en gare de Grenoble une exposition de matériel moderne avec présentation au public des locomotives CC 6553 « Maurienne », BB 66500, BB 67400 et CC 72073, mais aussi un autorail XABDP 52000.
- Le 16/05/1972, par suite d’un éboulement de rochers le long du lac du Bourget vers Chindrieux, la voie ferrée reliant Aix-les-Bains à Culoz est totalement interrompue et le trafic du Sillon Alpin entre Grenoble et Genève est détourné depuis Aix-les-Bains via Annecy et Annemasse sur la gare de Genève-Eaux Vives avec transfert des voyageurs par autobus de type Saurer-Leyland des TPG (ligne n°14) entre la gare des Eaux-Vives et celle de Cornavin. Le dépôt d’Annemasse reçoit à cette occasion en renfort un lot de locomotives de type BB 12000 + BB 13000 venant du dépôt de Thionville et des autorails X 4500 venants de Lyon-Vaise.
- Le 25/05/1972, fin des dessertes omnibus Lyon-Perrache – Marseille-Saint-Charles via Grenoble et Veynes-Dévoluy limitées à Veynes, à l’exception du train rapide estival Lyon-Perrache – Marseille-Saint-Charles via Grenoble et Veynes-Dévoluy.
- Le 26/05/1972, mise en place des horaires d’été de la SNCF.
- En juin 1972, une double traction mixte vapeur-diesel avec la locomotive à vapeur 141 R 1106 suivie de la locomotive diesel-électrique BB 67402, en livrée bleue et blanche, tracte un train de messagerie Grenoble-La-Buisseratte – Lyon-Guillotière.
- Le 30/06/1972, passage en gare de Grenoble d’un train spécial Milano/Milan/Mailand – Lourdes composé de voitures des FS.
- Du 30/06/1972 au 03/09/1972, le train « Alpazur », supprimé entre Genève et Grenoble (éboulement de Chindrieux), circule quotidiennement entre Grenoble, Veynes et Digne.
- Du 30/06/1972 au 03/09/1972, le train direct 1837/1832 Lyon-Perrache – Marseille-Saint-Charles via Grenoble et Veynes-Dévoluy (et retour) est tracté par des locomotives diesel-électriques de la série CC 72000, en livrée bleue et blanche avec plaques reliefs et macarons d’extrémités rouges, du dépôt de Vénissieux, de Lyon à Veynes.
- Le 03/07/1972, on note la circulation du train Grenoble (08h16) – Torino/Turin en voitures des FS.
- Le 06/07/1972, on note la circulation du train temporaire d’été Irun – Toulouse-Matabiau – Narbonne – Montpellier-Saint-Roch – Valence-Ville – Grenoble (19h50) – Genève/Saint-Gervais-les-Bains.
- En juillet 1972, la locomotive diesel-électrique BB 67453, en livrée bleue et blanche, tracte le TEE 70/71« Catalan-Talgo » Barcelona/Barcelone – Genève via Grenoble.
- Le 04/08/1972, on note la circulation du train Grenoble (16h30) – Chambéry – Annecy – Genève-Eaux-Vives.
- En août 1972, un autorail XABDP 52100 + 3 remorques XR 7500, en livrée rouge et crème, assurent un Express Valence-Ville - Grenoble – Chambéry – Aix-les-Bains. Après son passage à Grenoble, cet autorail a passé sous la marquise de la gare de Chambéry en cours de démolition.
- En août 1972, un autorail XABDP 52000 + 1 remorque XR, en rouge et crème, assurent le TA 1631/32 Grenoble – Chambéry.
- En août 1972, la locomotive diesel-électrique BB 67333, en livrée bleue et blanche, tracte un train de fret entre Grenoble-La Buisseratte et les embranchements de Saint-Egrève.
- En août 1972, la locomotive diesel-électrique BB 67456, en livrée bleue et blanche, tracte de Lyon-Perrache à Grenoble le train Paris-GL – Grenoble (15h20), composé d’un fourgon Dd OCEM 30, d’une voiture A4D, une voiture A9 et deux voitures B10, toutes en livrée verte.
- En août 1972, la locomotive diesel-électrique CC 72004, en livrée bleue et blanche avec plaques reliefs et macarons d’extrémités rouges, tracte de Lyon à Veynes, le train Lyon-Perrache – Marseille-Saint-Charles via Grenoble et Veynes-Dévoluy.
- En août 1972, la locomotive diesel-électrique CC 72071, en livrée bleue et blanche avec plaques reliefs et macarons d’extrémités rouges, tracte de Lyon à Veynes, le train Lyon-Perrache – Marseille-Saint-Charles via Grenoble et Veynes-Dévoluy.
- En août 1972, la locomotive diesel-électrique CC 72020, en livrée bleue et blanche avec plaques reliefs et macarons d’extrémités rouges, tracte de Lyon à Veynes, le train Lyon-Perrache – Marseille-Saint-Charles via Grenoble et Veynes-Dévoluy.
- En août 1972, la locomotive diesel-électrique CC 72068, en livrée bleue et blanche avec plaques reliefs et macarons d’extrémités rouges, tracte le train Grenoble – Paris-GL, composé d’un fourgon Dd OCEM 30, d’une voiture Grill Express, et de 7 voitures de types divers, en livrée verte.
- En août 1972, la locomotive diesel-électrique CC 72064, en livrée bleue et blanche, tracte de bout en bout le train Aix-les-Bains – Valence-Ville et donne correspondance en gare de Grenoble avec l’autorail panoramique X 4206 pour Digne.
- En août 1972, la locomotive diesel-électrique CC 72028, en livrée bleue et blanche avec plaques reliefs et macarons d’extrémités rouges, tracte un train RO de marchandises entre Chambéry et Grenoble.
- En août 1972, la locomotive à vapeur 141 R 1104 (avec son chasse-neige rouillé) passe sur le pont tournant de la rotonde type G du dépôt de Grenoble.
- En août 1972, au dépôt de Grenoble, stationnement de trois locomotives à vapeur au fuel (type Mikado) 141 R, à savoir les 141 R n° 836, 1106 et 1271.
- En août 1972, au dépôt de Grenoble, mais un autre jour, stationnement de trois locomotives à vapeur au fuel (type Mikado) 141 R, à savoir les 141 R n° 1256 + 30 R 867, 141 R 1145 + 30 R et 141 R 1257 + 30 R 939.
- Le 02/09/1972, la locomotive à vapeur au fuel (type Mikado) 141 R 1104 (avec son chasse-neige rouillé) tracte un train de marchandises de Lyon-Guillotière à Grenoble-Marchandises.
- Le 03/09/1972, le train direct 1837/1832 Lyon-Perrache – Marseille-Saint-Charles via Grenoble et Veynes-Dévoluy (et retour) est tracté pour la dernière fois par des locomotives diesel-électriques de la série CC 72000, en livrée bleue et blanche avec plaques reliefs et macarons d’extrémités rouges, du dépôt de Vénissieux, de Lyon à Veynes. Ce type de locomotive ne circulera plus sur la ligne des Alpes au delà de Vif en raison de son gabarit trop haut posant des problèmes de refoulement des gaz d’échappement dans le tunnel de la Renardière et le tunnel en courbe et en S du Grand Brion.
- Le 08/09/1972, on note la circulation du train temporaire d’été Genève/Saint-Gervais – Grenoble (10h30) – Irun.
- Le 12/09/1972, la locomotive à vapeur au fuel (type Mikado) 141 R 1104 (avec son chasse-neige rouillé) tracte un train de marchandises de Lyon-Guillotière à Grenoble-Marchandises.
- Le 16/09/1972, présentation de la locomotive électrique CC 7155, en livrée d’origine, en gare de Grenoble.
- Le 23/09/1972, la locomotive à vapeur au fuel (type Mikado) 141 R 1106 tracte un train de marchandises de Lyon-Guillotière à Grenoble-Marchandises.
- En septembre 1972, une UM2 de locomotives diesel-électriques BB 67300, en livrée bleue et blanche, tracte le train Express Torino/Turin – Modane – Lyon-Perrache, détourné depuis Chambéry via Grenoble, composé de voitures FS en livrée grise et de voitures OCEM de la SNCF en livrée verte.
- En septembre 1972, une UM2 de locomotives diesel-électriques BB 67300 (avec la BB 67366 en tête), en livrée bleue et blanche, tracte d’Annecy à Lyon-Perrache le train Annecy – Paris-GL détourné via Chambéry et Grenoble.
- En septembre 1972, la locomotive diesel-électrique CC 72020, en livrée bleue et blanche avec plaques reliefs et macarons d’extrémités rouges, tracte un long train de wagons « Kangourou » Modane – Sibelin (Lyon) détourné depuis Chambéry via Grenoble.
- En septembre 1972, une UM2 de locomotives diesel-électriques BB 67300, toutes deux en livrée bleue et blanche, tracte un train de wagons « Kangourou » Modane – Sibelin (Lyon) détourné depuis Chambéry via Grenoble.
- Le 01/10/1972, des autorails bicaisses (type EAD) X 4500 effectuent leur 1er service commercial sur la ligne Valence-Ville – Grenoble – Chambéry – Genève, et circulèrent via Annecy et Annemasse lors des détournements de Chindrieux.
- Le 04/11/1972, la locomotive à vapeur au fuel (type Mikado) 141 R 912 tracte en fin de matinée un train de messagerie Lyon-Guillotière – Grenoble-La-Buisseratte et revient rn début d’après-midi avec un train de messagerie Grenoble-La-Buisseratte – Lyon-Guillotière.
- Le 07/11/1972, réouverture sur une voie le long du lac du Bourget vers Chindrieux.
- Le 13/11/1972, réouverture de la seconde voie le long du lac du Bourget vers Chindrieux.
- Le 04/11/1972, la locomotive à vapeur au fuel (type Mikado) 141 R 912 tracte en fin de matinée un train de messagerie Lyon-Guillotière – Grenoble-La-Buisseratte et revient rn début d’après-midi avec un train de messagerie Grenoble-La-Buisseratte – Lyon-Guillotière.
- Le 18/11/1972, mise en service des autorails bicaisses « Caravelle » (type EAD) X 4300/X 4500 sur Lyon – Grenoble.
- Le 26/11/1972, la locomotive diesel-électrique CC 72009, en livrée bleue et blanche avec plaques reliefs et macarons d’extrémités rouges, tracte de Lyon à Grenoble le train Paris-GL – Grenoble (15h27).
- En décembre 1972, la locomotive diesel-électrique CC 72001, en livrée bleue et blanche avec plaques reliefs et macarons d’extrémités rouges, tracte le train Marseille-Saint-Charles – Genève, composé d’un fourgon Dd OCEM 30, d’une voiture B11, d’une voiture A9 et de 3 voitures B10.
- En décembre 1972, l’autorail XABDP 52008, en livrée rouge et crème à toit rouge, manœuvre au Centre Autorails de Grenoble et passe devant la locomotive à vapeur au fuel (type Mikado) 141 R 1338 servant de chaudière fixe.
- Le 13/12/1972, la locomotive à vapeur au fuel (type Mikado) 141 R 1106 tracte un train de marchandises de Lyon-Guillotière à Grenoble.
- Le 16/12/1972, la locomotive à vapeur au fuel (type Mikado) 141 R 1338 tracte le TM 65758 sur Grenoble – Lyon-Guillotière.
- Le 17/12/1972, la locomotive à vapeur au fuel (type Mikado) 141 R 963 tracte le TM 65758 sur Grenoble – Lyon-Guillotière.
- Le 22/12/1972, la locomotive à vapeur au fuel (type Mikado) 141 R 963 tracte le TM 65758 sur Grenoble – Lyon-Guillotière.
- Le 06/01/1973, la locomotive à vapeur au fuel (type Mikado) 141 R 963 tracte le TM 65758 sur Grenoble – Lyon-Guillotière.
- Le 07/01/1973, circulation de l’avant dernier train vapeur régulier avec la locomotive à vapeur au fuel (type Mikado) 141 R 846 tractant le TM 65758 Grenoble – Lyon-Guillotière.
- Le 10/01/1973, circulation du dernier train à vapeur régulier avec la locomotive à vapeur au fuel (type Mikado) 141R 1187 du dépôt de Vénissieux tractant le TM 65758 sur Grenoble – Lyon, qui marque la fin de la traction vapeur commerciale au dépôt de Vénissieux et sur la ligne Lyon – Grenoble. Seules deux locomotives à vapeur (type Mikado) 141 R au fuel à savoir les 141 R 1187 et 1244 sont conservées en état de marche pour la traction de trains spéciaux dont ceux organisés par les Associations AFAC, AMFG, AMFL, FACS, etc.
- En février 1973, la locomotive diesel-électrique BB 67481, en livrée bleue et blanche, tracte de Chambéry à Valence le TEE « Catalan-Talgo » Genève – Barcelona-Francia/Barcelone via Culoz (rebroussement), Chambéry et Grenoble.
- Le 04/02/1973, l’autorail Decauville XABDP 52008, en livrée rouge et crème à toit rouge, tractant deux remorques XR en même livrée, assure une relation Genève – Grenoble via Chambéry.
- Le 17/03/1973, présentation du prototype de turbotrain RTG-02 (TB 2002) en gare de Grenoble.
- En mars 1973, la locomotive diesel-électrique BB 67542, en livrée bleue et blanche, flambant neuve et en livrée bleue et blanche, tracte le train de messagerie Lyon-Guillotière – Grenoble de fin de matinée.
- En mars 1973, le turbotrain prototype RTG 002 manœuvre en gare de Grenoble.
- En avril 1973, le turbotrain prototype RTG 001 est garé au Centre Autorails de Grenoble.
- En mai 1973, l’autorail Decauville XABDP 52102, en livrée rouge et crème à toit rouge, manœuvre en gare de Grenoble.
- En mai 1973, deux autorails Decauville de la série (Reihe) XABDP 52000, en livrée rouge et crème à toit rouge et encadrant une remorque XR en même livrée, assurent une relation omnibus Grenoble – Gap via Veynes-Dévoluy.
- En mai 1973, la locomotive diesel-électrique BB 67466, en livrée bleue et blanche, tracte de Valence à Chambéry le TEE « Catalan-Talgo » Barcelona/Barcelone – Genève via Grenoble, Chambéry et Culoz (rebroussement).
- En mars 1973, les autorails Decauville XABDP 52006 et 52008, en livrée rouge et crème à toit rouge, sont remisés au Centre Autorails de Grenoble.
- Du 03/06/1973 au 29/09/1973, on note la circulation du train omnibus 8561/8560 Grenoble (5h40), Domène (5h52), Lancey (5h57), Brignoud (6h01), Tencin-Theys (6h07), Goncelin (6h12), Le Cheylas – La Buissière (6h18), Pontcharra-sur-Bréda (6h25), Sainte-Hélène-du-Lac (6h30), Montmélian (6h34/6h35), Chignin-les-Marches (6h40), et Chambéry (6h50).
- Du 03/06/1973 au 29/09/1973, on note la circulation du train n° 5727 Grenoble (6h00) – Marseille-Saint-Charles (10h38) via Veynes-Dévoluy (7h45/7h55) et Aix-en-Provence (10h06).
- En juin 1973, un autorail Decauville XABDP 52100, en livrée rouge et crème à toit rouge, assure en solo une relation omnibus Grenoble – Gap via Veynes-Dévoluy.
- Du 29/06/1973 au 12/09/1973, on note la circulation du train n° 5709 Lyon-Perrache (10h21) – Marseille-Saint-Charles (18h16) via Grenoble (12h03/12h10), Veynes-Dévoluy (14h40/15h25) et Aix-en-Provence (17h41).
- Du 29/06/1973 au 12/09/1973, on note la circulation du train temporaire d’été n° 5526/5527 Genève (8h00), Bellegarde (8h32/8h34), Culoz (8h57/9h03), Aix-les-Bains (9h20/9h22), Chambéry (9h35/9h37), Grenoble (10h22/10h25), Valence-Ville (11h49/12h05), Avignon-Centre (13h05/13h07), Nîmes (13h35/13h50), Montpellier-Saint-Roch (14h17/14h20), Sète (14h37/14h38), Béziers (15h05/15h07), Narbonne (15h24/15h30), avec tranche Carcassonne (16h02/16h05), Toulouse-Matabiau (16h53/17h15), Lourdes (19h07), Bayonne (20h52), Hendaye (21h48) et tranche Narbonne (départ 15h42), Perpignan (16h18/16h21), Cerbère (16h51/16h55), Port-Bou (17h00).
- Le 10/06/1973, dernière circulation des autorails Decauville des séries (Reihen) X 52000 et X 52100 avec une composition des autorails XABDP 52101 (totalisant depuis 1945 le nombre de 3.208.590 km au compteur) + 2XR 7000 + XABDP 52006, tous en livrée rouge et crème à toit rouge, assurant un train spécial Grenoble - Vif de l’AMFG et donnant correspondance en gare de Saint-Georges-de-Commiers à un autre train spécial de l’AMFG composé du tracteur Sécheron T8, de l’automotrice A1 (SGLM-G) et de 5 voitures à voyageurs du SGLM. L’AMFG obtient que l’autorail XABDP 52103 soit préservé et restauré pour le Musée français du chemin de fer à Mulhouse (Cité du train).
- En été 1973, le train Direct 1837/1832 Lyon-Perrache – Marseille-Saint-Charles via Grenoble et Veynes-Dévoluy (et retour) est tracté par des locomotives diesel-électriques de la série BB 67300 du dépôt de Vénissieux, de Lyon à Veynes.
- En juillet 1973, la locomotive diesel-électrique CC 72001, en livrée bleue et blanche avec plaques reliefs et macarons d’extrémités rouges avec fenêtres d’angle d’origine, manœuvre en gare de Grenoble.
- En juillet 1973, la locomotive diesel-électrique BB 67483, en livrée bleue et blanche, tracte le de Genève à Valence-Ville le TEE 70/71 « Catalan-Talgo » Genève – Barcelona/Barcelone via Grenoble.
- En juillet 1973, suite à une interruption accidentelle de trafic entre Lyon et Valence, un certain nombre de trains sont détournés par Grenoble dont un Paris-GL – Nice-Ville (avec voitures DEV Inox de 1ère classe et voiture restaurant rouge et grise, avec traction par UM de BB 67000), un Nice-Ville – Paris-GL (avec traction par UM de BB 67000), un train Nice-Ville – Paris-GL (avec voitures DEV Inox de 1ère classe avec une voiture restaurant en livrée rouge et grise intercalée au milieu d’elles, avec traction par UM de BB 67000), un Cerbère – Paris-GL (avec traction par UM de BB 67000), un Strasbourg-Ville – Ventimiglia/Vintimille (avec traction par BB 67061 + BB 67015), un Avignon-Centre – Dijon-Ville tracté par la BB 67457 en solo, etc. Tous ces trains étaient tractés par des locomotives diesel-électriques BB 67300 entre Lyon, Grenoble et Valence et vice-versa.
- En août 1973, la locomotive diesel-électrique CC 72035, en livrée bleue et blanche avec plaques reliefs et macarons d’extrémités rouges, tracte un train Genève – Valence-Ville via Culoz, Chambéry et Grenoble, composé de 5 voitures en livrée verte.
- Le 14/10/1973, une double traction des locomotives à vapeur 141 R 1187 et 141 R 1244 tracte un train spécial Lyon – Grenoble – Saint Georges-de-Commiers, organisé avec les Associations lyonnaises AFAC, AMFL, FACS, et GMF.
- Le 21/10/1973, la locomotive à vapeur au fuel (type Mikado) 141R 1244 tracte un train spécial Grenoble - Veynes – Grenoble, organisé par l’AMFG, avec une rame composée de 5 voitures OCEM à rivets apparents. Ce train a croisé à l’aller en gare du Col de Lus-la-Croix-Haute et au retour en gare de Jarrie-Vizille un autorail panoramique de la série X 4200 tractant une remorque XR Decauville. Ce fut l’unique train Grenoble – Veynes tracté par la locomotive 141 R 1244 , aujourd’hui conservée en Suisse où elle effectue occasionnellement des trains spéciaux.
- En décembre 1973, le train auto-couchettes (TAC) Paris-GL – Grenoble, comporte une voiture-lits type P de la CIWL en livrée Inox et une ancienne voiture-lits CIWL en livrée bleue à liserés jaunes, suivies d’une voiture Forestier couchettes, etc.
- En décembre 1973, un autorail panoramique X 4200 manœuvre sous la neige en gare de Grenoble.
- Le 08/01/1974, remisage au Centre Autorails de Grenoble du prototype TGV 001 à turbine à gaz, venu depuis Lyon en essais sur la ligne des Alpes.
- Le 09/01/1974, le prototype TGV 001 à turbine à gaz, effectue sous la pluie une marche d’essais entre Grenoble et Monestier-de-Clermont.
- Le 21/04/1974, la locomotive à vapeur 141 R 1187 tracte un train spécial Grenoble – Veynes-Dévoluy – Grenoble organisé par l’AMFG, composé d’une rame de voitures « Romilly ».
- Le 08/05/1974, la locomotive diesel-électrique BB 67566, en livrée bleue et blanche, tracte un train spécial (organisé par l’AMFG) Grenoble - Vif (et retour) composé d’une rame de voitures « Romilly », avec correspondance à Saint-Georges-de-Commiers pour le Chemin de fer de La Mure.
- Le 16/06/1974, la locomotive diesel-électrique CC 72011, en livrée bleue et blanche avec plaques reliefs et macarons d’extrémités rouges, tracte le train Nantes – Grenoble via Nevers et Lyon-Perrache, composé de voitures DEV-AO en livrée verte et argent.
- Du 28/06/1974 au 01/09/1974, le train « Alpazur » avec un autorail panoramique de la série X 4200 avec remorque(s) XR Decauville, circule quotidiennement entre Genève et Digne via Grenoble (355 km).
- Du 28/06/1974 au 01/09/1974, le train direct temporaire d’été n° 1837/1832 Lyon-Perrache – Marseille-Saint-Charles via Grenoble et Veynes-Dévoluy (et retour) est tracté par des locomotives diesel-électriques de la série BB 67400 du dépôt de Vénissieux, de Lyon à Veynes. C’est la dernière année de circulation de ce train sous forme de rame tractée.
- Du 29/09/1974 au 31/05/1975, le train TEE« Catalan-Talgo » circule entre Genève et Barcelona-França/Barcelone via Grenoble (857 km) et est assuré en rame articulée Talgo espagnole.
- En 1975, mise en service des 1ères des 3.892 nouvelles voitures Corail climatisées de 1ère et 2ème classe de la SNCF. Les voitures Corail ont constitué un progrès considérable dans le service ferroviaire et son exploitation à la SNCF et démocratisait la climatisation et la vitesse minimale de 160 km/h.
- En avril 1975, une automotrice diesel RGP2 quadricaisses, en livrée verte et crème, assure la relation BI 4540/4541 Bordeaux-Saint-Jean – Grenoble via Périgueux et Lyon-Perrache.
- Le 20/04/1975, la locomotive à vapeur au fuel (type Mikado) 141R 1187 tracte un train spécial (organisé par l’AMFG) Grenoble - Veynes – Grenoble, qui a croisé à l’aller en gare du Col de Lus-la-Croix-Haute et au retour en gare de Jarrie-Vizille un autorail X 4200. La rame du train est composée de voitures « Romilly ».
- Début mai 1975, les rames ETG 1001 et 1002 circulent en essais entre Vénissieux et Grenoble pour la formation des mécaniciens.
- Le 06/05/1975, première circulation commerciale d’une rame ETG entre Lyon-Perrache et Grenoble (train 5725) et retour (train 5726, en marche classique sans arrêt intermédiaire et sans changement d’horaire.
- Du 21/05/75 au 06/08/1975, le train Direct périodique d’été quotidien TA 5723 et TA 5727 Grenoble – Marseille-Saint-Charles (et retour) est assuré avec des autorails dits Eléments Automoteurs Triples (type EAT) X 4900, en livrée bleue, blanche et grise, du dépôt de Marseille-Blancarde. Bien que ce matériel se comporta de façon remarquable sur cette ligne à profil difficile, c’est le seul été où y circuleront des X 4900, ce type de matériel affecté par la suite aux relations Marseille – Briançon.
- Le 01/06/1975, mise en service régulier de trois rames ETG entre Lyon-Perrache et Grenoble.
- Du 01/06/1975 au 27/09/1975, le train TEE 70/71 « Catalan-Talgo » circule entre Genève et Barcelona-França/Barcelone via Grenoble (857 km) et retour, est assuré en rame articulée Talgo espagnole tractée par une locomotive diesel-électrique BB 67400 de Genève à Valence-Ville.
- Du 01/06/1975 au 27/09/1975, le train « Alpazur » est désormais assuré par des autorails X 4500/4600 sur Genève - Grenoble – Veynes-Dévoluy – Digne par la ligne des Alpes françaises avec correspondance par les chemins de fer de la Provence (CP) pour Nice.
- Du 27/06/1975 au 31/08/1975, on note la circulation, désormais assurée par des autorails (type EAD) de la série X 4500/4600, du train « Alpazur » Genève (10h08) – Digne (16h40) via Bellegarde (10h38), Culoz (11h07), Aix-les-Bains (11h24), Chambéry (11h38), Grenoble (12h20/13h20), Veynes (15h10), Sisteron (15h50) et Saint-Auban (16h13), et permettant par correspondance à Digne (16h50) une arrivée à Nice-CP (19h30), avec en sens inverse et relevant à Digne (09h40) la correspondance de Nice-CP (07h05), le train « Alpazur » Digne (09h55) – Genève (16h15) via Saint-Auban (10h23), Sisteron (10h36), Veynes (11h25), Grenoble (13h20/14h00), Chambéry (14h43), Aix-les-Bains (14h57), Culoz (15h22) et Bellegarde (15h46).
- En juin 1975, la locomotive diesel-électrique BB 67476, en livrée bleue et blanche, tracte de Valence à Genève le TEE 70/71 « Catalan-Talgo » Barcelona/Barcelone – Genève et donne correspondance en gare de Grenoble au train Grenoble – Torino/Turin.
- Le 13/07/1975, la locomotive à vapeur 141 R 1187, tracte le train spécial du centenaire de la ligne de Veynes à Briançon, organisé par l’Association des Modélistes Ferroviaires de Grenoble (AMFG), Veynes – Briançon et retour. Ce fut la 1ère fois qu’une locomotive Mikado de type 141 R circula sur cette ligne où ce type d’engin n’avait jamais été autorisé à circuler. Ce même jour l’autorail triple (type EAT) X 4901/2, en livrée bleue, blanche et grise et pavoisé) fut baptisé en gare de Veynes-Dévoluy aux armoiries de la Ville de Veynes. La locomotive à vapeur 141 R 1187 est conservée aujourd’hui au Musée du chemin de fer de Mulhouse (Cité du train).
- En août 1975, la locomotive diesel-électrique CC 72012, en livrée bleue et blanche avec plaques reliefs et macarons d’extrémités rouges, tracte de Valence-Ville à Culoz le train Marseille-Saint-Charles – Genève via Grenoble, composé d’une voiture Corail B10tu et de plusieurs voitures DEV Inox A9 de 1ère et B10 (avec liserés verts pour les DEV Inox B10).
- En septembre 1975, dernière circulation du train « Alpazur » Genève - Grenoble – Veynes-Dévoluy - Digne par la ligne des Alpes.
- Le 28/09/1975, le TEE « Catalan-Talgo » assurant la liaison Genève – Barcelona-França/Barcelone transite désormais via Lyon-Brotteaux (865,6 km).
- Le 28/09/1975, premier service commercial des turbotrains ETG sur Valence – Grenoble – Chambéry – Genève et sur Valence – Grenoble – Chambéry – Annecy.
- Le 28/09/1975, au service d’hiver, on note la création des ETG 5650/51 Grenoble (7h05) – Genève (9h07), ETG 5654/55 Valence-Ville (14h12) – Grenoble – Genève (17h12), ETG 5636/37 Genève (9h38) – Grenoble – Valence-Ville (12h40), ETG 5644/45 Genève (18h37) – Grenoble – Valence-Ville (21h44), et ETG 5648/49 Genève (20h50) – Grenoble (22h52).
- Le 28/09/1975, au service d’hiver, on note la création d’un jumelage bitranches de turbotrains ETG 5703 Lyon-Perrache (7h27) – Grenoble (8h48) / Annecy se découplant à Saint-André-le-Gaz et d’un ETG 5721 Lyon-Perrache (18h33) – Grenoble (19h56).
- Le 19/10/1975, la locomotive à vapeur au fuel (type Mikado) 141 R 1187 tracte un train spécial de l’AMFG de Lyon-Perrache à Veynes-Dévoluy via Grenoble (et retour) soit 478 km, composé d’une rame de voitures « Romilly ». Ce fut son plus long parcours effectué sur un train spécial et son dernier train spécial avant sa radiation. La locomotive à vapeur 141 R 1187 du dépôt de Vénissieux (et ex-dépôt d’Auray) est aujourd’hui conservée au Musée français des Chemins de fer (Cité du Train) à Mulhouse.
- En 1976, la Région Rhône-Alpes signe son 1er Schéma Régional de Transports (SRT) et crée le SOFRA permettant aux Départements de la Région de pouvoir conventionner seuls (la Loire et le Rhône se sont associés pour créer les relations « Stélyrail » entre Lyon et Saint-Etienne, puis l’Isère a crée les relations « Lazer » entre Rives et Grenoble, prolongée par la suite jusqu’à Gières).
- Du 02/01/1976 au 09/11/1976, détournement des trains lourds de voyageurs Paris-GL – Briançon et vice-versa via Lyon, Grenoble et Veynes-Dévoluy par suite de l’affaissement du viaduc du Claps entre Die et Aspres-sur-Buëch, entraînant la nécessité de l’utilisation de Grenoble à Veynes-Dévoluy (pendant plus de 10 mois) de triples-tractions de locomotives diesel-électriques, soit trois BB 67400, soit une BB 66400 avec deux BB 67400 (toutes en livrée bleue et blanche) tractant des rames de voitures voyageurs de 700 à 750 tonnes. Quelques trains eurent également lieu avec deux machines en têtes et une en pousse.
- En février 1976, un double traction d’autorails de la série X 2800 (en livrée rouge et crème et toit rouge) tractant trois remorques XR 7000 Decauville, toutes en livrée rouge et crème à toit rouge, assure une relation Grenoble – Veynes-Dévoluy – Briançon.
- En février 1976, un double traction d’autorails de la série X 2800 (en livrée rouge et crème et toit rouge) tractant une remorque XR 7000 Decauville, en livrée rouge et crème à toit rouge, assure une relation Grenoble – Veynes-Dévoluy.
- En mars 1976, deux autorails de la série X 2800, en livrée rouge et crème et toit rouge, encadrant trois remorques XR 7000 Decauville, toutes en livrée rouge et crème à toit rouge, assure sous la pluie une relation Grenoble – Briançon.
- Le 20/04/1976, l’autorail Decauville XABDP 52103 du Centre autorails de Grenoble, sort des Ateliers d’Oullins entièrement remis à neuf pour sa présentation au musée du chemin de fer de Mulhouse (actuelle Cité du train).
- Le 13/06/1976, la locomotive diesel-électrique CC 72008, en livrée bleue et blanche avec plaques reliefs et macarons d’extrémités rouges, tracte un train spécial (organisé par l’AMFG) Grenoble - Vif (et retour), composé d’une rame de voitures « Romilly », avec correspondance à Saint-Georges-de-Commiers sur le Chemin de fer de La Mure.
- En juin 1976, un prototype de trolleybus Berliet-Oerlikon type ER 100 est testé par Berliet sur le réseau de la SGTE à Grenoble.
- Au service d’été 1976, le train supprimé « Alpazur » est remplacé par des ETG sur Genève – Grenoble avec correspondance à Grenoble pour Veynes et Digne par la ligne des Alpes françaises avec correspondance par les chemins de fer de la Provence (CP) pour Nice.
- En juillet 1976, une locomotive diesel-électrique CC 72000, en livrée bleue et blanche avec plaques reliefs et macarons d’extrémités rouges, tracte de Culoz à Valence l’Express saisonnier n° 5586 Genève – Port-Bou, composé d’une rame de 10 voitures dont deux Bruhat B10t en livrée verte, une B10myfi DEV-AO Forestier en livrée verte, une A8myfi DEV-AO Forestier en livrée verte, une B7D UIC en livrée verte, une DEV ex-Capitole en livrée rouge et blanche, trois B10myfi DEV-AO Forestier en livrée verte, une Bruhat B10t en livrée verte et une B7D UIC en livrée verte.
- Le 26/09/1976, remplacement du train bi-tranche 5015 Paris-GL – Lyon-Perrache – Avignon-Centre/Grenoble par le train bi-tranche 187 « Rhône-Alpes » Paris-GL – Saint-Etienne/Grenoble.
- Le 17/10/1976, une locomotive diesel-électrique BB 67400, en livrée bleue et blanche, tracte un train spécial (organisé par l’AMFG) Grenoble - Vif (et retour), composé d’une rame de voitures « Romilly », avec correspondance à Saint-Georges-de-Commiers sur le Chemin de fer de La Mure.
- En 1977, mise en service des 1ères des 290 nouvelles voitures-couchettes Corail climatisées de 2ème classe de la SNCF.
- En mars 1977, un autorail de la série X 2800, en livrée rouge et crème et toit rouge, tractant une remorque XR Decauville, assure une relation Digne – Veynes – Grenoble par la ligne des Alpes.
- En avril 1977, création du (1er) Salon de la Maquette et du Modélisme réduit « Modell 77 » à Alpexpo, salon créé par Messieurs Jean BACCARD et William LACHENAL.
- Le 05/06/1977, une locomotive diesel-électrique BB 67400, en livrée bleue et blanche, tracte un train spécial (organisé par l’AMFG) Grenoble - Vif (et retour), composé d’une rame de voitures « Romilly », avec correspondance à Saint-Georges-de-Commiers sur le Chemin de fer de La Mure.
- Le 09/10/1977, une locomotive diesel-électrique BB 67400, en livrée bleue et blanche, tracte un train spécial (organisé par l’AMFG) Grenoble - Vif (et retour), composé d’une rame de voitures « Romilly », avec correspondance à Saint-Georges-de-Commiers sur le Chemin de fer de La Mure.
- En octobre 1977, la locomotive diesel-électrique CC 72002, en livrée bleue et blanche avec plaques reliefs et macarons d’extrémités rouges, avec plaques reliefs et macaron rouge d’extrémité, tracte le train de marchandises RO Sibelin (Lyon) – Grenoble, composé d’une longue rame de wagons marchandises de types divers.
- En février 1978, la locomotive diesel-électrique CC 72003, en livrée bleue et blanche avec plaques reliefs et macarons d’extrémités rouges, tracte le train Express Valence-Ville – Culoz via Grenoble, Chambéry et Aix-les-Bains, composé d’une rame de 6 voitures.
- En février 1978, un autorail de la série (Reihe) X 2800, en livrée rouge et crème et toit rouge, tractant une remorque XR Decauville, en livrée rouge et crème et toit rouge, assure une relation omnibus Veynes-Dévoluy – Grenoble, par une belle journée ensoleillée et dans un paysage enneigé.
- Le 03/04/1978, mise en service du compostage des billets et suppression des tickets de quai et du contrôle des billets à l’entrée et à la sortie des gares.
- Le 03/04/1978, 2ème Salon de la Maquette et du Modélisme réduit « Modell 78 » à Alpexpo, avec la participation de l’AMFG.
- Le 18/06/1978, une locomotive diesel-électrique BB 67400, en livrée bleue et blanche, tracte un train spécial (organisé par l’AMFG) Grenoble - Vif (et retour), composé d’une rame de voitures « Romilly », avec correspondance à Saint-Georges-de-Commiers sur le Chemin de fer de La Mure.
- En juillet 1978, une UM2 de locomotives diesel-électriques BB 67400, toutes deux en livrée bleue et blanche, tracte le train Genève – Port-Bou via Grenoble, composé d’une rame de 8 voitures vertes à l’exception d’une voiture ex-Capitole, en livrée rouge avec bande blanche, placée en 3ème position derrière une voiture mixte 1ère et 2ème classe verte.
- En juillet 1978, la locomotive diesel-électrique CC 72001, en livrée bleue et blanche avec plaques reliefs et macarons d’extrémités rouges, manœuvre en gare de Grenoble.
- Le 28/09/1978, faute de clientèle suffisante via Lyon-Brotteaux, le TEE le « Catalan-Talgo » assuré avec du matériel moteur et tracté espagnol de type « Talgo » à écartement variable des essieux, baptisé « Catalan-Talgo », assurant la liaison directe Genève – Barcelona-França/Barcelone (et retour) transite à nouveau via Grenoble. Pour éviter un temps trop long de changement de traction, une locomotive de type BB 67500 ou CC 72000 était simplement ajoutée devant la BB 7200 entre Chambéry, Grenoble et Valence.
- Le 01/10/1978, la locomotive diesel-électrique CC 72084, en livrée bleue et blanche avec plaques reliefs et macarons d’extrémités rouges d’origine et pavoisée, tracte le train spécial de l’AMFG organisé pour le centenaire de la ligne de Grenoble à Veynes. Ce train, composé de 5 voitures UIC DEV-AO, en livrée bicolore verte et grise, fut le seul à circuler en un jour de grève totale mais dont cette même circulation permit de sauver la ligne des Alpes grâce à la présence de très nombreux élus locaux et régionaux, ainsi que de très nombreux médias.
- Le 01/10/1978, la locomotive diesel-électrique CC 72084, en livrée bleue et blanche avec plaques reliefs et macarons d’extrémités rouges (la seule à rester en livrée d’origine en 2013), tracte un train spécial (organisé par l’AMFG), composé de 5 voitures UIC AO, en livrée bicolore verte et grise, pour le centenaire de la ligne de Grenoble à Veynes. Ce fut le seul train à circuler en un jour de grève totale mais qui permis de sauver la ligne des Alpes grâce à la présence de très nombreux élus locaux et régionaux, ainsi que de très nombreux médias.
- Le 03/04/1979, 3ème Salon de la Maquette et du Modélisme réduit « Modell 79 » à Alpexpo, avec la participation de l’AMFG.
- En avril 1979, une rame ETG circule entre Lyon-Perrache et Grenoble.
- Le 19/05/1979, un autorail (EAD) de la série (Reihe) X 4500, en livrée rouge et crème à toit rouge, assure le train 8578/9 Chambéry – Grenoble.
- En juin 1979, la locomotive diesel-électrique CC 72011, en livrée bleue et blanche avec plaques reliefs et macarons d’extrémités rouges, tracte un train omnibus Chambéry – Grenoble, composé d’une voiture B5D ancienne, en livrée verte, d’une A9 DEV-AO, en livrée verte et grise, d’une B10 DEV-A0, en livrée grise et verte, d’une voiture B ancienne à parois lisses, en livrée verte, etc.
- Le 03/06/1979, une crue subite de l’Isère provoqua l’affaissement du pont ferroviaire de Montmélian (Savoie), entraînant un transbordement par autocars des voyageurs entre les gare de Pontcharra et de Montmélian jusqu’à l’installation en septembre d’un pont provisoire de type Bonnet-Schneider par le génie militaire dans l’attente de la construction d’un nouvel ouvrage. Les rames ETG de et pour Annecy ou Genève sont limitées entre Valence-Ville et Pontcharra.
- En 1979, début des travaux de réfection avec mise au gabarit pour la traction électrique des tunnels du Criel (591 mètres, à Voiron) et du Château (80 mètres, à Réaumont), puis de Voreppe (349 mètres, à Voreppe).
- En été 1979, suite à l’effondrement du pont ferroviaire de Montmélian (Savoie) sur la ligne Grenoble – Chambéry entrainant une modification des roulement des turbotrains ETG du dépôt de Vénissieux, des turbotrains RTG assurent les trains 7315 et 5720 entre Lyon-Perrache et Grenoble, la rame RTG n° 20 étant détachée en renfort de Caen à Vénissieux.
- En octobre 1979, la locomotive diesel-électrique CC 72004, en livrée bleue et blanche avec plaques reliefs et macarons d’extrémités rouges, tracte de Grenoble à Lyon-Perrache, le train Grenoble – Paris-GL, composé de 6 voitures Corail dont une B6D et d’une voiture DEV, en livrée verte et grise.
- Le 15/01/1980, le train de nuit EC « Pau-Casals » Zürich-HB/Milano-Centrale/Milan/Mailand – Barcelona/Barcelone, assuré par une rame Talgo de 24 voitures (en livrée verte et beige) tracté de Chambéry à Valence par une locomotive diesel-électrique BB 67300, déraille à 1h50 à 100 mètre du PN de Beaulieu au lieu-dit « Le Gua » peu après la gare de Tullins sur la ligne à voie unique de Moirans à Romans. 3 voitures sont sorties des rails, mais le reste de la rame est resté sur les rails. Le mécanicien a pu stopper le train en urgence. Aucune victime ni blessé n’est à déplorer. La rame accidentée a été garée en gare de Saint-Marcellin pour libérer la voie et permettre l’expertise de la rame.
- En avril 1980, dernier et 4ème Salon de la Maquette et du Modélisme réduit « Modell 80 » à Alpexpo avec l’AMFG, le RMA et la revue « L’Indépendant du Rail ». Bien qu’ayant l’antériorité d’existence, ce salon grenoblois fut copié et a continué d’avoir lieu à Paris à la Porte de Versailles. Il n’était plus possible de le réaliser à Grenoble, les grandes marques de modèles réduits ayant privilégiés le salon parisien.
- Le 07/06/1980, une RGP1, en livrée orange et grise et voiture-pilote en tête, assure le train 8578/9 Chambéry – Grenoble.
- Le 16/06/1980, l’autorail X 2101, en livrée bleue et blanche d’origine, effectue des courses d’essais entre Lyon et Grenoble le matin, ainsi qu’entre Grenoble et Montmélian (marche à 100 km/h) via Gières l’après-midi.
- Du 17 au 20/06/1980, l’autorail X 2101 avec deux remorques XR 6000 fait des essais sur la ligne des Alpes entre Grenoble et Lus-la-Croix-Haute avec l’autorail X 2848, en livrée bleue et blanche, de Lyon-Vaise. Ces essais ne donnèrent pas satisfaction car l’X 2101 ne parvint pas à tracter les deux remorques XR 6000 en rampe de 28 pour mille. Seuls les autorails des séries X 52000, X 52100 et X 2800 en était capable et pouvaient même tracter jusqu’ à 3 remorque XR Decauville. De ce fait les 1ers autorails de la série X 2100 furent transférés du dépôt de Lyon-Vaise à celui de Rennes.
- Du 20/06/1980 au 27/09/1980, des autorails bicaisses (type EAD) « Caravelle » de la série X 4630 à X4685, en livrée rouge et crème et toit rouge avec bande horizontale rouge sous le pare-brise des faces d’extrémités et encoche crème sous le phare frontal, assurent des relations Grenoble – Veynes et vice-versa et se croisent en gare de Lus-la-Croix-Haute.
- Du 20/06/1980 au 27/09/1980, un autorail de la série (Reihe) X 2800, en livrée bleue et blanche, avec remorque, en livrée rouge et crème à toit rouge, circule quotidiennement entre Grenoble et Digne via Grenoble.
- En juillet 1980, les rames ETG circulent sur le pont provisoire sur l’Isère près de Montmélian entre Chambéry et Grenoble.
- Le 08/09/1980, mise en service de la rame TGV-Sud-Est n° 35, en livrée orange et blanche. C’est cette rame n° 35 qui sera ultérieurement baptisée « Grenoble », la rame n° 38 ayant déjà à ce moment là été déjà baptisée.
- Le 27/09/1980, dernière circulation des dessertes quotidiennes entre Grenoble et Digne via Veynes, par la ligne des Alpes.
- Les 04 et 05/11/1980, l’autorail X 2102 (en livrée bleue et blanche) du dépôt de Lyon-Vaise, avec l’autorail X 2456 du dépôt de Limoges (en livrée rouge et crème à toit rouge), effectue des essais sous la neige sur la ligne des Alpes entre Grenoble et Veynes, ils sont remisés au Centre Autorails de Grenoble pendant plusieurs jours.
- En février 1981, le train auto-couchettes (TAC) Paris-Bercy – Grenoble comportait une voiture-lits Trans Euro Nuit (TEN), en livrée bleue à bande blanche.
- En février 1981, une locomotive diesel-électrique CC 72000, en livrée bleue et blanche avec plaques reliefs et macarons d’extrémités rouges, tracte de Grenoble à Lyon-Perrache, le train supplémentaire Grenoble – Paris-GL, avec une composition de 13 voitures panachées entre voitures « UIC » vertes et grises et voitures « Forestier » vertes.
- En 1981, après rehaussement du gabarit du tunnel de la Renardière, essais de double traction de locomotives diesel-électriques de la série CC 72000 sur la ligne de Grenoble à Veynes-Dévoluy, dans la perspective de détournement des trains Paris – Briançon. Les essais n’étant pas concluant, ce seront des triplettes de BB 67300, BB 67400 et BB 66000 qui assureront en juillet 1981 la traction des trains Paris – Briançon, suite à l’interception de la ligne du col de Cabre.
- En mai 1981, une UM2 de locomotive diesel-électriques BB 67300, toutes deux en livrée bleue et blanche, tracte le train de marchandises 9085 Grenoble – Veynes-Dévoluy.
- En avril 1981, la locomotive diesel-électrique CC 72038, en livrée bleue et blanche avec plaques reliefs et macarons d’extrémités rouges, tracte de Lyon-Perrache à Grenoble un train Paris-GL – Grenoble, composé de voitures IUC vertes et grises.
- Le 02/06/1981, une automotrice diesel RGP 1 quadricaisses (en livrée orange et grise), composée des éléments X 2729 + XR 7729 + XR 7723 + X 2733 de la SNCF, inaugure le nouvel Alpazur entre (Nice) Digne, Grenoble et Genève.
- Du 13/06/1981 au 26/09/1981, reprise de la circulation quotidienne (interrompue en 1975) de l’« Alpazur » entre Genève, Grenoble et Digne (Nice).
- Le 07/07/1981, la locomotive diesel-électrique CC 72017, en livrée bleue et blanche avec plaques reliefs et macarons d’extrémités rouges, tracte de Lyon-Perrache à Veynes le train Lyon-Perrache - Marseille-Saint-Charles via Veynes-Dévoluy, avec 10 voitures Bruhat.
- Le 10/07/1981, une locomotive diesel-électrique de la série (Reihe) CC 72000, en livrée bleue et blanche avec plaques reliefs et macarons d’extrémités rouges, tracte de Valence à Culoz le train Marseille-Saint-Charles – Genève via Valence et Grenoble, avec 7 voitures Corail.
- En juillet 1981, suite à une nouvelle interception de la ligne du col de Cabre, les trains Paris-Bercy – Briançon sont détournés via Grenoble et la ligne des Alpes. La traction de ces trains lourds (rame avec voitures-lits, voitures-couchettes et fourgons porte-autos) est assurée (comme en 1976) par des triplettes de BB 66000, BB 67300 et BB 67400 (1 loc 66000 + 2 locs 67000). Parfois, une pousse est également nécessaire.
- En été 1981, roulements réguliers de rames RTG entre Lyon-Perrache et Grenoble, en renfort des rames ETG.
- Le 27/09/1981, mise en service partielle de la Ligne à Grande Vitesse (LGV) sur 273 km entre Saint-Florentin, Pasilly, Mâcon-Loché et Sathonay (TGV Paris – Lyon, ligne Paris – Sud-Est), par la SNCF, Paris et Lyon étant reliées en 2h40 de trajet et desservies par 13 relations par TGV.
- Le 27/09/1981, limitation de la circulation des trains de nuit 5700/5701 Grenoble – Paris-GL aux seuls week-ends.
- En 1982, roulements réguliers de rames ETG entre Lyon-Perrache et Grenoble.
- En février 1982, la locomotive diesel-électrique CC 72011, en livrée bleue et blanche avec plaques reliefs et macarons d’extrémités rouges, tracte le train 56636/7 Genève – Valence-Ville via Chambéry et Grenoble, avec une composition de 6 voitures DEV, en livrée vertes.
- En avril 1982, la locomotive diesel-électrique CC 72010, en livrée bleue et blanche avec plaques reliefs et macarons d’extrémités rouges, tracte le train 5655/4 Valence-Ville - Genève via Grenoble et Chambéry, avec une composition de 6 voitures DEV, en livrée vertes.
- En avril 1982, mais un autre jour, la locomotive diesel-électrique CC 72010, en livrée bleue et blanche avec plaques reliefs et macarons d’extrémités rouges, tracte le train 5655/4 Valence-Ville - Genève via Grenoble et Chambéry, avec une composition de 6 voitures anciennes (avec une A4D en tête), toutes en livrée vertes.
- En avril 1982, la locomotive diesel-électrique CC 72085, en livrée bleue et blanche avec plaques reliefs et macarons d’extrémités rouges, tracte le train 56636/7 Genève – Valence-Ville via Chambéry et Grenoble, avec une composition de 6 voitures panachées en livrée vertes ou vertes et grises.
- Le 22/05/1982, dernier jour de circulation du TEE 70/71 « Catalan-Talgo » assurant la liaison Genève – Barcelona-França/Barcelone via Lyon-Brotteaux.
- Le 23/05/1982, le train « Catalan-Talgo », assurant la liaison directe Genève – Barcelona-França/Barcelone via Lyon-Brotteaux est supprimé en tant que TEE et devient un train classique mais toujours composé de la rame Talgo espagnole.
- Le 23/05/1982, création d’un train IC « Le Rhodanien », assurant la liaison directe Genève – Marseille-Saint-Charles (IC 5642/43) via Grenoble (et retour IC 5694/95) avec arrêts à Bellegarde, Aix-les-Bains, Chambéry, Grenoble, Valence et Avignon. Ce train est composé d’une rame de 6 voitures Corail avec traction par BB 7200 en livrée Béton, exceptée une UM2 de BB 67300 de Chambéry à Valence.
- En été 1982, roulements réguliers de rames ETG entre Valence et Genève via Grenoble, Chambéry et Bellegarde.
- Le 20/08/1982, la locomotive diesel-électrique BB 67302, en livrée bleue et blanche, tracte de Veynes à Grenoble, le train d’agence « Reiseburo Mittelthurgau Panorama », composé de 5 voitures panoramiques (ex-TEE Rheingold) et d’une voiture Eurofima Apm en livrée orange C1 des CFF, qui circula de Marseille-Saint-Charles à Grenoble via Veynes-Dévoluy.
- Le 27/11/1982, une rame composée de voitures Corail assure le train Grenoble (6h45) – Zürich-HB (13h09) et retour, affrétée par le SMTC de Grenoble pour emmener 400 grenoblois visiter le réseau de tramways de Zürich (VBZ). Ce train fut tracté de Grenoble à Chambéry par la locomotive diesel’électrique BB 67327 de la SNCF, de Chambéry à Genève par la locomotive électrique CC 6568 de la SNCF et de Genève à Zürich-HB par la locomotive électrique Re 4/4 II n° 11178 des CFF qui fit une halte à Langenthal pour être dépassée par un train Intercités régulier. Les voitures Corail (7 B10tu et un fourgon DD4) avaient été spécialement acheminées du Nord de la France depuis Lille-Délivrance sur Grenoble pour assurer ce train. Par ailleurs, c’était la 1ère fois qu’une rame Corail circulait en territoire suisse jusqu’à Zürich-HB. A Zürich, ce sont 6 tramways articulés de la série (Reihe) 2000 des VBZ qui transportèrent les grenoblois sur les lignes de leur réseau. C’est en fait 3 convois en double traction qui circulèrent dans Zürich et utilisèrent exceptionnellement la ligne menant au Zoo. Au retour, le train quitta Zürich-HB à 17h28 et regagna Grenoble à 23h53, tracté par les mêmes locomotives mais dans l’ordre inverse. Ce voyage fut déterminant sur le résultat de la votation en faveur de la réalisation du réseau de tramways modernes grenoblois.
- Du 17/12/1982 au 18/04/1983, circulation quotidienne au départ de Grenoble du train « Alpaneige » avec des autorails X 2700 aux couleurs orange et grise, sur Grenoble – Veynes – Digne (et retour) par la ligne des Alpes françaises avec correspondance par les chemins de fer de la Provence (CP) pour Nice. Mais cette expérience hivernale de l’ « Alpazur » ne sera pas renouvelée par la suite.
- Le 01/01/1983, la SNCF devient un Etablissement Public Industriel et Commercial (EPIC).
- Le 01/03/1983, le turbotrain ETG T-1002/1502 assurant le train 5708 Grenoble – Lyon-Perrache déraille peu avant la gare de Bourgoin-Jallieu suite à une coulée de boue. On déplora 1 mort (un voyageur défenestré) et 23 blessés.
- Le 13/03/1983, un turbotrain RTG assure une relation Lyon – Grenoble.
- En mai 1983, le train n° 10704 Grenoble (11h00) – Paris-Bercy est composé d’une voiture Ac, une voiture AcBc, sept voitures Bc, une voiture Bc d’un autre type, une voiture AB, une voiture B et de deux fourgons D2D.
- En mai 1983, une locomotive diesel-électrique de la série (Reihe) CC 72000, en livrée bleue et blanche avec plaques reliefs et macarons d’extrémités rouges, tracte un train Lyon-Perrache – Grenoble, composé de 7 voitures dont de 3 voitures Bruhat, une A9 OCEM à paroi-lisse, de 2 voitures Bruhat et une AD type OCEM à paroi lisse.
- Du 29/05/1983 au 24/09/1983, dernière période de circulation quotidienne au départ de Genève du train « Alpazur » avec des autorails X 2700 aux couleurs orange et grise, sur Genève – Grenoble – Veynes – Digne (et retour) par la ligne des Alpes françaises avec correspondance par les chemins de fer de la Provence (CP) pour Nice.
- Le 13/06/1983, mise en service de la nouvelle gare de Lyon-Part-Dieu modifiant l’ensemble des dessertes Grenoble - Lyon.
- Le 21/06/1983, essais de la rame ETG n° T-1006/1506 (ex rame X-4806/4706) entre Grenoble, Veynes et Marseille sur la ligne des Alpes.
- En été 1983, des RTG viennent quelques fois en roulement en place de turbotrains ETG déficients entre Lyon et Grenoble.
- Le 22/09/1983, mise en service de la ligne nouvelle à grande vitesse Paris – Sud-Est mettant Paris à 2 heures de Lyon des correspondances se faisant à Lyon par train classiques et autorails pour Grenoble permettant une relation Paris-GL – Grenoble entre 3h30 et 3h50.
- Le 27/09/1983, mise en service complète de la ligne TGV-PSE entre Paris et Lyon (426 km), ces villes étant reliées à la vitesse maximale de 270 km/h, soit en 2h00 de trajet.
- Le 24/10/1983, inauguration de la nouvelle gare de Lyon Part-Dieu remplaçant la gare de Lyon-Brotteaux et un grand nombre de trains venant Grenoble arrivent et partent de Lyon-Part-Dieu au lieu de Lyon-Perrache. Le train « Catalan-Talgo » dessert Lyon-Part-Dieu au lieu de Lyon-Brotteaux.
- En novembre 1983, la locomotive diesel-électrique CC 72021, en livrée bleue et blanche avec plaques reliefs et macarons d’extrémités rouges, tracte un train omnibus Saint-André-le-Gaz – Grenoble, composé de 6 voitures dont une A4D OCEM à paroi lisse, de 4 voitures « Romilly », une B10 OCEM à paroi-lisse.
- De 1983 à 1984, équipement de la ligne Lyon – Grenoble avec le Block Automatique Lumineux (BAL).
- De 1983 à 1984, création d’une seconde voie d’entrée au dépôt-relais de Grenoble (ex- Centre Autorails) et au chantier de remisage des rames voyageurs.
- Le 16/01/1984, pose du premier poteau de caténaire en gare de Grenoble (côté Gières) avec un train bétonneur tracté par la locomotive diesel CC 65519, en livrée verte avec liserés jaunes.
- En avril 1984, la locomotive diesel-électrique CC 72015, en livrée bleue et blanche avec plaques reliefs et macarons d’extrémités rouges, tracte un train Lyon-Perrache – Grenoble, composé d’une rame homogène de 6 voitures Corail.
- Le 21/04/1984, une UM2 de turbotrain ETG assure la relation 7325 Lyon-Part-Dieu - Grenoble.
- Le 21/04/1984, une UM2 des locomotives électriques BB 25689 et BB 25639, toutes deux en livrée verte et inscriptions jeunes, tracte un train de marchandises Sibelin (Lyon) – La-Buisseratte (Grenoble).
- Le 23/04/1984, une UM2 de turbotrain ETG assure la relation 5712 Grenoble – Lyon-Part-Dieu.
- Le 23/04/1984, une locomotive diesel-électrique de la série (Reihe) CC 72000, en livrée bleue et blanche avec plaques reliefs et macarons d’extrémités rouges, tracte de Grenoble à Lyon l’Express 5710 Grenoble – Paris-GL, composé de 6 voitures Corail.
- Le 23/04/1984, la locomotive diesel-électrique CC 72014, en livrée bleue et blanche avec plaques reliefs et macarons d’extrémités rouges, tracte l’Express 5715 Lyon-Part-Dieu - Grenoble, composé d’une rame panachée de voitures DEV-AO en livrée verte et argent et de voitures Corail en livrée d’origine.
- Le 23/04/1984, la locomotive diesel-électrique CC 72013, en livrée bleue et blanche avec plaques reliefs et macarons d’extrémités rouges, tracte de Lyon à Grenoble l’Express 5713 Paris-GL – Grenoble, composé de 6 voitures Corail dont 2 B10tu, une A9tu, une B10tu et une B6D.
- Le 23/04/1984, une UM2 de locomotives diesel-électriques BB 67300, toutes deux en livrée bleue et blanche, tracte de Lyon à Grenoble l’Express 5719 Paris-GL – Grenoble, composé de 4 voitures Corail avec en tête une B6D.
- En avril 1984, la locomotive diesel-électrique CC 72015, en livrée bleue et blanche avec plaques reliefs et macarons d’extrémités rouges, tracte un train Lyon-Part-Dieu – Grenoble, composé de 6 voitures Corail.
- Le 15/04/1984, la locomotive diesel-électrique CC 72011, en livrée bleue et blanche avec plaques reliefs et macarons d’extrémités rouges, tracte de bout en bout un train Genève – Valence-Ville via Grenoble, composé d’une voiture A4t4 type USI, en livrée verte et grise, de 8 voitures DEV-AO, en livrée verte et grise, et d’un fourgon placé en queue.
- Le 30/04/1984, une rame turbotrain de type ETG, côté turbine en tête, assure l’Express 5711 Lyon-Part-Dieu – Grenoble.
- Du 03 au 30/06/1984, circulation quotidienne de l’« Alpazur » assuré en RGP1 (en livrée orange) uniquement entre Grenoble et Digne (Nice).
- Du 10/06/1984 au 26/08/1984, un train du dimanche circule entre Grenoble et Lus-la-Croix-Haute pour permettre des sorties touristiques dans le Trièves.
- Le 29/06/1984, une locomotive diesel-électrique de la série (Reihe) CC 72000 de la SNCF, en livrée bleue et blanche avec plaques reliefs et macarons d’extrémités rouges, tracte de Valence à Culoz l’Express 55589/8 Hendaye/Hendaya – Grenoble – Genève/Genf/Genivra, composé d’une voiture directe Hendaye/Hendaya – Zürich-HB type A4ü Schlieren des CFF (placée en tête) et de 8 voitures Corail de la SNCF.
- Du 01/07/1984 au 02/09/1984, circulation quotidienne de l’« Alpazur » assuré en RGP1 (en livrée orange) entre Lyon (au lieu de Genève), Grenoble et Digne (Nice).
- En juillet 1984, une UM de turbotrains ETG assure une relation Grenoble – Lyon-Part-Dieu.
- Le 22/07/1984, la locomotive diesel-électrique CC 72084, en livrée bleue et blanche avec plaques reliefs et macarons d’extrémités rouges, tracte de Lyon à Grenoble un Express Lyon-Part-Dieu – Grenoble, composé d’une rame homogène de 6 voitures Corail.
- Du 30/09/1984 au 01/06/1985, on note la circulation du train quotidien RG/RS 5699 Ventimiglia/Vintimille (19h20) – Marseille (23h53) – Valence-Ville (2h40/2h57) – Grenoble (4h16/4h21) – Chambéry (5h07/5h30) – Aix-les-Bains (5h43 avec séparation des deux tranches) – Genève (7h49) / Saint-Gervais-les-Bains (9h00) avec passage pour la tranche Saint-Gervais à Annecy (6h49).
- Du 30/09/1984 au 01/06/1985, on note la circulation du train quotidien GR n° 5696 Genève (23h00) – Aix-les-Bains (h) – Chambéry (0h29/0h42) – Grenoble (01h11/1h32) – Valence-Ville (2h59/3h20h) – Avignon-Centre (4h24) – Marseille-Saint-Charles (5h52) – Ventimiglia/Vintimille (10h08).
- Du 30/09/1984 au 01/06/1985, on note la circulation du train quotidien 8700 Grenoble (7h02) – Saint-Marcellin (7h31) – Romans (7h49) – Valence-Ville (8h02/8h12h) – Avignon-Centre (9h21) – Marseille-Saint-Charles (10h20).
- Du 30/09/1984 au 01/06/1985, on note la circulation du train quotidien 8515 Marseille-Saint-Charles (15h05) – Avignon-Centre – Valence-Ville (16h51/17h04) – Romans (17h18) –Saint-Marcellin (17h40) – Grenoble (18h12).
- Du 30/09/1984 au 01/06/1985, on note la circulation du train quotidien n° 5710 Grenoble (11h22) – Voiron (11h40) – Rives (11h53) – Le Grand-Lemps (12h03) – La Tour-du-Pin (12h26) – Bourgoin (12h37) – Lyon-Perrache (13h04) – Lyon-Part-Dieu (13h43) – Paris-GL (18h55).
- Du 30/09/1984 au 01/06/1985, on note la circulation du train périodique des Ve et Di n° 5700 Grenoble (23h38) – Moirans (23h52) - Voiron (0h02) – Rives (0h19) – Le Grand-Lemps (0h31) – Saint-André-le-Gaz (0h51) – La Tour-du-Pin (0h58) – Bourgoin (1h09) – Lyon-Perrache (1h37/1h49) – Paris-Bercy (6h55).
- Du 30/09/1984 au 01/06/1985, on note la circulation du train périodique (sauf Ve + DI + F) n° 5669 Grenoble (22h21) – Paris-GL via Chambéry avec arrêts à Pontcharra (22h50) et Chambéry (23h07/23h40).
- Du 30/09/1984 au 01/06/1985, on note la circulation (sauf Sa, Di + F) du train omnibus 8531 Grenoble (5h57) – Domène (6h07) – Lancey (6h12) – Brignoud (6h16) – Tencin (6h22) – Goncelin (6h27) – Le Cheylas-La Buissière (6h32) – Pontcharra (6h38) – Sainte-Hélène-du-Lac (6h43) – Montmélian (6h48) – Chambéry (7h00). Ce train ne desservait pas la gare de Gières.
- Du 30/09/1984 au 01/06/1985, on note la circulation seuls les trains omnibus n° 8545, 8549 et 8515 Grenoble – Chambéry desservaient la gare de Gières (respectivement à 12h32, 17h12 et 18h23) et seuls les trains omnibus n° 8532, 8540 et 8546 Chambéry – Grenoble desservaient la gare de Gières (respectivement à 7h27 ou 7h36 suivant les jours, 12h59 et 17h44).
- En octobre 1984, une rame RGP1 quadricaisses, en livrée orange et grise, tractant en renfort une remorque d’autorails XR 7500, en livrée rouge et crème à toit rouge, assure le TA 8577 Lyon-Perrache – Grenoble.
- Le 18/02/1985, mise sous tension de l’électrification de la ligne entre Grenoble et Lyon avec la locomotive électrique de reconnaissance BB 22216, en livrée gris béton et orange, de la SNCF.
- Le 18/02/1985, la locomotive électrique BB 22216, en livrée gris béton et orange, la locomotive diesel-électrique CC 72055, en livrée bleue et blanche avec plaques reliefs et macarons d’extrémités rouges, ainsi que l’autorail X 2807, en livrée bleue et blanche, stationnent sur des voies différentes en gare de Grenoble.
- Le 28/02/1985, inauguration de l’électrification en courant 25 kV-50 Hz de la ligne SNCF entre Grenoble et Lyon.
- Le 04/03/1985, 1er service commercial des TGV entre Grenoble et Paris-GL via Lyon-Perrache (en 3h10) avec 3 allers-retours Grenoble – Paris-GL dont la rame TGV-PSE n° 111 tricourant, en livrée orange et blanche.
- Du 04/03/1985 au 01/06/1985, on note les départs de Paris-GL à 06h45 (sf SDF), 14h00, 18h28 avec passages à Lyon-Part-Dieu à 08h45/48, 16h02/07 20h32/35 et arrivées à Grenoble à 09h57, 17h20 et 21h45. En sens inverse, on note les départs de Grenoble à 06h01 (sf DF), 10h46, 17h47 avec passages à Lyon-Part-Dieu à 07h12/25, 11h56/12h00, 18h56/19h00 et arrivées à Paris-GL à 09h09, 14h04 et 21h10.
- Le 01 et le 02/06/1985, la rame de TGV-PSE n° 35 fut baptisée aux armes de la ville de Grenoble le 1er jour en présence des locomotives à vapeur 040 T 17 (en pression et venue par ses propres moyens en tractant la 140 C 287 depuis Pontcharra) et 140 C 287 prêtées par l’AMFG et le CFTB, ainsi que d’une grande exposition de locomotives diverses avec locomotives à vapeur historiques 040 T 17 (en pression) et 140 C 287 avec tender 18 B 513 prêtées par l’AMFG, la rame TGV-PSE n° 35, en livrée d’origine orange et blanche et blason « Grenoble », les locomotives électriques BB 1613, en livrée verte, BB 8239, en livrée verte, BB 25183, en livrée verte avec bande latérale blanche, BB 25680, en livrée verte et blanche avec inscriptions jaunes, CC 7107, en livrée GRG modernisée, CC 20001, en livrée d’origine, CC 14123, en livrée verte avec faces d’extrémités jaunes, BB 13017, en livrée verte avec faces d’extrémités jaunes, BB 7432, en livrée gris béton et orange, BB 9480, en livrée Arzens grise et marron, 2D2 5525, en livrée verte, 2D2 9135, en livrée verte unicolore, l’automotrice électrique (type Z2) Z 9620 + ZR 19620, en livrée d’origine, une automotrice diesel-électrique X 2700 RGP1 bicaisses « Alpazur », la locomotive diesel CC 65534, en livrée verte à bandes jaunes, la locomotive diesel-électrique BB 66252, en livrée bleue et blanche avec plaques en reliefs, la locomotive diesel-électrique BB 67333, en livrée bleue et blanche avec plaques en reliefs, le locotracteur diesel Y 8232, en livrée Arzens orange, le chasse neige HB600 n° CN2, en livrée verte et rouge avec inscriptions jaunes, et la voiture-réseau (ex-DR-SNCF) de l’AMFG, en livrée bleue et blanche, avec présentation au public de son réseau en HO. Ce fut la plus grande exposition de matériel de traction ferroviaire réalisée à Grenoble.
- Le 02/06/1985, les TGV entre Grenoble et Paris-GL via Lyon-Perrache passent 3 allers-retours à 5 (et même 6 les vendredis) dont la mise en service du lundi au vendredi d’un TGV de 1ère classe Grenoble (05h48) – Lyon-Part-Dieu (06h56/07h00) – Paris-GL (09h04) avec retour Paris-GL (17h48) – Lyon-Part-Dieu (18h56/19h00) – Grenoble (21h04). Ceci entraîne la suppression des voitures directes Grenoble – Paris des trains n° 5052 et 5053 et la suppression des trains de nuit n° 5700/5701.
- Du 02/06/1985 au 29/06/1985, circulation quotidienne de l’ « Alpazur » assuré en RGP1 (en livrée orange) limité au parcours entre Grenoble et Digne (Nice).
- En juin 1985, la locomotive diesel-électrique BB 66252, en livrée bleue et blanche, stationne au Relais traction de Grenoble.
- Du 30/06/1985 au 28/09/1985, circulation quotidienne de l’ « Alpazur » assuré en RGP1 (en livrée orange) bi-tranche entre Grenoble et Digne (Nice) et entre Grenoble et Marseille-Saint-Charles.
- En juillet 1985, la locomotive diesel-électrique BB 67335, en livrée bleue et blanche, tracte de bout en bout un train Genève – Valence-Ville via Grenoble, composé d’une voitures DEV B6D verte et grise et de 3 voitures Corail en livrée TER Rhône-Alpes avec bandeaux latéraux bleu clair et blanc.
- En juillet 1985, la locomotive électrique BB 25642, en livrée verte d’origine, tracte un train omnibus Saint-André-le-Gaz – Grenoble, composé d’une voiture B5D, de trois voitures B10myfi et un fourgon Dd, tous en livrée verte.
- En août 1985, la locomotive électrique BB 25688, en livrée verte d’origine, stationne au Relais traction de Grenoble.
- Le 19/09/1985, la Communauté d’Intérêts pour les Transports Publics (CITRAP), Section de Genève, organise à Genève une soirée débat sur le thème « Le Tram de Grenoble, un exemple ? », avec présentation de la maquette du futur tramway grenoblois. On a noté la présence du Sénateur Charles DESCOURS, Président du Syndicat Mixte des Transports en Commun (SMTC) de Grenoble et Président de la SEMITAG, de Monsieur COUPLAN, Directeur Général de la SEMITAG, et de Messieurs William LACHENAL et Eric RAHM, respectivement Président et Vice-Président de l’AEDTF.
- Le 28/09/1985, mise en service de la nouvelle gare de l’Isle d’Abeau remplaçant les points d’arrêts de Saint-Alban-la-Grive et de Vaux-Milieu, sur la ligne Lyon – Grenoble, à environ 36 km de Lyon et desservant la ville nouvelle de l’Isle-d’Abeau (Isère).
- Les 26 et 27/11/1985, l’autorail X 2201, en livrée bleue et blanche, fait des essais dans la neige sur la ligne des Alpes entre Grenoble et Lus-la-Croix-Haute avec une remorque XR 6000 et l’autorail X 2830 de Lyon-Vaise, en livrée bleue et blanche.
- Le 20/01/1986, transfert depuis la voie de garage située derrière le poste 3 de Grenoble (près du Cours Berriat) sur la voie de débord de la gare de Gières de la voiture-réseau de l’Association des Modélistes Ferroviaires de Grenoble (AMFG).
- Le 06/02/1986, la locomotive électrique BB 22210, en livrée gris béton et bandeau orange, tracte le train rapide n° 3549/8 « Rhône – Océan » Brest/Quimper – Grenoble (avec un retard de 3h30) composé d’une rame de 14 voitures dont 2 Corail couchettes Bc (placées en tête), et d’un panachage de voitures UIC en livrée verte et grise et de voitures Corail.
- En mars 1986, le train 8566 Grenoble – Lyon-Perrache (arr. 6h52) ne permettait pas d’avoir des correspondances matinale vers l’Est de la France.
- En mars 1986, la locomotive diesel-électrique CC 72058, en livrée bleue et blanche avec plaques reliefs et macarons d’extrémités rouges, tracte de bout en bout un train Grenoble – Genève composé d’une rame Corail.
- En avril 1986, une locomotive électrique bicourants de la série (Reihe) BB 25500, en livrée verte, pousse la rame RRR4, en livrée rouge du Conseil Général de l’Isère, et assure un omnibus Grenoble – Rives.
- Le 01/06/1986, mise en service régulier de Rames Réversibles Régionales (RRR) neuves de Grenoble à Saint-André-le-Gaz et de Grenoble à Chambéry.
- En été 1986, circulation de trains Grenoble – Veynes-Dévoluy – Marseille-Saint-Charles (Alpazur) en autorail SNCF de type RGP 1 (rouge et blanche) de la série X 2700.
- Le 04/09/1986, la locomotive électrique de la série (Reihe) BB 25683, en livrée verte d’origine, tracte le train TER 8573 Saint-André-le-Gaz – Grenoble (avec une rame RRR tricaisses en livrée rouge).
- En mai 1986, la locomotive diesel-électrique CC 72011, en livrée bleue et blanche avec plaques reliefs et macarons d’extrémités rouges, tracte de bout en bout l’Express 5651 Corail Grenoble (6h54) – Genève (9h00), composé d’une rame de 8 voitures Corail.
- En mai 1986, la locomotive diesel-électrique CC 72014, en livrée bleue et blanche avec plaques reliefs et macarons d’extrémités rouges, tracte de bout en bout l’Express 5644 Corail Genève (18h42) – Grenoble (20h50) – Valence, composé d’une rame de 8 voitures Corail.
- En mai 1986, la locomotive diesel-électrique CC 72007, en livrée bleue et blanche avec plaques reliefs et macarons d’extrémités rouges, tracte de bout en bout un train Corail Genève – Valence via Grenoble et Chambéry.
- Le 31/05/1986, suppression du train IC « Le Rhodanien », assurant la liaison directe Genève – Marseille (IC 5642/43) via Grenoble (et retour IC 5694/95) remplacé par un train express.
- Le 16/06/1986, la locomotive diesel-électrique CC 72006, en livrée bleue et blanche avec plaques reliefs et macarons d’extrémités rouges, tracte de Chambéry à Valence-Ville (02h56) via Grenoble le train n° 5606/7.
- Le 17/06/1986, la locomotive diesel-électrique CC 72006, en livrée bleue et blanche avec plaques reliefs et macarons d’extrémités rouges, tracte de bout en bout le train n° 5655 Valence-Ville (14h08) – Grenoble (15h10) – Chambéry (15h49/15h59) – Aix-les-Bains – Bellegarde (16h45) – Genève (17h14) via le raccordement direct de Culoz, composé d’une rame de 5 voitures dont une B11tul, une A10tul, une B7D UIC et deux B11tul. Le même jour, la CC 72006 assurera avec la même rame le train n° 5644/5 Genève (18h38) – Valence-Ville (21h50) puis le train n° 8527 Valence-Ville (22h07) – Grenoble (23h22).
- Le 18/06/1986, la locomotive diesel-électrique CC 72006, en livrée bleue et blanche avec plaques reliefs et macarons d’extrémités rouges, tracte de bout en bout le train n° 5651/0 Grenoble (6h54) – Genève (9h00), composé d’une rame de 5 voitures dont une B11tul, une A10tul, une B7D UIC et deux B11tul. Le même jour, la CC 72006 assure avec la même rame le train n° 5637/6 Genève (9h24) – Valence-Ville.
- En juin 1986, la locomotive diesel-électrique CC 72011, en livrée bleue et blanche avec plaques reliefs et macarons d’extrémités rouges, tracte de bout en bout le train n° 5651/0 Grenoble (6h54) – Genève (9h00), composé d’une rame de 8 voitures DEV-AO, en livrée verte et grise.
- En été 1986, circulation de trains Grenoble – Veynes – Marseille-Saint-Charles (Alpazur) en autorail SNCF de type RGP 1 (rouge et blanche) de la série X 2700.
- En juillet 1986, la locomotive diesel-électrique BB 67368, en livrée bleue et blanche, tracte le train n° 8546 Chambéry – Grenoble, composé d’une voiture Bruhat de 2ème classe et livrée verte (placée en tête) et de 4 voitures Corail en livrée d’origine.
- En juillet 1986, au triage de La Buisseratte, les locomotives diesel-électriques BB 67443, CC 72012, CC 72029 et BB 67354, toutes en livrée bleue et blanche, sont prêtes au départ en tête de trains à destination de Pont-de-Claix, Chambéry et Jarrie-Vizille.
- Le 12/01/1987, un chasse-neige rotatif Beilhack HB 600 du dépôt de Chambéry est appelé à la rescousse sur la ligne des Alpes entre Grenoble et Veynes-Dévoluy.
- En janvier 1987, la locomotive diesel-électrique CC 72012, en livrée bleue et blanche avec plaques reliefs et macarons d’extrémités rouges, tracte le train n° 8549 Grenoble – Chambéry et dessert la gare de Gières sous la neige.
- En février 1987, la locomotive diesel-électrique CC 72008, en livrée bleue et blanche avec plaques reliefs et macarons d’extrémités rouges, tracte un train Valence-Ville – Genève via Grenoble et Chambéry, composé d’une rame homogène de 6 voitures Corail en livrée d’origine.
- En avril 1987, une locomotive diesel-électrique BB 67300, en livrée bleue et blanche, tracte chaque dimanche une rame de 4 remorques d’autorails (en livrée rouge et crème à toit rouge) sur la ligne des Alpes entre Grenoble et Veynes-Dévoluy. La circulation hebdomadaire de ce train permet le graissage des rails de la ligne.
- Le 27/05/1987, la locomotive diesel-électrique CC 72013, en livrée bleue et blanche avec plaques reliefs et macarons d’extrémités rouges, tracte le train Genève/Genf/Genivra – Nice-Ville/Nizza-Cità via Chambéry et Grenoble, composé d’une rame homogène de voitures Corail en livrée d’origine.
- Les 24 et 29/04/1987, l’autorail X 72505 bicaisses fait des essais sur la ligne des Alpes entre Grenoble et Veynes-Dévoluy.
- Du 31/05/1987 au 26/09/1987, application des horaires du service d’été.
- Le 31/05/1987, le train « Catalan-Talgo », assurant la liaison directe Genève/Genf/Genivra – Barcelona-França/Barcelone via Lyon-Part-Dieu devient un train EC mais reste toujours composé de la rame Talgo espagnole, ne dessert plus Lyon-Part-Dieu et transite à nouveau via Chambéry et Grenoble.
- Du 26/06/1987 au 30/08/1987, le train « Alpazur » circule entre Grenoble et Digne (185 km) et est classé en train « Loisirail ».
- Le 03/07/1987, un autorail de la série X 2800, en livrée bleue et blanche, et tractant une remorque XR 7000, en livrée rouge et crème à toit rouge, assure le train n° 8607 Grenoble – Gap.
- En juillet 1987, la locomotive diesel-électrique CC 72090, en livrée bleue et blanche avec plaques reliefs et macarons d’extrémités rouges, tracte un train Genève – Valence-Ville, composé d’une rame homogène de 8 voitures Corail en livrée d’origine.
- Le 28/07/1987, un autorail diesel-électrique RGP1 bicaisses, en livrée orange et grise, tracte une remorque Decauville, en livrée rouge et crème à toit crème et assure un train omnibus Grenoble – Chambéry.
- Le 28/07/1987, la locomotive diesel-électrique BB 67361, en livrée bleue et blanche, tracte de Valence-Ville à Aix-les-Bains le train Express n° 5652 Avignon-Centre – Saint-Gervais-les-Bains-Le-Fayet, composé d’une voiture B6D UIC-DEV-AO, en livrée Verte et grise, et de 5 voitures Corail.
- En été 1987, une seule et dernière rame ETG circule entre Valence et Grenoble.
- Le 02/08/1987, l’autorail modernisé RGP1 quadricaisses, en livrée rouge et blanche et logo « Alpazur », assure le train (Loisirail) « Alpazur », Grenoble – Veynes-Dévoluy – Digne/Marseille-Saint-Charles.
- Le 02/08/1987, l’autorail modernisé RGP1 bicaisses X 2740 (ex-X 2772), en livrée rouge et blanche et logo « Alpazur », assure le train (Loisirail) « Alpazur », Grenoble – Veynes-Dévoluy – Digne et donne correspondance à Digne à l’autorail Soulé double X 351 + XR 1351 des CP assurant la relation « Alpazur » de Digne à Nice-CP.
- Le 02/08/1987, la locomotive diesel-électrique BB 67350, en livrée bleue et blanche, tracte une rame de 4 remorques d’autorails XR Decauville, toutes en livrée rouge et crème à toit rouge, et assure le train n° 8605 Grenoble – Veynes-Dévoluy.
- Le 03/08/1987, inauguration de la ligne A de tramways par deux rames TFS de la SEMITAG.
- Le 19/08/1987, la locomotive diesel-électrique CC 72014, en livrée bleue et blanche avec plaques reliefs et macarons d’extrémités rouges, tracte un train Corail Genève – Grenoble – Valence-Ville.
- Le 27/09/1987, jour de mise en place du service d’hiver.
- En 1987, mise en service de rames Corail réversibles tractées par des locomotives électriques BB 25200 entre Grenoble et Lyon et de rames RRR entre Rives et Grenoble.
- Le 03/10/1987, la Communauté d’Intérêts pour les Transports Publics (CITRAP), Section de Genève, organise un voyage d’étude à Grenoble pour visiter la 1ère ligne et les aménagements du nouveau tramway grenoblois, parcourant la ligne A avec une rame spéciale de tramway. On a noté la présence du Sénateur Charles DESCOURS, Président du Syndicat Mixte des Transports en Commun (SMTC) de Grenoble et Président de la SEMITAG, et de Messieurs William LACHENAL et Eric RAHM, respectivement Président et Vice-Président de l’AEDTF.
- Le 10/04/1988, une UM de deux RGP1 modernisées (4 caisses), en livrée rouge et blanche, tractant en renfort une remorque d’autorail XR 7500, en livrée rouge et crème à toit rouge, assure une relation Grenoble – Gap via Veynes.
- Le 22/04/1988, inauguration de la gare rénovée de Gières, rebaptisée à l’occasion gare de Gières-Campus pour la desserte du Campus universitaire de Grenoble. On note la présence de Messieurs Charles DESCOURS, Sénateur et Vice-Président du Conseil Général de l’Isère, Charles GUIBAUD, Maire de Gières, et de William LACHENAL, Président de l’AEDTF et initiateur du projet.
- En mai 1988, l’autorail XABD 2866, en livrée bleu et blanche, du dépôt de Lyon-Vaise et tractant deux remorques Decauville, en livrée rouge et crème à toit rouge, assure un omnibus Chambéry – Grenoble.
- Le 28/05/1988, suppression du train Express assurant la liaison directe Genève – Marseille-Saint-Charles via Grenoble et Avignon-Centre.
- Le 29/05/1988, création d’un train direct entre Genève et Nice-Ville via Grenoble, par prolongation du train 5636/7 Genève (9h42) - Valence-Ville (12h42) via Grenoble, sur Nice (17h30) et mais avec un retour Nice-Ville (8h42), Genève (17h15) avec changement à Valence-Ville (13h35/14h09) via Grenoble. A cette occasion, le train 5642/3 Genève (16H00) Marseille-Saint-Charles (21h25) ne circule plus que les vendredis entre Valence-Ville et Marseille-Saint-Charles de même que le train 5694/5 Marseille-Saint-Charles (7h09) Genève (12h38) ne circule plus que les samedis entre Valence-Ville et Marseille-Saint-Charles.
- Le 12/06/1988, la locomotive diesel-électrique CC 72002, en livrée bleue et blanche avec plaques reliefs et macarons d’extrémités rouges, tracte un train Corail Valence-Ville – Grenoble – Genève.
- En juin 1988, la locomotive diesel-électrique CC 72008, en livrée bleue et blanche avec plaques reliefs et macarons d’extrémités rouges, tracte un train Chambéry – Grenoble – Valence-Ville, composé d’une rame de 7 voitures dont deux B11 USI, une B11 DEV-AO, une B 11 USI, une B11 DEV-AO et deux B 11 USI, toutes en livrée verte et grise.
- Le 26/06/1988, enlèvement de la voie de débord de la gare de Gières de la voiture-réseau de l’Association des Modélistes Ferroviaires de Grenoble (AMFG) et transfert en gare de Saint-Georges-de-Commiers.
- En 1988, cérémonies du centenaire du Chemin de fer de La Mure avec train spécial du SGLM pavoisé et voyageurs en habit d’époque.
- En août 1988, la locomotive diesel-électrique CC 72003, en livrée bleue et blanche avec plaques reliefs et macarons d’extrémités rouges, tracte de Chambéry à Valence-Ville via Grenoble le train EC « Catalan-Talgo » Genève – Barcelona/Barcelone avec en véhicule la locomotive électrique BB 7200 (avec tampons à hauteur modifié pour la traction des rames Talgo) qui tracte ce train sur l’ensemble du parcours électrifié.
- Le 23/09/1988, la TGV-PSE n° 70 assurant le TGV n° 736 Grenoble – Paris-GL percute à 105 km/h un convoi exceptionnel chargé d’un transformateur et resté bloqué sur le passage à niveau (PN 74) de la gare de Voiron (côté Grenoble). Sous le choc, le transformateur de 100 tonnes fut projeté en l’air et retomba sur une des voitures de la rame du TGV. On déplora 2 morts (le conducteur du TGV et un des voyageurs de la voiture sur laquelle était retombé le transformateur) et 60 blessés. Le convoi exceptionnel n’avait pas été autorisé à passer par cet itinéraire qui était interdit aux poids-lourds. Le PN fut remplacé par la suite par un passage inférieur.
- Le 25/09/1988, jour de mise en place du service d’hiver, on note, entre autres, la circulation du train quotidien n° 5696/7 Genève – Grenoble (01h33/01h45) – Nice-Ville, du train quotidien n° 5699/8 Nice-Ville – Grenoble (4h08/4h14) – Genève, du train du LU au SA n° 6485/4 Hendaye – Grenoble (6h16/6h19) – Genève, du train quotidien n° 5694/5 Marseille-Saint-Charles – Grenoble (10h23/10h25) – Genève, du train quotidien n° 5636/7 Genève – Grenoble (11h41/11h43) – Nice-Ville, du train quotidien n° 5652/3 Nice-Ville – Grenoble (13h06/13h08) – Saint-Gervais-les-Bains, du train quotidien TEE n° 70/1 Genève – Grenoble (13h31/13h33) – Barcelona/Barcelone, du train quotidien n° 5654/5 Nice-Ville – Grenoble (15h10/15h12) – Genève, du train quotidien n° 5640/1 Saint-Gervais-les-Bains – Grenoble (16h07/16h10) – Nice-Ville, du train périodique n° 10072 Perpignan – Grenoble (17h23/17h43) – Aix-les-Bains (doublure de renfort du Catalan-Talgo), du train quotidien TEE n° 72/3 Barcelona/Barcelone – Grenoble (17h20/17h22) – Genève/Genf/Genivra, du train quotidien n° 5642/3 Genève – Grenoble (18h11/18h13) – Marseille-Saint-Charles, du train quotidien n° 5644/5 Genève – Grenoble (20h46/20h49) – Valence-Ville, du train nocturne des VE+ DF n° 6984/5 Genève/Genf/Genivra – Grenoble (22h52/22h55) – Hendaye/Hendaya.
- Le 25/09/1988, jour de mise en place du service d’hiver, on note également la circulation du train sauf SDF n° 730 Grenoble (05h30) – Paris-GL , du train des SA, DI et LU n° 5701 Paris-GL – Grenoble (06h35), du train sauf SDF n° 732 Grenoble (06h38) – Paris-GL, du train des SA de pleine saison n° 734 Grenoble (7h18) – Paris-GL, du train quotidien n° 6804 Grenoble (7h24) – Nantes via Bourges, du train des SA n° 6349 Nantes – Grenoble (08h30), du train sauf SDF n° 731 Paris-GL – Grenoble (09h55), du train quotidien n° 736 Grenoble (10h46) – Paris-GL, du train des SA n° 738 Grenoble (13h03) – Paris-GL, du train quotidien n° 737 Paris-GL – Grenoble (13h17), du train quotidien n° 740 Grenoble (14h46) – Paris-GL, du train quotidien n° 741 Paris-GL – Grenoble (17h17), du train quotidien n° 744 Grenoble (17h48) – Paris-GL, du train quotidien n° 6305 Nantes – Grenoble (18h35), du train des DI de pleine saison n° 746 Grenoble (19h33) – Paris-GL, du train des SA n° 6848 Grenoble (20h39) – Brest, du train des DI de pleine saison n° 748 Grenoble (20h35) – Paris-GL, du train des VE n° 743 Paris-GL – Grenoble (19h44), du train sauf SDF n° 745 Paris-GL – Grenoble (20h41), du train des DI n° 6660 Grenoble (21h46) – Strasbourg-Ville, du train nocturne quotidien n° 747 Paris-GL – Grenoble (21h46), du train sauf VE et SDF n° 749 Paris-GL –Grenoble (22h52), du train des SDF de pleine saison n° 5700 Grenoble (23h50) – Paris-GL.
- Le 25/09/1988, le train Express Corail 5651 Grenoble (06h49) – Genève (09h02) via Gières-Campus (06h59), Pontcharra (07h19), Montmélian (07h26), Chambéry (07h37/07/41), Aix-les-Bains (07h53) et Bellegarde (08h31), composé de 6 voitures Corail et tracté par une locomotive diesel-électrique CC 72000, en livrée bleue et blanche. Ce train dessert pour la 1ère fois la gare de Gières-Campus, future 2ème gare de l’agglomération grenobloise (Grenoble-Universités-Gières).
- En automne 1988, on note, entre autres, la circulation quotidienne de l’Express 5651 Grenoble (6h48) – Gières-Campus (6h58) – Pontcharra (7h17) – Montmélian (7h25) – Chambéry (7h30) – Aix-les-Bains (7h51) – Bellegarde (8h30) – Genève (9h02), la circulation quotidienne de l’Express 58536 Culoz (7h41) – Aix-les-Bains (7h57) – Chambéry (8h17) – Montmélian (8h28) – Pontcharra (8h36) – Gières-Campus (8h54) – Grenoble (9h04) – Tullins (9h30) – Saint-Marcellin (9h55) – Romans-Bourg-de-Péage (10h14) – Valence-Ville (10h27) et la circulation les dimanches et fêtes de l’Express 5646 Chambéry (21h15) – Montmélian (21h26) – Pontcharra (21h33) – Goncelin (21h40) – Lancey (21h49) – Gières-Campus (21h55) – Grenoble (22h04).
- Le 25/09/1988, les RGP 1 série X 2700 du dépôt de Lyon-Vaise remplacent les X 2800 du dépôt de Lyon-Vaise sur Grenoble – Briançon et Briançon – Valence-Ville.
- En 1989, mise en service des dernières des 3.892 nouvelles voitures Corail climatisées de 1ère et 2ème classe de la SNCF.
- Le 28/05/1989, création du train international EuroCity, en rame Talgo, « Pablo Casals», assurant la liaison nocturne directe Bern/Berne – Barcelona-França/Barcelone via Genève, Grenoble, Perpignan (et retour), mais sans aucun arrêt sur le territoire français.
- Du 28/05/1989 au 29/09/1989, circulation quotidienne de l’ « Alpazur » assuré en RGP1 (en livrée orange) limité au parcours entre Grenoble et Digne (Nice).
- Le 05/09/1989, la rame inaugurale du « Lazer » Rives – Grenoble quitte, sous le soleil, Rives à 17h30 pour Grenoble où a lieu en gare à 18h30 son inauguration officielle.
- Le 05/09/1989, mise en service de la desserte « Lazer » Grenoble – Rives, par le Conseil Général de l’Isère et la SNCF.
- Le 23/09/1989, dernier jour de circulation des dessertes estivales « Alpazur » entre Grenoble et Digne via Veynes, par la ligne des Alpes.
- Le 23/09/1989, fermeture de la ligne de Digne à Saint-Auban, par la SNCF.
- En mai 1990, la locomotive diesel-électrique BB 67353, en livrée bleue et blanche, tracte de Chambéry à Valence le train EC « Catalan-Talgo » Genève – Barcelona/Barcelone via Grenoble, avec en véhicule une locomotive électrique BB 7200, en livrée gris béton.
- Le 18/05/1990, le train RG (Riviera – Genève) Ventimiglia/Vintimille – Genève via Grenoble, dérailla suite à une coulée de boue à Têche (ligne Moirans – Romans). Seule la locomotive diesel-électrique dévala dans le fossé tuant le mécanicien. Aucun tué ni blessé n’a été à déplorer sur les 250 voyageurs du train.
- Le 27/05/1990, le train-hôtel EuroCity « Pablo Casals», en rame Talgo, assurant la liaison nocturne directe Bern/Berne – Barcelona-França/Barcelone via Genève/Genf, via Grenoble (et retour), est désormais amorcé depuis Zürich-HB.
- De fin juin au début septembre 1990, mise en service d’une voiture-lits soviétique (2 voitures SZD affectées à ce service à savoir, les n° 017 04139, 56 20 70-80 452-0 et 017 03487, 56 20 70-80 447-4) reliant Moskova/Moscou à Madrid (4.831 km, record européen de distance pour une voiture directe) via Berlin, Frankfurt (Main)-Hbf/Francfort-(Main)-Ple, Basel-SBB/Bâle-CFF/Basilea-FFS, Genève, Grenoble, Valence-Ville, Avignon-Centre, Montpellier-Saint-Roch et Hendaye/Hendaya (et retour), le parcours étant effectué en 3 jours et 4 nuits. La voiture directe soviétique circulait une fois par semaine, le lundi au départ de Moscou avec arrivée le vendredi à Madrid, et retour le samedi de Madrid avec arrivée le mercredi à Moscou. Les autres jours, la voiture-lits soviétique était limitée au parcours Moscou – Frankfurt/Francfort, Moscou – Bern/Berne ou Moscou - Genève. De Moscou à Basel-SBB/Bâle-CFF, cette voiture lits soviétique était incorporée au train D 358/D 359. Sur le parcours français, elle était acheminée par les trains 5479 Genève – Hendaye via Grenoble et 4678 Hendaye – Genève via Grenoble.
- Le 04/09/1990, une collision frontale sur voie unique entre le train Corail 5640 Genève – Nice-Ville via Grenoble (en retard sur l’horaire) et le train « Catalan-Talgo » Barcelona/Barcelone – Genève via Grenoble. L’agent de la gare de Saint-Marcellin a donné visuellement le départ au conducteur du train Corail (dont la queue du train engageait le passage à niveau avec ses 12 voitures). Le mécanicien du train Corail (avec près de 800 voyageurs à bord), qui a cru à une autorisation de départ mais qui n’avait pas vu que le signal d’arrêt était resté fermé, a engagé son train qui est venu percuter la rame du Talgo (avec près de 500 voyageurs à bord). L’une des deux locomotives diesel-électriques se lève, l’autre prend feu. Cette collision fit 1 mort et 80 blessés.
- Du 30/09/1990 au 01/06/91, on note, entre autres, la circulation du TGV quotidien n° 737 Paris-G-L. (00h07), Lyon-Part-Dieu (12h06), Grenoble (13h19).
- Du 30/09/1990 au 01/06/91, on note, entre autres, la circulation du train Express quotidien 5705 Lyon-Perrache (7h55), Grenoble (9h19) avec 5 arrêts intermédiaires, du train omnibus 58567 (sauf dimanches et fêtes) Lyon-Perrache (5h25), Grenoble (7h28), desservant toutes les gares intermédiaires.
- Du 30/09/1990 au 01/06/91, on note, entre autres, la circulation des trains Express Corail quotidien 5651 Grenoble (6h49) – Gières-Campus (6h59) – Chambéry (7h27/7h41) – Genève (9h02), Express quotidien 5694 Valence-Ville (9h22) – Grenoble (10h23/10h25) – Chambéry (11h05/11h17) – Genève (12h38).
- Du 30/09/1990 au 01/06/91, on note, entre autres, la circulation des trains Express quotidien 5698 (ex-RG) Nice-Ville (20h22) – Marseille-Saint-Charles (23h17/23h42) – Avignon-Centre (0h54/1h31) – Valence-Ville (2h45/3h15) – Grenoble (4h20/4h25) – Chambéry (5h08/5h32) – Genève (7h43), Rapide quotidien 6676 Nice-Ville (8h41) – Marseille-Saint-Charles (11h13/11h25) – Avignon-Centre (12h21/12h24) – Valence-Ville (13h33/14h09) – Grenoble (15h10/15h12) – Chambéry (15h50/16h00) – Genève (17h18) et EC 73 « Catalan-Talgo » quotidien Barcelona-França/Barcelone – Montpellier-Saint-Roch (14h26/14h28) – Avignon-Centre (15h23) – Valence-Ville (16h24/16h32) – Grenoble (17h33/17h35) – Chambéry (18h17/18h25) – Genève (19h44).
- Du 30/09/1990 au 01/06/91, on note, entre autres, la circulation des trains EC 70 « Catalan-Talgo » quotidien Genève (11h27) – Chambéry (12h31) – Grenoble (13h29/13h31) – Valence-Ville (14h30/14h43) – Avignon-Centre (15h42) – Montpellier-Saint-Roch (16h37/16h39) – Barcelona-França/Barcelone, du train Rapide Corail 5642 quotidien Genève (16h00) – Chambéry (17h20/1730) – Grenoble (16h13/16h15) – Valence-Ville (19h16) et Express 5644 Genève (18h38) – Chambéry (19h57/20h07) – Grenoble (20h47/20h50) – Valence-Ville (21h50).
- Le 06/10/1990, l’autorail RGP1 modernisé X 2740, en livrée rouge et blanche assure la relation Grenoble (8h35) – Veynes-Dévoluy et dessert la gare de Clelles-Mens à 9h37.
- Le 26/11/1990, inauguration de la ligne B de tramways entre Gares-Europole et Universités, par deux rames TFS de la SEMITAG.
- En décembre 1990, dernier jour de circulation du train international EN, en rame Talgo, « Pau Casals», assurant la liaison nocturne directe Bern/Berne – Barcelona-França/Barcelone via Genève, Grenoble, Perpignan (et retour), mais sans aucun arrêt sur le territoire français. Ce train est amorcé dès le lendemain depuis Zurich-HB.
- En décembre 1990, création des tains-hôtels nocturnes quotidiens EN 273/274 « Pau Casals » Barcelona-Francia/Barcelone – Genève – Zurich-HB (1195 km) et EN 371/372 « Salvador Dali » Barcelona-França/Barcelone – Milano-Centrale/Milan/Mailand (1198 km) circulant via Grenoble et fusionnés jusqu’à Chambéry.
- En 1991, mise en service de la voie d’évitement de la gare de Culoz (franchissable à 60 km/h) pour les trains reliant Grenoble et Aix-les-Bains à Genève.
- En janvier 1991, une locomotive diesel-électrique de la série (Reihe) CC 72000, en livrée bleue et blanche, avec blason latéral, tracte le train Express saisonnier Quimper – Grenoble, composé d’une rame homogène de voitures DEV-AO, toutes en livrée verte et grise.
- En février 1991, un trolleybus articulé Ikarus, en livrée jaune et à bande frontale rouge sous le pare-brise, fait des essais et franchit le pont du Drac sur la ligne n° 4 de la SEMITAG.
- En mai 1991, la locomotive diesel-électrique CC 72083, en livrée bleue et blanche et logo nouille, tracte de bout en bout le train Express Corail 5651/0 Grenoble (06h49) – Genève (09h02) via Gières-Campus (06h59), Pontcharra (07h19), Montmélian (07h26), Chambéry (07h37/07/41), Aix-les-Bains (07h53) et Bellegarde (08h31), composé d’une rame homogène de 6 voitures Corail en livrée d’origine.
- En mai 1991, une UM de locomotives diesel-électriques BB 67300 (avec la BB 67329 en tête), toutes deux en livrée bleue et blanche, tracte le train 5644 Genève – Valence via Grenoble et Chambéry, composé d’une rame homogène de 7 voitures Corail.
- Le 02/06/1991, le train Genève – Nice-Ville via Grenoble est transformé en IC 370/1-379 Basel-SBB/Bâle-CFF – Genève – Grenoble – Nice-Ville.
- Le 16/06/1991, la locomotive à vapeur 141 R 420 effectue un train spécial sur la ligne des Alpes de Grenoble (7h40) à Veynes-Dévoluy (12h02) organisé par le magasin grenoblois Union Pacific et l’AMFG. Cette locomotive est arrivée la veille de Clermont-Ferrand via Lyon. Pour le retour le train spécial a quitté Veynes-Dévoluy à 15h40 pour arriver à Grenoble à 19h10.
- Du 02/06/1991 au 28/09/1991, suite à un manque de matériel roulant, la SNCF a loué aux CFF une rame de 7 voitures composée de 4 à 3 voitures Eurofima (en livrée orange C1) et de 3 à 4 voitures Bpm (en livrée grise et verte). Cette rame composait la tranche suisse du train Venezia-SL/Venise-SL – Genève qui repartait pour assurer le train 5644/5 Genève (18h38) – Chambéry (19h22/19h45) – Grenoble (20h47/20h50) – Valence-Ville (22h00), rame qui retournait ensuite avec le train 58527 Valence-Ville (22h05) - Grenoble (23h23), puis la rame CFF était remisée au dépôt de Grenoble pour pouvoir assurer le lendemain matin le train 5651/0 Grenoble (6h49) – Gières-Campus (6h59) – Chambéry (7h37/7h41) – Genève (9h02) puis assurait ensuite au départ de Genève (9h24) la relation Genève – Venezia-SL/Venise-SL de matinée. Sur parcours français, la rame CFF était tractée par une UM de deux locomotives diesel-électriques de la série (Reihe) BB 67300 ou par une locomotive diesel-électrique de la série (Reihe) CC 72000 de la SNCF.
- De fin juin au début septembre 1991, reconduction de la voiture-lits soviétique reliant Moskova/Moscou à Madrid (4.831 km, record européen de distance pour une voiture directe) via Genève, Grenoble, Valence, Avignon, Montpellier et Hendaye (et retour), le parcours étant effectué en 3 jours et 4 nuits.
- Du 29/09/1991 au 30/05/1992, on note la circulation du train Express quotidien 5698 Nice-Ville (20h37) – Genève (07h43) via Antibes (20h53/20h56), Cannes (21h15/21h19), Saint-Raphaël-Valescure (21h40/21h43), Les Arcs (22h02/22h04), Toulon (22h41/22h47), Marseille-Saint-Charles (23h27/23h45), Avignon-Centre (00h51/01h31), Valence-Ville (02h43/02h59), Grenoble (04h16/04h22), Chambéry (05h05/05/40), Aix-les-Bains (05h51/06h16) et Bellegarde (07h01.
- Du 29/09/1991 au 30/05/1992, on note la circulation du train Express temporaire 6484 Hendaye (18h23) – Genève (08h38) via Bayonne (19h15), Pau (20h28/20h32), Lourdes (21h21), Tarbes (21h17/21h21), Toulouse-Matabiau (23h41/23h47), Carcassonne (00h30/00h38), Narbonne (01h07/01h18), Béziers (01h33/01h36), Sète (02h02), Montpellier-Saint-Roch (02h07/02h32), Nîmes (02h59/03h06), Avignon-Centre (03h35/03h43), Valence-Ville (04h48/04h59), Romans – Bourg-de-Péage (05h19), Grenoble (06h20/06h24), Chambéry (07h08/07h18), Aix-les-Bains (07h28/07h32) et Bellegarde (08h08) , avec en sens inverse le train Express temporaire 6984 Genève (20h29) – Irun (10h46) via Bellegarde (21h01), Aix-les-Bains (21h38/21h40), Chambéry (21h51/22h01), Grenoble (22h42/22h45), Saint-Marcellin (23h31), Romans – Bourg-de-Péage (23h51), Valence-Ville (00h09/00h20), Avignon-Centre (01h27/01h31), Nîmes (01h58/02h01), Montpellier-Saint-Roch (02h28/02h32), Sète (02h50h), Béziers (03h14/03h17), Narbonne (03h32/04h33), Carcassonne (05h05/05h07), Toulouse-Matabiau (05h56/06h07), Tarbes (07h46/07h48), Lourdes (08h09), Pau (08h34/08h37) et Bayonne (10h00).
- Du 29/09/1991 au 30/05/1992, on note la circulation du train EC 370 Basel-SBB/Bâle-CFF (h) – Nice-Ville (17h34), via Genève/Genf (09h44), Bellegarde (10h09), Aix-les-Bains (10h46/10h48), Chambéry (10h58/11h01), Grenoble (11h39/11h42), Romans – Bourg-de-Péage (12h27), Valence-Ville (12h43/12h54), Avignon-Centre (15h52), Marseille-Saint-Charles (14h5215h07), Toulon (15h47/15h49), Saint-Raphaël-Valescure (16h38/16h40), Cannes (17h05/17h08) et Antibes (17h17/17h19), avec en sens inverse le Rapide 372 Nice-Ville (08h41) – Basel-SBB/Bâle-CFF (h) via Antibes (08h54/08h55), Cannes (09h04/09h07), Saint-Raphaël-Valescure (09h29/09h32), Toulon (10h21/10h24), Marseille-Saint-Charles (11h13), Avignon-Centre (12h08/12h11), Valence-Ville (13h33/14h09), Romans – Bourg-de-Péage (14h24), Grenoble (15h10/15h12), Chambéry (15h50/16h00), Aix-les-Bains (16h09/16h10), Bellegarde (16h48), Genève/Genf (17h18).
- Du 29/09/1991 au 30/05/1992, on note la circulation du train omnibus Grenoble (5h46), Gières (5h57), Domène (6h01), Lancey (6h07), Brignoud (6h12), Tencin-Theys (6h19), Goncelin (6h25), Le Cheylas – La Buissière (6h32), Pontcharra-sur-Bréda (6h37), Montmélian (6h48), et Chambéry (7h00).
- En décembre 1991, au service d’hiver, la relation TGV Grenoble – Paris-GL est assurée en 2h58 pour la meilleure des 6 relations quotidiennes.
- Le 05/01/1992, la locomotive diesel-électrique BB 67356, en livrée bleue et blanche, tracte un train Grenoble -Briançon, composé de 7 voitures UIC vertes et grises.
- Le 05/01/1992, une UM2 de locomotives diesel-électriques de la série (Reihe) BB 67300 (avec la BB 67354 en tête), toutes deux en livrée bleue et blanche, tracte un train Valence-Ville – Genève, composé de 6 voitures Corail.
- En février 1992, une UM2 de locomotives diesel-électriques de la série (Reihe) BB 67300 (avec la BB 67347 en tête), toutes deux en livrée bleue et blanche, tracte le train 5644 Genève (18h38) – Valence-Ville (21h53) via Bellegarde (19h05), Aix-les-Bains (19h44/19h47), Chambéry (19h57/20h07), Grenoble (20h46), composé de 7 voitures Corail.
- En 1992, les rames ETG circulent sous caténaire entre Lyon et Grenoble.
- Le 29/02/1992, la locomotive diesel-électrique CC 72090, en livrée bleue et blanche, tracte le train Saint-Gervais – Nice-Ville via Grenoble (15h26).
- En mars 1992, la locomotive diesel-électrique CC 72085, en livrée bleue et blanche, tracte un train Valence-Ville – Genève via Chambéry et Grenoble, composé d’une rame homogène de 6 voitures Corail.
- Du 26/06 au 21/08/1992, dernier été de circulation de la voiture-lits soviétique reliant Moskova/Moscou à Madrid (4.831 km, record européen de distance pour une voiture directe) via Genève, Grenoble, Valence, Avignon, Montpellier et Hendaye (et retour), le parcours étant effectué en 3 jours et 4 nuits.
- Le 05/07/1992, suite à une interception de la ligne de la vallée du Rhône entre Lyon et Valence et suite à un blocage simultané de la ligne Moirans – Valence, une UM2 de locomotives diesel-électriques de la série (Reihe) BB 67300, toutes deux en livrée bleue et blanche, tracte le « Train Bleu » Paris-GL – Ventimiglia/Vintimille, composé de 14 voitures et détourné depuis Lyon via Grenoble et Veynes-Dévoluy.
- Le 02/09/1992, les locomotives électriques BB 25634, en livrée verte et lisérés blancs et placée côté Grenoble, et la BB 25637, en livrée gris béton et placée côté Gières-Campus, encadrent à chaque extrémité la rame de mesure lors de la mise sous tension de l’électrification en courant 25 kV-50 Hz de la section de ligne de Grenoble à Gières.
- Le 13/12/1992, l’achèvement de la LGV Rhône-Alpes permet de faire passer par la bifurcation de Montanay les TGV directs Paris-GL – Grenoble sans passer par Lyon, certains desservant la gare de l’aéroport de Lyon-Satolas (rebaptisé par la suite Lyon-Saint-Exupéry).
- Le 13/12/1992, les RGP1 modernisées bicaisses quadricaisses X 2728 et X 2729, l’une en livrée rouge et blanche, l’autre en livrée jaune et blanche, assure le TA 58569 Lyon-Perrache (6h22) – Briançon (12h19) via Grenoble, Veynes-Dévoluy et Gap.
- En 1993, création des Trains Express Régionaux (TER) par les Régions et la SNCF.
- En mars 1993, la rame ETG n° T-1006/1506 côtoie le TGV-PSE n° 68 au dépôt de Grenoble.
- En mars 1993, une locomotive diesel-électrique de la série (Reihe) CC 72000, en livrée bleue et blanche (avec une BB 7200 en véhicule), tracte de Chambéry à Valence-Ville l’EC « Catalan-Talgo », assurant la liaison directe Genève – Barcelona-França/Barcelone via Chambéry et Grenoble (et retour).
- Le 22/05/1993, dernier jour de circulation de l’IC 370/1-379 reliant Basel-SBB/Bâle-CFF à Nice-Ville via Bern/Berne, Lausanne, Genève, Chambéry, Grenoble, Valence-Ville, Avignon-Centre et Marseille-Saint-Charles remplacé le lendemain par une relation Corail Genève – Nice-Ville et retour.
- Le 23/05/1993, suppression des arrêts de Bellegarde, Aix-les-Bains, Nîmes et Béziers de l’EC « Catalan-Talgo », assurant la liaison directe Genève – Barcelona-França/Barcelone via Chambéry et Grenoble (et retour) et tracté par une locomotive électrique de la série (Reihe) BB 7200. Une locomotive diesel-électrique des séries (Reihen) BB 67300 ou CC 72000 (avec la BB 7200 en véhicule) tracte la rame de Chambéry à Valence-Ville.
- Le 23/05/1993, mise en service de la ligne à grande vitesse entre Montanay et Saint-Quentin-Fallavier, par la SNCF. La relation Grenoble – Paris-GL se fait en 2h55.
- En juin 1993, la locomotive diesel-électrique BB 67327, en livrée bleue et blanche, tracte un train Valence-Ville – Grenoble – Genève composé d’une rame homogène de 7 voitures Corail.
- En août 1993, la locomotive diesel-électrique CC 72021, en livrée bleue et blanche et logo nouille, tracte de Valence-Ville à Genève le train Corail Valence-Ville - Genève via Grenoble et Chambéry, composé d’une rame homogène de voitures Corail en livrée d’origine.
- En août 1993, la locomotive diesel-électrique CC 72067, en livrée bleue et blanche, tracte de Genève à Valence-Ville le train Corail Genève – Valence via Chambéry et Grenoble.
- En octobre 1993, rencontre de deux turbotrains ETG et RTG en gare de Grenoble.
- Le 11/10/1993, la locomotive diesel-électrique CC 72084, en livrée bleue et blanche, plaques reliefs et macarons rouges d’extrémités, tracte le train arrivant en gare de Gières à 8h53.
- Le 11/12/1993, une RGP1 modernisée bicaisses, en livrée rouge et blanche, assure le TER 58659 Lyon-Perrache (6h22) – Briançon (12h19) via Grenoble, Veynes-Dévoluy et Gap.
- Le 27/12/1993, la RGP1 modernisée bicaisses X 2740, en livrée rouge et blanche, assure le TER 58606 Briançon (6h15) – Grenoble (10h18), via Gap et Veynes-Dévoluy.
- Le 27/12/1993, une RGP1 modernisée bicaisses, en livrée rouge et blanche, assure le TER 58610 Veynes (10h54) – Grenoble (12h50).
- Le 15/02/1994, les RGP1 modernisées bicaisses (4 caisses) X 2741 et X 2733, toutes deux en livrée rouge et blanche, assure le TER 58569 Grenoble (8h42) – Briançon (12h20) via Veynes-Dévoluy et Gap.
- Le 22/05/1994, l’automoteur VT 613 620 (ex VT 08 520) de la DB assurait une course spéciale pour un groupe de ferrovipathes d’Hannover/Hanovre sur la ligne Grenoble – Veynes-Dévoluy. Cette rame assurait un périple de 8 jours au départ de Hannover/Hanovre via Lausanne, Genève, Grenoble, Veynes-Dévoluy, Marseille-Saint-Charles, Nice-Ville, Breil-sur-Roya, Albenga, Milano/Milan/Mailand, Fortezza, Salzburg-Hbf/Salzbourg-Ple et Würzburg-Hbf.
- Le 22/05/1994, la locomotive diesel-électrique BB 67560, en livrée bleue et blanche, tracte de Marseille à Grenoble via Veynes la rame RRR 4 n° 84 de Toulouse assurant une course circulaire spéciale sur deux jours au départ de Cahors via Montauban, Toulouse, Montpellier, Nîmes, Marseille, Aix-en-Provence, Sisteron, Veynes, Lus-la-Croix-Haute, Grenoble, Valence-Ville, Avignon-Ville, Nîmes, Montpellier, Toulouse et Montauban.
- Du 29/05/1994 au 24/09/1994, on note la circulation des trains de nuit 5696/7 Genève (23h12) – Nice-Ville (09h11), via Chambéry (00h34) Grenoble (01h35), Valence-Ville (02h58/03h16), Avignon-Centre (04h19), Arles (05h00) et Marseille-Saint-Charles (05h47/06h20), ainsi que 5698/9 Nice-Ville (20h45) – Genève (07h43), via Marseille-Saint-Charles (23h33/23h45), Arles (00h31), Avignon-Centre (01h31), Valence-Ville (02h45/03h16), Grenoble (04h26) et Chambéry (05h15).
- Du 29/05/1994 au 24/09/1994, on note la circulation du train 5651/0 Grenoble (6h38) – Genève (9h02) via Gières-Campus (6h49), Chambéry (7h37/7h41), Aix-les-Bains (07h54), Bellegarde (08h33), et du train 5644/5 Genève (18h38) – Bellegarde (19h03) via Aix-les-Bains (19h44), Chambéry (19h57), Grenoble (20h46/20h49) , Romans-Bourg-de-Péage (21h36), Valence-Ville (21h50).
- Le 03/07/1994, mise en service de la section de Saint-Quentin-Fallavier à Saint-Marcel-lès-Valence de la LGV-Rhône-Alpes (LN4).
- En été 1994, dernier été de circulation du train SP/PS 5984/5 Genève (20h29) – Irun via Grenoble (22h47), quotidien jusqu’au 28/08/1994, les vendredis et dimanches jusqu’au 24/09/1994.
- En août 1994, la locomotive diesel-électrique CC 72059, en livrée bleue et blanche et logo nouille, tracte le train 6304/5 Tours – Grenoble via Lyon-Part-Dieu, composé d’une voiture B 10 USI, en livrée verte et grise et d’une rame homogène de 7 voitures Corail, en livrée d’origine.
- En septembre 1994, une UM de locomotives électriques BB 25500, toutes deux en livrée verte, tracte un train de fret Sibelin (Lyon) – La Buisseratte (Grenoble).
- Le 24/09/1994, dernière circulation du train SP/PS Genève – Irun, quotidien jusqu’au 28/08/1994, puis uniquement les vendredis et dimanches.
- Le 24/09/1994, dernier jour de circulation l’EC « Catalan-Talgo », assurant la liaison directe Genève – Barcelona-França/Barcelone via Chambéry et Grenoble (et retour).
- Le 25/09/1994, création d’un TGV Genève – Montpellier-Saint-Roch via Lyon-Part-Dieu, la rame espagnole Talgo étant limitée au parcours Montpellier - Barcelona/Barcelone.
- Le 31/10/1994, la locomotive électrique BB 22302, en livrée gris béton, tracte un train Corail Grenoble – Lyon-Part-Dieu.
- Le 07/11/1994, le train Corail n° 6890 « Le Ventadour » reliant Bordeaux-Saint-Jean à Lyon-Part-Dieu, via Clermont-Ferrand et Lyon-Perrache, ne circule plus que le vendredis où il est prolongé sur Grenoble. Cependant ce train continuera de circuler tous les jours l’été suivant.
- Le 02/12/1994, la locomotive diesel-électrique CC 72084, en livrée bleue et blanche, plaques reliefs et macarons rouges d’extrémités, tracte le train arrivant en gare de Gières à 18h25.
- Le 04/12/1994, la locomotive diesel-électrique CC 72084, en livrée bleue et blanche, plaques reliefs et macarons rouges d’extrémités, tracte le train arrivant en gare de Gières à 20h41.
- En 1995, mise en service des 1ères voitures rénovées Corail Plus climatisées de 1ère et 2ème classe de la SNCF.
- En 1995, l’Etat transfert à titre expérimental la compétence du transport ferroviaire 5 régions dont Rhône-Alpes.
- En 1995, mise en service des 3 voitures rénovées Corail B6Dux de la Région Rhône-Alpes en livrée grise et rouge. La couleur rouge sera ensuite abandonnée au profit du bleu clair.
- Le 28/05/1995, les trains de nuit 5696/7 Genève – Nice-Ville et 5698/9 Nice-Ville – Genève, via Grenoble, sont accélérés sur le parcours et se voient réduire leurs temps de stationnement à Chambéry.
- Le 25/06/1995, la locomotive à vapeur historique 141 R 420 tracte un train spécial Grenoble – Veynes-Dévoluy, composé de 4 voitures B10 type DEV-AO, toutes en livrée vertes et grises.
- En été 1995, le train Corail n° 6890 « Le Ventadour », reliant Bordeaux-Saint-Jean à Grenoble via Lyon-Part-Dieu, circule tous les jours. Grenoble (9h30) – Lyon-Part-Dieu (10h40/11h13) – Clermont-Ferrand (14h02/14h04) – Bordeaux-Saint-Jean (20h20) avec en sens inverse Bordeaux-Saint-Jean (7h45) – Clermont-Ferrand (13h54) – Lyon-Part-Dieu (16h45/17h00) – Grenoble (18h10).
- En été 1995, le train Grenoble à Strasbourg-Ville via Lyon-Part-Dieu, circule tous les jours. Grenoble (04h51) – Lyon-Part-Dieu (6h15/6h30) – Bourg-en-Bresse (7h10/7h11) – Besançon-Viotte (8h46/8h48) – Belfort (9h51/9h54) – Mulhouse-Ville (10h23/10h24) – Colmar (10h48/10h49) – Strasbourg-Ville (11h19) avec en sens inverse Strasbourg-Ville (18h55) – Colmar (19h28/19h29) – Mulhouse-Ville (19h54/19h55)– Belfort (20h21/20h24) – Besançon-Viotte (21h25/21h27) – Bourg-en-Bresse (23h00/23h01) – Lyon-Part-Dieu (23h43/23h53) – Grenoble (01h35). Ces trains desservaient également Voiron, Rives, Saint-André-le-Gaz, La-Tour-du-Pin et Bourgoin-Jallieu à l’aller comme au retour.
- Le 03/07/1995, la locomotive diesel-électrique CC 72084, en livrée bleue et blanche, plaques reliefs et macarons rouges d’extrémités, tracte le train arrivant en gare de Gières à 18h24.
- En septembre 1995, renforcement des dessertes Rives – Grenoble avec une rame RRR4, en livrée rouge et Inox avec logo CGI, acquise par le Conseil Général de l’Isère (CGI).
- Le 05/02/1996, la locomotive diesel-électrique CC 72084, en livrée bleue et blanche, plaques reliefs et macarons rouges d’extrémités, tracte le train arrivant en gare de Gières à 8h23.
- En mars 1996, la locomotive diesel-électrique CC 72083, en livrée bleue et blanche, tracte de Valence à Chambéry un train Valence-Ville – Genève via Chambéry et Grenoble, composé d’une rame homogène de 8 voitures Corail.
- Du 02/06/1996 au 28/09/1996, on note la circulation du train omnibus quotidien Grenoble (17h40), Gières-Campus (17h52), Domène (17h57), Lancey (18h03), Brignoud (18h08), Tencin-Theys (18h14), Goncelin (18h20), Le Cheylas – La Buissière (18h26), Pontcharra-sur-Bréda (18h32), Montmélian (18h40), et Chambéry (18h52).
- Du 02/06/1996 au 28/09/1996, on note la circulation du train omnibus quotidien Chambéry (17h15), Montmélian (17h27), Pontcharra-sur-Bréda (17h37), Le Cheylas – La Buissière (17h42), Goncelin (17h49), Tencin-Theys (17h54), Brignoud (18h01), Lancey (18h05), Domène (18h12), Gières-Campus (18h17), et Grenoble (18h27).
- Le 28/09/1996, dernier jour de l’arrêt commercial des trains dans les gares de Domène, Lancey, Tencin-Theys et Le Cheylas – La Buissière sur la ligne de Grenoble à Montmélian, en accord avec les maires (de l’époque) des communes.
- Le 28/09/1996, dernier jour de circulation du train 58605 en rame tractée avec traction par locomotive diesel-électrique BB 67300, en tant que train de graissage hebdomadaire des voies, sur la ligne des Alpes entre Grenoble et Veynes-Dévoluy.
- Le 29/09/1996, la gare SNCF de Gières-Campus devient seconde gare d’agglomération grenobloise et prend le nom de « Grenoble-Universités-Gières » au sud-est de Grenoble (sur la commune de Gières, pour la desserte du Campus universitaire), sur la ligne de Grenoble à Montmélian.
- Le 29/09/1996, le train quotidien 5604/5 Annemasse – Grenoble et le train 5662/3 Valence-Ville – Annecy, ce dernier prolongé jusqu’à Evian-les-Bains, desservent désormais la gare SNCF de Grenoble-Universités-Gières. Cette rame a une composition renforcée (jusqu’à 12 voitures) les vendredis soirs et dimanches soirs en période universitaire.
- Le 29/09/1996, mise en service d’un TGV direct assurant la relation aller-retour Grenoble – Bruxelles-Midi/Brussel-Zuid/Brussels avec comme horaire Grenoble (5h00), Lyon-Part-Dieu (6h13), Lille-Europe (9h33) et Bruxelles-Midi (11h02) et Bruxelles-Midi/Brussel-Zuid (16h26), Lille-Europe (17h50), Lyon-Part-Dieu (20h59), Grenoble (22h14).
- Du 29/09/1996 au 31/05/1997, on note la circulation du train omnibus quotidien Grenoble (17h51), Gières-Campus (18h02), Brignoud (18h12), Goncelin (18h22), Pontcharra-sur-Bréda (18h31), Montmélian (18h39), et Chambéry (18h51). A comparer avec la marche du même train au service précédant et indiquée précédemment.
- Du 02/06/1996 au 28/09/1996, on note la circulation du train omnibus quotidien Chambéry (17h15), Montmélian (17h27), Pontcharra-sur-Bréda (17h34), Goncelin (17h43), Brignoud (17h52), Gières-Campus (18h02), et Grenoble (18h12). A comparer avec la marche du même train au service précédant et indiquée précédemment.
- Le 06/10/1996, la locomotive diesel-électrique CC 72084, en livrée bleue et blanche, plaques reliefs et macarons rouges d’extrémités, tracte le train arrivant en gare de Gières à 8h23.
- Le 16/10/1996, la RGP1 modernisée bicaisses X 2724, en livrée jaune et blanche, assure un TER 54996 Valence-Ville (15h36) – Romans-sur-Isère (15h50).
- Le 26/12/1996, la locomotive diesel-électrique CC 72087, en livrée bleue et blanche, de la SNCF tracte le train 6804/5 Grenoble – Nantes via Bourges, composé de 5 voitures Corail dont une A9, 3 B10 et une B6D. En sens inverse, une composition identique, tractée par une autre CC 72000 assure le train n° 6304/5 Nantes – Grenoble.
- Le 05/01/1997, la locomotive diesel-électrique CC 72054, en livrée bleue et blanche avec logo nouille, tracte le train n° 6804 Grenoble (7h14) – Nantes via Lyon, Bourges, Tours et Angers, composé d’une rame de 7 voitures dont une voiture DEV-AO, en livrée verte et grise, et 6 voitures Corail, en livrée d’origine.
- En avril 1997, l’un des premiers automoteurs diesel bicaisses de la série (Reihe) X 72500 effectue des essais sur la ligne des Alpes de Grenoble à Veynes-Dévoluy.
- En avril 1997, la locomotive diesel-électrique CC 72052, en livrée bleue et blanche, logo nouille avec fanal frontal allumé, tracte un train Genève – Valence-Ville, composé d’une rame de 8 voitures dont une voiture B11 DEV-A0, une voiture USI, deux voitures B11 DEV-A0 (les qutre premières en livrée verte et grise), et 4 voitures Corail dont une B6D (toutes en livrée Corail d’origine).
- Du 23 au 25 et du 28 au 30/04/1997, essais du nouvel automoteur bi-caisses X 72501/2 de la SNCF sur la ligne des Alpes de Grenoble à Veynes-Dévoluy.
- En juin 1997, un autorail bicaisses RGP1 modernisé, en livrée jaune et blanche, assure un TER Grenoble – Briançon.
- Du 08/06/1997 au 06/07/1997, la rame de tramway type TFS II d’Alstom n° 2047 de la SEMITAG à Grenoble (France) est exposée à Barcelona/Barcelone sur une voie provisoire de 500 mètres de longueur (avec différents aménagements, asphalte, pavés et gazon) sur l’avenue Diagonal à proximité de la station de métro de la Plaza Maria Cristina. Cette présentation incita les Autorités de Barcelona/Barcelone à créer des lignes de tramways modernes.
- Le 27/06/1997, la locomotive diesel-électrique CC 72088, en livrée bleue et blanche et logo nouille, tracte de bout en bout le train le train Grenoble (06h01) – Genève et dessert Gières-Campus (06h11).
- Le 03/07/1997, la locomotive diesel-électrique CC 72084, en livrée bleue et blanche, plaques reliefs et macarons rouges d’extrémités, tracte le train en direction de Chambéry et dessert Gières-Campus (08h11). La même locomotive tracte le train quittant Chambéry à 13h41 et dessert Gières-Campus (14h25).
- Le 06/08/1997, la locomotive diesel-électrique CC 72056, en livrée bleue et blanche et logo nouille, tracte de bout en bout le train le train Grenoble (06h01) – Genève et dessert Gières-Campus (06h11).
- Le 19/08/1997, la locomotive électrique BB 25683, en livrée verte d’origine, tracte un TER Lyon-Part-Dieu – Grenoble (avec une rame Corail réversible, en livrée grise, bleue et blanche de la Région Rhône-Alpes, voiture pilote en queue).
- Le 06/09/1997, la locomotive électrique BB 25247, en livrée multiservice grise et rouge, tracte un TER Lyon-Part-Dieu – Grenoble (avec une rame Corail réversible voiture pilote en queue).
- Le 28/09/1997, prolongation sur Grenoble des TGV Nantes – Lyon 744/5, 728/9 et 708/9 (et retour).
- Le 28/09/1997, reconduction du TGV direct assurant la relation aller-retour Grenoble – Bruxelles-Midi/Brussel-Zuid/Brussels avec comme horaire Grenoble (5h00), Lyon-Part-Dieu (6h13), Lille-Europe (9h33) et Bruxelles-Midi (11h02) et Bruxelles-Midi/Brussel-Zuid (16h26), Lille-Europe (17h50), Lyon-Part-Dieu (20h59), Grenoble (22h14).
- Le 28/09/1997, mise en service de 17 TER supplémentaires entre Rives et Grenoble, par la Région Rhône-Alpes et la SNCF.
- Le 17/10/1997, la locomotive diesel-électrique CC 72081, en livrée bleue et blanche, tracte un omnibus Grenoble – Valence-Ville, composé de 9 voitures DEV et USI, toutes en livrée verte et grise.
- En octobre 1997, la locomotive diesel-électrique CC 72052, en livrée bleue et blanche et logo nouille, tracte de bout en bout le train n° 5657 Valence-Ville – Genève via Grenoble, composé d’une courte rame de 4 voitures Corail, en livrée d’origine, dont une B6D en tête.
- En octobre 1997, la locomotive diesel-électrique CC 72002, en livrée bleue et blanche, tracte un train RO de fret Sibelin (Lyon) – La Buisseratte (Grenoble).
- Le 28/11/1997, la locomotive diesel-électrique CC 72069, en livrée bleue et blanche et logo nouille, tracte de bout en bout le train le train Grenoble (06h01) – Genève et dessert Gières-Campus (06h11).
- Le 11/01/1998, la locomotive diesel-électrique CC 72059, en livrée bleue et blanche, tracte le train Aix-les-Bains – Valence-Ville et dessert la gare de Gières-Campus (08h40).
- En février 1998, la locomotive diesel-électrique CC 72091, en livrée bleue et blanche et logo nouille, tracte un train Genève – Valence-Ville, composé de 8 voitures dont 2 voitures B11-DEV-AO, toutes deux en livrée verte et grise, une voiture USI, en livrée verte et grise, et 5 voitures Corail, en livrée d’origine.
- En février 1998, la locomotive diesel-électrique CC 72064, en livrée bleue et blanche et logo nouille, tracte un train Genève – Valence-Ville, composé de 8 voitures dont 2 voitures B11-DEV-AO, toutes deux en livrée verte et grise, une voiture USI, en livrée verte et grise, et 5 voitures Corail, en livrée d’origine.
- Le 21/02/1998, une triplette de RGP1 modernisées bicaisses, toutes en livrée rouge et blanche, assure le TER 58616 Briançon – Grenoble, via Gap et Veynes-Dévoluy.
- Le 31/03/1998, la locomotive diesel-électrique CC 72084, en livrée bleue et blanche avec plaques reliefs et macaron rouge d’extrémité, tracte le train n° 6804 Grenoble (7h14) – Nantes via Lyon, Bourges, Tours et Angers, composé d’une rame homogène de 6 voitures Corail.
- Le 10/05/1998, deux RGP1 modernisées bicaisses (4 caisses), l’une en livrée jaune et blanche, l’autre en livrée bleue et blanche, assure le TER 58603 Grenoble – Briançon via Veynes-Dévoluy et Gap.
- Le 27/06/1998, la locomotive diesel-électrique CC 72088, en livrée bleue et blanche, tracte le train Grenoble (06h01) – Genève et dessert Gières-Campus (06h11).
- A l’été 1998, reconduction du TRN Grenoble – Nantes via Lyon-Part-Dieu et Bourges (et retour).
- Le 06/08/1998, la locomotive diesel-électrique CC 72056, en livrée bleue et blanche, tracte de bout en bout le train Grenoble – Genève, composé de 6 voitures Corail desservant la gare de Gières-Campus (06h11).
- Le 14/08/1998, la locomotive diesel-électrique CC 72084, en livrée bleue et blanche, tracte de bout en bout le train 5644 Genève – Valence-Ville, composé de 7 voitures Corail dont une B6D, et dessert Gières-Campus (18h44) et Grenoble (18h55).
- Le 30/09/1998, la locomotive diesel-électrique CC 72089, en livrée bleue et blanche, tracte le train Nantes – Grenoble, composé d’une rame de voitures Corail homogène. Ce train a été détourné ce jour-là depuis Lyon-Part-Dieu par Ambérieu, Culoz, Aix-les-Bains et Chambéry avec arrêt à Pontcharra-sur-Bréda, Goncelin et Gières-Campus (17h20).
- En octobre 1998, la locomotive diesel-électrique CC 72070, en livrée bleue et blanche, tracte de bout en bout un train Aix-les-Bains – Valence-Ville via Chambéry et Grenoble.
- En octobre 1998, une UM2 de locomotives de la série (Reihe) BB 67300 (BB 67361 en tête), toutes deux en livrée bleue et blanche, tracte un train de fret Sibelin (Lyon) – La Buisseratte (Grenoble) détourné via Chambéry avec son UM de BB25500, toutes deux en livrée gris béton, en véhicules.
- Le 28/10/1998, la locomotive diesel-électrique CC 72069, en livrée bleue et blanche, tracte le train Grenoble (06h01) – Genève et dessert à Gières-Campus (06h11).
- Le 31/10/1998, la locomotive diesel-électrique CC 72023, en livrée bleue et blanche, tracte le train 5607/6 Aix-les-Bains – Valence via Chambéry et Grenoble, composé de 4 voitures Corail et d’une voiture USI verte et grise, cette dernière étant en queue du train.
- En novembre 1998, la locomotive diesel-électrique BB 67558, en livrée bleue et blanche, tracte de bout en bout le train 5644 Genève – Valence via Grenoble, composé de 7 voitures Corail dont une B6D, et dessert exceptionnellement la gare de Gières-Campus un dimanche soir pour permettre la descente des étudiants allant au campus universitaire.
- En décembre 1998, la locomotive diesel-électrique CC 72087, en livrée bleue et blanche, tracte de bout en bout un train Annecy – Valence via Chambéry et Grenoble.
- En 1999, on note la circulation de 90 trains/jours entre Rives et Moirans, 31 trains/jours entre Saint-Marcellin et Moirans, formant 121 trains/jours entre Moirans et Grenoble.
- Le 23/01/1999, une rame TGV postale (en livrée jaune « la Poste ») Paris – Grenoble passe sans arrêt en gare de Moirans.
- Le 03/07/1999, l’autorail prototype X 73501 vient au dépôt de Grenoble pour effecteur des essais sur la ligne des Alpes entre Grenoble et Veynes-Dévoluy.
- Le 09/07/1999, l’autorail X 72505 bicaisses fait des essais sur la ligne des Alpes entre Grenoble et Veynes-Dévoluy.
- Le 30/05/1999, le train quotidien Chambéry (13h15) – Grenoble (14h02) est désormais prolongé jusqu’à Valence (15h23). Création d’un nouvel aller-retour entre Grenoble et Chambéry passant à Grenoble-Universités-Gières à 14h22 à l’aller et à 16h57 au retour.
- Le 30/05/1999, le train de Nuit « Rhône-Océan » Lyon – Nantes est amorcé à Grenoble les fins de semaine.
- Le 30/05/1999, on note la circulation des trains TRN Clermont-Ferrand – Grenoble et Grenoble – Nantes via Bourges, le train diurne Genève/Saint-Gervais – Nice, le train temporaire d’été Genève – Perpignan/Nice, le train nocturne Genève/Saint-Gervais – Nice-Ville.
- Le 30/05/1999, on note, entre autres, la circulation des trains de nuit 5696/7 Genève (22h22) – Nice-Ville (09h11), via Bellegarde (22h50), Aix-les-Bains (23h30), Chambéry (23h59) Grenoble (00h45), Valence-Ville (01h50/03h16), Avignon-Centre (04h19), Arles (05h00) et Marseille-Saint-Charles (05h47/06h20), ainsi que 5698/9 Nice-Ville (20h45) – Genève (07h18), via Marseille-Saint-Charles (23h33/23h45), Arles (00h31), Avignon-Centre (01h31), Valence-Ville (02h45/03h33), Grenoble (04h47), Chambéry (05h48), Aix-les-Bains (06h01) et Bellegarde (06h48).
- Le 30/05/1999, le train quotidien de matinée Valence (08h39) – Genève (12h17) via Grenoble (09h56), dessert désormais la gare SNCF de Grenoble-Universités-Gières à 10h07.
- Du 30/05/1999 au 27/11/1999, on note la circulation du lundi au samedi du train Evian-les-Bains (05h35), Thonon-les-Bains (05h44), Bons-en-Chablais (05h59), Annemasse (06h12), La Roche-sur-Foron (06h30), Annecy (07h18), Rumilly (h), Aix-les-Bains (07h53), Chambéry (08h07), Grenoble-Universités-Gières (08h46), Grenoble (08h58).
- Du 30/05/1999 au 27/11/1999, on note la circulation du lundi au samedi du train Valence-Ville (17h06), Grenoble (18h13), Grenoble-Universités-Gières (18h24), Chambéry (19h13), Aix-les-Bains (19h24), Rumilly (h), Annecy (20h19), La Roche-sur-Foron (20h53), Annemasse (21h10), Bons-en-Chablais (21h23), Thonon-les-Bains (21h37), Evian-les-Bains (21h46).
- Le 24/06/1999, la locomotive diesel-électrique CC 72058, en livrée bleue et blanche, tracte de bout en bout un train Corail Annecy – Valence via Chambéry et Grenoble.
- Le 29/06/1999, la locomotive diesel-électrique CC 72070, en livrée bleue et blanche avec logo nouille, tracte de bout en bout le train 5614 Genève – Valence via Chambéry et Grenoble.
- Le 21/08/1999, une locomotive diesel-électrique de la série (Reihe) CC 72000, en livrée bleue et blanche, tracte de bout en bout le train Grenoble (06h01) – Genève (08h05) via Grenoble-Universités-Gières (06h11), Chambéry (06h49), Aix-les-Bains (07h00), Bellegarde (07h38), composé de 6 voitures Corail.
- Le 28/11/1999, mise en place du nouveau service horaire 1999/2000.
- Le 20/12/1999, inauguration du prolongement de la ligne B de tramways sur le nouveau Palais de Justice à Europole.
- Le 20/12/1999, une locomotive diesel-électrique de la série (Reihe) CC 72000, en livrée bleue et blanche, tracte de bout en bout le train (06h01) – Genève (08h05) via Grenoble-Universités-Gières (06h11), Chambéry (06h49), Aix-les-Bains (07h00), Bellegarde (07h37), composé de 6 voitures Corail.
- Le 23/12/1999, une locomotive diesel-électrique de la série (Reihe) CC 72000, en livrée bleue et blanche, tracte de bout en bout le train 5644 Genève (18h38) – Grenoble (20h56), via Bellegarde (19h04), Aix-les-Bains (19h53), Chambéry (20h08), Grenoble-Universités-Gières (20h43), composé de 7 voitures Corail dont une B6D. Ce train continuait sur Valence-Ville (21h59) les vendredis, dimanches et fêtes.
- Le 24/02/2000, une locomotive diesel-électrique de la série (Reihe) CC 72000, en livrée bleue et blanche, tracte de bout en bout le train (06h00) – Genève (08h05) via Grenoble-Universités-Gières (06h10), Chambéry (06h50), Aix-les-Bains (07h00), Bellegarde (07h37), composé de 6 voitures Corail.
- En mars 2000, la locomotive diesel-électrique CC 72052, en livrée bleue et blanche avec logo nouille, tracte un train Genève – Valence-Ville, composé d’une rame de 6 voitures dont deux B11 DEV-AO, toutes deux en livrée verte et grise, une voiture Corail, en livrée « Million » Bleu, grise et blanche, deux voitures B11 Corail en livrée d’origine et une B6D Corail, en livrée d’origine.
- En mars 2000, la locomotive diesel-électrique CC 72054, en livrée bleue et blanche avec logo nouille, tracte de bout en bout un train Valence – Genève, composé de 4 voitures Corail dont une B6D en livrée d’origine, deux B11tu, en livrée d’origine et une voiture Corail, en livrée « Millon » bleue, grise et blanche TER Rhône-Alpes.
- Le 10/04/2000, la locomotive diesel-électrique CC 72052, en livrée bleue et blanche, tracte de bout en bout un train Valence-Ville – Grenoble – Chambéry – Annecy composé de 4 voitures Corail.
- En mai 2000, la locomotive diesel-électrique CC 72059, en livrée bleue et blanche, tracte de bout en bout le train 5614 Genève – Valence-Ville via Chambéry et Grenoble.
- Le 20/05/2000, la locomotive diesel-électrique BB 67628, en livrée bleue et blanche, tracte de Valence à Chambéry un train Nice-Ville – Saint-Gervais via Valence et Grenoble (avec 9 voitures).
- Le 20/05/2000, l’autorail diesel bicaisses X 72695, en livrée bleue et grise TER, effectue une relation Grenoble – Valence-Ville.
- Du 28/05/2000 au 02/12/2000, on note la circulation des trains de nuit 5696/7 Genève (22h22) – Nice-Ville, via Bellegarde (22h51), Aix-les-Bains (23h30), Chambéry (23h59) Grenoble (00h44), Valence-Ville (01h50), Avignon-Centre, Arles et Marseille-Saint-Charles, ainsi que 5698/9 Nice-Ville – Genève (07h18), via Marseille-Saint-Charles, Arles, Avignon-Centre, Valence-Ville (03h33), Grenoble (04h48), Chambéry (05h48), Aix-les-Bains (06h01) et Bellegarde (06h48).
- Le 08/07/2000, une locomotive diesel-électrique de la série (Reihe) CC 72000, en livrée bleue et blanche, tracte de bout en bout le train (06h01) – Genève (08h05) via Grenoble-Universités-Gières (06h11), Chambéry (06h49), Aix-les-Bains (07h00), Bellegarde (07h37), composé de 6 voitures Corail.
- En juillet 2000, la locomotive électrique BB 25236, en livrée verte d’origine, tracte un TER Grenoble – Lyon-Part-Dieu, composé d’une voiture USI, en livrée verte et grise et d’une rame de voitures Corail, en livrée TER.
- En juillet 2000, la locomotive diesel-électrique BB 67505, en livrée bleue et blanche, tracte un TER Chambéry – Grenoble, composé de 6 voitures Corail et USI.
- Le 02/11/2000, une locomotive diesel-électrique de la série (Reihe) CC 72000, en livrée bleue et blanche, tracte de bout en bout le train (06h01) – Genève (08h05) via Grenoble-Universités-Gières (06h11), Chambéry (06h49), Aix-les-Bains (07h00), Bellegarde (07h37), composé de 6 voitures Corail.
- Le 12/11/2000, une locomotive diesel-électrique de la série (Reihe) CC 72000, en livrée bleue et blanche, tracte de bout en bout le train (06h01) – Genève (08h05) via Grenoble-Universités-Gières (06h11), Chambéry (06h49), Aix-les-Bains (07h00), Bellegarde (07h37), composé de 6 voitures Corail.
- Le 28/11/2000, une locomotive diesel-électrique de la série (Reihe) CC 72000, en livrée bleue et blanche, tracte de bout en bout le train (06h01) – Genève (08h05) via Grenoble-Universités-Gières (06h11), Chambéry (06h49), Aix-les-Bains (07h00), Bellegarde (07h37), composé de 6 voitures Corail.
- Le 15/02/2001, une locomotive électrique bicourants de la série (Reihe) BB 25200, en livrée multiservice grise et rouge, pousse un TER Lyon-Part-Dieu – Grenoble (avec une rame Corail réversible voiture pilote B5Dux en tête.
- Le 16/02/2001, deux RGP1 modernisées bicaisses (4 caisses), l’une X 2745 « Ville de Crest » en livrée bleue et blanche, l’autre en livrée jaune et blanche, assure un TER Grenoble – Gap via Veynes-Dévoluy.
- Le 01/04/2001, création de la société espagnole « Elipsos » à parts égales de 50% entre la RENFE et la SNCF.
- Le 01/04/2001, reprise des tains-hôtels nocturnes quotidiens EN 273/274 « Pau Casals » Barcelona/Barcelone – Genève – Zurich-HB (1195 km) et EN 371/372 « Salvador Dali » Barcelona/Barcelone – Milano-Centrale/Milan/Mailand (1198 km) circulant via Grenoble (et fusionnés jusqu’à Chambéry) par le groupe « Elipsos », transitent désormais via Lyon et fusionnés jusqu’à Lyon et ne circulent désormais que 3 fois par semaine.
- Le 07/05/2001, un autorail diesel bicaisses de la série (Reihe) X 72500, en livrée TER bleue et grise avec logo Rhône-Alpes, assure le train matinal Grenoble – Genève.
- Le 27/05/2001, un autorail diesel bicaisses de la série (Reihe) X 72500, en livrée TER bleue et grise avec logo Rhône-Alpes, assure le train matinal Grenoble – Genève.
- En avril 2001, la locomotive électrique bicourants BB 25253, en livrée gris béton, tracte le TER Grenoble – Lyon-Part-Dieu composé de 6 voitures Corail dont une voiture pilote B5Dux de la 1ère série placée en queue du train.
- Le 02/05/2001, inauguration du prolongement de la ligne B de tramways du nouveau Palais de Justice à la Cité Internationale, par la rame n° 2025 de la SEMITAG.
- En mai 2001, la locomotive électrique bicourants BB 25236, en livrée verte d’origine, tracte le TER Lyon-Part-Dieu – Grenoble, composé de 6 voitures USI et Corail.
- En mai 2001, un autorail bicaisses RGP1 modernisé, en livrée jaune et blanche, assure un TER Grenoble – Gap.
- Le 03/06/2001, autorail diesel bicaisses X 72681, en livrée TER bleue et grise avec logo Rhône-Alpes, assure la relation Genève (18h44) - Grenoble.
- Le 09/06/2001, dernier jour de circulation du train direct Genève – Nice-Ville via Chambéry, Grenoble, Valence-Ville, Avignon-Centre et Marseille-Saint-Charles.
- Le 09/06/2001, dernier jour de circulation des trains TRN de jour et de nuit Genève/Saint-Gervais-les-Bains – Nice-Ville.
- Le 10/06/2001, mise en service de la LGV Méditerranée et suppression des trains TRN de jour et de nuit Genève/Saint-Gervais – Nice. La Région Rhône-Alpes renforce l’axe Valence – Grenoble – Annecy avec un cadencement aux 2 heures (dont 3 trains sont bi-tranches jusqu’à Aix-les-Bains, pour Genève), avec la mise en circulation de 30 trains jours entre Valence et Grenoble, 51 trains jours entre Grenoble et Chambéry et 51 trains jours entre Chambéry et Annecy.
- En juin 2001, une UM2 de locomotives diesel-électriques BB 67300, dont une en livrée multiservice en tête et l’autre en livrée bleue et blanche, tracte de bout en bout un TER Genève – Grenoble – Valence composé d’une rame de 4 voitures Corail.
- Le 07/07/2001, un autorail diesel bicaisses X 72500, en livrée TER bleue et grise avec logo Rhône-Alpes, assure le train matinal Grenoble – Genève.
- En septembre 2001, un autorail bicaisses RGP1 modernisé, en livrée jaune et blanche, assure un TER Grenoble – Gap.
- En septembre 2001, un autorail bicaisses RGP1 modernisé, en livrée bleu ciel et blanche, assure un TER Gap – Grenoble.
- Le 02/11/2001, un autorail diesel bicaisses X 72500, en livrée TER bleue et grise avec logo Rhône-Alpes, assure le train matinal Grenoble – Genève.
- Le 01/01/2002, en France, la loi SRU transfert la compétence du transport ferroviaire aux Régions.
- Le 17/02/2002, une triplette d’autorails RGP1 modernisés bicaisses (6 éléments) X 2745 + XR 7745, en livrée bleue et blanche, X 2726 + XR 7737, la 1ère caisse en livrée rouge et blanche et la 2ème caisse en livrée jaune et blanche, et X 2728 + XR 7728, en livrée bleue et blanche, assure le train supplémentaire 885662 Briançon – Grenoble.
- En février 2002, la locomotive diesel-électrique CC 72050, en livrée bleue et blanche, tracte le train 4504 Grenoble – Nantes via Lyon et Tarare.
- En février 2002, la locomotive diesel-électrique BB 67333, en livrée bleue et blanche, tracte un TER Briançon – Grenoble, composé de 6 voitures dont 5 USI et une B5D UIC (placée en 5ème position), toutes en livrée verte et grise.
- Le 31/10/2002, un train spécial de l’association allemande « IGE Bahntouristik » arrive de Stuttgart-Hbf à Strasbourg-Ville via Kehl, composé d’une rame remorquées de 5 voitures DB en livrée verte, pour effectuer un circuit ferroviaire en France via Besançon, Andelot, Morez, Saint-Claude, Bourg-en-Bresse, Chambéry et Grenoble. La rame reste garée le lendemain à Grenoble, les participants visitant le chemin de fer touristique de La Mure. Il poursuit son périple le 2 novembre sur un aller-retour Grenoble, Valence-Ville, Saint-Rambert-d’Albon, Tournon pour conduire les participants au chemin de fer du Vivarais. Le 3 novembre, il effectue son trajet de retour Grenoble, Lyon, Dijon-Ville, Besançon-Viotte, Belfort, Lure, Epinal, Saint-Dié, Strasbourg-Ville, Kehl, Stuttgart-Hbf.
- Le 30/12/2002, un autorail diesel bicaisses X 72500, en livrée TER bleue et grise avec logo Rhône-Alpes, assure le train 96600 Grenoble (6h05) – Genève (8h23) via Grenoble-Universités-Gières (06h15), Pontcharra (06h36), Montmélian (06h44), Chambéry (06h56), Aix-les-Bains (07h06/07h09) et Bellegarde (07h55).
- Le 31/10/2002, une UM2 de locomotives diesel-électriques de la série (Reihe) BB 66000 (avec la BB 66453 en tête), toutes deux en livrée bleue et blanche, tracte sur la ligne des Hirondelles un train spécial de l’agence allemande « Classic Courrier » Nürnberg-Hbf/Nuremberg-Ple – Grenoble via Andelot et La Cluse, composé de 5 voitures DB, en livrée bleue spéciale de l’agence.
- Du 15/12/2002 au 22/03/2003, on note la circulation (les Sa) du TGV n° 5129 Lille-Europe – Grenoble (15h11) via TGV-Haute-Picardie (h), Roissy-Charles-De-Gaulle (h), Marne-la-Vallée-Chessy (h).
- Du 15/12/2002 au 22/03/2003, circulation les samedis du train temporaire d’hiver GL n° 4548 Grenoble (20h41) – Quimper (09h13 le lendemain) via Lyon-Perrache (21h56), Lyon-Part-Dieu (22h25) – Roanne (23h47), Saint-Germain-des-Fossés (00h37), Moulins-sur-Allier (01h56), Bourges (02h25), Vierzon (02h46), Saint-Pierre-des-Corps (04h01), Saumur (04h40), Angers-Saint-Laud (05h07), Nantes (05h56), Redon (07h22), Vannes (07h52), Auray (08h06), Lorient (08h28), Quimperlé (08h42), Rosporden (08h59).
- Du 15/12/2002 au 22/03/2003, circulation les samedis du train temporaire d’hiver GL n° 4681 Toulouse-Matabiau (h) – Chambéry (h) via Narbonne (h), Béziers (h), Sète (h), Montpellier-Saint-Roch (h), Nîmes, Avignon-Centre (h), Valence-Ville (h), Grenoble (13h05/13h08).
- Du 15/12/2002 au 22/03/2003, circulation les samedis du train temporaire d’hiver GL n° 4780 Chambéry (h) – Toulouse-Matabiau (22h59) via Grenoble (16h40/16h44), Valence-Ville (18h15), Avignon-Centre (19h34), Nîmes (20h09), Montpellier-Saint-Roch (20h40), Sète (20h58), Béziers (21h24), Narbonne (23h59).
- Du 15/12/2002 au 14/06/2003, on note la circulation du TGV périodique des lundis n° 9852 Grenoble (05h00) – Bruxelles-Midi (10h25) via Lyon-Part-Dieu (06h14), Le-Creusot-Montchanin-TGV (06h59), Marne-la-Vallée-Chessy (08h17),Roissy-Charles-De-Gaulle (08h34), TGV-Haute-Picardie (09h07), Lille-Europe (09h37).
- Du 15/12/2002 au 14/06/2003, on note la circulation (sauf DI+LU) du TGV n° 5154 Grenoble (05h00) – Lille-Europe (09h37) via Lyon-Part-Dieu (06h14), Le-Creusot-Montchanin-TGV (06h59), Marne-la-Vallée-Chessy (08h17),Roissy-Charles-De-Gaulle (08h34), TGV-Haute-Picardie (09h07).
- Du 15/12/2002 au 14/06/2003, on note la circulation (sauf SDF) du TGV n° 5352 Grenoble (05h33) – Nantes (11h17) via Lyon-Part-Dieu (06h50), Massy-TGV (08h54), Saint-Pierre-des-Corps (09h46), Angers-Saint-Laud (10h36).
- Du 15/12/2002 au 14/06/2003, circulation du train quotidien n° 17502 Evian-les-Bains (h) – Valence-Ville (09h31) via Thonon-les-Bains (h), Bons-en-Chablais (h), Annemasse (h), La Roche-sur-Foron (h), Groisy (h), Annecy (h), Rumilly (h), Aix-les-Bains (h), Chambéry (h), Grenoble-Universités-Gières (h), Grenoble (08h10/08/17), Saint-Marcellin (08h52), Romans-Bourg-de-Péage (09h11), Valence-TGV (09h19).
- Du 15/12/2002 au 14/06/2003, on note la circulation du train quotidien n° 96500 Grenoble (05h59) – Genève (08h04) via Voiron (06h16), La Tour-du-Pin (06h46), Bourgoin-Jallieu (06h56), La Verpillère (07h06), Lyon-Part-Dieu (07h26), Ambérieu (08h04), Tenay-Hauteville (08h18), Virieu-le-Grand (08h33), Culoz (08h42), Seyssel-Corbonod (08h54), Bellegarde (09h06).
- Du 15/12/2002 au 14/06/2003, on note la circulation périodique les DI du TGV n° 5160 Grenoble (06h31) – Lille-Europe (11h28) via Lyon-Part-Dieu (07h42), Marne-la-Vallée-Chessy (09h47), Roissy-Charles-De-Gaulle (10h04), Arras (10h50), Douai (11h05).
- Du 15/12/2002 au 14/06/2003, on note la circulation du train quotidien GL n° 4504 Grenoble (07h13) – Nantes (16h08) via Voiron (07h29), La Tour-du-Pin (08h06), Bourgoin-Jallieu (08h17), La Verpillère (08h28), Lyon-Part-Dieu (08h50), Roanne (10h23), Saint-Germain-des-Fossés (11h10), Moulin-sur-Allier (11h34), Saincaize (12h02), Bourges (12h37), Vierzon (12h58), Saint-Pierre-des-Corps (14h06), Tours (14h13), Saumur (15h03), Angers-Saint-Laud (15h25).
- Du 15/12/2002 au 14/06/2003, on note la circulation du train quotidien GL n° 4449 Nantes (h) – Grenoble (08h15) –via Ancenis (h), Angers-Saint-Laud (h), Saumur (h), Tours (h), Saint-Pierre-des-Corps (h), Vierzon (h), Bourges (h), Saincaize (h), Moulins-sur-Allier (h), Saint-Germain-des-Fossés (h), Roanne (h), Lyon-Part-Dieu (h), Lyon-Perrache (h), Bourgoin-Jallieu (h), La Tour-du-Pin (h), Voiron (h).
- Du 15/12/2002 au 14/06/2003, on note la circulation du train quotidien n° 85154 Grenoble (07h17) – Avignon-Centre (10h08), via Moirans (07h31), Tullins-Fures (07h38), Saint-Marcellin (07h54), Romans-Bourg-de-Péage (08h12), Valence-TGV (08h20), Valence-Ville (08h32), Livron (08h57), Loriol (09h01), Montélimar (09h15), Donzère (09h25), Pierrelatte (09h32), Bollène (09h40), Orange (09h52).
- Du 15/12/2002 au 14/06/2003, on note la circulation du train quotidien GL n° 17463 Marseille-Saint-Charles (h) – Grenoble (10h14) via Pas-des-Lanciers (h), Rognac (h), Miramas (h), Arles (h), Avignon-Centre (h), Orange (h), Bollène (h), Pierrelatte (h), Montélimar (h), Loriol (h), Livron (h), Valence-Ville (h), Valence-TGV (h), Romans-Bourg-de-Péage (h), Saint-Marcellin (h), Tullins-Fures (h), Moirans (h).
- Du 15/12/2002 au 14/06/2003, circulation les vendredis du train périodique GL n° 5634 Saint-Gervais-les-Bains (h) – Nice-Ville (23h31) via Sallanches-Combloux-Megève (h), Cluses (h), La Roche-sur-Foron (h), Annecy (h), Aix-les-Bains (h), Chambéry (h), Grenoble (16h48/16h50), Saint-Marcellin (17h36), Romans-Bourg-de-Péage (18h00), Valence-Ville (18h18), Avignon-Centre (19h33), Marseille-Saint-Charles (20h36), Toulon (21h40), Les-Arcs-Draguignan (22h24), Saint-Raphaël (22h42), Cannes (23h05), Antibes (23h16).
- Du 15/12/2002 au 14/06/2003, on note la circulation périodique les SA du TGV n° 5176 Grenoble (17h04) – Lille-Europe (21h15) via Marne-la-Vallée-Chessy (20h07), Roissy-Charles-De-Gaulle (20h21).
- Du 15/12/2002 au 14/06/2003, circulation du train quotidien GL n° 17466 Grenoble (17h14) – Marseille-Saint-Charles (21h34) via Moirans (17h27), Tullins-Fures (17h34), Saint-Marcellin (17h58), Romans-Bourg-de-Péage (18h13), Valence-TGV (18h20), Valence-Ville (18h30), Livron (19h00), Loriol (19h05), Montélimar (19h18), Donzère (19h28), Pierrelatte (19h35), Bollène (19h44), Orange (19h57), Courthezon (20h04), Bédarrides (20h10), Sorgues (20h16), Avignon-Centre (20h24), Arles (20h44), Miramas (21h02).
- Du 15/12/2002 au 14/06/2003, on note la circulation du train périodique GL n° 4491 « Le Ventadour » Bordeaux-Sain-Jean (h) – Grenoble (18h13) via Libourne (h), Coutras (h), Montpon-sur-l’Isle (h), Saint-Astier (h), Périgueux (h), Niversac (h), Condat-le-Lardin (h), Terrasson (h), Brive-la-Gaillarde (h), Tulle (h), Corrèze (h), Egletons (h), Meymac (h), Ussel (h), Eygurande-Merlines (h), Laqueuille (h), Royat-Chamalières (h), Clermont-Ferrand (h), Riom (h), Châtel-Guyon (h), Vichy (h), Saint-Germain-des-Fossés (h), Roanne (h), Tarare (h), Lyon-Part-Dieu (h), Bourgoin-Jallieu (h).
- Du 15/12/2002 au 14/06/2003, circulation du train quotidien n° 17359 Valence-Ville (h) – Evian-les-Bains (21h48) via Valence-TGV (h), Romans-Bourg-de-Péage (h), Saint-Marcellin (h), Grenoble (18h20/18h23), Grenoble-Universités-Gières (18h33), Pontcharra (18h55), Montmélian (19h03), Chambéry (19h15), Aix-les-Bains (19h36), Rumilly (20h01), Annecy (20h17), La Roche-sur-Foron (20h54), Annemasse (21h12), Bons-en-Chablais (21h25), Thonon-les-Bains (21h39).
- Du 15/12/2002 au 14/06/2003, circulation du train quotidien GL n° 4233 Metz-Ville (h) – Grenoble (18h52) via Nancy-Ville (h), Toul (h), Neufchâteau (h), Dijon-Ville (h), Lyon-Part-Dieu (h), La Verpillère (h), Bourgoin-Jallieu (h), La Tour-du-Pin (h), Voiron (h).
- Du 15/12/2002 au 14/06/2003, circulation du train GL périodique des DI n° 5637 Nice-Ville (h) – Saint-Gervais-les-Bains (23h59) via Antibes, Cannes (h), Saint-Raphaël, Les Arcs-Draguignan, Toulon, Marseille-Saint-Charles, Avignon-Centre, Montélimar (h), Valence-Ville (h), Romans-Bourg-de-Péage (h), Saint-Marcellin (h), Grenoble (20h43/20h46), Chambéry (21h27), Aix-les-Bains (21h51), Annecy (22h23), La Roche-sur-Foron (23h09), Cluses (23h36), Sallanches-Combloux-Megève (23h51).
- Du 15/12/2002 au 14/06/2003, on note la circulation du train quotidien n° 85674 Briançon (h00) – Grenoble (21h05) – via L’Argentières-Les-Ecrins (h), Montdauphin (h), Embrun (h), Chorges (h), Gap (h), Veynes-Dévoluy (h), Aspres-sur-Buëch (h), Lus-la-Croix-Haute (h), Clelles-Mens (h), Monestier-de-Clermont (h), Vif (h), Saint-Georges-de-Commiers (h), Jarrie-Vizille (h), Pont-de-Claix (h). (Ce train est origine Gap les SA, DI+F).
- Du 15/12/2002 au 14/06/2003, on note la circulation (sauf Ve, Sa + DF) du TGV n° 5329 Nantes (h) Grenoble (21h22) – via Angers-Saint-Laud (h), Saint-Pierre-des-Corps (h), Massy-TGV (h), Lyon-Part-Dieu (h).
- Du 15/12/2002 au 14/06/2003, on note la circulation (les Ve + DI) du TGV n° 5333 Nantes (h) Grenoble (21h22) – via Angers-Saint-Laud (h), Saint-Pierre-des-Corps (h), Massy-TGV (h), Lyon-Part-Dieu (h).
- Du 15/12/2002 au 14/06/2003, on note la circulation (sauf les Ve) du TGV n° 9839 Bruxelles-Midi/Brussel-Zuid/Brussels – Grenoble (22h06) – Lille-Europe via TGV-Haute-Picardie (h), Roissy-Charles-De-Gaulle (h), Marne-la-Vallée-Chessy (h), Lyon-Part-Dieu (h).
- Du 15/12/2002 au 14/06/2003, on note la circulation (les Ve, Sa + DF) du TGV n° 5123 Lille-Europe – Grenoble (22h06) via TGV-Haute-Picardie (h), Roissy-Charles-De-Gaulle (h), Marne-la-Vallée-Chessy (h), Lyon-Part-Dieu (h).
- Du 23/03/2003 au 14/06/2003, on note la circulation du train quotidien n° 85609 Grenoble (12h20) – Briançon (16h09) via Pont-de-Claix (12h28), Jarrie-Vizille (12h35), Saint-Georges-de-Commiers (12h43), Vif (12h46), Monestier-de-Clermont (13h05), Clelles-Mens (13h21), Lus-la-Croix-Haute (13h45), Aspres-sur-Buëch (14h03), Veynes-Dévoluy (14h12), Gap (14h50), Chorges (15h04), Embrun (15h23), Montdauphin (15h40), L’Argentières-Les-Ecrins (15h54).
- En mai 2003, la locomotive diesel-électrique CC 72067, en livrée fret verte et blanche, tracte de Clermont-Ferrand à Grenoble le train n° 4490/1 « Le Ventadour » Bordeaux-Saint-Jean – Grenoble via Clermont-Ferrand et Lyon-Part-Dieu, composé de 6 voitures Corail Intercités.
- Le 21/06/2003, un autorail diesel bicaisses de la série (Reihe) X 72500, en livrée TER bleue et grise avec logo Rhône-Alpes, assure un TER Valence – Genève via Grenoble et Chambéry.
- Le 30/06/2003, un autorail diesel bicaisses de la série (Reihe) X 72500, en livrée TER bleue et grise avec logo Rhône-Alpes, assure le train 96600 Grenoble (6h05) – Genève (8h23) via Grenoble-Universités-Gières (06h15), Chambéry (06h56), Aix-les-Bains (07h06) et Bellegarde (07h55).
- En été 2003, la locomotive diesel-électrique CC 72091, en livrée bleue et blanche et logo nouille avec blason, tracte de bout en bout le train 4490/1 le « Ventadour » Bordeaux-Saint-Jean – Grenoble via Brive-la-Gaillarde, Tulle, Ussel, Clermont-Ferrand et Lyon-Part-Dieu, composé de 5 voitures Corail panachées en livrée d’origine ou Intercités.
- Le 12/08/2003, la locomotive diesel-électrique CC 72059, en livrée bleue et blanche et logo nouille, tracte de bout en bout le train 4490/1 le « Ventadour » Bordeaux-Saint-Jean – Grenoble via Brive-la-Gaillarde, Tulle, Ussel, Clermont-Ferrand et Lyon-Part-Dieu, composé de 4 voitures Corail.
- Le 01/09/2003, mise en service des nouvelles dessertes cadencées Rives – Gières avec des rames RRR4 tractées ou poussées par des locomotives électriques BB 25500.
- Le 03/09/2003, inauguration des nouvelles dessertes cadencées Rives – Gières, en gare de Gières, en présence de Messieurs Eric FOURNIER, Vice-Président de la Région Rhône-Alpes en charge des Transports, Marc BAIETTO, Vice-Président du Conseil Général de l’Isère et Président du SMTC-Grenoble, Michel ISSINDOU, Député-Maire de Gières et William LACHENAL, Président de l’AEDTF et initiateur des dessertes ferroviaires de la gare de Gières.
- En septembre 2003, la locomotive diesel-électrique CC 72071, en livrée bleue et blanche et logo nouille, tracte de bout en bout le train 4490/1 le « Ventadour » Bordeaux-Saint-Jean – Grenoble via Brive-la-Gaillarde, Tulle, Ussel, Clermont-Ferrand et Lyon-Part-Dieu, composé de 5 voitures Corail Intercités.
- Le 15/04/2004, l’automoteur diesel-électrique tricaisses X 72707, en livrée TER bleue et grise avec logo Rhône-Alpes, assure une relation Genève – Grenoble – Valence.
- En juillet 2004, création des Comités de ligne par la Région Rhône-Alpes.
- Le 30/08/2004, mise en service de la nouvelle gare d’Echirolles sur la ligne de Montmélian au sud de l’agglomération grenobloise entre la gare centrale de Grenoble et celle de Grenoble-Universités-Gières.
- En septembre 2004, la locomotive électrique bicourants BB 25236, en livrée verte d’origine, pousse un TER Lyon-Part-Dieu – Grenoble, composé d’une rame de voitures Corail en livrée TER avec en tête une voiture B5Dux et le tracte au retour avec un TER Grenoble – Lyon-Part-Dieu avec la même rame mais voiture B5Dux en queue.
- Le 20/09/2004, inauguration officielle de la nouvelle gare d’Echirolles.
- Le 11/12/2004, dernier jour de circulation du train «Le Ventadour » sur le trajet Bordeaux-Saint-Jean – Grenoble via Lyon-Part-Dieu – Clermont-Ferrand et Ussel. Ce train sera limité dès le lendemain à Clermont-Ferrand.
- Le 12/12/2004, suppression du train «Le Ventadour » Bordeaux-Saint-Jean – Grenoble via Lyon-Part-Dieu, Clermont-Ferrand et Ussel, remplacé par une relation Bordeaux – Clermont-Ferrand (en fin de semaine d’été uniquement) et par une relation quotidienne Clermont-Ferrand – Grenoble via Roanne et Lyon.
- Le 15/01/2005, la locomotive diesel-électrique CC 72017, en livrée bleue et blanche, tracte le train 875723/2 Clermont-Ferrand – Grenoble via Lyon-Part-Dieu.
- En mars 2005, une UM2 d’automoteurs monocaisses de la série (Reihe) X 73500, en livrée TER bleue et grise avec logo Rhône-Alpes, assure un TER Grenoble – Gap.
- En mars 2005, une UM2 des locomotives diesel-électriques BB 67306 + BB 67303, en livrée bleue et blanche, tracte un TER Grenoble – Briançon, composé de 7 voitures DEV et USI, toutes en livrée verte et grise.
- Le 01/06/2005, stationnement en gare de Grenoble du train du festival de la Bande Dessinée (BD) de la Caisse d’Epargne.
- Le 19/11/2005, un automoteur diesel tricaisses de la série (Reihe) X 72500, en livrée TER bleue et grise avec logo Rhône-Alpes, assure le train matinal Grenoble (6h05) – Genève (8h23).
- Le 12/12/2005, réouverture de la nouvelle gare de Lancey sur la ligne de Montmélian, entre la gare de Domène et celle de Brignoud.
- Le 18/12/2005, la locomotive électrique bicourants BB 25236, en livrée verte d’origine, tracte une rame Corail réversible Grenoble – Lyon-Part-Dieu et retour, composé d’une rame homogène de 8 voitures Corail.
- En 2006, la SNCF met en place l’appellation « Intercités » en lieu et place de celle de « Corail Intercités ».
- Le 05/01/2006, une UM2 d’automoteurs monocaisses diesel (X-TER) de la série (Reihe) X 73500 (dont l’X 73667 en queue), tous deux en livrée kaléidoscope RRA, assure exceptionnellement (à la place d’un X 72500) la relation Grenoble (05h58) – Genève (8h35) via Grenoble-Universités-Gières (06h09), Pontcharra (06h31), Montmélian (06h38), Chambéry (06h49), Aix-les-Bains (07h02) et Bellegarde (07h48).
- Le 21/02/2006, la locomotive électrique bicourants BB 25236, en livrée verte d’origine, tracte le train TER 17652 Grenoble – Lyon-Part-Dieu, composé d’une rame homogène de 8 voitures Corail.
- Le 13/02/2006, mise en service des voies d’accès au dépôt des tramways de Gières.
- Le 20/03/2006, inauguration de prolongement à Gières-Plaine-des-Sports de la ligne B de tramways par la rame Citadis n° 6025 de la SEMITAG.
- Le 19/04/2006, inauguration de la ligne C de tramways par les rames Citadis n° 6025 et 6033, en livrée florale, de la SEMITAG.
- Le 20/04/2006, l’automoteur diesel tricaisses X 72531, en livrée kaléidoscope Rhône-Alpes, assure la relation Grenoble (05h58) – Genève (8h35) via Grenoble-Universités-Gières (06h09), Pontcharra (06h31), Montmélian (06h38), Chambéry (06h49), Aix-les-Bains (07h02) et Bellegarde (07h48).
- Le 20/04/2006, un automoteur diesel tricaisses type X 72500, en livrée TER bleue et grise avec logo Rhône-Alpes, assure la relation– Genève (18h46) – Grenoble (21h00) via Bellegarde (19h15), Aix-les-Bains (19h56), Chambéry (20h11), Montmélian (20h23), Pontcharra (20h31) et Grenoble-Universités-Gières (20h51).
- Le 15/06/2006, mise en service de rames Z2N NG à 2 niveaux de la série (Reihe) Z 24500 entre Lyon, Rives, Grenoble et Grenoble-Universités-Gières.
- Les 25, 26 et 29/08/2006, stationnement en gare de Grenoble du centenaire du Rugby tracté par la locomotive diesel-électrique BB 67330, en livrée bleue et blanche, remplaçant la locomotive diesel-électrique CC 72084 (initialement prévue et tombée en panne).
- Le 05/09/2006, un automoteur diesel tricaisses de la série (Reihe) X 72500, en livrée TER bleue et grise avec logo Rhône-Alpes, assure le train Grenoble (05h58) – Genève (8h35) via Grenoble-Universités-Gières (06h09), Pontcharra (06h31), Montmélian (06h38), Chambéry (06h49), Aix-les-Bains (07h02) et Bellegarde (07h48).
- Le 09/12/2006, dernier jour de circulation du train direct Metz – Grenoble (et retour) via Dijon-Ville tracté par une locomotive électrique de la série BB 26000, en livrée d’origine, par la SNCF.
- Le 10/12/2006, limitation à Lyon-Part-Dieu du train direct Metz-Ville – Grenoble (et retour) via Dijon-Ville, par la SNCF.
- Le 10/12/2006, mise en service d’une nouvelle desserte entre Genève (14h10) et Aix-les-Bains (15h17) et retour Aix-les-Bains (16h41) et Genève (17h48) donnant dans les deux sens correspondance avec des trains en provenance d’Annecy pour Grenoble et Valence et inversement. Ces nouveaux trains desservent Bellegarde.
- Du 10/12/2006 au 08/12/2007, on note la circulation du train Genève (07h26) – Grenoble via Bellegarde, Aix-les-Bains et Chambéry.
- Du 10/12/2006 au 08/12/2007, on note la circulation du train Grenoble (5h57) – Genève (08h17) via Chambéry, Aix-les-Bains et Bellegarde.
- Du 10/12/2006 au 08/12/2007, on note la circulation du train Grenoble – Genève (09h34) via Lyon-Part-Dieu et Bellegarde.
- Du 10/12/2006 au 08/12/2007, on note la circulation du train Genève (10h13) – Valence-Ville via Bellegarde, Aix-les-Bains, Chambéry, Grenoble-Universités-Gières et Grenoble.
- Du 10/12/2006 au 08/12/2007, on note la circulation du train temporaire Valence-Ville – Genève (11h35) via Grenoble, Grenoble-Universités-Gières, Chambéry, Aix-les-Bains et Bellegarde.
- Du 10/12/2006 au 08/12/2007, on note la circulation du train Genève (14h10) – Aix-les-Bains via Bellegarde.
- Du 10/12/2006 au 08/12/2007, on note la circulation du train Genève (16h21) – Grenoble via Bellegarde et Lyon-Part-Dieu.
- Du 10/12/2006 au 08/12/2007, on note la circulation du train Valence-Ville – Genève (19h38) via Grenoble, Grenoble-Universités-Gières, Chambéry, Aix-les-Bains et Bellegarde.
- Du 10/12/2006 au 08/12/2007, on note la circulation du train Genève (18h46) – Grenoble via Bellegarde, Aix-les-Bains, Chambéry, Grenoble-Universités-Gières et Grenoble. Ce train était prolongé sur Valence-Ville les vendredis, dimanches et fêtes.
- En décembre 2006, diminution de la période de circulation du train Genève – Hendaye.
- Le 09/05/2007, arrêt en gare de Grenoble d’un train spécial à traction vapeur organisé par un groupe d’amateurs anglais sur le circuit Lyon – Grenoble – Chambéry – Culoz – Lyon, avec la locomotive à vapeur historique 141 R 1199 dotée d’une plaque « Mistral » à l’avant et tractant une rame historique de l’AJECTA composée de la voiture Pullman CIWL n° 4155, de l’allège postale PAmyi-I-41524-P, d’une voiture couchettes SNCF, d’une voiture PO et de la voiture PLM B9c9yfi 5805 en livrée havane et noire.
- Du 09/07/2007 au 10/08/2007, neutralisation complète de la section de ligne Moirans – Saint Marcellin pour une 1ère tranche de travaux.
- Le 21/07/2007, un automoteur diesel tricaisses de la série (Reihe) X 72500, en livrée TER bleue et grise avec logo Rhône-Alpes, assure le train Grenoble (5h57) – Genève (8h17).
- Le 22/09/2007, circulation expérimentale d’un train de fret composé de 10 wagons à boggies chargés de gypse entre Laragne, Veynes-en-Dévoluy, Lus-la-Croix-Haute, Clelles, Grenoble, Pontcharra, Montmélian et Chambéry, tracté par une UM2 des BB 67444 et BB 67494 (en livrée verte et blanche fret).
- Le 06/10/2007, inauguration de la ligne D de tramways par les rames Citadis n° 6033 et 6034 de la SEMITAG.
- Le 10/11/2007, un automoteur diesel tricaisses de la série (Reihe) X 72500, en livrée TER bleue et grise avec logo Rhône-Alpes, assure le train Grenoble (5h57) Genève (8h17).
- En novembre 2007, l’automoteur diesel tricaisses X 72693/694, en livrée TER bleue et grise avec logo Rhône-Alpes, assure un train Annecy - Grenoble – Valence-Ville.
- Le 08/12/2007, dernier jour de circulation entre Grenoble et Lyon-Part-Dieu du train direct quotidien Grenoble (7h18) – Tours (Nantes) amorcé dès le lendemain à Lyon-Part-Dieu.
- Le 08/12/2007, dernier jour de circulation du train direct quotidien aller et retour entre Evian-les-Bains et Valence-Ville, via Annemasse, Annecy et Grenoble, par la Région Rhône-Alpes. Ce train partait d’Evian-les-Bains à 4h52 pour une arrivée à Grenoble-Universités-Gières à 8h00 et Grenoble (ville) à 8h17 et en sens inverse quittait Grenoble (ville) à 18h23 et Grenoble-Universités-Gières à 18h33 pour une arrivée à Evian-les-Bains à 21h48.
- Le 08/12/2007, un automoteur diesel tricaisses de la série (Reihe) X 72500, en livrée TER bleue et grise avec logo Rhône-Alpes, assure le train Grenoble (5h57) Genève (8h17).
- Le 09/12/2007, mise en service de l’horaire cadencé sur les principales lignes de la Région Rhône-Alpes, dont Lyon – Grenoble et Valence – Annecy via Grenoble.
- Le 09/12/2007, mise en service des nouveaux horaires régionaux avec augmentation du nombre des trains pour Lyon-Part-Dieu ou Lyon-Perrache et création de trains directs Grenoble – Dijon-Ville, mais forte diminution de l’offre vers Bellegarde et Genève ainsi que pour au delà d’Annecy sur Saint-Gervais, et suppression totale des trains entre Annecy et Genève-Eaux-Vives.
- Le 09/12/2007, certains TER Grenoble – Genève (et retour) assurés en automoteurs diesel X 72500 desservent Culoz.
- En avril 2008, l’automoteur tricaisses diesel X 72641/642, en livrée TER bleue et grise avec logo Rhône-Alpes, effectue une relation Grenoble – Valence-Ville.
- En avril 2008, la locomotive diesel-électrique BB 67467, en livrée fret verte et blanche, tracte le train n° 90812/3 Jarrie-Vizille – Martigues via Grenoble et Valence-Ville, composé de 9 wagons-citernes à bogies Jarrie – Cavaillon.
- Le 16/04/2008, la locomotive électrique bicourants BB 22394, en livrée « en voyage », tracte le train Corail Grenoble – Dijon-Ville via Lyon-Part-Dieu, composé de 9 voitures Corail dont une Corail Intercités en tête, 7 voitures Corail en livrée TER-RRA et une voiture B6Dux, en livrée TER RRA.
- Le 10/06/2008, un automoteur diesel tricaisses de la série (Reihe) X 72500, en livrée TER bleue et grise avec logo Rhône-Alpes, assure le train Grenoble (6h22) – Genève (8h35).
- Du 16/06/2008 au 29/08/2008, neutralisation complète de la section de ligne Moirans – Saint Marcellin pour une 2ème tranche de travaux.
- Le 21/08/2008, un automoteur diesel tricaisses de la série (Reihe) X 72500, en livrée TER bleue et grise avec logo Rhône-Alpes, assure le train Grenoble (6h22) – Genève (8h35).
- En septembre 2008, la locomotive électrique bicourants BB 22360R, en livrée « en voyage », tracte le train Corail Dijon-Ville – Grenoble via Lyon-Part-Dieu, composé de 8 voitures Corail et d’une voiture B5Dux, toutes en livrée TER RRA.
- En octobre 2008, la locomotive électrique bicourants BB 22214, en livrée « en voyage », tracte un train Corail Lyon-Part-Dieu – Grenoble.
- Depuis Octobre 2008, une nouvelle locomotive diesel-électrique de la série (Reihe) BB 75000 du dépôt d’Avignon, en livrée fret verte et blanche, tracte le train n° 90812/3 Jarrie-Vizille – Martigues via Grenoble et Valence-Ville, composé de wagons citernes à boggies et qui circule les mercredis et samedis.
- Le 06/11/2008, livraison au dépôt de Gières de la 1ère des 15 rames de tramway grenobloise Citadis de la 2ème série.
- Le 05/11/2008, un automoteur diesel tricaisses de la série (Reihe) X 72500, en livrée TER bleue et grise avec logo Rhône-Alpes, assure le train Grenoble (6h22) – Genève (8h35).
- Le 28/11/2008, un automoteur diesel tricaisses de la série (Reihe) X 72500, en livrée TER bleue et grise avec logo Rhône-Alpes, assure le train Grenoble (6h22) – Genève (8h35).
- Le 30/11/2008, un automoteur diesel tricaisses de la série (Reihe) X 72500, en livrée TER bleue et grise avec logo Rhône-Alpes, assure le train Genève (18h42) – Grenoble (20h50).
- Le 29/11/2008, les locomotives diesel-électriques BB 75026 et BB 67474, en livrée verte et blanche fret, tractent le train de fret n° 90812/3 Jarrie-Vizille – Martigues via Grenoble et Valence, composé de wagons citernes à boggies.
- Le 14/12/2008, mise en service de l’horaire cadencé sur la ligne Grenoble – Veynes par la Région Rhône-Alpes et rétablissement des correspondances à Veynes avec les trains pour Sisteron, Aix-en-Provence et Marseille-Saint-Charles.
- Mi-décembre 2008, la locomotive diesel-électrique BB 67373, en livrée bleue Isabelle et venant d’être affectée au dépôt de Chambéry, stationne en gare de Grenoble assurant le TER 85125 composé d’une RRR4.
- Le 24/12/2008, la rame automotrice diesel tricaisses X 72695/696, en livrée TER bleue et grise avec logo Rhône-Alpes, assure le TER 96630 Genève – Grenoble – Valence-Ville.
- Le 25/12/2008, la locomotive diesel-électrique BB 67377, en livrée bleue et blanche, tracte un TER Valence – Annecy composé de 5 voitures Corail.
- Le 01/01/2009, la locomotive diesel-électrique BB 67357, en livrée bleue et blanche, tracte un TER Valence – Annecy composé de 5 voitures Corail.
- Du 05/01/2009 au 20/02/2009, renouvellement voie ballast (RVB) des sections de ligne Grenoble – Jarrie-Vizille et Grenoble – Gières.
- Le 11/01/2009, la locomotive diesel-électrique BB 67306, en livrée bleue et blanche, tracte le TER 17542 Valence – Annecy composé de 5 voitures Corail.
- Le 26/01/2009, une UM2 des automoteurs tricaisses de la série (Reihe) X 72500, avec en tête l’X 72532/531, en livrée Kaléidoscope Rhône-Alpes, le second en livrée TER bleue et grise avec logo Rhône-Alpes, assure un TER Annecy – Valence via Chambéry et Grenoble.
- Le 25/01/2009, une UM2 d’automoteurs diesel monocaisses de la série (Reihe) X 73500, en livrée Kaléidoscope RRA, assure une relation Grenoble – Gap.
- Le 25/01/2009, la locomotive diesel-électrique BB 67301, en livrée bleue et blanche, tracte un TER Valence – Annecy, composé de 5 voitures Corail.
- Le 28/01/2009, la locomotive diesel-électrique BB 67346, en livrée bleue et blanche, tracte un TER Valence – Annecy, composé de 5 voitures Corail.
- Le 04/02/2009, la locomotive diesel-électrique BB 67364, en livrée bleue et blanche, tracte un TER Valence – Annecy, composé de 5 voitures Corail.
- Le 16/02/2009, la locomotive diesel-électrique BB 67330, en livrée Corail+, tracte un TER Valence – Annecy composé de 5 voitures Corail.
- En février 2009, une triplette d’autorails de la série (Reihe) X 73500, en livrée Kaléidoscope RRA, assure un TER Grenoble – Gap.
- Le 26/02/2009, un automoteur diesel tricaisses de la série (Reihe) X 72500, en livrée TER bleue et grise avec logo Rhône-Alpes, assure le train Grenoble (6h22) – Genève (8h35).
- En avril 2009, les locomotives diesel-électriques de la série (Reihe) BB 75000 font leur apparition, en tête de trains de fret, sur la ligne de Gières à Montmélian entre Grenoble et Pontcharra.
- En avril 2009, les automoteurs bimodes-bicourants (Bibi) B 82500 flambants neufs, du dépôt de Lyon-Vaise, font leur apparition au dépôt de Grenoble pour la formation des conducteurs.
- Le 15/04/2009, les locomotives diesel-électriques BB 67301 et BB 67602 en livrée bleue et blanche, ainsi que la BB 67373, en livrée bleue Isabelle, assurent chacune un TER Valence – Annecy composé de 5 voitures Corail.
- Le 23/04/2009, la locomotive électrique bicourants BB 22266, en livrée « en voyage », tracte de bout en bout un train Grenoble – Dijon-Ville via Lyon-Part-Dieu, composé d’une rame non réversible de 7 voitures Corail, en livrées diverses (TER-RRA ou Bourgogne) dont la 1ère en livrée TER-RRA d’origine (grise avec bandeaux bleu ciel et blanc).
- Le 24/04/2009, la locomotive électrique bicourants BB 22361, en livrée « en voyage », tracte de bout en bout un train Dijon-Ville – Grenoble via Lyon-Part-Dieu, composé d’une rame non réversible de 7 voitures Corail dont une voiture Corail Intercités et 6 voitures Corail en livrée TER-RRA.
- Le 05/05/2009, l’automoteur tricaisses X 72683, en livrée TER bleue et grise avec logo Rhône-Alpes, assure un TER Grenoble – Genève.
- Du 21/05/2009 au 06/09/2009, neutralisation complète de la section de ligne Moirans – Saint Marcellin pour une 3ème tranche de travaux de remise à double voie partielle et pour mise en place du Block Automatique Lumineux (BAL).
- Le 25/05/2009, présentation à la presse des nouvelles rames de la série (Reihe) B 82500 du dépôt de Lyon-Vaise, avec un voyage de démonstration entre Chambéry et Grenoble.
- Le 18/06/2009, la locomotive électrique bicourants BB 22357, en livrée gris béton, tracte de bout en bout un train Dijon-Ville – Grenoble via Lyon-Part-Dieu, composé d’une rame non réversible de 7 voitures Corail dont une voiture Corail Intercités et 6 voitures Corail en livrée TER-RRA.
- En juin 2009, une UM2 de locomotives diesel-électriques de la série (Reihe) BB 67300, toutes deux en livrée bleue et blanche, tracte le train Corail Lunéa Paris – Briançon, détourné par la ligne de Alpes de Grenoble – Veynes.
- Du 05/07/2009 au 12/12/2009, on note la circulation quotidienne du train TER Grenoble (5h35) – Echirolles (5h41) – Grenoble-Universités-Gières (5h47) – Lancey (5h55) – Brignoud (6h00) –Goncelin (6h09) –Pontcharra-sur-Bréda (6h17) – Montmélian (6h35) – Chambéry (6h34).
- En juillet 2009, l’automoteur diesel tricaisses X 72531, en livrée TER Kaléidoscope Rhône-Alpes, assure un TER Genève – Grenoble.
- En juillet 2009, une UM2 d’automoteurs diesel tricaisses (X 72695 en tête), en livrée TER bleue et grise avec logo Rhône-Alpes, assure un TER Grenoble – Genève.
- Le 30/07/2009, un automoteur diesel tricaisses X 72500, en livrée TER, assure le train Grenoble (6h54) – Genève (9h00).
- Le 06/08/2009, la locomotive électrique BB 22400, en livrée gris béton et avec logo carmillon, tracte de bout en bout un train Grenoble – Dijon-Ville via Lyon-Part-Dieu, composé de 6 voitures Corail, en livrée Bourgogne, dont en queue une voiture B6Dux.
- Le 11/08/2009, un automoteur diesel tricaisses X 72500, en livrée TER, assure le train Grenoble (6h54) – Genève (9h00).
- Le 31/08/2009, une UM2 des automoteurs tricaisses de la série (Reihe) X 72500, avec en tête l’X 72532/531, en livrée Kaléidoscope Rhône-Alpes, le second en livrée TER bleue et grise avec logo Rhône-Alpes, assure un TER Annecy – Valence via Chambéry et Grenoble.
- En septembre 2009, remise en service de la double voie (déposée en 1959) sur de la section de ligne Moirans – Saint Marcellin, par la Région Rhône-Alpes.
- Le 05/09/2009, dernier jour de circulation des rames automotrices diesel X 72500 sur la ligne Valence-Ville – Grenoble – Chambéry – Annecy/Genève.
- Le 06/09/2009, mise en service des rames « Bi-Bi » Bimodes Bicourants B 82500 sur la ligne Valence-Ville – Grenoble – Chambéry – Annecy/Genève.
- Le 08/09/2009, la locomotive diesel-électrique BB 67383, en livrée multiservices, tracte le TER 17544 Valence-Ville – Annecy composé d’une rame homogène de 5 voitures Corail.
- Le 17/09/2009, une automotrice quadricaisses de la série (Reihe) B 82500, en livrée TER, assure le train Grenoble (6h54) – Genève (9h00).
- Le 30/09/2009, la locomotive diesel-électrique BB 67305, en livrée bleue et blanche, tracte le TER 883756 Chambéry – Saint-Marcellin composé d’une rame RIB4 en livrée bleue clair ex-« Basse Normandie ».
- Le 02/10/2009, l’automotrice électrique (Bibi) B 82568/67, en livrée TER bleue et grise, assure le train 96605 Grenoble – Genève (8h36).
- Le 29/10/2009, la locomotive électrique bicourants BB 22400R, en livrée gris béton et avec logo carmillon, tracte de bout en bout un train Dijon-Ville – Grenoble via Lyon-Part-Dieu, composé de 6 voitures Corail, en livrée Bourgogne, dont en queue une voiture B5Dux.
- Le 17/11/2009, une automotrice quadricaisses (Bibi) de la série (Reihe) B 82500, en livrée TER, assure le train Grenoble (6h54) – Genève (9h00).
- Le 12/12/2009, une automotrice quadricaisses (Bibi) de la série (Reihe) B 82500, en livrée TER, assure le train Grenoble (6h54) – Genève (9h00).
- En 2010, début des travaux d’électrification en 25 kV-50 Hz des lignes de Romans à Moirans et de Gières à Montmélian.
- En 2010, début des travaux de la prolongation de la ligne de tramway B vers la place de la Résistance.
- Le 08/03/2010, la locomotive électrique bicourants BB 22397, en livrée « en voyage », tracte sous le soleil mais dans la neige le train Grenoble – Dijon-Ville, composé d’une rame de 8 voitures Corail en livrée TER-Bourgogne dont une B6Dux placée en queue.
- En septembre 2010, la locomotive électrique bicourants (type Jacquemin) BB 25236, en livrée verte clair d’origine, tracte une rame de 5 voitures Corail en livrée TER pour assurer les trains TER Lyon-Part-Dieu (7h03) – Grenoble (8h31), puis Grenoble (11h26) – Lyon-Part-Dieu (12h42), puis Lyon-Part-Dieu (13h15) – Grenoble (14h29), puis Grenoble (15h44) – Lyon-Part-Dieu (17h12).
- En septembre 2010, la locomotive électrique bicourants (type Jacquemin) BB 25236, en livrée verte clair d’origine, pousse le TER 17607 Lyon-Part-Dieu (7h03) – Grenoble (8h31), composé d’une rame de 6 voitures Corail en livrée TER dont une B5Dux placée en tête.
- En septembre 2010, la locomotive électrique bicourants (type Jacquemin) BB 25236, en livrée verte clair d’origine, tracte le TER 17628 Grenoble (11h26) – Lyon-Part-Dieu (12h42), composé d’une rame de 6 voitures Corail en livrée TER dont une B5Dux placée en queue.
- Le 21/09/2010, la locomotive électrique BB 22214, en livrée « en voyage », tracte le TER 17837 Dijon-Ville – Grenoble, composé de 6 voitures Corail et d’une voiture B5Dux placée en queue, toutes en livrée TER.
- Le 02/10/2010, l’automotrice bimodes – bicourants (BiBi) B 87721 assure sous le soleil mais dans la neige une relation TER Annecy – Valence via Chambéry et Grenoble.
- Le 08/10/2010, une automotrice quadricaisses (Bibi) de la série (Reihe) B 82500, en livrée TER, assure le train Grenoble (6h21) – Genève (8h29) via Grenoble-Universités- Gières (06h30) – Chambéry (07h09) – Aix-les-Bains (07h21), Culoz (07h42) et Bellegarde (08h29).
- Le 12/12/2010, mise en service de nouveaux horaires sur Valence – Grenoble – Genève, avec 5,5 allers-retours Grenoble – Genève.
- En mars 2011, on note la circulation de deux rames (BiBi, BGC) B 82500 en UM2 sur la relation Grenoble – Veynes – Gap.
- Le 01/04/2011, une UM2 des automotrices électriques (bimodes et bicourants, dites « Bibi ») B 82617/618 + B 82609/610, toutes deux en livrée TER bleue et grise, assure le TER 96632 Genève (8h41) – Grenoble (11h05) via Bellegarde (09h09), Culoz (09h37), Aix-les-Bains (10h00), Chambéry (10h14), et Grenoble-Universités-Gières (10h56).
- Le 08/04/2011, une automotrice quadricaisses (Bibi) de la série (Reihe) B 82500, en livrée TER, assure le train Grenoble (6h56) – Genève (8h58) via Grenoble-Universités- Gières (07h06) – Chambéry (07h41) – Aix-les-Bains (07h54) et Bellegarde (08h32).
- Le 30/04/2011, une automotrice quadricaisses (Bibi) de la série (Reihe) B 82500, en livrée TER, assure le train Grenoble (6h56) – Genève (8h58) via Grenoble-Universités- Gières (07h06) – Chambéry (07h41) – Aix-les-Bains (07h54) et Bellegarde (08h32).
- Le 16/05/2011, la locomotive électrique bicourants (type Jacquemin) BB 25236, en livrée verte clair d’origine, tracte un TER Lyon-Part-Dieu – Grenoble, composé de 6 voitures Corail en livrée TER dont une B5Dux placée en queue.
- Le 18/05/2011, une automotrice quadricaisses (Bibi) de la série (Reihe) B 82500, en livrée TER, assure le train Grenoble (6h56) – Genève (8h58) via Grenoble-Universités- Gières (07h06) – Chambéry (07h41) – Aix-les-Bains (07h54) et Bellegarde (08h32).
- Le 23/05/2011, une automotrice quadricaisses (Bibi) de la série (Reihe) B 82500, en livrée TER, assure le train Grenoble (6h56) – Genève (8h58) via Grenoble-Universités- Gières (07h06) – Chambéry (07h41) – Aix-les-Bains (07h54) et Bellegarde (08h32).
- Du 24/05/2011 au 04/09/2011, fermeture complète de la ligne Montmélian – Grenoble-Universités-Gières pour RVB et abaissement de la plate-forme à Tencin et à Domène.
- En été 2011, début des travaux de la construction de la ligne de tramway E entre Grenoble – Louise-Michel et Le Fontanil-Cornillon.
- Le 06/09/2011, l’automotrice quadricaisses (Bibi) de la série (Reihe) B 82500, en livrée TER, assure le train Grenoble (6h56) – Grenoble-Universités- Gières (07h06) – Chambéry (07h41) – Genève (8h58).
- Le 15/11/2011, un automoteur quadricaisses (Bibi) de la série (Reihe) B 82500, en livrée TER, assure le train Grenoble (6h56) – Grenoble-Universités- Gières (07h06) – Chambéry (07h41) – Genève (8h58).
- Le 11/12/2011, mise en service du TGV Rhin-Rhône et des gares de Besançon-Franche-Comté TGV et de Belfort-Montbéliard-TGV.
- Le 11/12/2011, mise en service de nouveaux horaires sur Valence – Grenoble – Genève, avec 6,5 allers-retours Grenoble – Genève.
- Le 13/12/2011, l’automotrice (Bibi – BGC) B 82569/82570, en livrée Sillon Alpin Sud, assure une relation Grenoble - Genève.
- Le 15/12/2011, la locomotive électrique bicourants BB 22364, en livrée gris argent (dite « fantôme »), tracte le TER Lyon-Part-Dieu – Grenoble, composé d’une rame homogène de voitures Corail, en livrée TER.
- Le 28/12/2011, la locomotive diesel-électrique BB 67335, en livrée bleue et blanche, assure un TER Chambéry –Saint-Marcellin –, composé d’un segment de RRR4, en livrée bleue TER.
- Le 02/01/2012, la SNCF abandonne la dénomination Lunéa au profit de celle plus générale d’Intercités.
- Le 26/01/2012, l’automotrice quadricaisses (Bibi) B 82569/670, en livrée TER bleue et grise et unique exemplaire avec décoration Sillon Alpin Sud (SAS), assure un train Grenoble (6h54) – Genève (9h00) et est reçu en gare de Genève-Cornavin sur la voie 7.
- Le 17/04/2012, l’automotrice quadricaisses (Bibi) B 82569/670, en livrée TER bleue et grise et unique exemplaire avec décoration Sillon Alpin Sud (SAS), assure un train Grenoble (6h07) – Genève (7h29) et est reçu en gare de Genève-Cornavin sur la voie 6.
- Le 07/05/2012, l’automotrice quadricaisses (Bibi) de la série (Reihe) B 82500, en livrée TER, assure le train Grenoble (06h55) – Genève (9h00) via Grenoble-Universités-Gières (07h06) – Chambéry (07h44) – Aix-les-Bains (07h57), et Bellegarde (08h33).
- Du 02/06/2012 au 02/09/2012, fermeture complète de la ligne Montmélian – Grenoble-Universités-Gières pour début des travaux d’électrification de la ligne (matage et pose de la caténaires).
- Le 23/07/2012, l’automotrice Bimode-Bicourant (Bibi – BGC) B 82599/600, en livrée TER, assure un TER Grenoble (6h54) – Genève (9h00) et arrive en gare de Cornavin sur la voie 6.
- Le 22/08/2012, une UM2 d’X 73500, en livrée Kaléidoscope RRA, assure le TER 885660 Briançon – Grenoble via Veynes-Dévoluy.
- Le 15/09/2012, l’automotrice quadricaisses Bimode-Bicourant (Bibi – BGC) B 82613, en livrée TER, assure un TER Genève (18h42) – Grenoble (20h50) et part de la gare de Genève-Cornavin sur la voie 8.
- Le 06/10/2012, l’automotrice (BiBi, BGC) 82620/82619 assure une relation Valence-Ville – Grenoble – Chambéry – Annecy.
- Du 09/12/2012 au 14/12/2013, fermeture complète de la ligne Moirans – Valence-Ville pour modernisation et électrification de la ligne.
- Le 18/12/2012, l’automotrice quadricaisses (Bibi) de la série (Reihe) B 82500, en livrée TER, assure le train Grenoble (5h54) – Genève (7h32).
- Le 29/12/2012, l’automotrice quadricaisses (Bibi – BGC) B 82569/82570, en livrée TER bleue et grise et unique exemplaire avec livrée Sillon Alpin Sud, assure une relation Genève (18h42) – Grenoble (20h50) via Culoz.
- Le 07/03/2013, la locomotive diesel-électrique BB 67302, en livrée bleue et blanche, assure un TER Grenoble – Chambéry, composé d’un segment de RRR4.
- Le 07/03/2013, la locomotive diesel-électrique BB 67375, en livrée bleue et blanche, assure en pousse un TER Chambéry – Grenoble, composé d’un segment de RRR4.
- Le 11/06/2013, une UM2 d’X 73500, en livrée Kaléidoscope RRA, assure un TER Grenoble – Veynes-Dévoluy.
- Le 11/06/2013, les BB 67364, BB 67385, BB 67386 et BB 67387, toutes en livrée bleue et blanche « délavée », et la BB 67349, en livrée multiservices, assurent séparément la traction de rames RRR4 sur des TER Grenoble – Chambéry et vice-versa.
- Le 11/06/2013, une UM2 des automotrices (BiBi, BGC) B 82507/608, en livrée Sillon Alpin-Sud (SAS), et B 82569/570, en livrée TER, assure le TER 17627 Lyon-Part-Dieu (16h44) – Grenoble (18h13) et le TER Grenoble (18h24) – Lyon-Part-Dieu (19h46).
- Le 18/06/2013, l’automotrice quadricaisses (Bibi – BGC) B 82714, en livrée TER, assure une relation Genève (18h42) – Grenoble (20h50) via Culoz et Chambéry.
- Le 22/06/2013, la locomotive diesel-électrique BB 67375, en livrée bleue et blanche, tracte un TER Chambéry – Grenoble, composé d’un segment de RRR4.
- Le 24/06/2013, le TGV n° 35 baptisée « Grenoble », en livrée bleue et grise avec lisérés blancs, assure une relation de soirée Paris – Grenoble. Cette rame mise en service le 08/09/1980, sera baptisée « Grenoble » le 01/06/1985 et sera réformée le 19/12/2014.
- Le 24/06/2013, la locomotive diesel-électrique BB 67302, en livrée bleue et blanche, tracte un TER Chambéry – Grenoble, composé d’un segment de RRR4 en livrée rouge TER.
- Du 29/06/2013 au 01/09/2013, fermeture complète de la ligne Montmélian – Grenoble-Universités-Gières pour fin des travaux électrification de la ligne (sous-stations et équipements divers) et du 02/06/2012 au 02/09/2012, fermeture complète de la ligne Montmélian – Grenoble-Universités-Gières pour mise en place de la nouvelle signalisation lumineuse.
- Du 04/10/2013 au 31/10/2013, fermeture complète de la ligne entre Vif et Lus-la-Croix-Haute pour travaux par RFF.
- Le 20/11/2013, la rame TGV-RGV-2N2 n° 809, en livrée grise, bleue et blanche, assure sous une pluie diluvienne la 1ère marche d’essais TGV entre Grenoble et Chambéry.
- Le 13/12/2013, signature de la convention sur les Trains d’Equilibre du Territoire (TET) entre l’Etat français et la SNCF.
- Le 14/12/2013, mise en service commerciale de l’électrification en 25 kV-50 Hz de la ligne de Gières à Montmélian.
- Le 15/02/2014, mise en service commerciale de l’électrification en 25 kV-50 Hz de la ligne de Romans à Moirans.
- Le 21/02/2014, le TGV 6924 Paris-GL – Grenoble arrive en gare de Grenoble à 20h40.
- Le 21/02/2014, les TGV 6892 Marseille-Saint-Charles – Annecy, sur la voie E, et TGV 6897 Annecy – Marseille-Saint-Charles, sur la voie B, se croisent en gare de Grenoble où ils stationnent de 20h45 à 20h47, puis repartent chacun en direction de leur terminus.
- Le 21/02/2014, en fin de soirée vers 23h30, tracté par une locomotive électrique de la série BB 26000, le train de nuit Paris – Nice-Ville passe en gare de Grenoble, ayant été détourné via Macon-Ville, Ambérieu, Culoz, Chambéry, Grenoble et Valence-Ville.
- Le 17/05/2014, manifestation en gare de Grenoble en faveur du maintien de la ligne Grenoble – Veynes et le sauvetage de la gare de Lus-la-Croix-Haute.
- Le 17/05/2014, la locomotive diesel-électrique BB 67302, en livrée bleue et blanche, (arrivée en marche W) de Grenoble assure au départ de Gières le TER Grenoble-Universités-Gières (17h27) – Saint-Marcellin (18h25) avec une rame RRR4 en livrée TER rouge.
- Le 17/05/2014, la locomotive à vapeur historique 241 P 17 du Creusot tracte un train spécial à vapeur Lyon-Perrache – Peyraud – Livron – Valence-Ville – Grenoble – Chambéry – Aix-les-Bains – Culoz – Ambérieu – Lyon-Perrache, avec une rame composé d’un wagon tombereau à charbon et à 2 essieux, d’une voiture A4B5 DEV, en livrée verte et grise, d’une voiture B10 DEV Inox, d’une voiture A4B6 USI, en livrée verte et grise, d’une voiture A9 DEV, en livrée verte et grise, et d’une voiture B10 DEV Inox.
- Du 02/06/2014 au 27/06/2014, fermeture complète de la ligne entre Vif et Lus-la-Croix-Haute pour travaux par RFF.
- Le 28/06/2014, mise en service de la 1ère section Louise-Michel à Grenoble – Saint-Martin-le-Vinoux de la ligne de tramway E, suivie 1an plus tard du reste de la ligne côté Saint-Martin-le-Vinoux, qui reliera Saint-Egrève et Le Fontanil, longue de 11, 5 km avec 18 stations.
- Le 29/06/2014, la locomotive électrique bicourants BB 26217, en livrée gris béton et orange d’origine, tracte pour la 1ère fois de Miramas à Saint-Avre-la-Chambre via Valence, Grenoble et le triangle de Montmélian, le train de fret combiné hebdomadaire des dimanches n° 489814 Miramas (10h50) – Montélimar (12h40/13h42) – Grenoble (15h55/58) – Saint-Avre-la-Chambre (17h24) à destination de Verona/Vérone, composé de wagons combiné à bogies chargés de conteneurs classiques et de conteneurs citernes.
- Le 30/06/2014, une UM3 des automotrices électriques (type BGC-Bibi) dont la B 82723 en tête, assure le TER n° 17582 Valence-Ville (16h15) – Valence-TGV (16h25) – Romans-Bourg-de-Péage (16h33) – Saint-Marcellin (16h54) – Moirans (17h17) – Grenoble (17h29/17h32) – Grenoble-Universités-Gières (17h44) – Pontcharra-sur-Bréda (18h03) – Montmélian (18h10) – Chambéry (18h22) – Aix-les-Bains (18h36) – Rumilly (19h11) – Annecy (19h15).
- Le 30/06/2014, la locomotive électrique BB 26217, en livrée gris béton et orange d’origine, tracte de Saint-Jean-de-Maurienne à Miramas via le triangle de Montmélian, Grenoble et Valence, le train de fret hebdomadaire des lundis n° 75821 Saint-Jean-de-Maurienne (19h09) – Grenoble (20h49/21h00) – Miramas (01h00), composée de 20 wagons citernes à bogies transportant de l’alumine de Saint-Jean-de-Maurienne.
- Le 06/07/2014, la locomotive électrique bicourants BB 26219, en livrée gris béton et orange d’origine, tracte pour la 2ème fois de Miramas à Saint-Avre-la-Chambre via Valence, Grenoble et le triangle de Montmélian, le train de fret combiné hebdomadaire des dimanches n° 489814 à destination de Verona/Vérone, composé de wagons combiné à bogies chargés de conteneurs classiques et de conteneurs citernes.
- Le 11/07/2014, la locomotive diesel-électrique BB 67302, en livrée bleue et blanche, tracte le TER 885149 Grenoble - Chambéry, composé d’un segment de RRR4, en livrée bleue TER.
- Du 15/07 au 24/06/2014, limitation des IC (Valence) – Grenoble – Genève à Bellegarde, en raison des travaux de réélectrification de la ligne Bellegarde – Genève.
- Le 20/07/2014, fermeture totale de la gare de Chambéry pour début de la pose de la passerelle piétons-cycles, le TGV 9245 Paris-GL/Parigi – Milano-Centrale/Milan/Mailand et le TGV 9244 Milano-Centrale/Milan/Mailand – Paris-G.L./Parigi-G.L., sont détournés via Grenoble.
- Le 27/07/2014, fermeture totale de la gare de Chambéry pour fin de la pose de la passerelle piétons-cycles, les TGV 9239, 9245 et 9249 Paris-GL/Parigi – Milano-Centrale/Milan/Mailand et les TGV 9240, 9244 et 9248 Milano-Centrale/Milan/Mailand – Paris-G.L./Parigi-G.L., sont détournés via Grenoble.
- Le 28/08/2014, la locomotive diesel-électrique BB 67302, en livrée bleue et blanche, tracte le TER Saint-Marcellin – Grenoble (7h39) – Grenoble-Universités-Gières (7h51) – Chambéry (8h35), composé d’un segment de RRR4, en livrée rouge TER.
- Le 01/09/2014, mise en service commerciale de la prolongation Nord de 1,8 km de la ligne de tramway B, avec 2 nouvelles stations CEA et Presqu’île (polygone scientifique). Par la même occasion a lieu une refonte totale du réseau des bus de la SEMITAG.
- Le 05/09/2014, on note ce jour la circulation hebdomadaire les vendredis du train 17532 Annecy (15h37) – Avignon-Centre (20h00) via Rumilly (16h00), Aix-les-Bains (16h26), Chambéry (16h39), Montmélian (16h50), Pontcharra (16h57), Grenoble-Universités-Gières (17h16), Grenoble (17h27/17h30), Moirans, Saint-Marcellin (18h05), Romans – Bourg-de-Péage (18h28), Valence-TGV (18h34), Valence-Ville (18h44), Montélimar, Pierrelatte, Bollène et Orange, avec circulation de retour les dimanches avec le train 17594/886196 Avignon-Centre (18h43) – Annecy (23h15) via Orange, Bollène, Pierrelatte, Montélimar, Valence-Ville (19h53/20h15), Valence-TGV (20h26), Romans – Bourg-de-Péage (20h34), Saint-Marcellin (20h50), Moirans, Grenoble (21h30/21h34), Grenoble-Universités-Gières (21h44), Pontcharra (22h03), Montmélian (22h10), Chambéry (22h23), Aix-les-Bains (22h37) et Rumilly (23h01).
- Le 13/09/2014, une locomotive électrique de la série (Reihe) BB 22200, en livrée en voyage, tracte rame TER Corail réversible Grenoble (06h54) – Genève (09h00).
- Le 13/09/2014, une UM2 d’automotrices quadricaisses (Bibi) B 82582 et B 82615, en livrée TER grise et bleue et logos RRA, assure un TER Valence-Ville – Grenoble – Genève.
- Le 13/09/2014, une UM3 d’automotrices quadricaisses (Bibi) B 82500 (avec B 82276 en tête), toutes trois en livrée TER grise et bleue et logos RRA, assure un TER Genève (18h56, départ normal de 18h42 retardé suite à travaux sur La Plaine) – Grenoble. (21h12) et part de Genève sur la voie 7.
- Le 13/09/2014, une UM2 d’automotrices quadricaisses (Bibi) de la série (Reihe) B 82500, toutes deux en livrée TER grise et bleue et logos RRA, assure un TER Valence-Ville (06h46) – Grenoble (07h51/07h54) – Chambéry (08h23) - Genève (10h00).
- Du 22/09/2014 au 10/10/2014, fermeture complète de la ligne entre Vif et Lus-la-Croix-Haute pour travaux par RFF.
- Le 07/10/2014, on note ce jour la circulation par la ligne du Sillon Alpin entre Valence-Ville et Montmélian via Grenoble (et passant à Grenoble-Universités-Gières vers 16h05) d’un train de coils bihebdomadaire des mardis et jeudis tracté par une BB 26000, en livrée gris béton.
- Le 15/10/2014, une UM2 de locomotives diesel-électriques de la série (Reihe) BB 75000, en livrée Fret verte et blanche tracte un train de fret entre Grenoble et Montmélian via Grenoble-Universités-Gières (11h55), composé d’une rame homogène de wagons Transcéréales, en livrée grise et inscriptions vertes.
- Le 17/10/2014, la locomotive diesel-électrique BB 67305, en livrée bleue et blanche, tracte le train Grenoble-Universités-Gières (11h35) – Rives (12h24) via Grenoble (11h48/11h53), Moirans (12h03) et Voiron (12h08), composé d’un segment de RRR4, en livrée TER.
- Le 23/10/2014, une locomotive électrique bicourants de la série (Reihe) BB 22200, en livrée en voyage, tracte rame TER Corail réversible Grenoble (06h54) – Genève (09h00).
- Le 23/10/2014, la locomotive diesel-électrique BB 67302, en livrée bleue et blanche, tracte le train Chambéry – Saint-Marcellin via Montmélian, Pontcharra, Grenoble-Universités-Gières (08h14), Grenoble, Saint-Egrève et Moirans, composé d’un segment de RRR4, en livrée TER.
- Le 29/11/2014, la locomotive électrique BB 36343 (E 346 443 MF), en livrée verte et moustaches orange, tracte le train de coils Miramas – Modane via Valence, Grenoble et Montmélian. Il passe en gare de Grenoble-Universités-Gières à 08h32.
- Le 19/12/2014, la rame TGV-Sud-Est n° 35 baptisé « Grenoble », en livrée bleue et grise, est réformé et rayé des inventaires.
- En 2015, début des travaux de rénovation de la gare principale de Grenoble.
- Le 06/01/2015, la locomotive diesel-électrique BB 67363, en livrée bleue et blanche, pousse une rame RRR4 sur le TER Chambéry (16h53) – Saint-Marcellin (18h55) via Grenoble (17h55/18h09).
- Le 18/01/2015, le locotracteur Y 8047, en livrée Orange, grise et brune Arzens, tracte une rame de 10 wagons trémies à bogies chargés de céréales au départ de la Coopérative Agricole de Beaurepaire en direction de Saint-Rambert-d’Albon. C’est le dernier train à circuler sur la ligne de Beaurepaire à Saint-Rambert-d’Albon (ex-ligne de Rives à Saint-Rambert-d’Albon).
- Du 23/03/2015 au 12/04/2015, fermeture complète de la ligne entre Vif et Lus-la-Croix-Haute pour travaux par RFF.
- Le 12/04/2015, la locomotive à vapeur historique 241 P 17 du Creusot tracte un train spécial à vapeur Lyon-Perrache – Peyraud – Livron – Valence-Ville – Grenoble – Chambéry – Aix-les-Bains – Culoz – Ambérieu – Lyon-Perrache, avec une rame composé d’un wagon tombereau à charbon et à 2 essieux, d’une voiture A9 DEV, en livrée verte et grise, d’une voiture A4B5 DEV, en livrée verte et grise, d’une voiture A4B6 USI, en livrée verte et grise, et de 2 voitures B10 DEV Inox.
- En mai 2015, les TGV de soirée Paris-GL – Grenoble et Grenoble – Paris-GL sont détournés via Valence-TGV et se croisent en gare de Saint-Marcellin.
- Le 08/05/2015, l’automotrice quadricaisses (Bibi – BGC) B 82569/82570, en livrée Sillon Alpin Sud, assure la relation Grenoble (10h12) – Gap (12h31) via Veynes (12h07/12h10).
- Le 30/05/2015, la locomotive diesel-électrique BB 67302, en livrée bleue et blanche et toujours vaillante, (arrivée en marche W) de Grenoble assure en pousse au départ de Gières le TER Grenoble-Universités-Gières (17h27) – Saint-Marcellin (18h25) avec une rame RRR4 en livrée TER.
- Le 06/08/2015, une UM2 de automotrices électriques Z2 bicourants avec en tête la Z 9614, en livrée bleue TER, et la Z 9516, en livrée TER Bourgogne (avec faces frontales l’une rouge l’autre jaune, assure un TER Saint-Marcellin – Tullins – Moirans – Grenoble – Grenoble-Universités-Gières – Pontcharra – Chambéry.
- Le 10/08/2015, une UM2 de automotrices électriques type Z2 bicourants avec en tête la Z 9617, en livrée bleue TER, et la Z 9516, en livrée TER Bourgogne (avec faces frontales l’une rouge l’autre jaune), assure le TER Grenoble (12h06) – Grenoble-Universités-Gières (12h20) – Chambéry (13h06).
- Le 18/08/2015, une UM2 des automotrices quadricaisses bimodes et bicourants (Bibi) B 82726/82825 + B 82594/82593, en livrée TER, assure le TER 96601Grenoble (5h07) – Grenoble-Universités-Gières (05h18) – Chambéry (05h57) – Genève (7h26) via Culoz.
- Le 18/08/2015, l’automotrice quadricaisses bimodes et bicourants (Bibi) B 82620/82619, en livrée TER, assure l’IC-SA 96605 Grenoble (6h54) – Grenoble-Universités-Gières (07h05) – Chambéry (07h43) – Genève (9h00).
- Le 18/08/2015, une UM2 des automotrices quadricaisses bimodes et bicourants (Bibi – BGC) B 82719/82720 + B 82617, en livrée Sillon Alpin Sud pour la 1ère et en livrée TER pour la 2ème, assure une relation Genève (18h42) – Grenoble-Universités-Gières (20h55) – Grenoble (21h06) via Culoz et part de la gare de Cornavin sur la voie 8.
- Le 23/08/2015, une locomotive électrique bicourants de la série (Reihe) BB 22200R, en livrée « en voyage », pousse une rame Corail réversible (B5Dux en tête) assurant le TER Annecy (10h39) – Chambéry (11h39) – Grenoble-Universités-Gières (12h16) – Grenoble (12h27/12h30) –Valence-Ville (13h44).
- Le 23/08/2015, l’automotrice quadricaisses bimodes et bicourants (Bibi) B 82576/575, en livrée TER, assure le train Annecy (13h39) – Chambéry (14h39) – Grenoble-Universités-Gières (15h16) – Grenoble (15h27/15h30) –Valence-Ville (16h45).
- Le 23/08/2015, l’automotrice quadricaisses bimodes et bicourants (Bibi) B 82614/613, en livrée TER, assure le train Valence-Ville (14h15) – Grenoble (15h30/15h34) – Grenoble-Universités-Gières (15h44) – Chambéry (16h23) – Annecy (17h15).
- Le 23/08/2015, une UM2 des automotrices quadricaisses (Bibi) B 82582 + B 82617/618, en livrée TER, assure le train Annecy (14h39) – Chambéry (15h39) – Grenoble-Universités-Gières (16h16) – Grenoble (16h27/16h30) –Valence-Ville (17h45).
- Le 26/08/2015, une rame type Z2N NG tricaisses de la série (Reihe) Z 23500, en livrée « Aubergine TER-RRA» assure la relation Saint-Marcellin (16h06), Grenoble (16h48/17h06), Grenoble-Universités-Gières (17h20), Pontcharra (17h49), Montmélian (17h57), Chambéry (18h06).
- Le 03/09/2015, une locomotive électrique bicourants de la série (Reihe) BB 22200R, en livrée « En voyage », pousse une rame Corail réversible (B5Dux en tête) assurant le TER Annecy (16h39) – Chambéry (17h40) – Grenoble-Universités-Gières (18h17) – Grenoble (18h27/18h29) –Valence-Ville (19h44).
- Le 18/09/2015, la locomotive diesel-électrique BB 67386, en livrée bleue et blanche avec logo Carmillon, tracte le TER Chambéry (17h24) – Pontcharra (17h41) –Grenoble-Universités-Gières (18h09) – Grenoble (18h23/18h37) – Saint-Marcellin (19h19), composé d’une RRR4 en livrée bleue et complètement taguée.
- Le 18/09/2015, la locomotive électrique bicourants BB 22358R, en livrée gris argent « fantôme », tracte une rame Corail réversible (B5Dux en queue) assurant le TER Annecy (16h39) – Chambéry (17h40) – Grenoble-Universités-Gières (18h17) – Grenoble (18h27/18h29) –Valence-Ville (19h44).
- Le 18/09/2015, l’automotrice électrique tricaisses Z 24337, en livrée « Aubergine » Rhône-Alpes, assure le TER Saint-Marcellin (17h06) – Grenoble (17h48/18h06) – Grenoble-Universités-Gières (18h20) – Pontcharra (18h49) – Chambéry (19h06).
- Du 28/09/2015 au 18/10/2015, fermeture complète de la ligne entre Vif et Lus-la-Croix-Haute pour travaux par RFF.
- Le 20/10/2015, une émeute d’un groupe de gens du voyage de Moirans a dégénéré en provoquant de gros dégâts en gare de Moirans. En autres, après avoir poussé avec un chariot élévateur des voitures des clients TER (garées sur le parking-relais de la gare) sur les voies, ils y ont mis le feu provoquant l’obstruction totales du trafic ferroviaire jusqu’au lendemain matin sur les lignes Grenoble – Lyon et Valence – Grenoble.
- Le 10/12/2015, la locomotive électrique bicourants BB 22400R, en livrée « en voyage », tracte le TER Grenoble (17h20) – Voiron (17h37) – La Tour-du-Pin (18h09) – Bourgoin-Jallieu (18h21) – Lyon-Part-Dieu (18h46), composé d’une rame de voitures Corail, en livrée TER avec une B5Dux placée en queue.
- Le 10/12/2015, la locomotive électrique BB 22264R, en livrée « en voyage », tracte le TER Valence-Ville (20h15) – Valence-TGV (20h25) – Romans-Bourg-de-Péage (20h32), Saint-Marcellin (20h56) – Moirans (21h18) – Grenoble (21h50/21h34), Grenoble-Universités-Gières (21h44) – Pontcharra (22h03) – Montmélian (22h10) – Chambéry (22h23) – Aix-les-Bains (22h36) – Rumilly (23h01), Annecy (23h15), composé d’une rame de voitures Corail, en livrée TER avec une B5Dux placée en queue.
- Le 12/12/2015, dernier jour de circulation des TER 885660 et 885661 Grenoble – Briançon. Dès le lendemain, ils seront limités à Gap.
- Le 13/12/2015, le TER 885611 Grenoble (14h09) – Gap (16h36), transféré sur route, est à nouveau assuré en train.
- Le 13/12/2015, les TER 885660 et 885661 Grenoble – Briançon sont limités à Gap.
- Le 13/12/2015, certains automoteurs quadricaisses B 82500 (bimodes, bicourants) sont remplacés par des automoteurs quadricaisses Z 27500 (bicourants) sur les dessertes du Sillon-Alpin Valence – Grenoble – Chambéry – Annecy/Genève. Des automotrices électriques tricaisses Z 24500 font également leur apparition sur certains TER Valence – Annecy et vice-versa.
- Le 23/12/2015, la locomotive diesel-électrique BB 67386, en livrée bleue et blanche avec logo Carmillon, tracte le TER Chambéry (14h24) – Montmélian (14h34) – Pontcharra (14h41) – Goncelin (14h49) – Grenoble-Universités-Gières (15h09) – Grenoble (15h23), composé d’une RRR4 complètement taguée.
- Le 01/01/2016, fusion des Régions Rhône-Alpes et Auvergne.
- Le 10/01/2016, l’automotrice quadricaisses (Bibi – BGC) B 82569/82570, en livrée Sillon Alpin Sud, assure la relation Annecy (13h39) – Chambéry (14h40) – Grenoble-Universités-Gières (15h17) – Grenoble (15h27) – Valence-Ville (16h46), puis la relation de sens inverse Valence-Ville (17h15) – Grenoble (18h29) – Grenoble-Universités-Gières (18h44) – Chambéry (19h22)– Annecy (20h15).
- Le 26/01/2016, l’automotrice quadricaisses (Bibi) B 82622/621, en livrée bleue et grise TER, assure le train IC-SA Valence-Ville (13h44) – Grenoble (14h51/14h54) – Grenoble-Universités- Gières (15h06) – Chambéry (15h41) – Genève (17h00) et passe à Gières avec 25 minutes de retard.
- Le 26/01/2016, la locomotive diesel-électrique BB 67352, en livrée multiservices avec gris clair et avec logo casquette, tracte le TER Chambéry (14h24) – Montmélian (14h34) – Pontcharra (14h41) – Goncelin (14h49) – Grenoble-Universités-Gières (15h09) – Grenoble (15h23), composé d’une rame RRR4 bleue TER complètement taguée.
- Le 26/01/2016, l’automotrice quadricaisses (Bibi – BGC) B 82722/82721, en livrée bleue et grise TER, assure la relation Annecy (13h39) – Chambéry (14h40) – Grenoble-Universités-Gières (15h17) – Grenoble (15h27) – Valence-Ville (16h46), puis la relation de sens inverse Valence-Ville (17h15) – Grenoble (18h29) – Grenoble-Universités-Gières (18h44) – Chambéry (19h22)– Annecy (20h15).
- Le 26/01/2016, l’automotrice tricaisses (type Z2N n° 346) Z 24532, en livrée bleue et grise TER, assure le TER Valence-Ville (14h15) – Grenoble (15h29) – Grenoble-Universités-Gières (15h44) – Chambéry (16h22) – Annecy (17h15) et passe à Gières avec 10 minutes de retard.
- Le 26/01/2016, une UM2 des automotrices quadricaisses bicourants Z 27685/686 et Z 27753/754, en livrée bleue et grise TER, assure le train Annecy (14h39) – Chambéry (15h39) – Grenoble-Universités-Gières (16h16) – Grenoble (16h27/16h30) –Valence-Ville (17h45).
- Le 26/01/2016, la locomotive électrique bicourants BB 26021, en livrée gris béton et orange, tracte le train de coils bihebdomadaire des mardis et jeudis par la ligne du Sillon Alpin entre Valence-Ville et Montmélian via Grenoble (et passant à Grenoble-Universités-Gières à 16h25).
- Le 26/01/2016, l’automotrice tricaisses (type Z2N n° 318) Z 24535/536, en livrée bleue et grise TER, assure le TER Grenoble-Universités-Gières (16h26) – Echirolles (16h33) – Grenoble (16h39/16h42) – Saint-Egrève (16h49) – Moirans (16h56) – Moirans-Galifette (16h59) – Tullins-Fures (17h05) – Poliénas (17h10) - Vinay (17h12) – Saint-Marcellin (17h25).
- Le 26/01/2016, la locomotive diesel-électrique BB 67352, en livrée multiservices avec gris clair et avec logo casquette, pousse le TER Grenoble (15h38) – Grenoble-Universités-Gières (15h50) – Goncelin (16h10) – Pontcharra (16h18) – Montmélian (16h25) – Chambéry (16h35), composé d’une rame RRR4 bleue TER complètement taguée.
- Le 26/01/2016, une locomotive électrique bicourants de la série (Reihe) BB 22200R, en livrée « en voyage » pousse le TER Valence-Ville (15h15) – Grenoble (16h29) – Grenoble-Universités-Gières (16h44) – Chambéry (17h22) – Annecy (18h15), composé d’une rame Corail réversible (B5Dux en tête).
- Le 28/01/2016, la locomotive diesel-électrique BB 67386, en livrée bleue et blanche délavée, pousse le TER Chambéry (7h53) – Montmélian (8h06) – Pontcharra (8h13) – Goncelin (8h21) – Brignoud (8h29) – Lancey (8h33) – Grenoble-Universités-Gières (8h41) – Echirolles (8h47) – Grenoble (8h55/9h10) – Saint-Egrève (9h17) – Moirans (9h26) – Moirans-Galifette (9h29) – Tullins-Fures (9h35) – Poliénas (9h40) – Vinay (9h47) – Saint-Marcellin (9h55), composé d’une rame RRR4 en livrée TER complètement taguée.
- Le 29/02/2016, la locomotive diesel-électrique BB 67305, en livrée bleue et blanche du dépôt de Chambéry, avec une rame RRR4, stationne au dépôt de Grenoble à 10h25, dans l’attente d’assurer un TER.
- Le 29/02/2016, la locomotive diesel-électrique BB 67382, en livrée multiservices avec gris foncé et avec logo casquette, tracte le TER Chambéry (17h24) – Montmélian (17h34) – Pontcharra (17h41) – Goncelin (17h49) – Brignoud (17h57) – Lancey (18h01) – Grenoble-Universités-Gières (18h09) – Echirolles (18h16) – Grenoble (18h23/18h42) – Saint-Egrève (18h49) – Moirans (18h52) – Moirans-Galifette (19h00) – Tullins-Fures (19h05) – Poliénas (19h10) – Vinay (19h17) – Saint-Marcellin (19h25), composé d’une rame RRR4 en livrée TER complètement taguée.
- Le 03/03/2016, la locomotive électrique BB 22362R, en livrée fantôme, tracte une rame Corail réversible (B5Dux en queue) assurant le TER Annecy (11h39) – Chambéry (12h39) – Grenoble-Universités-Gières (13h16) – Grenoble (13h27/13h30) –Valence-Ville (14h44).
- Le 04/03/2016, la locomotive diesel-électrique BB 67372, en livrée multiservices avec gris clair et avec logo casquette, pousse le TER Grenoble (15h38) – Grenoble-Universités-Gières (15h50) – Goncelin (16h10) – Pontcharra (16h18) – Montmélian (16h25) – Chambéry (16h35), composé d’une rame RRR4 bleue TER complètement taguée.
- Le 07/03/2016, une UM2 des automotrices quadricaisses (Bibi) B 82582 + B 82617/618, en livrée bleue et grise TER, assure le train Valence-Ville (10h15) – Grenoble (11h29/11h32) – Grenoble-Universités-Gières (11h44) – Pontcharra (12h03) – Montmélian (12h10) – Chambéry (12h22) – Aix-les-Bains (12h36) – Rumilly (13h01) – Annecy (13h15).
- Le 07/03/2016, une UM2 des automotrices quadricaisses bicourants Z 27691/692 et Z 27671/672, en livrée bleue et grise TER, assure l’IC-SA 96613 Grenoble (11h54) – Grenoble-Universités-Gières (12h06) – Chambéry (12h41) – Aix-les-Bains (12h55) – Bellegarde (13h32) – Genève (14h00).
- Le 07/03/2016, une UM2 des automotrices quadricaisses bicourants Z 27671/672 et Z 27691/692, en livrée bleue et grise TER, assure l’IC-SA 96646 Genève (16h42) – Bellegarde (17h09) – Seyssel-Corbonod (h) – Culoz (17h46) – Aix-les – Bains (18h05) – Chambéry (18h17) – Grenoble-Universités-Gières (18h54) – Grenoble (19h04).
- Le 08/03/2016, l’automotrice quadricaisses (Bibi) B 82718/717, en livrée bleue et grise TER, assure le train IC-SA Valence-Ville (13h44) – Grenoble (14h51/14h54) – Grenoble-Universités- Gières (15h06) – Chambéry (15h41) – Aix-les-Bains (15h54) – Bellegarde (16h32) – Genève (17h00).
- Le 08/03/2016, la locomotive diesel-électrique BB 67382, en livrée multiservices avec gris foncé et logo Carmillon, tracte le TER 883738 Chambéry (14h24) – Montmélian (14h34) – Pontcharra (14h41) – Goncelin (14h49) – Grenoble-Universités-Gières (15h09) – Grenoble (15h23), composé d’une RRR4 complètement taguée.
- Le 08/03/2016, l’automotrice quadricaisses (type AGC Bibi) B 82716/715, en livrée bleue et grise TER, assure le train Annecy (13h39) – Chambéry (14h39) – Grenoble-Universités-Gières (15h16) – Grenoble (15h27/15h30) –Valence-Ville (16h45).
- Le 08/03/2016, l’automotrice tricaisses (type Z2N n° 351) Zx 24602, en livrée d’origine bleue et grise TER, assure le TER Grenoble-Universités-Gières (16h26) – Echirolles (16h33) – Grenoble (16h39/16h42) – Saint-Egrève (16h49) – Moirans (16h56) – Moirans-Galifette (16h59) – Tullins-Fures (17h05) – Poliénas (17h10) - Vinay (17h12) – Saint-Marcellin (17h25).
- Le 10/03/2016, la locomotive diesel-électrique BB 67352, en livrée multiservices avec gris clair et logo Carmillon, tracte le TER 883738 Chambéry (14h24) – Montmélian (14h34) – Pontcharra (14h41) – Goncelin (14h49) – Grenoble-Universités-Gières (15h09) – Grenoble (15h23), composé d’une RRR4 complètement taguée.
- Le 11/03/2016, la locomotive diesel-électrique BB 67352, en livrée multiservices avec gris clair et logo Carmillon, tracte le TER 883738 Chambéry (14h24) – Montmélian (14h34) – Pontcharra (14h41) – Goncelin (14h49) – Grenoble-Universités-Gières (15h09) – Grenoble (15h23), composé d’une RRR4 complètement taguée.
- Du 14/03/2016 au 29/04/2016, les travaux de prolongement du passage souterrain sud de la gare de Grenoble y entraine la fermeture de deux voies et nécessitent la suppression de certains trains entre Valence – Grenoble et Chambéry.
- Le 24/03/2016, la locomotive diesel-électrique BB 66442, en livrée bleue et blanche, tractant deux voitures de mesures, toutes deux en livrée jaune Infra, stationne en gare de Grenoble sur le faisceau longeant l’ancien quai militaire. Le même jour et sur le même faisceau, stationnaient deux rames RRR4 avec chacune la locomotive diesel-électriques BB 67386, en livrée bleue et blanche, pour l’une d’entre elles et la BB 67372, en livrée multiservices avec gris clair et avec logo casquette, pour l’autre.
- Le 24/03/2016, la locomotive électrique BB 22397R, en livrée « En voyage », pousse une rame Corail réversible (B5Dux en queue) assurant le TER Lyon-Part-Dieu (19h14) – Grenoble (h), circulant avec 15 minutes de retard.
- Le 24/03/2016, la locomotive électrique BB 22393R, en livrée « En voyage », tracte une rame Corail réversible (B5Dux en queue) assurant l’IC-SA Genève (18h42) – Bellegarde (19h09) – Seyssel-Corbonod (h) – Culoz (19h46) – Aix-les – Bains (20h05) – Chambéry (20h17) – Grenoble-Universités-Gières (20h54) – Grenoble (21h04).
- Le 30/03/2016, la locomotive diesel-électrique BB 67372, en livrée multiservices avec gris clair et avec logo casquette, pousse le TER Grenoble (15h38) – Grenoble-Universités-Gières (15h50) – Goncelin (16h10) – Pontcharra (16h18) – Montmélian (16h25) – Chambéry (16h35), composé d’une rame RRR4 bleue TER complètement taguée.
- Le 30/03/2016, la locomotive électrique BB 22373R, en livrée fantôme et armoiries, tracte une rame Corail réversible (B5Dux en queue) assurant l’IC-SA 96646 Genève (16h42) – Bellegarde (17h09) – Seyssel-Corbonod (17h25) – Culoz (17h46) – Aix-les – Bains (18h05) – Chambéry (18h17) – Grenoble-Universités-Gières (18h54) – Grenoble (19h04).
- Du 04/04/2016 au 02/07/2016, travaux de Renouvellement Voies Ballast (RVB) de nuit entre Chambéry et Montmélian. Certains trains sont supprimés en raison de la limitation de la vitesse pendant ces travaux, notamment la plupart des trains de et pour Genève sont limités à Chambéry.
- Le 12/04/2016, la locomotive électrique bicourants BB 26134, en livrée orange et gris béton, tracte un train de fret en provenance de Chambéry, composé de 30 wagons plats bâchés à boggies (pour transport de coils) vides et arrive à 08h25 en gare de Grenoble.
- Le 13/04/2016, la locomotive diesel-électrique BB 67386, en livrée bleue et blanche, tracte un TER Chambéry – Grenoble-Universités-Gières (06h45) – Grenoble, composé d’une rame RRR4.
- Le 13/04/2016, l’automotrice (Bibi) B 82575/576, en livrée bleue et grise TER, assure le TER n° 96605 Grenoble – Grenoble-Universités-Gières (06h50) – Genève (09h00). Ce jour, le train a desservit toutes les gares entre Grenoble et Chambéry et observé un ralentissement pour travaux entre Montmélian et Chambéry.
- Le 13/04/2016, l’automotrice (Bibi) B 82576/575, en livrée bleue et grise TER, assure le TER n° 96648 Genève (18h42) – Grenoble-Universités-Gières (21h18) – Grenoble. Ce train a observé un ralentissement pour travaux entre Chambéry et Montmélian.
- Le 13/04/2016, la locomotive diesel-électrique BB 67382, en livrée multiservices, tracte un TER Chambéry – Montmélian (20h45) – Grenoble-Universités-Gières – Grenoble, composé d’une rame RRR4.
- Le 05/05/2016, dernier service commercial TER des locomotives diesel-électriques de la série BB 67400 du dépôt de Chambéry sur la ligne du Sillon Alpin Sud entre Chambéry, Grenoble et Saint-Marcellin.
- Le 12/05/2016, la locomotive diesel-électrique BB 67380, en livrée multiservices, stationne au dépôt-annexe de Grenoble.
- Le 12/05/2016, la locomotive électrique bicourants BB 22394R, en livrée « en voyage », tracte le TER Grenoble (7h20) – Voiron (7h37) – La Tour-du-Pin (8h09) – Bourgoin-Jallieu (8h21) – Lyon-Part-Dieu (8h46), composé d’une rame de 7 voitures Corail, en livrée TER dont une B5Dux placée en queue.
- Le 14/05/2016, l’autorail historique X 2819 tractant la remorque XRABD 6091, tous deux en livrée bleue et blanche, assure un train spécial Nîmes – Grenoble (13h06) via Avignon-Centre, Valence-Ville, Saint-Marcellin et Moirans. La rame est garée jusqu’au lendemain le long de l’ancien quai militaire de la gare de Grenoble.
- Le 15/05/2016, l’autorail historique X 2819 tractant la remorque XRABD 6091, tous deux en livrée bleue et blanche, assure un train spécial Grenoble (8h45) – Nîmes via Clelles-Mens, Veynes-Dévoluy, Die, Livron, Valence-Ville et Avignon-Centre.
- Le 21/06/2016, la locomotive électrique bicourants BB 22257R, en livrée « fantôme », pousse le TER Grenoble (8h22) – Voiron (8h39) – La Tour-du-Pin – Bourgoin-Jallieu – La Verpillère – Lyon-Part-Dieu (arrivée initialement prévue 10h50 + 15 mn de retard), composé d’une rame de voitures 7 Corail, en livrée TER dont une B5Dux placée en tête. En raison d’une grève du personnel SNCF, ce train dessert exceptionnellement d’autres gares comme Saint-André-le-Gaz et Vénissieux.
- Le 21/06/2016, la locomotive électrique bicourants BB 22360R, en livrée « en voyage », tracte le TER Lyon-Part-Dieu (16h44) – La Verpillère – Bourgoin-Jallieu – La Tour-du-Pin – Voiron – Grenoble (arrivée initialement prévue 18h11 + 15 mn de retard), composé d’une rame de voitures 7 Corail, en livrée TER dont une B5Dux placée en queue. En raison d’une grève du personnel SNCF, ce train dessert exceptionnellement d’autres gares comme Vénissieux.
- Le 23/06/2016, les Régions Rhône-Alpes et Auvergne deviennent officiellement la Région Auvergne – Rhône-Alpes.
- Le 24/06/2016, les anciennes Régions Rhône-Alpes et Auvergne prennent officiellement le nom de Région Auvergne-Rhône-Alpes.
- Le 03/07/2016, depuis ce jour et suite à des travaux de renouvellement voie-ballast (RVB) sur la ligne Chambéry à Saint-André-le-Gaz du 23/06 au 31/08/2016, le TGV 9245 Paris-GL/Parigi-GL – Torino/Turin – Milano-Centrale est détourné via Grenoble (12h57) avec arrêt commercial et transite via le triangle de Montmélian.
- Le 08/07/2016, une UM2 d’automoteurs diesel-électriques de la série (Reihe) X 73500 (dont l’X 73589 en tête), tous deux en livrée kaléidoscope RRA, assure le TER n° 885607 Grenoble (12h09) – Clelles-Mens (13h11) – Veynes-Dévoluy (14h04) – Gap (16h27).
- Le 09/07/2016, l’autorail historique bicaisses (type « Caravelle ») X 4567 + XR 8380, en livrée rouge et crème à toit rouge de l’ATTCV, assure un train spécial « Veyn’Art » Carnoules – Marseille-Blancarde – Cavaillon – Pertuis – Veynes-Dévoluy – Lus-la-Croix-Haute – Clelles-Mens – Grenoble – Clelles-Mens – Lus-la-Croix-Haute – Veynes-Dévoluy.
- Le 21/07/2016, l’automotrice quadricaisses (Bibi – BGC) B 82569/82570, en livrée Sillon Alpin Sud assure le TER n° 96638 Genève – Grenoble.
- Le 06/08/2016, la locomotive diesel-électrique BB 67351, en livrée bleue et blanche et logo nouille, tracte un train spécial de l’APMFS Grenoble – Chambéry – Annecy (et retour), composé de deux voitures Corail, en livrée bleue et grise TER, à l’occasion des fêtes du lac d’Annecy.
- Le 12/08/2016, la locomotive électrique bicourants BB 22364R, en livrée « fantôme », tracte une rame Corail réversible (B5Dux en queue) assurant l’IC-SA n° 96601 Grenoble (05h04) – Grenoble-Universités-Gières (05h18) – Pontcharra-sur-Bréda (05h37) – Montmélian (05h44) – Chambéry (05h57) – Aix-les-Bains (06h10) – Culoz (06h32) – Seyssel-Corbonod (06h43) – Bellegarde (07h00) – Genève (07h29). Retard de 10 mn à l’arrivée à Genève (07h39).
- Le 12/08/2016, la locomotive électrique bicourants BB 22313R, en livrée « en voyage », tracte une rame Corail réversible (B5Dux en queue) assurant l’IC-SA n° 96646 Genève (16h42) – Bellegarde (17h09) – Seyssel-Corbonod (17h25) – Culoz (17h46) – Aix-les-Bains (18h05) – Chambéry (18h17) – Grenoble-Universités-Gières (18h54) – Grenoble (19h04/07) – Saint-Marcellin (19h40) – Romans-Bourg-de-Péage (19h58) – Valence-TGV (20h04) – Valence-Ville (20h15).
- Le 22/02/2017, l’automotrice quadricaisses Bimodes-Bicourants (Bibi – BGC) B 82599/82600, en livrée TER, assure l’IC-SA n° 96601 Grenoble (05h04) – Grenoble-Universités-Gières (05h18) – Pontcharra-sur-Bréda (05h37) – Montmélian (05h44) – Chambéry (05h57) – Aix-les-Bains (06h10) – Culoz (06h32) – Seyssel-Corbonod (06h43) – Bellegarde (07h00) – Genève (07h29).
- Le 30/03/2017, l’automotrice quadricaisses (Bibi – BGC) B 82569/82570, en livrée Sillon Alpin Sud assure le TER Valence (13h46) – Grenoble (14h51/14h54) – Grenoble-Universités-Gières (15h08) – Chambéry (15h42) – Aix-les-Bains (15h56) – Bellegarde (16h32) – Genève (17h00).
- Le 23/04/2017, le TGV 9245 Paris-GL/Parigi-GL – Torino/Turin – Milano-Centrale circule désormais régulièrement via Grenoble (12h57) avec arrêt commercial et transite via le triangle de Montmélian.
- Le 30/05/2017, la locomotive électrique bicourants BB 22313R, en livrée « en voyage », pousse une rame Corail réversible (B5Dux en tête) assurant la relation Valence-Ville (15h15) – Valence-TGV (15h25) – Romans-Bourg-de-Péage (15h33) – Saint-Marcellin (15h54) – Grenoble (16h29/32) – Grenoble-Universités-Gières (16h44) – Pontcharra-sur-Bréda (17h03) – Montmélian (17h10) – Chambéry (17h23) – Aix-les-Bains (17h36) – Rumilly (18h01) – Annecy (18h16).
- En mai 2017, fin des travaux de rénovation de la gare principale de Grenoble.
- Le 29/07/2017, la locomotive électrique bicourants BB 22350R, en livrée « en voyage », tracte le TER n° 96605 Grenoble (06h54) – Genève (09h00) avec desserte de Grenoble-Universités-Gières (07h08) composé d’un coupon de 7 voitures Corail TER Rhône-Alpes dont une B5Duxh placée en queue du train.
- Le 29/07/2017, l’automotrice électrique (type Z2N) Z 24513, en livrée TER Aubergine Rhône-Alpes, assure le TER n° 96648 Genève (18h41) – Grenoble (21h00) avec desserte de Grenoble-Universités-Gières (20h52).
- Le 05/08/2017, la locomotive diesel-électrique BB 67305, en livrée bleue et blanche (délavée) avec logo casquette et logo Carmillon, tracte le train W Chambéry – Grenoble (sans arrêt) composé de 7 voitures Corail TER dont B5Duxh en tête, puis assure le train spécial de l’APMFS Grenoble (13h20) – Annecy (15h30) avec desserte de Grenoble-Universités-Gières (13h30), Pontcharra-sur-Bréda (13h54), Montmélian (14h16), Chambéry (14h33/14h43) et Aix-les-Bains (14h59) pour les Fêtes du Lac avec la même rame mais B5Duxh en queue, puis assure le retour le lendemain matin Annecy (00h30) – Grenoble (02h09) avec mêmes arrêts et avec la même rame mais B5Duxh en tête, puis tracte le train W du retour de cette rame de Grenoble à Chambéry (sans arrêt) avec B5Duxh en queue du train.
- Le 17/10/2017, la locomotive électrique bicourants BB 22314R, en livrée « fantôme », pousse le TER n° 96605 Grenoble (06h54) – Genève/Genf/Genivra (09h00 sur voie 8) avec desserte de Grenoble-Universités-Gières (07h11) composé d’un coupon de 7 voitures Corail TER Rhône-Alpes dont une B5Duxh placée en tête du train.
- Le 14/11/2017, l’automotrice quadricaisses Bimodes-Bicourants (Bibi – BGC) B 82615 de la SNCF, en livrée TER, assure l’IC-SA n° 96601 Grenoble (05h04) – Grenoble-Universités-Gières (05h18) – Pontcharra-sur-Bréda (05h37) – Montmélian (05h44) – Chambéry (05h57) – Aix-les-Bains (06h10) – Culoz (06h32) – Seyssel-Corbonod (06h43) – Bellegarde (07h00) – Genève/Genf/Genivra (07h29).
- Le 28/12/2017, l’automotrice quadricaisses (Bibi – BGC) B 82588, en livrée bleue et grise TER, assure le train IC-SA Valence-Ville (06h32) – Valence-TGV (06h50) – Roman-Bourg-de-Péage (07h03) – Saint-Marcellin (07h23) – Grenoble (07h54/07h57) – Grenoble-Universités- Gières (08h09) – Chambéry (08h42) – Aix-les-Bains (08h55) – Bellegarde (09h39) – Genève/Genf/Genivra (10h09).
- Le 28/12/2017, l’automotrice quadricaisses (Bibi – BGC) B 82569/82570, en livrée Sillon Alpin Sud assure le TER n° 96648 Genève/Genf/Genivra (18h38) – Bellegarde (19h09) – Seyssel-Corbonod (h) – Culoz (19h46) – Aix-les – Bains (20h07) – Chambéry (20h20) – Grenoble-Universités-Gières (20h52) – Grenoble (21h02).
- Le 05/03/2018, une UM2 d’automotrices électriques tricaisses de la série (Reihe) Z 24500, toutes deux en livrée « Aubergine » Rhône-Alpes assure le TER quotidien n° 96608 Valence-Ville (06h32) – Grenoble (07h54/07h57) – Genève (10h09), avec desserte de Grenoble-Universités-Gières (08h09). Ce train utilise le raccordement direct évitant le rebroussement de Culoz.
- Le 05/03/2018, la locomotive électrique bicourants BB 22214R, en livrée « en voyage », pousse de Genève à Culoz et après rebroussement tracte de Culoz à Valence-Ville le TER quotidien n° 96646 Genève/Genf/Genivra (16h38 sur voie 7) – Grenoble (19h02/19h05) – Valence-Ville(20h18), avec desserte de Grenoble-Universités-Gières (18h50), composé d’un coupon de 7 voitures Corail TER Rhône-Alpes dont une B5Duxh.
- En 2020, création prévue d’une 3ème voie, avec création d’un terminus banlieue, en gare de Brignoud sur la ligne de Grenoble à Montmélian.
- En 2020, réouverture espérée de la gare de Domène déplacée plus près du centre ville de cette commune.
- (voir aussi l’historique de la gare de Grenoble-Universités-Gières).
 

 
HISTORIQUE COMPLEMENTAIRE / COMPLEMENTARY HISTORICAL / HISTORISCH / COMPLEMENTE STORICO / COMPLEMENTE HISTORICO / HISTORYCZNY :
- En 1971, pour la première fois en France, des turbotrains ont été mis en service entre Paris, Caen et Cherbourg. Il y eu d’abord ceux de la première génération (au nombre de 14 et construits en 1969) appelés Eléments à Turbine à Gaz (ETG) et qui achevèrent leur carrière sur les étoiles ferroviaires de Grenoble, puis de Lyon. Vinrent ensuite ceux de la seconde génération (au nombre de 41 et construits en 1971) appelés Rame à Turbine à Gaz (RTG) dont 24 remplacèrent les ETG en 1975 à Caen. Les ETG furent mutés à Vénissieux et achevèrent leur carrière sur les nœuds ferroviaires de Lyon et de Grenoble (Sillon alpin de Valence à Genève dès 1975). Les RTG furent utilisées sur les grandes lignes transversales françaises non électrifiées comme Lyon – Strasbourg, puis Lyon- Nantes et enfin Lyon- Bordeaux. Aptes à 160 km/h, les rames à turbines à gaz, trop gourmandes en énergie furent retirées du service sur Lyon – Bordeaux à l’été 2003 et ferraillées en 2004, après avoir été complètement pillées et vandalisées à Vénissieux ce qui empêcha leur achat et leur modernisation en motorisation diesel normale par la Région Rhône-Alpes. Des rames de type RTG furent exportées en Egypte, en Iran et aux Etats Unis (dans ce dernier pays, après une première série réalisée en France, elles furent construites sous licence pour l’Amtrak avec un carénage spécifique des motrices d’extrémité).
- Quasiment tous les types d’engins thermiques du PLM ou de la SNCF ont effectués leurs essais sur les lignes Grenoble – Lyon et Grenoble - Veynes. Côté autorails et automoteurs, on notera les ABJ et ABH (1933), Berliet (1933), Micheline (1933) , X 52000, X 52100, X 2400, X 2700, X 2800, X 4203, X 4300, X 4500, X 2100, X 72500, X 73500, etc… Côté turbotrains, sont venus le TGS expérimental X 2061 (le 04/06/1967), les ETG, les RTG et le TGV 001 (le 08/01/1974). Du côté des locomotives diesel, on notera les 040 DG 502 (devenue BB 66000), BB 66100, BB 67001 (les 23 et 24/07/1963) et BB 67002, BB 67300, A1A-A1A 68001 (en 1963), BB 69001 (le 14/04/1964), A1A-A1A 68503 (le 03/04/1965), CC70002 (le 29/09/1966 et le 21/06/1967), CC 72002 (le 12/04/1968), etc…
 

 
 

 
LES TRAINS PHARES DE GRENOBLE / Famous trains in Grenoble / Bekanntzüge im Grenoble / Famosi treni a Grenoble / Famoso trenes a Grenoble / Znany pociag do Grenoble :
- En dehors des dessertes ferroviaires classiques, Grenoble connût le passage de trains réputés.
- Outre la période des Jeux Olympiques d’hiver de 1968 avec des Grenoble – Hambourg et Grenoble – Dortmund via Chambéry, Dijon, Strasbourg, Kehl et Frankfurt-am-Main/Francfort-sur-le-Main, on notera les trains nocturnes GR/RG Genève – Riviera reliant Genève à Vintimiglia/Vintimille via Grenoble, l’express diurne Genève/Saint-Gervais – Nice via Grenoble, l’express nocturne Genève/Saint-Gervais – Nice via Grenoble, l’express diurne Genève – Hendaye/Cerbère via Grenoble, l’express nocturne Genève – Hendaye/Cerbère via Grenoble, l’express Lyon – Marseille via Grenoble et Veynes (de 1946 à septembre 1972), l’express Grenoble – Strasbourg prolongé jusqu’à Freiburg-im-Breisgau/Fribourg-en-Brisgau les fins de semaine, le train Grenoble – Metz via Lyon (jusqu’au 09/10/2006 ensuite d’abord limité à Lyon puis totalement supprimé), le train Grenoble – Nantes via Bourges, Tours et Angers (jusqu’au 08/12/2007), le train « Le Vantadour » Bordeaux-Saint-Jean – Grenoble (du 07/11/1994 à 2003), le Catalan (Genève – Grenoble – Cerbère), TEE Catalan Talgo (Genève – Grenoble – Barcelona/Barcelone), le Rhodanien (Genève-Grenoble-Marseille), l’Alpazur (Genève – Grenoble – Veynes – Digne – Nice et qui reliait en 1975 Grenoble à Veynes en 1h35), du train Grenoble – Torino/Turin du 28/05/1967 à fin septembre 1973, du train Grenoble – Nice du 29/05/1988 au 09/06/2001, de l’IC 370/1-379 Basel-SBB/Bâle-CFF – Genève – Grenoble – Avignon, Marseille-Saint-Charles – Nice-Ville de juin 1991 au 22/05/1993, et une à deux voitures lits directes hebdomadaires d’été de 1990 à 1992 Moscou – Brest/Litovsk – Berlin – Frankfurt/M, Basel-SBB/Bâle-CFF, Berne/Berne, Genève – Grenoble – Avignon-Centre, Montpellier-Saint-Roch – Hendaye - Madrid incorporées au train Genève – Hendaye (5479) et retour(4678). Le 29/09/1996, mise en service d’un TGV direct assurant la relation aller-retour entre Grenoble et Bruxelles-Midi/Brussel-Zuid, reconduit pour le nouveau service horaire du 28/09/1997, du 28/05/1989 à décembre 2006, les tains-hôtels « Elipsos » nocturnes quotidiens EN 273/274 « Pau Casals » Barcelona/Barcelone – Genève – Zurich-HB (1195 km) et EN 371/372 « Salvador Dali » Barcelona/Barcelone – Milano-Centrale/Milan/Mailand (1198 km) circulant via Grenoble et fusionnés jusqu’à Chambéry, ces deux trains transitant aujourd’hui via Lyon et circulant fusionnés jusqu’à Lyon et ne circulant plus que 3 fois par semaine.
- Aujourd’hui, il ne reste que les TGV Grenoble – Paris-GL, un TGV périodique Marseille – Annecy via Grenoble et quelques rares trains spéciaux (comme des TUI Express de la DB-AG) et des trains de pèlerinage pour le Sanctuaire de Notre-Dame-de-La-Salette près Grenoble (Stuttgart – Grenoble, et Sion – Sierre/Siders – Genève – Grenoble) viennent fréquenter la gare grenobloise.
 

 
 

 
ACTIVITES DE L'AEDTF / AEDTF ACTIVITIES / AKTIVITÄT FUR DIE AEDTF / ATTIVITA PER L'AEDTF / ACTIVIDAD DE AEDTF / AEDTF DZIALALNOSE :
- Depuis sa création en 1988, l’AEDTF milite pour l’ensemble des dessertes ferroviaires et plus particulièrement l’amélioration des dessertes ferroviaires internationales, nationales, interrégionales, régionales, transversales et transfrontalières.
- L’AEDTF souhaite une priorité sur les ouvrages ferroviaires (ponts et tunnels) permettant de franchir les obstacles naturels (fleuves et montagnes) et le développement des transports ferroviaires urbains tels que les Trams-trains / Regiotram, Tramways / Strassenbahn, RER / S-Bahn et métro / U-bahn.
- L’AEDTF mène, depuis sa création, des actions diverses pour aboutir à une amélioration des dessertes du Sillon alpin qui demeurent nettement insuffisantes pour des villes desservies de cette importance. Genève et Grenoble sont deux agglomérations de même taille (agglomérations de 500.000 habitants). Les relations Grenoble – Torino/Turin sont également notoirement insuffisantes.
- L’AEDTF porte une attention particulière pour l’amélioration des dessertes ferroviaires entre la France et l’Italie, avec l’électrification intégrale du Sillon Alpin, et souhaite une amélioration rapide des relations ferroviaires avec les villes de Briançon, Chambéry, Gap, Genève, Grenoble, Lyon, Marseille, Nice, etc.
- Outre la création d’une nouvelle liaison Lyon/Lionne – Torino/Turin – Milano/Milan/Mailand, et du tunnel de base du Brenner, l’AEDTF souhaite la réalisation d’un tunnel de base sous le Montgenèvre (ligne Briançon – Torino/Turin) et l’électrification du Sillon Alpin et de (Coni) Breil-sur-Roya – Nice.
- L’AEDTF a participé à l’amélioration de l’offre ferroviaire dans le cadre des Jeux Olympiques d’hiver de Torino en 2006. Elle souhaite la mise en place d’une liaison aller – retour Genève – Torino/Turin via Chambéry et Modane (et vice-versa).
- Sur le plan local, l’AEDTF a (avec l’ADTC de Grenoble) participé activement à la réalisation de la gare d’Echirolles, au développement de la gare de « Grenoble-Universités-Gières » à Gières, à la réouverture de la gare de Lancey, etc.
- Du 08/10/2005 au 16/10/2005, participation active de l’AEDTF (avec entres autres, l’AFTES et l’ARDSL) à la préparation et à l’organisation de la grande exposition « Alpes2020 », sur les grandes percées alpines (Brenner, Gothard, Lötschberg, et Lyon Turin Ferroviaire) au Parc des expositions à Chambéry.
- L’AEDTF a soutenu la création de trains TER directs entre Grenoble et Marseille via la ligne des Alpes et Veynes-en-Dévoluy, permettant une relation interrégionale directe entre Grenoble, Sisteron et Aix-en-Provence et vice-versa.
- L’AEDTF a créé en 2004 une filiale régionale baptisée Association Rail Dauphiné Savoie Léman (ARDSL).
 

 
Ci-dessous quelques photos prises lors des Jeux Olympiques de 1968